Et si la Turquie menaçait l'UE de se tourner vers l'est ?

 |   |  390  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan a annoncé que son pays allait demander l'adhésion au « Shanghai Five », organisation regroupant la Russie, la Chine et les pays d'Asie centrale.

C'est peut-être un tournant dans l'histoire houleuse des relations entre la Turquie et l'Union européenne. Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdo?an, a, dans une interview télévisée a annoncé son intention de demander l'adhésion de son pays au « Shanghai Five », officiellement connu comme l'association de Shanghai pour la coopération, qui regroupe la Chine, la Russie et quatre pays d'Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizie et Tadjikistan).

En finir avec l'UE ?

Recep Tayyip Erdo?an a clairement présenté cette adhésion comme un virage stratégique majeur. Pour lui, il convient désormais de tourner le dos à l'Union européenne. Les pays du « Shanghai Five » sont « meilleurs et plus puissants » que les pays de l'UE, a-t-il affirmé. Et d'ajouter que si l'adhésion de la Turquie au « Shanghai Five » est acceptée, « alors nous dirons au revoir à l'UE. » Une UE qui, conclut-il, ne « veut pas d'un pays musulman en son sein. » Autrement dit, Ankara tournerait le dos à 50 ans de flirt avec l'Europe.

Démonstration de force

Les déclarations du premier ministre ne doivent sans doute pas être surestimées. Elles entrent plutôt dans un rapport de force que la Turquie tente d'établir avec l'UE. Depuis 2005, les négociations d'adhésion sont au point mort. « Recep Tayyip Erdo?an a voulu dire aux Européens : « nous n'avons pas besoin de vous » », explique ainsi le politologue Beril Dedeo?lu au quotidien autrichien Die Presse. La Turquie peut se permettre cette provocation : son économie est clairement plus dynamique que celle de l'UE. Sur la période 2020-2011, la Turquie a connu une croissance annuelle de 5,2 %, soit plus que le Brésil, la Russie ou la Corée du Sud.

Menace vaine ?

Pour autant, une adhésion au « Shanghai Five » ne remplacera pas une entrée dans l'UE. Cette organisation, fondée en 2007, est en effet une organisation assez lâche dont les principales réalisations sont militaires et concernent des man?uvres communes. Un aspect de peu d'intérêt la Turquie, membre de l'OTAN et qui entend le demeurer. La menace du premier ministre est donc un « tigre de papier », mais elle a pour vocation de rappeler cette menace : si l'UE ne veut pas de la Turquie, Ankara pourrait se tourner vers d'autres régions : le monde arabe ou l'Asie centrale...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2013 à 20:42 :
pourquoi alors une coupe d'europe avec israel
un parlement israélien au sein de bruxelles
avant de vous lachez sur la turquie
meme la france devrait se rapprocher de la russie et de la chine et sortir de l'otan

a écrit le 14/09/2013 à 19:54 :
Le "Shanghai Five" n'a pas été créé en 2007 mais en 1996.
Comme son nom l'indique, il regroupait 5 pays : Russie, Chine, Kazakhstan, Kirghizstan et Tadjikistan. Il a été créé pour résoudre les différends frontaliers entre la Chine et la Russie, ce qu'il a accompli avec succès.
En 2001, avec l'adhésion de l'Ouzbékistan, il est devenu L'ORGANISATION DE COOPERATION DE SHANGHAI (L'OCS). De sorte que le terme de "Shanghai Five" est maintenant abandonné.

J'avais annoncé depuis longtemps que la Turquie se tournerait vers l'OCS pour plusieurs raisons :
1 - L'OCS regroupe tous les pays de l'arc turco-mongol, à l'exception du Turménistan et de l'Azerbaïdjan. La Turquie a toujours gardé l'espoir du panturquisme de les fédérer et de retrouver son influence d'antan. Parmi ces pays, de nombreux possèdent des ressources gazières nécessaires à sa croissance
2 - La Turquie est boudée depuis trop longtemps par l'UE
3 - L'OCS s'affirme comme leader politique, comme elle vient de le démontrer avec la crise syrienne. Avec les états observateurs : l'Iran (Eh oui! soutien du Hezbollah qui joue un rôle majeur en Syrie, l'Afghanistan (Tiens! Ils ne sont pas reconnaissants aux Américains?), le Pakistan, l'Inde, la Mongolie; avec les partenaires de dialogue : Biélorussie, Sri Lanka et Turquie depuis AVRIL 2013 (donc ce n'est pas nouveau), l'OCS rassemble la plus grande partie des états eurasiatiques.

L'OCS tient deux réunions par an - chefs d'états et chefs des gouvernements dans une des capitales des pays de l'organisation. En 2013, le sommet des chefs d'état vient de s'ouvrir le 13 septembre à Bichkek (Kirghizstan).

Les buts de l'association sont maintenant principalement :
- la lutte contre l'intégrisme, le terrorisme et le trafic de drogue
- la lutte contre le séparatisme et le maintien des frontières
- la lutte contre l'influence impérialiste américaine en Eurasie
C'est pourquoi elle réalise régulièrement des exercices militaires conjoints "Mission de paix" (le dernier en août 2013 sur le territoire de la Fédération de Russie.

MAIS l'OCS a aussi l'ambition de développer les relations économiques entre ses membres.

La Turquie est donc potentiellement plus que jamais intéressée par les deux axes d'action de l'OCS :
1 - un soutien au maintien de ses frontières au moment où la situation en Syrie est une aubaine pour le séparatisme kurde
2 - un réseau d'affaires eurasiatiques alternatif à l'Union Européenne
a écrit le 26/05/2013 à 13:27 :
Je penses que la Turquie ne peut pas (et ne doit pas ) s?adhérer à l'Union européenne car elle n'est européenne ni par sa géographie et surtout pas par sa culture qui n'est pas tout européenne..donc c'est normal...Je ne comprends pas pourquoi la Turquie veut adhérer l'union européen alors qu'elle a tout les atouts d?être un bon voisin tant sur le volet économique que politique...
a écrit le 12/03/2013 à 2:11 :
Moi en tant que turc, je ne veux pas que la Turquie adhère l'Europe, on a pas besoin de sa, la Turquie se développe, monte en puissance économique, que fera t-elle la Turquie en Europe a part écraser tout le monde, c'est la crise en Europe, un pays avec plus de 75 millions d'habitants, rentrer en Europe, je ne penses pas, même si je sais que j'en sais pas assez sur la politique, mais j'en connais largement sur mon pays, ce qu'il se passe etc.. Je voudrais bien sur dire tout ce que je sais, mais je penses que sa ne sert a rien de faire un débat sur se sujet. Je le redis nous n'avons pas besoin de rentrer en Europe !
a écrit le 03/02/2013 à 17:13 :
Quel est l'intêret de rentrer dans l'UE pour la Turquie ? Néant. Ils ont déja un accord de libre echange dpuis 1995. Meme les Anglais se posent la question : Un espace economique sans l'union politique. Concernant le projet d'une union des peuples solidaire c'est une chimère. On l' a bien vu pour le Mali. L Avenir de l'Europe est incertaine : Vieillissement de la population, croissance en berne, endettement. La Turquie ferait mieux de ne pas donner les clefs du pouvoir à Bruxelle est à ses technocrates qui se gavent....
a écrit le 02/02/2013 à 19:32 :
le soleil se leve a l'est.
Depuis la mrt de Ataturk est tombé dans une illussion celle d'une Europe.
On oubliant ses origines les turques et ses dirigeant on perdu leurs sens de raisonnement.

Merci a la Chine et la Russie sans oublier L'Iran.

Asie en force
Réponse de le 03/02/2013 à 14:53 :
à se limiter à fouiller dans l'histoire ou dans lemarc de café, on n'éclaire guère l'avenir ! c'est quoi la référence pour nous, la france des huns, des gaulois, des arabes, de pétain ? la turquie est un grand pays laïque qui continue à évoluer et qu'il faut aider à évoluer, pas l'accuser et l'enfoncer pour le renvoyer dans l'obscurantisme des extrémistes ! à moins que flanby ambitionne de les délivrer ! plutôt que d'aller au mali s'acheter un gain dans les sondages, il ferait mieux de délivrer nos banlieues !
a écrit le 01/02/2013 à 20:41 :
In mémorium. RIP
a écrit le 01/02/2013 à 15:45 :
étant donné que dans peu de décennies qui se comptent sur les doigts d'une seule main, la france sera musulmane, il vaut mieux anticiper la tendance pour établir les bonnes alliances plutôt que de se cantonner à la vision immédiate très réductrice
Réponse de le 09/03/2015 à 10:38 :
Si les économistes academiques se confrontaient plus volontiers au réel et au débat démocratique beaucoup de leurs théories tomberaient en lambeaux
a écrit le 01/02/2013 à 15:08 :
a sa place j'en ferais autant, d'autant que le économies montantes se trouvent à l'Est !
a écrit le 01/02/2013 à 14:52 :
L'Europe n'a-t-il pas édicté quelques règles comme Respect des territoires, Respect des minorités, Respect des femmes. Pour les deux premieres, avec Chypre et le Kurdistan c'est plutot mal parti, quant à la troisième, laissons à chacun le choix de dire ce qu'il pense de la liberté de la femme dans un pays islamique.
Réponse de le 01/02/2013 à 15:48 :
parce que la france a des leçons à donner avec l'algérie et autres vicissitudes ? et que sont devenues nos banlieues et autres secteurs de non droits ? avant de prendre les autres de haut et leur donner des leçons, il faut balayer devant sa porte et voir les progrès et volonté de chacun. La turquie a fait d'énormes efforts pour devenir et rester laîque et il faut l'aider à avancer.
Réponse de le 01/02/2013 à 15:56 :
Comme s'il ne faudrait pas balayer devant la sublime Porte. La grandeur de la Turquie a été bâtie sur le sang et la sueur de bien de peuple opprimés!
Réponse de le 01/02/2013 à 18:41 :
il faut arréter de donner des leçons avec la seule vue du passé, il n'y a qu'une chose qui compte, c'est ce qu'ils ont l'intention de faire, on n'avance que par l'action, pas par les discours et l'idéologie
Réponse de le 04/02/2013 à 10:27 :
Je ne pense pas que Monsieur Erdogan n'ait ni l'intention de quitter Chypre ni l'intention de laisser les Kurdes s'exprimer à la façon de notre démocratie.
a écrit le 01/02/2013 à 13:59 :
la turquie est un pays musulman qui a réussi à être laïque, a des voisins peu recommandables qu'il vaudrait mieux aider à maitriser aux frontières, rève d'être intégré dans l'europe et se désespère de notre refus. C'est un grand pays volontaire et en développement qu'il faut intégrer, et le risque est qu'il se tourne vers l'est, la russie... ce qui est très dommage
Réponse de le 01/02/2013 à 18:05 :
tellement laïque que la femme du president porte le voile !
Réponse de le 01/02/2013 à 22:25 :
Vous ne savez pas ce que la laïcité veut dire !!
Une personne n'est pas laïc, une institution oui !
Réponse de le 14/09/2013 à 18:37 :
reponse a MDR comme si la france etait irreprochable avec son colonialisme et ses million de mort
a écrit le 01/02/2013 à 12:59 :
Décision très sage sans retour possible. Nous ne voulons pas de la Turquie dans l'UE. Ce pays fait partie du continent asiatique dans sa plus grande partie.
Réponse de le 05/02/2013 à 0:08 :
Dans ce cas là, regarder la frontière de la Chypre et vous verrez que plus de la moitié de la Turquie est dans l'Europe
a écrit le 01/02/2013 à 11:59 :
La route de la Soie existait bien avant l'UE et a déjà fait la prospérité de la Chine et de la Turquie en son temps. Ce regard vers l'Est est donc parfaitement naturel de la part de la Turquie, même si les bénéfices de cette relation ne seront jamais ce qu'ils étaient il y a 5 ou 6 siècles. En effet, la Chine reste un marché fermé et l'avenir de la Turquie est certainement plus proche dans un rayon de quelques milliers de km autour d'Istambul, c'est à dire EU, Moyen Orient ou Russie.
Donc geostratégiquement parlant, vers quels territoires, la Turquie va-elle regarder demain ? Et avons nous intérêt à être exclus de leur horizon ? Probablement pas, mais les réticences légitimes de l'UE à intégrer un nouveau pays devraient nous inciter à nouveau à imaginer une UE plus flexible avec des possibilités d'association, de coopération, de préférences, de libre circulation, d'intégration, etc c'est à dire offrir une palette de niveaux de coopération qui permettent de sortir du "tout ou rien" qui mêne toujours à rien !
a écrit le 01/02/2013 à 11:45 :
Décision avisée et sage de la part de Monsieur Erdogan.....bonne chance..
Maintenant c'est Chypre qui pose de gros problèmes à l'Union européenne : faillite dont les banques portent une énorme responsabilité.... à qui le prochain tour ?
Réponse de le 01/02/2013 à 12:01 :
Tiens Chypre! C'est pas un pays membre de l'UE que la Turquie occupe?
Réponse de le 05/02/2013 à 0:22 :
Rappelez-moi pour quoi la Turquie a occuper la Chypre pour voir ? Moi je peu vous le rappelez si vous le désirer ; c'est parce que des extrémistes commencer a tuer et a piller tous les turcs de cette île . On peut dire que c'est un génocide car,il y a eu plusieurs milliers de chypriote turcs qui on était obliger de quitter leurs maison, leurs familles pour aller s'installer on Turquie et on Angleterre. Alors on voyons que l'état se dégrader de jours on jours il on décider de mettre fin a cet massacre. Et si vous avez quelque chose a ajouter rappelez vous de ce que la France fait on ce moment au Mali.
Réponse de le 06/02/2013 à 0:25 :
L'exemple typique de nationalisme turc..si l?intervention de la Turquie était moralement juste, pourquoi personne ne l'a soutenue? Pourquoi personne ne reconnait cette république phantoche?
Réponse de le 07/02/2013 à 15:15 :
Car, c'est un pays chrétien contre un pays musulman tous simplement ,et comme ce sont les pays chretien qui tiennent la corde du monde, personne n'a le courage de les contredire sauf quelqu'un .
a écrit le 01/02/2013 à 11:39 :
Bonne route et bonne chance! Et, surtout qu'ils ne reviennent pas! Ils tournent le dos à l'UE qu'on leur supprime tous les accords commerciaux avec l'UE qui leur assurent leur croissance économique, on verra qui de la Turquie ou de UE sera la grande perdante. Comment vont ils adhérer à une organisation de coopération avec la Russie, pour laquelle l'Empire Ottoman et maintenant la Turquie, est un concurrent et surtout un obstacle de son ouverture vers la Méditerranéenne? Si la Turquie subsiste c'est parce que les Occidentaux l'ont soutenue pour contrer la Russie. Enfin, économiquement ils tiennent pas la route face à la Chine. Bref, qu'ils y aillent, ils ont rien à gagner, l'Europe oui! On en a déjà assez avec la GB qui sape l'Europe sans cesse.
a écrit le 01/02/2013 à 9:48 :
bravo Mr erdogan n'entrez surtout pas dans une europe qui ce tier mondise de plus en plus es c pas fini!!!! allez la ou la prosperité et les taux de croissance attirent actuellement de nombreux français!! n'entrez pas dans ce marasme européen et surtout préservez vous de ces predateurs europeens qui en n auront qu'aprés votre porte monnaie , votre taux de croissance en fait rever plus d un en france et en europe.
Alors chers amis francais arretez avec votre racisme et jugement es blayer plutot devant votre bande de jaloux!!!
a écrit le 01/02/2013 à 9:38 :
Tant mieux; on ne veut pas de la Turquie dans l' Europe! Une adhésion; plus de problèmes que de bénéfices...
a écrit le 01/02/2013 à 8:39 :
C'est plein de produit Chinois en europe et la Chine ne fait pas parti de l'UE pour autant !
a écrit le 01/02/2013 à 8:37 :
+10
a écrit le 01/02/2013 à 8:01 :
Bon, nous avons enfin la preuve qu'ils ne sont pas Européens ! D'ailleurs il n'y aurait plus qu'eux pour croire à un projet totalement raté.
a écrit le 01/02/2013 à 6:19 :
Dans l'intérêt des deux camps, il est préférable que la Turquie ne rentre pas dans l'UE même si elle a déjà un pied... ça serait mauvais pour les deux.
a écrit le 01/02/2013 à 6:00 :
A part les toilettes Turc et les bainsTurc, qu'ont ils apporté à la France jusqu'à maintenant ?
Réponse de le 01/02/2013 à 10:07 :
Et les kebabs pas pire que les Macdonald....
a écrit le 01/02/2013 à 0:30 :
apres 50 annees de faire tourné la turquie avec de fausse promesse , je pense que les turques font le bon choix avec ces pays d asie riche en gaz et petrole , l europe ya quoi en europe deficite et meme les anglais sont sceptique .amis turque prenez votre destin en main et aller la ou il y a de la tune et ne vous faite pas enbobiner par des mensonge
a écrit le 01/02/2013 à 0:08 :
Bon débarras !
a écrit le 31/01/2013 à 23:29 :
Très bonne nouvelle : d'un point de vue historique, la Turquie n'a rien d'Européenne. Ce malentendu qui arrangeait les USA quand l'URSS existait, n'a plus de raison d'être artificiellement maintenu. La Turquie est un pays asiatique, peuplée d'une ethnie asiatique. D'une part. Et d'autre part, sa démographie, son coût du travail très faible, sa culture très différente des nôtres, auraient profondément déstabilisé l'UE si jamais nous l'y avions intégrée. Bon vent à la Turquie ! Nous lui souhaitons bonne chance, et espérons qu'elle restera un partenaire dynamique de l'UE. Un partenaire, pas un membre...
Réponse de le 01/02/2013 à 8:59 :
+1, très bonne analyse.
Réponse de le 01/02/2013 à 15:12 :
D'un peuple asiatique c'est un argument? Virons la Hongrie de l'UE alors...
Réponse de le 01/02/2013 à 19:41 :
@ Truk et Kurt: Dans les cas turc, bulgare et hongrois, on a le même phénomène. soit l'emprise d'une minorité guerrière centre-asiatique (Turcs, Bulgars, Magyars), plutôt nomade, sur une majorité sédentaire de type européenne (slave dans la plaine hongroise et en "Bulgarie", grécisée en Asie Mineure). D'où un type ethnique plutôt européen, et une langue centre-asiatique. Quant au mode de vie, il dépend des influences subies. Christianisation et assimilation politique et culturelle à l'Europe dans les cas balkaniques, islamisation pendant le passage par l'Iran, début d'occidentalisation dans la phase d'intégration du monde byzantin, puis occidentalisation autoritaire pendant la phase kémaliste pour le cas turc.
a écrit le 31/01/2013 à 21:39 :
on se fait passer pour moi (des turcs en plus) je nai jamais di ca !!!qui que tu sois sache que limmigration turc en europe sinverse!!!! ya beacoup plus de turcs qui émigre en turquie mais bon ..JE DIS JUSTE QUE SI NOUS VOULONS UNE UE FORTE C AVEC LA TURQUIE SINON ON NAI DANS LA MOUIZZZ
Réponse de le 31/01/2013 à 23:19 :
houla, houla, la !!!!!
a écrit le 31/01/2013 à 21:13 :
Il ne faudrait pas minimiser les problèmes de la Turquie avec l'union européenne en les regardant que sous le prisme de la religion. La question de Chypre ne doit pas être ignorée. En ne reconnaissant pas l'existence d'un des membres de l'union, il me semble difficile d'achever les négociations.
a écrit le 31/01/2013 à 20:22 :
L'Est c'est bien. D'ailleurs, c'est bien en direction de la Mecque ?
a écrit le 31/01/2013 à 19:57 :
Où l'on voit clairement l'expression du dessein américain après le nettoyage du glacis d'influence au en Afrique et au Moyen Orient. Et dire que nos si brillantes élites prétendent nous imposer le modèle de société américaine histoire de faire une alliance complète. Dans tous les domaines où nos spécificités gênent (et je ne parle pas de l'exception culturelle française qui est une foutaise destinée à nous enfumer) il y a adaptation. Traité après traité, loi après directive, souvent sous l'influence du Conseil de l'Europe, véritable cheval de Troie en l'espèce.
a écrit le 31/01/2013 à 19:45 :
On n'en veut pas de la Turquie dans l'UE. Qu'ils se tournent vers l'Est. De toute manière on n'en veut pas non plus de Europe.
Réponse de le 31/01/2013 à 20:18 :
@ Bof + un pour l'ensemble !
Réponse de le 31/01/2013 à 20:48 :
+1
a écrit le 31/01/2013 à 19:07 :
l'europe s'ecroule ne voyer vous pa!!!!la turquie serai la solution pour l'economie de ue
Réponse de le 31/01/2013 à 19:18 :
que nous apporterait elle, d'après vous ?
Réponse de le 31/01/2013 à 19:47 :
Des turcs en plus.
Réponse de le 31/01/2013 à 23:20 :
ouais! pas mal !!
Réponse de le 01/02/2013 à 13:44 :
surtout des kebabs
a écrit le 31/01/2013 à 18:39 :
En se tournant vers l'Asie centrale, la Turquie ne ferait que renouer avec les aspirations de l'empire ottoman finissant: le pan-touranisme. Soit le fait de renouer avec les origines (partiellement mythiques) de la Turquie: les population turques (turkmènes, tatares, mongoles, ...) d'Asie centrale. Mais, ce faisant, elle entrerait en fait en concurrence directe avec le co-adhérant et ennemi héréditaire russe. Quant à la politique arabe de la Turquie de Erdogan, c'est une réalité depuis quelques années. Mais Ankara, comme les autres puissances qui s'y sont frottées, connaîtra les soubresauts inévitables d'une politique arabe... Le seul partenaire stable possible pour la Turquie, c'est l'UE. Qui ne veut pas d'elle.
a écrit le 31/01/2013 à 18:35 :
On s'en tape complètement, tourner vers quoi au juste ? En quoi entrer en Europe changerais quoi que ce soit ? La Chine n'est pas en Europe et j'ai l'impression qu'on achète chez eux ???
a écrit le 31/01/2013 à 18:22 :
Qu'ils adhèrent à cette "association" ! Russes et chinois sont deux frères ennemis qui finiront par se taper dessus, et tous les pays qui appartiennent à ce groupe ont en commun d'être gouvernés par des dictateurs ou des gouvernements autoritaires. Quoi qu'il en soit, cette idée démontre bien à quel point les turcs n'ont rien à faire en Europe. Et les européens ne veulent pas de la Turquie dans l'UE. Le débat est clos.
a écrit le 31/01/2013 à 18:20 :
Une question me taraude, quel(s) interet(s) auront nous si la Turquie intègre l'Union Europenne ?.! N'étant pas un spécialiste, je n'en vois aucun ....

Ce qui me fait dire, si la Turquie veut se tourner vers le Shangai Five et bien qu'elle le fasse. Franchement ce ne sera pas une grosse perte.
Réponse de le 31/01/2013 à 21:05 :
@Noah: la Turquie est déjà d'une certaien façon dans L'UE. Regarde par exemple les vêtements ou les chaussures, et tu verras que cela vient de Turquie :-)
Réponse de le 31/01/2013 à 21:14 :
Si tes pas un specialiste le mieu c est de pas commenté et de dire n importe quoi .
Réponse de le 01/02/2013 à 0:02 :
@ Patrickb ta pa l'aire d un spécialiste alor faut savoir avent de causé
Réponse de le 01/02/2013 à 9:50 :
Et quand on ne parle pas français on s'abstient de commenter sur un site en .fr ; ) bisous
a écrit le 31/01/2013 à 18:18 :
La Turquie ferait mieux d'adhérer à la Communauté économique eurasiatique qui est plus avantageuse que l'UE et l'Organisation de coopération de Shanghai.
a écrit le 31/01/2013 à 18:08 :
pas de problème, qu'ils y aillent. Que pèseront-ils face à la Chine ?
a écrit le 31/01/2013 à 18:08 :
La Turquie est asiatique à 95 % et connaît des problèmes de pays émergent asiatique, cela me paraît logique. À part des subventions et peut-être rendre service aux Américains, que vient chercher la Turquie en Europe ?
Réponse de le 01/02/2013 à 0:27 :
Didier ca fait longtemps que tu as vu un asiatique pour info si par malheur la turquie decide de ce tourner vers l asie nous aurons baucoup de probleme a nos frontieres
Réponse de le 01/02/2013 à 8:05 :
Vous avez raison parce que la porte resterais grand ouverte à émigrations qui vient de l' asie d'Afrique de Maghreb . Voila à quoi serviras la Turquie si elle intègre UE elle fera la police de la frontière !!!
Réponse de le 01/02/2013 à 10:35 :
@axel : Et si la Turquie rejoint l'union européenne, on aura la syrie, l'irak, l'iran réellement à notre frontière.
Réponse de le 02/02/2013 à 8:38 :
Elles seront ferme les frontières avec les pays que vous avez cités.
a écrit le 31/01/2013 à 18:08 :
Mais qu'ils le fassent donc, la Turquie ne fait pas partie de L'Europe..si?.... alors point de chantage, et qu'ils aillent voir ailleurs si "l'herbe est plus verte", nous on affiche "COMPLET"!
Réponse de le 21/02/2013 à 1:20 :
regardez a nouveau votre histoire car la turquie es partous dns l histoire de chaque etats....
ok on a pas la meme culture.et a dire la veritee je pense que chaqun devrai garder la sienne...
mais si un jour vous venez ici je me ferai un plaisir de vous offrire un cafe turc..elle a mille ans de souvenir..
a écrit le 31/01/2013 à 17:57 :
Et alors, que voulez vous que cela nous fasse? Faire du chantage pour faire accélerer l'"adhésion d'un pays étranger à l'EU, peuplé de plus de 90 millions de non européens? Qu'ils adhère à cette organisation...cela ne me pose aucun problème...
a écrit le 31/01/2013 à 17:54 :
Deux choses: Premièrement, pour le moment, on ne peut pas agrandir l'Europe à quelque pays que ce soit. On arrivait pas à avoir une vraie gouvernance commune à 15, on n'y arrive pas à 27; on n'y arrivera encore moins à 28! Qui plus est, la Turquie, avec ses 75millions d'habitants sera le second pays le plus peuplé après l'Allemagne.
Deuxièmement, que la Turquie se tourne donc vers la Russie et la Chine qui sont sûrement les pays les plus altruistes du monde: et on va bien rigoler :-)
a écrit le 31/01/2013 à 17:48 :
Ankara pourrait se tourner vers le monde arabe ou l'Asie centrale..." et pourquoi pas..? !
Réponse de le 01/02/2013 à 13:43 :
+1
Réponse de le 21/02/2013 à 1:15 :
super si l iran l irak la syrie l azerbeycan et la turquie voiyais l avenir de leur peuple par la meme fenetre..non_?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :