Explosion des populismes et instabilité politique... le désarroi des Italiens face à l'austérité

 |   |  526  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le grand retour de Silvio Berlusconi, majoritaire au Sénat, et l'extraordinaire poussée du Movimento Cinque Stelle de Beppe Grillo ont été les grandes surprises de cette élection italienne. Marquant le désarroi des Italiens face à la politique d'austérité menée par Mario Monti. Une politique dans laquelle s'inscrivait Pier Luigi Bersani, le leader de la coalition de centre-gauche qui, donné vainqueur, a remporté la majorité à la Chambre, mais pas au Sénat.

Les élections législatives et régionales italiennes ont réservé leur lot de surprises. Mario Monti signe un échec cuisant et Silvio Berlusconi fait son grand retour en remportant la majorité au Sénat. Mais surtout, le Movimento Cinque Stelle de l?eurosceptique et ancien comique Beppe Grillo remporte un score historique de 25% à la Chambre et de 23,79% au Sénat, bien au dessus des 15% d?intentions de vote que lui prédisaient les sondages. La gauche de Pier Luigi Bersani, donnée gagnante, remporte la majorité absolue à la chambre grâce à la prime de victoire, mais est mise en échec au Sénat.

Monti, le sauveur non élu

Pour comprendre ces résultats, il faut remonter au mois de novembre 2011. Les marchés financiers attaquent la dette italienne et provoquent la chute du gouvernement de l?infatigable Silvio Berlusconi, devenu infréquentable en Europe. L?ancien Commissaire européen et banquier de Goldman Sachs, Mario Monti, s?impose alors comme le sauveur au Palazio Chigi? sans passer par la case élection, pour imposer le plan d?assainissement budgétaire réclamé par Bruxelles et les investisseurs.

L?effet Monti sur les finances publiques est indéniable. Entre 2011 et 2012, le déficit public de la botte passe de 3,9% du produit intérieur brut à 2,6% selon les dernières estimations du gouvernement Monti. Ce qui vaut à l?Italie les bons points de Bruxelles et au Professore une réputation infaillible parmi les partenaires européens.

Populisme et euroscepticisme

Mais le tribut pour la population italienne est lourd : hausse de la TVA, création d?une très impopulaire taxe immobilière, coupes dans les dépenses publiques et flexibilisation du marché du travail. Résultat, le pays entre en récession. En 2012, le PIB italien se contracte de -2,3%. Pendant de la récession, le chômage augmente, passant de moins de 10% lors de l?arrivée au pouvoir de Mario Monti à 11,2% fin 2012 selon Eurostat. De quoi laisser des traces dans la tête des Italiens, réputés europhiles, mais qui doutent de plus en plus des bienfaits de la politique prônée par Bruxelles et le nord de l?Europe.

Lassés par les discours européistes, les transalpins se sont, plus que prévu, tournés vers le populisme de Silvio Berlusconi, pour qui le « fascisme n?a pas eu que des mauvais côtés » et qui promettait lors de la campagne de rembourser sur sa fortune personnelle les 4 milliards d?euros prélevés au titre de l?impopulaire nouvel impôt foncier (IMU), et l?euroscepticisme de Beppe Grillo, chantre de la semaine de 20h et de la sortie de la monnaie unique.

Au-delà d?un pays pour l?heure ingouvernable, il faut surtout retenir l?appel des Italiens, qui comme les Grecs avant eux avec le mouvement Syriza (extrême gauche) et d?Aube dorée (extrême droite), sont de plus en plus réceptifs aux discours nationaliste et anti-européen.

>> DOSSIER SPECIAL ELECTIONS ITALIENNES : Une terre de mystères au coeur de la zone euro

>> A la suite des élections italiennes, les Bourses plongent

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2013 à 14:19 :
Le résultat des élections en Italie et , d'une manière plus générale l'état des Nations composant l'Europe , le soin mis par chacune d'elle à soutenir d'abord les intérêts de ses ressortissants montrent une fois encore que cet euro là finit de pénaliser les moins bien gouvernés et/ou les plus faibles A nouveau , c'est bien de la fin de cette Europe de Bruxelles qu'il est question ! Vive l'Europe des Nations Les peuples de l'Europe retrouveront enfin la liberté et ne manqueront pas de reprendre et amplifier les coopérations existantes en Europe et ailleurs!! Il n'est pas nécéssaire d'être un sympatisant d'un parti pour le comprendre , malgré les protestations véhémentes : le constat de la situation suffit
a écrit le 03/03/2013 à 14:51 :
Bonjour, le peuple veut du travail, du pain, et quelque loisir.... L'homme reste simple mais même cela nos homme politique ne son pas capables de donner les besoin fondamenteaux de l'individu. Alors le populisme n'est que le juste retour des promesse non tenue des politiques, espérons que nos prochains dirigeants ne seront pas trop dangereux......
a écrit le 28/02/2013 à 9:43 :
les Italiens ont voté beppé Grillo parce qu'il est neuf il ne fait pas parti de ceux qui ont précipité le pays dans une impasse .les pays latins sont dirigés par les anglos- saxons, leur asservissement financier est tellement important que les fameuses élites qui ont dirigés nos pays n'ont aucune solution pacifique pour sortir de leurs griffes,quoiqu' il arrive la finance internationale continuera à prêter, il faut bien soutenir les entreprises détenues par des fonds de pensions,le cycle infernal! .en France depuis De Gaulle nous n'avons eu que des liquidateurs vente de l'alluminium de l'acier de la chimie...et actuellement l'agriculture est en danger! je souhaite aux Italiens de conserver la lucidité dont ils semble faire preuve,mais ils vont être bien seul!
Réponse de le 02/03/2013 à 6:35 :
Le problème est l'axe franco-allemand qui a imposé des traités conçus par l'axe et surtout favorables à celui-ci. En fait la loi du plus fort est appliquée au sein de l'Union alors qu'une Union entre pays aussi inégaux économiquement et aussi inégalement avantagés et désavantagés par des facteurs naturels exige la solidarité et la mise en commun des ressources fiscales.
La est out le problème, la Suisse, le Canada, les États Unis et même l'Allemagne fédérale (RFA) sont des exemples d'union et de fédéralisme réussis. Tous ces pays ont une Union Fiscale.
Je suis persuadé qu'un jour la France et l'Allemagne seront considérés comme responsable de l?échec de l'UE par les historiens.
a écrit le 27/02/2013 à 16:47 :
s'ils veulent prendre exemple sur la grèce, et donc du laxisme antigestionnaire, qu'ils sortent de l'europe, on n'est pas là pour financer les inconséquents.
Réponse de le 28/02/2013 à 8:37 :
Et nous ? T'es rigolo, toi ... Tu ne dessines pas bien le contour du movimento ? Ce sont les laxisto-demago de politiques qui ruinent le pays. Et je te laisse deviner où c'est la même chose ....
a écrit le 27/02/2013 à 16:45 :
l'austérité, mot à vocation de discrédit, ce n'est que gérer sainement, en ne dépensant pas plus qu'on ne gagne, ce qui n'est pas très ambitieux, n'importe quelle entreprise fait de la marge pour prospérer !! l'état providence gaspilleur c'est fini, il faut être réaliste. Et surtout ne pas céder aux miroirs aux alouettes des démagos qui n'ont aucun courage mais uniquement la fuite en avant, la logique de toujours faire payer les autres de leur inconséquence, ceux qui gérent bien s'en sortent trés bien (pays nordiques) ceux qui dépensent sans compter en repoussant leurs excés à nos enfants via une dette colossale sont sans issue (pays merdiques ou du sud, c'est pareil)
a écrit le 26/02/2013 à 19:45 :
Bla bla bla ! Toujours les mêmes qui répètent leur catéchisme néo-libéral ! Pss !
Vous êtes lassant et incapable d'ouvrir les yeux !
La propagande des journaux de masse vous lobotomisent à ce point !!!

Ce que propose ce sois-disant populiste est simplement un autre choix de société basé sur l?intérêt général, chassant tout ces politiciens corrompus aux chômages et les médiacrates pour instaurer une démocratie participative.

La différence aujourd'hui, c'est que cela représente près de 30% des électeurs italiens et que c'est le même mouvement qui a libéré certains pays d'Amérique du Sud.

Le jour ou vous commencerez à vous informer par vous même sur des médias alternatifs, vous verrez sans doute et entendrez la doxa autrement ...

Cessez d'être des moutons et de vous faire tondre.


Réponse de le 27/02/2013 à 16:39 :
à mario : le jour où vous regarderez la réalité en face, vous ferez de grands progrès ! ce n'est pas en faisant bruler des pneus qu'on va résoudre la situation due au fait qu'on dépense plus qu'on ne gagne. Il faut prendre les exemples des bons élèves, pas des cancres : la suéde, la finlande, le québec, ont réduit le domaine public et l'ont rendu performant, de grosses économies, d'où de l'argent frais pour financer la relance, et ils sont en trés bonne situation. Maintenant on peut faire l'autruche et dire que c'est la faut aux inuits, aux zombies... mais que chacun assume ses choix financièrement et non en faisant toujours payer les autres !!! les moutons se font tondre à cause des démagos !
Réponse de le 28/02/2013 à 15:29 :
On sortira de ce merdier du jour ou l'on arrêtera d'écouter des collabos et des larbins et de les prendre au sérieux.
On a bien vut l'exemple du Québec avec les manifestations d'étudiants qui ont durée des mois.
On a bien vut l'exemple anglais et américains, les deux qui vivent avec des dettes gigantesques, pire que la Grèce.
Ras le bol d'entendre des gens comme vous qui comme des pleutres préfèrent ramper comme des vers qu'ils sont vis à vis à des oligarques de la finance et de l'économie et des politiques affidés corrompus.
a écrit le 26/02/2013 à 19:41 :
http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/beppe-grillo-un-exemple-a-suivre-131443
a écrit le 26/02/2013 à 18:23 :
Depuis quand Siryza est anti europeen???
a écrit le 26/02/2013 à 16:48 :
Les italiens comme beaucoup d'autres ne veulent pas de cette Europe du libéralisme, de la finance et de l'austérité qui ne profite qu'aux plus riches (que l'origine de cette richesse soit légale ou non).
N'oublions pas que l'Europe a refusé d'aider l'Italie face aux taux quasi-usuraires demandé par les marchés financiers: Plus de la moitié des efforts remarquables consentis par les contribuables italiens ne sert aujourd'hui qu'a rémunérer ces prêteurs, bien souvent situés hors d'Europe.
Réponse de le 27/02/2013 à 19:58 :
s'ils étaient bons gestionnaires, ils n'auraient pas de dette, et les banques leur prêteraient à des taux bas ; si votre voisin flambe, dépense à tout va et ne boucle plus les fins de mois, vous lui prêtez rubis sur ongle ??? arretez la schizo !! on n'a que ce qu'on mérite, les pays qui se sont désendettés et gérent bien vont trés bien, ce sont les politique set fonctionnaires qui ont peur de l'austérité, et pour cause !!!! c'est le privé qui finance leur gabegie, soyez solidaires !!!!!!!
a écrit le 26/02/2013 à 16:28 :
C?est des politiques de plein chômage ! Est-ce là le but de la société?
Réponse de le 26/02/2013 à 19:26 :
c'est le but d'une certaine société pour "eux"! anéantie, désespérée pour mieux la contrôler...
a écrit le 26/02/2013 à 16:22 :
Donc la fonction publique doit justifier sa sécurité d?emploi qu?elle se paye sur le dos de la précarité des salariés. Il faut rappeler que l?on a conduit la France à la faillite. Le niveau de la dette est trop élevé pour faire de la croissance, nous devons comme l?Italien rembourser plusieurs centaines de milliards. C?est la condition de l?emploi. Si c?est pas de la paupérisation je sais pas ce que c?est ! Les syndicats sont bien jetés ! 35 ans de politiques calamiteuses qui se règlent?
a écrit le 26/02/2013 à 16:14 :
Grosso modo le tiers de la population européenne croit aux miracles avances par des politiciens sans vergogne et n'a pas compris qu'une grosse partie de l'augmentation du niveau de vie des dernières décennies a été financée par l'emprunt et non par une vraie croissance.
Promesses impossibles à tenir, vie de plus en plus difficile , éducation économique totalement absente, la voie du populisme est largement ouverte en même temps que celle des illusions.
On ne vit pas sur des avantages acquis et encore moins quand ils reposent sur du vent.
Réponse de le 27/02/2013 à 16:46 :
100% d'accord
a écrit le 26/02/2013 à 16:13 :
c'est toujours la faute à l'europe si tout va mal, alors que les européens elisent leurs dirigeants nationaux qui leurs promettent la lune et tout le monde sera content!
C'est bien d'être egoiste et de ne penser qu'a soit vive l'individu!
a écrit le 26/02/2013 à 15:49 :
non ce n'est pas du populisme:le parti de grillo est le seul qui exige un casier vierge de ses candidats,est ce du populisme?
Réponse de le 26/02/2013 à 18:14 :
Sauf erreur de ma part, Je vous invite à vérifier la situation personnelle de Beppe grillo, qui semble être inéligible en Italie depuis de nombreuses années.....
Réponse de le 26/02/2013 à 20:06 :
Hollande nous a fait le même cirque
a écrit le 26/02/2013 à 15:41 :
l?Europe des grillons et des cigales va mettre en l?air l?Euro et l?Europe des fourmis va nous laisser continuer à faire les marioles sans eux.
a écrit le 26/02/2013 à 15:41 :
Parce qu'au niveau article dans le reste des "médias", c'est la pravda (aucun n'a pris la peine de lire le programme) et le filtrage ultra strict des commentaires........................
Réponse de le 26/02/2013 à 19:42 :
http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/beppe-grillo-un-exemple-a-suivre-131443
a écrit le 26/02/2013 à 14:55 :
Prochaine étape LE DUCE !
Réponse de le 26/02/2013 à 15:59 :
C pas le moment de plaisanter, la France va dans cette direction.
Réponse de le 26/02/2013 à 16:10 :
Ah parce que vous avez un bulletin de vote qui a autant de valeur que le billet d'un euro dans votre poche et une liberté surveillée de parole, vous pensez vivre en démocratie ?
a écrit le 26/02/2013 à 14:36 :
Il ne suffit pas d'aligner quelques chiffres épars pour conclure au populisme et à la montée du nationalisme comme le fait cet article très superficiel. L'Italie souffre d'une classe politique qui s'est muée en caste dirigeante, largement clientéliste voire corrompue, en plus des clivages régionaux qui s'exacerbent sur fond de fortes disparités économiques. Ces problèmes sont connus et débattus, souvent en prime time presque chaque semaine, lors d'émissions télévisées très suivies (Porta a Porta, Che tempo che fà, Fatti vostri,...). Beppe Grillo, en tribun hors pair, met l'accent sur toute une série de ces problèmes (mais n'y apporte pas de solution) d'où sa popularité. Il n'y a cependant pas de populisme au sens poujadiste et encore moins de nationalisme.
Réponse de le 26/02/2013 à 16:11 :
Les comptables à la Goldman Sachs (co responsables de la crise financière) n'ont aucune espèce de solutions à proposer. Pourtant, portant cravate et l'air sombre, ils "font" sérieux, enfin... un moment !
a écrit le 26/02/2013 à 14:18 :
Oui on est mal barre. Les journalistes font du spectacle et les politiciens du béni oui oui cousus de mensonges. On va avoir notre populiste comme dirai les journalistes. Un homme hors système et peu être que ça secoura tous nos vieux politiciens
a écrit le 26/02/2013 à 14:11 :
celui qui me fait pitié c'est MONTI il ne meritait pas cela car il avait fait plus de reformes que nous et qu il n a pas pris en traite ces ouialles il les avait prévenus mais ils ont fait comme de bien entendu les autruches malgrè les manifestations qui ont été engendrées par la gauche qui a tout boulerversé et bien maintenant ils vont voir ce que ces législatives leurs a données l austerite sans instabilité deux choses qu ils vont devoir prendre par dessus le "marché".
a écrit le 26/02/2013 à 14:02 :
Notre problème est clair. Quand on voit l?industrie qui fout le camp et le gouvernement qui s?en félicite, on ne peut qu?être consterné. Voyez les scandales de l?inéquité privé public qui est attentatoire au droit. On a des syndicats jetés par la société qu?il faut démanteler. Les pauvres salariés ne peuvent accepter de payer pour qu?ils sèment le chaos. Si on tire sur les seigneurs de l?Etat c?est bien parce qu?ils font du mauvais travail. En effet, c?est bien ce qu?on dit, c?est la dictature de la pantoufle ! Pour corollaire l?exclusion, le chômage, la pauvreté et surtout pour les jeunes diplômés ou pas. Ainsi, on a des salariés esclaves et des fonctionnaires seigneurs? faut pas s?étonner si les fonctionnaires de l?anpe sont attaqués.
Réponse de le 26/02/2013 à 20:07 :
+2
a écrit le 26/02/2013 à 13:48 :
Prochaine étape: la RUE !
a écrit le 26/02/2013 à 13:32 :
Je pense que tous les européens souhaitent que l'Europe vive, mais le message est clair. En paraphrasant Churchill, on peut dire que nos hommes politiques "veulent maintenir l'Europe telle qu'elle fonctionne aujourd'hui au prix du déshonneur, ils ont le déshonneur et ils auront une Europe qui implosera!
Sauf si dans un dernier sursaut, un homme (ou une femme) providentiel vient redonner espoir!
Réponse de le 26/02/2013 à 19:23 :
Que de bons oracles, vous entende !
a écrit le 26/02/2013 à 13:25 :
Nous avons aussi en France un sérieux problème, nous avons un gouvernement de menteurs et de radins qui fait du détournement de démocratie. C?est un pouvoir qui assassine les jeunes ! Formez vos bataillons !
a écrit le 26/02/2013 à 13:08 :
"Explosion des populismes" comme pour raciste et communiste ou extrême droite : ce sont les mots employés par nos politiciens et nos merdias pour stopper toutes discutions et éviter tous débats depuis 30 ans. A force de "crier au loup", le jour où ce sera nécessaire, il n'y aura plus aucune réaction.
Réponse de le 26/02/2013 à 13:58 :
les politiques en Italie recoltent ce qu'ils ont semé ; 25 % pour le candidat 'Coluche' du jamais vu ................, en France bientot on en sera la ........................... les politiques en Italie en France ce sont des bons a rien et plus personne ne les croit ........................le parti des absentionistes en France c'est 50 % ....................
Réponse de le 26/02/2013 à 14:50 :
dommage que Sim soit decede .. j'aurais voté pour lui
a écrit le 26/02/2013 à 13:07 :
les politiques comme les syndicats ne sont plus crédibles voila le résultat mais attention le jour et tout ce monde va étre dans la rue !!!!!!!!!!un exemple depuis plus devingt ans les rythmes scolaires sont dénoncés et la droite qui a crée l'idiote semaine de quatre jours attaque peillon qui voudrait rectifier UN politique responsable devrait collaborer sans ces basses magouilles politiciennes
a écrit le 26/02/2013 à 13:07 :
les politiques comme les syndicats ne sont plus crédibles voila le résultat mais attention le jour et tout ce monde va étre dans la rue !!!!!!!!!!un exemple depuis plus devingt ans les rythmes scolaires sont dénoncés et la droite qui a crée l'idiote semaine de quatre jours attaque peillon qui voudrait rectifier UN politique responsable devrait collaborer sans ces basses magouilles politiciennes
a écrit le 26/02/2013 à 13:06 :
Il semblerait que les italiens soient un peu plus murs que leurs voisins transalpins, les français!
Vous ètes gonflés, à la Tribune, de parler de "sauveur" en ce qui concerne Monti ! Sauveur, mais pour qui ? Ce monsieur imposé par le Cartel bancaire a l'issue d'une réunion du CFR ?
Si on aborde le fascisme, il en est bien l'authentique représentant...
Il y a des limites à l'efficacité de la propagande.. Il est heureux que de plus en plus de gens finissent par réaliser que les structures européennes sont structurellement totalitaires et anti-démocratiques.
Notre vraie préoccupation devrait porter avant tout sur la nécéssaire reconstruction des monnaies nationales à partir de l'Euro, qu'il faudrait transformer en étalon or (par exemple) référent de nos monnaies - et non plus monnaie UNIQUE imposée.
Commençons à réfléchir intelligemment..
a écrit le 26/02/2013 à 13:05 :
Ce soir sur Arte, un documentaire sur les plans de sauvetage européens. Enorme. Mettez ce reportage en prime time sur TF1 (je sais je reve) et demain matin c'est la révolution.
a écrit le 26/02/2013 à 13:01 :
Si les "élites" écoutaient un peu plus les peuples il n'y aurait pas de populisme. L'europe dans son architecture actuelle (27 membres) a été constituée sans l'approbation des citoyens. Et même maintenant certains veulent y faire entrer la Turquie. tout cela s'effondrera tôt ou tard comme un château de cartes.
a écrit le 26/02/2013 à 13:01 :
Aux salariés précaires, nous devons rendre justice car le fonctionnaire lui a la sécurité d?emploi. Engagez-vous dans la révolution !
a écrit le 26/02/2013 à 12:53 :
Le résultat des élections italiennes feront peut-être, et je l'espère, réfléchir les politiques dans tous les pays européens! Depuis des années lorsque ça va mal dans un pays c'est toujours la faute de l'autre et de Bruxelles. Jamais leur politique nationale, évidemment! Dans tous les pays les hommes/femmes politiques ne pense qu'à leur "carrière" politique personnelle, celle de leurs camarades, amis/amies et comment les caser, rien d'autre.
Réponse de le 26/02/2013 à 13:40 :
"Jamais leur politique nationale" Mais voyons reveillez vous ! Nos politicards nationaux ont autant de latitude qu'un poisson rouge dans un bocal. Nous élisons des pantins juste bons à retranscrire des directives européennes en droit français. Les grandes décisions macro-économiques sont prises à Bruxelles et Frankfort (BCE).
Réponse de le 26/02/2013 à 20:10 :

La preuve que non ils s'amusent à creuser les déficts
a écrit le 26/02/2013 à 12:50 :
J'y connais rien en assurance vie mais une règle est toujours vraie en France :
- si on vous incite à investir qqpart, méfiance et garre au retour de baton.
a écrit le 26/02/2013 à 12:48 :
L'austérité dirigé par les plus aisé de l'Europe et comment peut-on parler de re voter de quel droit les instances Internationales peuvent s'immiscer dans une démocratie étrangère???
a écrit le 26/02/2013 à 12:45 :

La sécurité d?emploi pour les uns, la précarité pour les autres. C?est ça la justice ? Voyez le scandale des retraites : pour les salariés des carrières qui ne sont pas entières et pour le fonctionnaire le droit à la paresse. C?est ça la démocratie ? C?est le règne du PRIVILEGE anti républicain ! Nous devons établir une démocratie sur ce régime totalitaire.
a écrit le 26/02/2013 à 12:42 :
Plus les pays s'enfoncent ... plus les peuples font appellent à l?extrémisme !
a écrit le 26/02/2013 à 12:39 :
J ai regarde leur programme sur le net limitation des mandats des politiciens et diminuer leur salaire au revenu moyen national. Ça donnerai des politiciens suédois un peu comme dans le monde associatif Plus de commune de moins de 5000 habitant etc. C est sur que les journalistes qui servent la soupe chaque jour avec le retour de Sarko et l histoire des futures éventuelle modification des vacances d été trouvé ça révolutionnaire et populiste
a écrit le 26/02/2013 à 12:27 :
Les hommes politiques sont entrain de buter la France, il serait temps de réagir?
a écrit le 26/02/2013 à 12:24 :
Du pain et des jeux de cirque.
a écrit le 26/02/2013 à 12:18 :
comme des rats nous sommes dans la nasse .l'europe essaye de niveler les revenus des pays europeens pour qu'ils deviennent équivalents d'un pays à l'autre ,donc faire baisser les revenus chez certains pour les faire évoluer chez d'autres la mondialisation est basée sur le même système. nos amis Italiens ne veulent pas de ça donc ils votent pour Beppe Grillo(mais que peu t il faire?). nous Français nous n'avons pas encore le choix: ç'est bonnet blanc ou blanc bonnet!!dans quatre ans notre niveau de vie aura rejoint celui de la moyenne européenne ,grâce à nos dirigents éclairés diplomés qui aurons fait d'un pays prospère un pays dépassé!
Réponse de le 26/02/2013 à 19:19 :
@ Léon +UN !
a écrit le 26/02/2013 à 12:16 :
On a effectivement des problèmes graves. En France le gouvernement laisse creuver la population dans la misère, voyez le nombre de jeunes dans les rues dans la déshérence la plus totale. On nous annonce que l?Etat ne met pas en prison les gens qui ont été condamnés, près de 100 000. C?est donc une incitation au crime. On dénonce aussi le scandale du martyre des salariés qui sont maltraités au point qu?on a des suicides en chaîne. Il existe une réelle volonté de détruire les gens. Il serait bon que la société réagisse. Nous avons des jeunes qui ne sont jamais entrés dans la vie, c?est TOUTE LA VIE DANS L?EXCLUSION. C?est immonde comme système !
a écrit le 26/02/2013 à 12:00 :
La démocratie c?est pas la dictature des 4 zami qui font n?importe quoi et qui racontent n?importe quoi. Nous avons une assemblée sous représentative, d?ailleurs 4 français sur 5 ne s?estiment pas représentés. C?est un Etat anti social et contre performant sans aucune légitimité. On balance de l?argent par les fenêtres sans le moindre résultat ! De plus ils accumulent des fortunes qui scandalisent la société en se payant des primes en millions. La sécurité d?emploi pour les uns et l?exclusion pour les autres, c?est inacceptable !
a écrit le 26/02/2013 à 11:55 :
Le peuple italien s'est exprimé dans les urnes et les médias français n'ont aucun droit de contester ses choix et ses position. Parlez de "populisme" est une insulte à la souveraineté du peuple italien.
Réponse de le 26/02/2013 à 13:16 :
Malheureusement les banques françaises sont chargées en emprunts italiens, un Berlusconi ou Grillo ne sont pas crédibles. Les banques françaises font -5% aujourd'hui...
Réponse de le 26/02/2013 à 14:16 :
Et alors ?
Réponse de le 26/02/2013 à 14:58 :
@aka

Si les banques françaises font -5 % ce n'est pas à cause de l'Italie mais bien au fait de la volatilité de leurs placements sur les marchés boursiers déconnectés de l'économie réelle. De plus avant de placer des capitaux à l'étranger, elles feraient mieux de soutenir l'économie dont elles dépendent à l'échelle nationale. Perdre l'argent des français sur de mauvais placement italiens, c'est un comble!
a écrit le 26/02/2013 à 11:36 :
Juste le début de la désagrégation. Désagrégation impulsée au plus haut niveau de l'Europe pour un profit maximal à quelques-uns. Les autres sont nourris de poudres aux yeux.
a écrit le 26/02/2013 à 11:36 :
Il n'y a pas si longtemps (74 ans), une démocratie a porté un futur dictateur au pouvoir. Les incuries des hommes politiques (H et F) et la mauvaise gestion mettent en danger nos chers modèles (soit disant) démocratiques
a écrit le 26/02/2013 à 11:34 :
Et vivement les prochaines élections en France qui vont probablement créer quelques surprises...
Réponse de le 26/02/2013 à 12:52 :
Honnêtement la surprise on l'attends toujours... Qui pourrait créer la surprise ? Les menteurs se feront toujours élire.
Réponse de le 26/02/2013 à 14:05 :
Pour ça, on l'attend toujours notre Beppe Grillo! Parce que bonjour le choix des candidats, c'est nullité et cie...
Réponse de le 26/02/2013 à 19:16 :
Nous, en son temps, nous avions notre brave Coluche....on sait comment on l'a dissuadé: menaces , etc
a écrit le 26/02/2013 à 11:33 :
C'est précisément l?opinion publique, le "peuple", qui vient d?opérer son retour triomphal en Italie, sous la forme du "non-parti" Cinque Stelle (Beppe Grillo), qui vient de dire Non au front unifié du "plus ça change, plus c'est la même chose", constitué des partis politiques à proprement parler. Peut-on gouverner sur un programme de simple "basta"? Non, bien entendu, car c'est précisément là que sont intervenus les dérapages les plus abominables de l'histoire récente, ce qui alimente les accusations anticipées de "poujadisme" ou de "populisme" adressées à Cinque Stelle. Le peuple s'est exprimé en votant pour ce mouvement, il faut s'assurer maintenant qu'à travers celui-ci ce soit maintenant lui qui prenne la parole et qu?on entende énoncer clairement ce qu?il veut véritablement.

a écrit le 26/02/2013 à 11:31 :
le "Colluche italien" est en situation d'arbitrage ....ce serait risible si la situation en italie n'était pas dramatique. Ce résultat prouve au moins une chose : le rejet par les italiens des "politiques" traditionnels qui ici comme souvent ailleurs , notamment en europe, ont fait la preuve de leur incompétence, de leur manque de courage, de leur duplicité etc... pour faire court. La démagogie a ses limites et le populisme n'est pas loin.
a écrit le 26/02/2013 à 11:31 :
Que de termes péjoratifs pour ceux qui ne croient pas en ce qui est imposé politiquement, économiquement et monétairement aux peuples à l'échelon européen. Du "populisme"par ci (c'est quoi d'ailleurs exactement ce concept ?), du "nationalisme" par là saupoudré "d'anti-eurpéanisme". Ben voyons, c'est tellement facile...
a écrit le 26/02/2013 à 11:30 :
excellent le retour victorieux de Berlusconi au sénat italien !


Ainsi la gauche ne pourra pas faire les dégâts que fait la notre en France avec Hollande !
Réponse de le 26/02/2013 à 14:15 :
Je suis bien d accord avec vous car la gauche italienne n est pas assez forte pour supporter toutes les prochaines élections car entre temps ils auront vu ce que cela donne.
a écrit le 26/02/2013 à 11:23 :
les pays européens se disent pays démocratiques, en fait il faut qu'ils se mettent à jour, ce sont maintenant avec l'appui des médias des pays démagogiques.
a écrit le 26/02/2013 à 11:23 :
Et le désarroi des Français face à l'incompétence de leur gouvernement ?
Réponse de le 26/02/2013 à 13:37 :
avec ce genre de propos on se demande si vous avez + de 4 ans .
a écrit le 26/02/2013 à 11:23 :
Les élections oui, la chienlit non !!!
a écrit le 26/02/2013 à 11:22 :
Il semble que des Italiens, comme des Etats-Uniens en leur temps, aiment être dirigés par des bouffons plus ou moins professionnels. ça coûterait moins cher d'organiser un tirage au sort plutôt que des élections, non ?
a écrit le 26/02/2013 à 11:19 :
Comme les italiens, on devrait pourchasser l?individu fonctionnarisé qui persécute la population !
a écrit le 26/02/2013 à 11:19 :
échec de la politique de Merkel .chez elle aussi il y aura bientôt des problèmes .
Réponse de le 26/02/2013 à 13:13 :
Un déficit public bientôt à 0, peu de chômage, excédent commercial record etc... Merkel je vote à 100%.
D'autant que contrairement à d'autre elle est pragmatique : ex dans le nucléaire : elle était pour à 100%, mais elle à su tirer les leçons de Fukushima en initiant une transition énergétique qui tien lieu de plan de relance pour l'économie allemande.
a écrit le 26/02/2013 à 11:14 :
Ils confondent dictature d?Etat et démocratie. On fait dans le tyran politique qui dévaste la société. Il faut que les citoyens reprennent le contrôle sur les vrais fausses démocraties européennes. On porte attentat aux libertés républicaines, on opprime la société on détruit les citoyens. Faisons comme les italiens, appelons aux armes ! Le niveau de vie vers le bas, c'est ça le but? Faire fortune à exterminer l'humanité, voila ce qu'ils font!
a écrit le 26/02/2013 à 11:13 :
ceux qui nous gouvernent demander toujours plus d'efforts et de sacrifice alors que eux n'en font pas le moindre, faut il s'en étonner ?
a écrit le 26/02/2013 à 10:52 :
C'est précisément l?opinion publique, le "peuple", qui vient d?opérer son retour triomphal en Italie, sous la forme du "non-parti" Cinque Stelle (Beppe Grillo), qui vient de dire Non au front unifié du "plus ça change, plus c'est la même chose", constitué des partis politiques à proprement parler. Peut-on gouverner sur un programme de simple "basta"? Non, bien entendu, car c'est précisément là que sont intervenus les dérapages les plus abominables de l'histoire récente, ce qui alimente les accusations anticipées de "poujadisme" ou de "populisme" adressées à Cinque Stelle. Le peuple s'est exprimé en votant pour ce mouvement, il faut s'assurer maintenant qu'à travers celui-ci ce soit maintenant lui qui prenne la parole et qu?on entende énoncer clairement ce qu?il veut véritablement.

a écrit le 26/02/2013 à 10:46 :
Union européenne ou désunion européenne?
a écrit le 26/02/2013 à 10:45 :
Il y a aussi le désarroi des élites du foirail de maquignons d'Europe, et d'ailleurs, qui ne comprennent pas que des hommes puissent rechigner à suivre les gourous de la spéculation qui depuis trois décennies plongent les populations dans la régression économique et sociale. Ces élites sont-elles à ce point autistes qu'elles ne voient et n'entendent rien, hurlant au populisme et à l'euroscepticisme à tue tête , de façon dérisoire ? Cohn Bendit serait-il le seul à souligner l'évidence ?
Réponse de le 26/02/2013 à 12:19 :
+ UN
a écrit le 26/02/2013 à 10:42 :
En 2017 - ou avant, allez savoir - comment reagirons les mêmes marchés quand Marine Le Pen arrivera au pouvoir en France ?
Réponse de le 26/02/2013 à 12:13 :
serait , evidemment, que toute la droite fasse bloc sinon nous continuons taxes etc.....
Réponse de le 26/02/2013 à 12:20 :
on verra bien, car ce sera une bonne chose !
a écrit le 26/02/2013 à 10:40 :
les impôts,taxes...ça ne marche pas en économie,ça ne marche pas non plus dans les urnes.
a écrit le 26/02/2013 à 10:40 :
Le totalitarisme d?Etat conduit à l?oppression de la société et à la suppression des libertés. Ils déremboursent chaque jour un peu plus. L?Etat dessert la société.
a écrit le 26/02/2013 à 10:39 :
Présenter Grillo comme un populiste alors qu'à juste raison, la gauche et la droite italienne sont pourries jusqu?à l'os et grillo n'est que la resultante de leur cecité et de leurs politiques sourdes et corrompues, ca me fait rigoler. J'ai regardé hier la télé, la gauche italienne se lechait les babines d'avance de pouvoir se baigner dans l'argent public comme le fait son homologue francais. Et mainternant, les voila t'il pas qu'ils voudraient refaire l'election, il ne reste plus qu'à faire qu'à faire des listes d'electeurs restrictives ou refaire les elections autant de fois que necessaires afin d'avoir le resultat "correct" et avant la dictature. En attendant, je me marre !
a écrit le 26/02/2013 à 10:38 :
je pense que les italiens sont europhiles comme l'ensemble des europeens, mais vomissent
Bruxelles, les prochaines elections en Europe le demontrera.
Réponse de le 26/02/2013 à 12:12 :
Exactement !
L'europe est malade de ses politiciens vivant dans l'opulence et l'aisance et qui ne font que des mesures touchants les autres.
A quand leurs salaires indexés sur le bien-être de ce continent ? Le faire les rendrait enfin crédible.
Triste monde que de pousser autant de monde à la misère pour une donnée purement fictive, l'argent.
a écrit le 26/02/2013 à 10:34 :
Explosion des populismes ? On croit rêver, on explose les sociétés, c?est normal que les gens se révoltent. La misère et le chômage ne font que progresser. Les politiques français n'ont jamais résolu le moindre problème!
a écrit le 26/02/2013 à 10:30 :
Arrêtez de parler de populisme, de fascisme etc... C'est la DÉMOCRATIE ! Les européistes ont échoué, ils doivent assumer.
Réponse de le 26/02/2013 à 11:49 :
ah!ah!ah! la Démocratie ? de Républiques bananières, ouais !!
a écrit le 26/02/2013 à 10:17 :
Donc on est populiste si on refuse la dictature de la Commission de Bruxelles (qui a toujours mis en place ce que l'ERT lui dictait (European Round Table : forme d'association regroupant les plus grandes sociétés, c'est notamment l'ERT qui a imposé par une forme de pression très forte le marché unique européen, l'euro et surtout l'élargissement déraisonné de l'UE aux pays de l'Est à bas coûts)) ... Encore une belle leçon de démocratie ...
Réponse de le 26/02/2013 à 11:34 :
La DEMOCRATIE? mais ne voyez vous pas, qu'elle fout le camp, à vitesse grand V, la démocratie, elle est AGONISANTE !
Réponse de le 26/02/2013 à 11:37 :
+1
a écrit le 26/02/2013 à 10:15 :
Une crise sans équivalent depuis la guerre. En effet, puisque nous avons affaire à des naufrageurs. On fait des politiques de monnaie forte avec des économies sous compétitives. Il est clair que la jeunesse fait les frais de ces politiques funestes. C?est le gouvernement du bon à rien, le dictateur en pantoufle qui ne sait que faire des papiers à fins de démolir les entreprises. C?est un cimetière la France, 1087 usines ont fermé. Nous avons une génération éliminée par les boomers, c?est un véritable crime. On emploie des diplômés à des travails non qualifiés, c?est n?importe quoi ! Une aberration sur la Terre ce système ! On a fait exploser des pays entiers, qu?on fasse la révolution ! Nous avons un Etat arbitraire, inefficace et en faillite ! On fait de la récession et on condamne l?entreprise. Faut pas beaucoup de bon sens pour comprendre que le bureaucrate se fout du monde ! L'ETAT NIQUE LA SOCIETE!!
Réponse de le 26/02/2013 à 11:35 :
+ 100000000....malheureusement, on le sait !
Réponse de le 26/02/2013 à 11:52 :
Pour nos jeunes le choix bien cruel se trouve entre l'exil et le suicide. C'est hélas la triste vérité. Il ne fait aucun doute que nous sommes à la veille de très grands changements. On ne peut plus continuer longtemps sur cette voie sans issue autre que la ruine. Le livre "les corps indécents" est assez révélateur d'une jeunesse désabusée sans illusions. Quel sera le détonateur qui amènera des millions de personnes dans les rues ? La seule crainte se trouve dans l'émergence d' un régime autoritaire et le défaut des libertés.
Réponse de le 26/02/2013 à 19:11 :
Hélas, 3 fois hélas! vous avez entièrement raison, c'est criminel se qui se prépare...on parle souvent de "crimes contre l'Humanité", et là, c'est quoi, somme toute?........
a écrit le 26/02/2013 à 10:06 :
Ne sont étonnés que ceux qui écoutent béats les médias aux ordres. Il était évident que M. MONTI porté au pouvoir par la commission européenne n'avait aucune légitimité.
Malgré ses frasques Berlusconi avait un bilan pas aussi mauvais que ne le présentaient les journalistes français.
La sortie concertée de l'euro qui est en train de tuer les économies du sud de l'Europe me semble rester la meilleure solution. .
a écrit le 26/02/2013 à 9:47 :
Berlusconi n'a pas remporté le senat puisque la majorité est a 158 sieges, et que sa formation n'obtient que 116 sieges contre 113 du centre gauche !
Grillo se pose donc en position d'arbitre, avec ses 54 sieges!
Eh oui les italiens en ont eu marre de tous ces politiques corrompus (de droite comme de gauche) et on votés en masse le parti 5 etoiles !!!
En somme le pire ennemi de le democratie c'est le peuple !!!
Réponse de le 26/02/2013 à 11:00 :
heu... non, la corruption chez les politiques que justement le peuple a sanctionné. Il faudrait pas inverser les choses.
Réponse de le 26/02/2013 à 11:11 :
Tu as raison, UMPS for ever, allons dans le mur en chantant
Réponse de le 26/02/2013 à 13:03 :
Bah c'est ce que j'ai dit non !!!! et la derniere phrase etait du second degré, mais du premier pour les marchés financier.
a écrit le 26/02/2013 à 9:42 :
Grèce...Espagne...Chypre..Italie..le chaos s'installe en Europe..." règle d'or d'abord"...Hollande n'entend rien. Ne voit rien. Accélère..." règle d'or d'abord"... Aveuglement funeste....
Réponse de le 26/02/2013 à 10:46 :
Le capitalisme financier se nourrit de ceux qui vivent à crédit pour mieux les soumettre. Particulier, entreprise ou pays, rien ne peut leur résister. Un particulier ça ne gène pas trop de monde, une entreprise c'est un peu plus problématique, mais un état ... Demandez à des particuliers se mettant en faillite ce que ça fait de voir tout ses biens vendus aux enchères, leurs salaires ponctionnés à la base, ne pas pouvoir disposer de carte bleue ou de chéquier. Imaginez la même chose au niveau d'un État et si vous avez du mal renseignez vous sur l'Argentine.
Réponse de le 26/02/2013 à 11:32 :
une "Arnaque Européenne", OUI! elle a été mise en place par les grands esprits" ultra capitaliste pour mettre à terre tous les peuples, ni plus , ni moins...Rien ne va plus nulle part! regardez la liste des pays qui s'enlisent, est ce la faute au fait que nous "vivons tous au dessus de "nos moyens" (elle est bien bonne ! ), ou est ce la faute des hommes d'état au service de ceux qui sont "au sommet, et qui veulent,non seulement avilir les individus, mais en plus il meur en faut toujours, toujours plus !! à notre détriment.....on commence par créer du chômage, pour que la société apeurée, prenne ce qui reste à n'importe quelle rémunération, pourvu qu'elle possède ce luxe" de travailler , alors que c'est un DROIT!! on nous a bien eu (pour ceux qui ont voté pour l'UE, avec leurs" il n'y aura plus de chômage, plus de droits, de justice, de travail, d'échanges, de COOPERATION , entre les peuples!! ah!ah!, de quoi se marrer à mort, si ce n'était aussi, douloureux et grave pour les populations...nous ne sommes plus maîtres de nos destins...si tant est que nous l'ayons été, auparavant......
Réponse de le 26/02/2013 à 11:39 :
toute cette calamiteuse gestion (Bruxelles en 1er lieu, les politiques , pffff= à leurs bottes !), est entretenue POUR !! pour le souk, pour maintenir le désarroi, le capharnaüm ambiant! bizarre qu'on le perçoive si peu...
a écrit le 26/02/2013 à 9:42 :
En quoi être eurosceptique est populiste M. RENIER ? Vous pouvez arrêter votre désinformation svp. Bien que ce soit éloigné de la pensée dominante que vous relayez, être contre l'UE ce n'est que du bon sens économique et démocratique. Merci de respecter vos lecteurs de plus en plus nombreux à ouvrir les yeux sur cette arnaque européenne.
Réponse de le 26/02/2013 à 10:35 :
Si je suis bien votre point de vue, autant revenir à l'époque de l'antiquité des cités États. Ce n'est pas parce que l'Europe a été pourrie par des politicards régionaux pantins de lobbys divers et variés qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain.
Réponse de le 26/02/2013 à 12:16 :
Oui c'est ça revenir à la souveraineté nationale c'est revenir à l'antiquité. Marre de ce genre d'affirmation qui ne repose sur rien. Je confirme, la sortie de l'ue est la seule voie possible au retour de la démocratie. Que chaque pays retrouve sa souveraineté et les moutons seront bien gardés. Le bilan de l'UE est CATASTROPHIQUE point barre. Il n'a aucun argument concret qui aille dans le sens de l'intérêt des peuples et qui justifierait qu'on reste dans cette UE qui me donne envie de gerber.
Réponse de le 26/02/2013 à 12:29 :
@ Thargor: l'Europe telle que construite depuis 20 ans n'est pas celle désirée par les populations, et n'apporte pas grand chose de positif si l'on regarde les multiples promesses des politiques et des bruxellocrates.
Réponse de le 26/02/2013 à 21:10 :
+ 100
Réponse de le 26/02/2013 à 22:15 :
C'est vrai, regardez la Suisse. Mais il y a un bémol ! Candidement elle a crû aux bénéfices de l'espace Schengen. Résultat: une immigration massive libre (C'est comme ça qu'on appelle ça quand elle n'est pas contrôlée) et un débordement des problèmes européens de défaut de croissance payés par les suisses mis au chômage pour donner du travail au surnombre d'immigrés, sans parler des faux réfugiés dont les délits pourrissent la vie de ces, comme disait Victor Hugo, suisses qui vivent(vivaient) tranquilles et traient leurs vaches.
a écrit le 26/02/2013 à 9:40 :
Comme d'autres pays l'Italie enregistre une poussée des extrémistes.Merci qui?
Réponse de le 26/02/2013 à 10:46 :
A commencer par la france avec le populiste françois hollande qui c'est fait élire en poussant à l'extreme des slogans populistes
Réponse de le 26/02/2013 à 10:54 :
Mais de quels extremistes parlez vous? De la ligue du Nord?
a écrit le 26/02/2013 à 9:38 :
"De quoi laisser des traces dans la tête des Italiens, réputés europhiles, mais qui doutent de plus en plus des bienfaits de la politique prônée par Bruxelles et le nord de l?Europe." tu m'étonnes ! Et bien sûr qui veux sortir de l'euro est populiste, qui veut critiquer les politiques européennes est populiste, la bonne affaire, une belle leçon du débat démocratique cet article ! Ne vous en déplaise il y a plus de vérités dans la bouche de Grillo que celle des eurobéa de bruxelles et de vos colonnes...
Réponse de le 26/02/2013 à 10:59 :
Avez vous remarqué BoB44 le déchainement de certains journalistes "bien pensant" suite aux résultats de ces éléctions Italienne et particulièrement du score de Beppe Grillo que l'on s'emploi à qualifier de "populiste" et autres noms d'oiseaux pour tenter de le discrediter. Cet article de la Tribune est complétement en décalage avec la réalité et il n'est pas un cas isolé.
Réponse de le 26/02/2013 à 11:39 :
EXCELLENT, excellent !
Réponse de le 26/02/2013 à 12:18 :
Oui lutner il le traite comme un mélenchon ou marine le pen chez nous, ce sont les mêmes qui crient à l'antisémitisme dès qu'on parle d'israel, ou encore de complotisme dès qu'on parle de l'impérialisme US.. Pathétique
Réponse de le 26/02/2013 à 12:22 :
+1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :