Il y a 40 ans, la Turquie envahissait Chypre

 |   |  1149  mots
La République de Chypre est la seule entité de l'île reconnue internationalement
La République de Chypre est la seule entité de l'île reconnue internationalement
Le 20 juillet 1974, l'armée turque débarquait à Chypre. L'événement est commémoré ce dimanche dans les deux parties de l'île.

Voici quarante ans, le 20 juillet 1974, la Turquie lançait son armée à la conquête de Chypre. En ces époques de commémorations de la Grande Guerre et du D-Day, cet anniversaire passe inaperçu. Néanmoins, les autorités des deux parties de l'île vont commémorer ces 40 ans ce dimanche. Au nord, le président turc Abullah Gül se déplacera. Car 40 ans après, l'île est encore séparée par la « ligne verte », la ligne de cessez-le-feu protégée par les soldats de l'ONU, entre la République de Chypre hellénophone, membre de l'UE et seule entité étatique reconnue et la République turque de Chypre du Nord (RTCN) qui a proclamé son indépendance en 1983, mais qui n'est reconnue que par la Turquie.

La radicalisation du régime athénien

Les événements de 1974 avaient pour origine l'inconscience des colonels à Athènes. La Junte qui s'était emparée du pouvoir en 1967 suite à un coup d'Etat s'était radicalisée en novembre 1973 après la révolte des étudiants athéniens. La partie la plus radicale de l'armée grecque avait alors chassé le général Papadopoulos et avait durci le régime. Pour renforcer sa popularité, les colonels décidèrent alors de lancer un vieux rêve : l'Enosis, l'union entre Chypre et la Grèce.

Coup d'Etat le 15 juillet

Le 15 juillet, les nationalistes grecs chypriotes de l'EOKA-B déposent le président de la république chypriote, Monseigneur Makarios. Les putschistes établissent un régime qui entend préparer l'Enosis. Mais Chypre, indépendante depuis 1960, est une poudrière. La présence d'une forte minorité turque (environ 18 % de la population) répartie sur tout le territoire rend l'Enosis impossible et le Royaume-Uni (ancienne puissance coloniale), la Grèce et la Turquie sont garantes de l'indépendance de l'île et du bon fonctionnement de ses institutions. L'équilibre est cependant précaire. En 1963, de violents affrontements ont eu lieu. La politique de Monseigneur Makarios évolue alors et le prélat tente de favoriser la cohabitation des deux communautés. C'est ce que lui reproche l'EOKA-B.

L'effondrement de la Junte grecque

Le 20 juillet, l'armée turque décide donc de passer à l'offensive sur la côte nord de l'île, près de Kyrenia (Girne). C'est l'opération Attila. Ankara entend assurer la sécurité des Turcs de l'île en vertu des traités. En trois jours, 3 % de l'île sont occupés. Un cessez-le-feu est signé le 23 juillet. A Athènes, la réaction turque conduit à la panique. L'armée semble incapable de faire face à une guerre contre son voisin (et allié au sein de l'OTAN). La Junte s'évanouit et demande le retour de Constantin Karamanlis, l'ancien premier ministre, pour assurer une transition démocratique. Ce dernier atterrit à Athènes le 24 juillet dans l'avion de Valéry Giscard d'Estaing. A Nicosie, les putschistes disparaissent également.

Attila II

Mais la Turquie n'entend pas quitter l'île sous prétexte du retour de la démocratie à Athènes et à Nicosie. Des négociations se tiennent à Genève sur la future constitution de l'île. Elles sont bloquées, notamment par la gourmandise des Chypriotes turcs. Le 13 août, Ankara rompt les pourparlers et lance une deuxième offensive, Attila II. Son armée occupe alors 38 % de l'île, notamment le nord de la capitale, Nicosie et la grande ville côtière de Famagouste. L'offensive est violente et les casques bleus eux-mêmes ne sont pas épargnés. La Turquie contrôle alors la partie la plus riche de l'île qui concentrait 70 % de son PIB.

« Nettoyage ethnique »

Mais les pires conséquences de l'offensive sont surtout humaines. Outre les 4000 morts du conflit et le millier de disparus, l'île va connaître un véritable nettoyage ethnique sur le modèle des échanges de population entre Grèce et Turquie de 1922. 200.000 des 500.000 Chypriotes grecs sont chassés du nord de l'île, 70.000 chypriotes turcs rejoignent le nord. Depuis, deux entités « ethniques » se sont face.

Détente de façade

La situation s'est certes détendue depuis. En 2003, la « ligne verte » a été enfin ouverte. 5 points de passage, dont deux à Nicosie, ont été installés et il suffit de présenter son passeport pour passer la ligne de cessez-le-feu. Il n'est pas rare de croiser des Chypriotes turcs venir faire leurs emplettes à Nicosie « sud », plus riche. Mais les tensions demeurent. En 2004, le plan Annan de réunification avait été rejeté par la communauté grecque qui ne se satisfaisait pas des conditions de dédommagement des pertes subies en 1974. Le dialogue se poursuit, mais il n'avance guère. Et à Nicosie, on n'est guère optimiste. Progressivement, deux Etats et deux mondes se partagent l'île.

Miracle économique

Economiquement, Chypre du Nord dépend étroitement des subventions de la Turquie et subit les conséquences sévères de sa non reconnaissance internationale. La partie la plus riche de l'île est devenue la plus pauvre. Le pseudo-Etat développe néanmoins un tourisme bon marché qui séduit de plus en plus d'occidentaux. Au sud, la République de Chypre a connu un véritable « miracle économique » après la guerre. D'abord fondée sur son agriculture et sur le tourisme, il est ensuite fondé sur une politique fiscale généreuse et par le développement d'un secteur bancaire qui enfle considérablement lorsqu'il devient dans les années 1990 la plate-forme offshore préféré des riches oligarques de l'ex-URSS. Chypre entre dans l'UE en 2004 et dans la zone euro en 2007.

Crise chypriote

En 2011, le système chypriote explose. La restructuration de la dette grecque fait plonger un secteur bancaire qui avait acheté à tour de bras des bons grecs. Le pays ne peut faire face à la recapitalisation de ses deux grandes banques. Il en appelle d'abord à la Russie, qui lui prête fin 2011 2,5 milliards d'euros, puis, en mars 2013, à l'UE et au FMI. Chypre deviendra le « modèle » du renflouement par les déposants. Ceux qui disposent de plus de 100.000 euros sont contraints de renflouer les banques. La troïka prête 10 milliards d'euros. L'économie plonge (-5,4 % en 2013, -4,8 % prévue cette année), le chômage augmente jusqu'à 17 %.

Blessures vives

Nicosie veut être le « bon élève » de la troïka et dépasse souvent ses demandes. Mais ce « succès » s'appuie sur le contrôle des capitaux et aucun nouveau modèle ne semble se dessiner pour l'économie chypriote dans l'avenir, si ce n'est l'exploitation des richesses gazières au large de ses côtes. La misère économique du sud et la faiblesse du nord permettront-ils un rapprochement dans les années à venir ? Rien n'est moins sûr. En mars dernier, une crise gouvernementale a secoué Nicosie après l'ouverture de discussion avec la partie chypriote-turque. Les blessures de 1974 restent vives. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2014 à 21:21 :
Dès qu'on essaie d'expliquer à certains musulmans pro-palestiniens qu'Israël n'est pas le seul responsable, ils nous crachent au visage. Mais quand c'est la Turquie, là on devient tout de suite plus "laxiste", en fait on accuse même les victimes. Je ne serais même pas surpris d'entendre qu'Erdogan ne soutient pas les chrétiens persécutés d'Irak. Ah ça non, les Palestinien sont les seules victimes de la planète! Franchement, c'est pas pour être dégueulasse, mais ce genre de chose ne me donne pas du tout envie de m'impliquer pour la Palestine.
a écrit le 24/07/2014 à 20:49 :
oui l'invasion de l'armée Turque était conforme
aux accords internationaux
contrairement à l'ile de Crète
pour Chypre les turcs n'ont pas eu confiance et ont protégé
leur population
Rien de choquant !!!!!
Réponse de le 28/07/2014 à 0:18 :
Si cela ne vous choque pas de devoir partir en courant, en laissant tout derrière soi, de devenir un réfugié dans votre propre pays, je vous plains. Chypre est un état souverain où la Turquie n'a rien à faire.
a écrit le 21/07/2014 à 16:39 :
Dimanche les Palestiniens envahissaient les rues de notre pauvre France !!!! Là vous ne dites rien !!
Réponse de le 24/07/2014 à 21:23 :
Bien sûr que non! Erdogan préfère traiter Israël "d'Etat nazi" mais lui, c'est un saint!
Réponse de le 01/09/2015 à 16:41 :
Erdogan un Saint ? va falloir canoniser " Guy George" dans ce cas !
a écrit le 21/07/2014 à 13:20 :
L'intervention de l'Armée turque en 1974 (il y a 40 ans) était conforme aux accords signés et donc au droit international. L'effet positif essentiel : la chute du régime des colonels en Grèce.
Réponse de le 21/07/2014 à 13:48 :
l’opération attila , qui a fait plus de mille morts, conforme à des accords internatinaux ?? tu délire ou quoi?
Réponse de le 23/07/2014 à 12:43 :
Ce qui me choque, c'est que le Nord "célèbre" les 40 ans de l'invasion....
a écrit le 21/07/2014 à 10:03 :
L' UNESCO a fait le bilan de l'occupation turque de Chypre.

- 500 églises ont été vandalisées.
- 77 églises transformées en mosquées.
- 15 000 peintures religieuses ont disparu.

Des cimetières ont même été profanés comme l' a montré un reportage de la chaine M6

Chose étrange, il n'y a jamais eu de manisfestation contre la Turquie dans les banlieues.

Même Chirac, grand défenseur des palestiniens, ne critiquait jamais la Turquie.
Réponse de le 28/07/2014 à 0:19 :
+1000
a écrit le 21/07/2014 à 9:53 :
4000 morts, des milliers de disparus, 1/2 million de déplaces...
Les descendants des responsables d'hier comparent aujourd'hui la mort de 200 personnes a un génocide. Le gouvernement turque n'aucune crédibilité
A l'époque y a t'il eu des milliers de manifestants a Paris? Des boutiques brûlées et des violences???
a écrit le 20/07/2014 à 22:58 :
Désolée mais ce conflit n'est pas qu'économique ou ethnique. Les questions essentielles ne sont jamais abordées. Pas un mot sur la religion qui est pourtant le facteur fondamental de ce conflit. Les chypriotes turcs sont musulmans et les chypriotes grecs sont des chrétiens ( orthodoxes ). Peur d'aborder des sujets qui fâchent ?
a écrit le 20/07/2014 à 20:07 :
La Grèce a attaqué une ile indépendante et la Turquie a été obligée de protéger les siens. Les ancetres de l'aube dorée étaient déjà à l'oeuvre pour controler Chypre.
Réponse de le 20/07/2014 à 22:48 :
protéger les sien en envahissant la moitier de l'île! Faites moi rire. C'est juste de l'expansionisme turque qui ne répondait qu'à l'expansionisme grec. La protection des populations n'a rien à voir la dedans.
Réponse de le 21/07/2014 à 12:58 :
c'est toujours les citoyen des états les plus colonialistes qui vienne l ouvrire... la france en afrique était elle chez elle?
Réponse de le 21/07/2014 à 14:02 :
"La Grèce a attaqué une ile indépendante" ? vous plaisantez ou quoi? vous les prenez ou vos bouquins d'Histoire?? consultez au moins wikipedia avant de poster!
Réponse de le 21/07/2014 à 14:13 :
En attendant, les turcs ont foutu un beau bordel à Chypre:
l'ile est coupé en 2, les 2 populations se font la gueule, la partie nord est sinistrée économiquement, et l'UE refuse d’intégrer la partie turque.
Bravo les gars, vous tes les meilleurs..
a écrit le 20/07/2014 à 18:22 :
Il est effectivement utile de rafraîchir les mémoires ! Certains avaient oublié qu'il y a des territoires occupés en Europe...
a écrit le 20/07/2014 à 16:39 :
Au fait, c'est il y a 20 ans, ou c'est il y a 40 ans
A la Tribune, on ne sait plus compter sur ses doigts... achetez une calculette ... Peut on avoir le "bac" (85% de "réussite") sans savoir compter ... c'était une des exigence du certificat d'études ... il y a longtemps
a écrit le 20/07/2014 à 16:00 :
En effet, il y a 40 ans Chypre avait été envahit par la Turquie.
a écrit le 20/07/2014 à 15:45 :
On critique beaucoup Israël et l'occupation en Palestine , mais il faut rappeler que les Turcs ont fait la MÊME chose à Chypre...avec les mêmes arguments historiques.
Réponse de le 20/07/2014 à 16:55 :
les journalistes que des menteurs, et les commentaires pitoyables
Réponse de le 20/07/2014 à 20:08 :
La Grèce a envahi une ile indépendante. Il faut arreter de tout comparer.
a écrit le 20/07/2014 à 15:19 :
On fait bcp de reproches à Israël, mais les turcs ont fait EXACTEMENT La même chose à Chypre , avec les mêmes arguments..
Réponse de le 20/07/2014 à 16:41 :
Et Bachar ??? lui ... il "défend" son peuple ???
Silence journalistique
Réponse de le 20/07/2014 à 19:09 :
Je pense que vous confondez certaines choses, les turcs ont fait leur devoir de patriotisme sans qu'aucun pays d'Europe n'ait pu rien reprocher, alors avant de critiquer aller lire ou relire vos bouquins d'histoires! De toute façon en France on aime critiquer pour rien, comme si l'on était parfait
Réponse de le 20/07/2014 à 22:55 :
leur devoir ? Qui abouti à envahir la moitier d'une île oú ils sont minoritaires !?
c'est comme si L'Algérie envahissant la moitier sud de la France pour défendre ses compatriotes opprimés.
Réponse de le 21/07/2014 à 4:50 :
Ce n'est pas exactement la meme chose!Israel a pris un territoire qui ne lui appartenait pas venez pas me dire que c'est L'Onu qui lui a donner,organisation qui soutient les interets communs des pays ayant le véto et surtout sans vraiment de valeur(cf Guerre d'Irak 2003)
Les turcs ont envahi Chypre car les greques voulait l'envahir et rattache l'ile,et il etait obligé pour proteger les chypriotes turcs..de plus il n'ont pas envahi pour faire un empire(cf Grand Israel) et il se sont retirer depuis d'ou la Republique Turque de Chypre!Chypre n'est plus vraimrnt occupé de plus les chypriotes turc ont accepter le plan Annan et non les greques donc il ne faut pas diabolisé les turcs qui ont certes envahi une ile mais envahi avant de se faire envahir!!Donc a ne pas confondre surtout que le nombre de morts n'est pas vraiment le meme..
Réponse de le 21/07/2014 à 4:53 :
Va apprendre l'Histoire de la Palestine et celle de Chypre avant de commenter!2 conflits qui ont rien avoir,2 invasion qui n'ont rien avoir et apres la protection de ressortisant je ne vois rien en commun entre Israel et la Turquie car il y a eu la creation de la Republique Turque de Chypre INDEPENDANTE!!Palestine independante?ah oui?depuis quand?
Réponse de le 21/07/2014 à 13:13 :
je vous rappelle les faits historiques: la Turquie a envahi l'ile sous prétexte qu'elle était ottomane au moyen age.
Ils ont déplacés de force des dizaines de milliers d' Orthodoxes vers le sud..
Ça vous rappelle rien?
La seule différence c'est que les grecs se sont écrasés, alors que les palestiniens n'ont jamais lâché l'affaire.
( je précise, je suis pas grec)
Réponse de le 26/07/2014 à 17:06 :
Monsieur Verite,

moi j'ai pas appris l'histoire dans les livres propagandistes turcs.....
a écrit le 20/07/2014 à 12:40 :
Il y a 20 ans, la Turquie envahissait Chypre
Depuis, deux entités « ethniques » se sont face.

il n'y a personne pour relire avant publication?
a écrit le 20/07/2014 à 12:31 :
Vous n'avez pas encore corrigé le bogue de l'an 1999 à la Tribune !
a écrit le 20/07/2014 à 11:31 :
Il aurait fallu dire TOUTE les raisons qui ont poussée la Turquie a intervenir !!

En effet, avant l'opération turc, les chypriotes turcs étaient massacrés et opprimés par le gouvernement chypriote, il y avait un vrai nettoyage ethnique d'où la nécessiter ensuite d'intervenir pour cesser cette attaque!
Réponse de le 20/07/2014 à 16:06 :
S'ils étaient turcs, ils avaient la possibilité de retourné dans leur pays d'origine... tout comme les ukrainiens de papiers réclamant un rattachement à la Russie. On en revient toujours au problème des passeports multiples qui arrangent bien des profiteurs!
Réponse de le 20/07/2014 à 16:17 :
voilà la propagande turc...
Réponse de le 20/07/2014 à 22:52 :
C est des turcs chypriote ..c est chez aussi ..ils ont vécu la bas pendant des centaine d année ..
Avant de parler il faut s'informer .i
Arrêter de parler sans savoir.
Réponse de le 21/07/2014 à 13:29 :
Ouais bien sur, les vilains grecs et les vilains arméniens ont opprimé les gentil ottomans!!
a écrit le 20/07/2014 à 11:30 :
Même problème de pays ne respectant le territoire d'un autre plus petit, la Turquie et la Russie et l'on est au 21ème siècle avec l'ONU qui n'arrive pas a imposer le droit international par la majorité des votants . Donc il faut supprimer le droit de vétos des nations les plus fortes .
a écrit le 20/07/2014 à 11:26 :
20 ou 40 ans ?
Un peu de relecture avant la publication serait bienvenue...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :