La Couronne britannique paie ses dettes.. 87 ans après les avoir contractées

 |   |  371  mots
La Couronne britannique a décidé d'honorer ses dettes
La Couronne britannique a décidé d'honorer ses dettes (Crédits : Reuters)
Le Royaume-Uni s'apprête à rembourser des obligations d'État émises en 1927 par Winston Churchill pour couvrir des emprunts datant du XVIIIe siècle, des guerres napoléoniennes et de la Première Guerre mondiale.

Le Trésor de sa Majesté a annoncé vendredi qu'il allait payer 218 millions de livres (277 millions d'euros) aux détenteurs de ces obligations datant de l'entre-deux guerres, émises à l'époque avec un taux d'intérêt annuel de 4% mais sans date de remboursement du capital.

L'administration britannique a versé depuis des intérêts cumulés de 1,26 milliard de livres et a considéré plus rentable de finalement rembourser ce capital.

Ces obligations avaient été émises en 1927 par le ministre des Finances de l'époque, Winston Churchill, pour refinancer une série d'emprunts contractés auparavant par l'Etat britannique.

Une plongée dans le temps

Parmi eux figuraient des "bons nationaux de guerre", vendus par la couronne en 1917 pour financer l'effort britannique pendant la Première Guerre mondiale, conduite aux côtés de la France notamment face aux empires allemand, austro-hongrois et ottoman.

Mais une partie des emprunts couverts par ces obligations de 1927 remontaient à plus longtemps. Certains trouvaient leur origine au début du XVIIIe siècle, lorsque Londres avait dû couvrir la faillite de la South Sea Company, chargée de commercer avec l'Amérique du Sud, ruinée par la crise financière dite de "la bulle de la Mer du Sud".

Une autre partie de ces obligations de l'entre-guerre avaient été émises pour prolonger des dettes contractées par le pays pendant les guerres napoléoniennes (début du XIXe siècle) et la guerre de Crimée (1853-1856).

" Le Trésor pense qu'il peut faire bon usage de l'argent des contribuables actuels et futurs en refinançant ces emprunts maintenant à des taux plus bas que les 4% réglés actuellement ", a-t-il expliqué dans un communiqué.

Plus de 11.000 prêteurs sont concernés

Il va rembourser les 11.200 individus ou entités qui détiennent ces obligations émises en 1927, souvent par héritage. La plupart d'entre eux (92%) détiennent pour moins de 10.000 livres (12.700 euros) de ces titres.

Le Trésor a précisé que le Royaume-Uni continuait de payer des intérêts sur quelque 2 milliards de livres de dette émise pendant la Première Guerre mondiale, "une illustration concrète des conséquences de cette guerre pour notre pays et ses effets à long terme sur notre endettement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2014 à 11:02 :
Les robots menacent l'emploi, rien de nouveau sauf qu'arrivé à un certain niveau d'optimisation de la productivité le peuple pauvre n'aura que de très faibles revenus et ne pourra plus acheter ce que les usines sans salariés produisent . . .Viendra de tout remettre à zéro !
a écrit le 03/11/2014 à 10:01 :
Lol, je vous laisse regarder en parallèle combien la BOE a imprimé ces derniers temps....
a écrit le 02/11/2014 à 9:05 :
totalement d'accord avec vous,et cela peut nous toucher directement : je ne vous conseille pas d'avoir un accident avec une voiture de l'Etat, il n'est pas assuré!! ...voir le contrat avec Ecomouv,
Tant que les litiges avec l'Etat seront gérés par un tribunal d'exception ( dit administraif) on sera dans une république semi bananière
Réponse de le 02/11/2014 à 9:30 :
La notion d'assurance vous échappe ( comme le reste d'ailleurs mais on va se limiter à ceci déjà, histoire de ne pas vous saturer) : une assurance est un prix mutualisé, un prix moyen appliqué sur un grand nombre de souscripteurs permettant au final de couvrir la probabilité d'un risque. Un Etat n'a pas besoin de s'assurer par définition vu sa surface humaine et sa surface financière : par définition, l'Etat peut faire face à n'importe quel risque. Et ne peut être mis sur le même pied d'égalité que n'importe quel citoyen puisqu'il représente l'ensemble de ces citoyens.
Réponse de le 02/11/2014 à 11:25 :
OUI, mais les citoyens sont par principe égaux, mais pas tous égaux de la même façon ... surtout vis à vis des tribunaux administratfis, par exemple !!
Réponse de le 03/11/2014 à 10:44 :
Quand on voit comment l'état traite les particuliers qui ont souscrit au CREF-COREM , on ne peut qu'être très prudent sur la capacité et la volonté de l'état a rembourser ses dettes.
a écrit le 01/11/2014 à 16:30 :
En France, on aurait fait une loi rétro-active annulant l'emprunt en forçant les souscripteurs à rembourser l'argent.
a écrit le 01/11/2014 à 15:15 :
C'est comme les billets de la Banque de France,après un certain temps on peut tapisser les toilettes avec alors que le dollar,la livre,le marc,le franc suisse,quelque soit leurs anciennetés ont toujours cours légal
a écrit le 01/11/2014 à 15:09 :
C'est pourquoi la City de Londres inspire confiance,elle respecte les contrats signés contrairement a la France qui sous les Rois de France n'a jamais respecté sa parole et qui sous la République a beaucoup de mal à le faire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :