CICE : une baisse d'un point du taux avant la suppression en 2019

 |   |  365  mots
L'effet de cette mesure d'économie ne devrait toutefois pas être très douloureux pour les entreprises, souligne-t-on à Matignon.
L'effet de cette mesure d'économie ne devrait toutefois pas être très douloureux pour les entreprises, souligne-t-on à Matignon. (Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
Mesure de baisse du coût du travail emblématique du quinquennat Hollande, le CICE sera remplacé par une baisse directe des charges de six points sur la masse salariale, a confirmé le chef du gouvernement Edouard Philippe.

Le taux du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) sera abaissé d'un point l'année prochaine avant d'être transformé en 2019 en baisse directe de cotisations pour les employeurs, comme l'avait promis Emmanuel Macron pendant la campagne électorale, a annoncé lundi Édouard Philippe.

Mesure de baisse du coût du travail emblématique du quinquennat Hollande, le CICE sera remplacé par une baisse directe des charges de six points sur la masse salariale, a confirmé le chef du gouvernement, venu visiter une usine de fabrication de conduits de cheminée Poujoulat avec son ministre de l'Économie Bruno Le Maire. Avant de disparaître, son mode de calcul sera moins favorable en 2018 : il sera calculé l'an prochain sur 6% de la masse salariale jusqu'à 2,5 fois le SMIC, et non plus 7% comme c'était le cas cette année, selon le dossier de presse du plan présenté par le Premier ministre.

L'effet de cette mesure d'économie ne devrait toutefois pas être très douloureux pour les entreprises, souligne-t-on à Matignon: le crédit d'impôt pour 2018 se concrétise un an plus tard, soit en 2019, année où les employeurs vont cumuler l'effet du CICE avec la nouvelle baisse des charges promise durant la campagne présidentielle par le chef de l'État.

Favoriser les entreprises en France

Le Premier ministre a par ailleurs confirmé la présentation en 2018 d'un nouveau projet de loi destiné à favoriser les entreprises en France, notamment les PME, ainsi que la suppression d'une taxe de 3% sur les dividendes, récemment retoquée par la justice européenne. Outre le prélèvement forfaitaire unique "de l'ordre de 30%" sur les revenus de l'épargne, Édouard Philippe a également confirmé la trajectoire de baisse de l'impôt sur les sociétés, ramené par étapes à 25% d'ici à 2022, soit une baisse d'impôt totale de 11 milliards d'euros pour les entreprises.

En cumulant les deux effets, entreprises et employeurs bénéficieront ainsi d'une baisse de coût de près de 21 milliards d'euros en 2019, selon Matignon. Le gouvernement espère que cet afflux exceptionnel de capitaux dans l'économie dans deux ans créera 35.000 emplois en 2019 et 70.000 en 2020.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2017 à 8:09 :
Manipulation.
On baisse d'abord d'un point, puis on transforme un 6% non imposable en baisse des charges de 6% qui augmentera les résultats d'autant et sera donc soumise à l'is à33%.
On finit par parler de baisse de charges 21 milliards en oubliant qu'elle suit la suppression du CICE et que cette baisse générera 7M€ d'IS.
Sans compter le fait qu'on oublie que le CICE est simplement venu compenser l'explosion de la fiscalité des entreprises sous hollande.
MAcron / Philippe / Hollande tous des étatistes enti entreprises.
a écrit le 11/09/2017 à 17:40 :
la suppression d'une usine à gaz est toujours une bonne chose , à condition de ne pas la remplacer par une autre en 2019
a écrit le 11/09/2017 à 16:52 :
Il faut tout supprimer et repartir de zéro. Laisser les personnes maître de leur destin, a chacun de faire des efforts, il faut arrêter de toujours compter sur les voisins.
a écrit le 11/09/2017 à 16:15 :
Et toutes ces baisses d'impôts aux entreprises seront compensés par des hausses d'impôts, taxes aux contribuables et accessoirement par quelques créations d'emplois...
Réponse de le 11/09/2017 à 20:09 :
@Robert
Le CICE fonctionne depuis 2014. Il est monté en puissance en 2015 et 2016. Dans le même temps : Cotisation des indépendants en baisse, C3S en baisse, Surtaxe sur l’IS supprimée, IRPP en baisse, etc. + Loi Pinel + Suramortissement + Un droit à la connexion pour les plus démunis + Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi + Prêt Nacre, augmentation du dispositif réservé aux demandeurs d'emplois + 4000 euros pour le premier emploi créé + Prime mensuelle de 300 euros pour certains chômeurs de plus de 60 ans en fin de droit + etc. Durant cette même période, l’IR (Impôt sur le Revenu) a baissé en 2015 et 2016. La baisse de l’IR pour l’année 2017 a été votée fin 2016.
Réponse de le 12/09/2017 à 5:18 :
"Cotisation des indépendants en baisse"Ha!Ha!Ha!.La,j'avoue j'ai bien ri!Faut sortir des salons chauffés de la rue de Solférino Marco!
a écrit le 11/09/2017 à 16:15 :
Et toutes ces baisses d'impôts aux entreprises seront compensés par des hausses d'impôts, taxes aux contribuables et accessoirement par quelques créations d'emplois...
a écrit le 11/09/2017 à 15:36 :
A propos de la suppression du CICE et des baisses des charges sociales sur salaires, ce sont les mesures clés pour relancer l'activité économique et générer de nouveaux emplois,

ce sont les 2 mesures prioritaires incontournables,

en particulier dans les TPE, PME, pour qui le CICE était une usine à gaz contreproductive, elles n'en sollicitait pas le crédit car les coûts des prestataires étaient et sont plus élevés que le CICE obtenable !!!

Ces annonces de l'Edouard Philippe qui a un grand corps de prétentions énarquiennes et de grandes jambes démontrent qu'il a de petits bras et la main molle qui tremble lorsqu'il s'agit d'agir ;

si ses lunettes sont enfumées elles se nettoient, s'il n'y arrive pas dans ses priorités, qu'il laisse sa place à plus courageux que lui et ses subalternes LREM.
Réponse de le 11/09/2017 à 16:52 :
Souvenir de CICE :

En juillet 2014, Rue89 révèle que le rapporteur de la mission d'information parlementaire sur le CICE, le député socialiste Yves Blein, est un membre de la famille Mulliez, ce qui peut poser un problème de conflit d'intérêts dans la mesure où le groupe Mulliez a largement bénéficié de ce dispositif (44 millions d'euros en 2013). En 2016, c'est cette fois-ci L'Humanité qui pointe du doigt Pierre Gattaz, fervent soutien du CICE auprès de la classe politique, dont l'entreprise a vu ses impôts diminuer de 876 000 euros grâce à cette mesure sans créer le moindre emploi, somme entièrement reversée à la famille Gattaz sous forme de dividendes
Réponse de le 11/09/2017 à 17:01 :
la complexité est un mythe pour le CICE. Ca a peut être duré 1 an pour bien piger mais ensuite c'est tout simple. Ceci dit il est effectivement plus pérenne de faire une baisse de charge que de donner un credit d impôts revocable d'un trait de plume.
a écrit le 11/09/2017 à 14:31 :
Baisse de charges de 21 milliards/an et un "espoir" de voir 35 000 emplois créés soit 600 000 € de baisse par an par emplois créés...au mieux... Miam miam...
Réponse de le 11/09/2017 à 15:03 :
Ce coût n'est pas annuel, c'est d'ailleurs très mal défini dans la l'article.
Ensuite une baisse des charges devrait participer à créer de l'emploi, l'emploi étant taxé, il faut évaluer les gains financiers liés aux taxes sur ces nouveaux emplois. Ce que l'article ne fait pas.
Conclusion, comparer des euros avec des emplois c'est déjà osé et ne pas prendre tout le périmètre coûts/gains est très réducteur.
a écrit le 11/09/2017 à 14:10 :
Supprimer le CICE et baisser les charges sur salaire, c'est pas dans 1 an

pourquoi attendre ?

c'est tout de suite que la mesure sera efficace pour l'industrie, pour l'économie en général et pour l'emploi ;

Aux fonctionnaires fainéants et aux Ministres travail plan plan de prendre toutes dispositions pour la mise oeuvre, TOUT DE SUITE
Réponse de le 11/09/2017 à 16:58 :
pas vraiment dur à comprendre: on ne peut pas exploser le budget tout de suite, sans économies préalables. D'ailleurs je pense que c'est plus efficace car cela donne de la crédibilité aux baisses d'impôts annoncées.
Réponse de le 12/09/2017 à 0:22 :
La paresse intellectuelle est un fléau et souvent on la voit à cette facilité qui consiste à insulter les fonctionnaires!

Je vais vous aider mais pas donner la réponse.

En 2018 on payera les impôts sur les revenus de 2017, donc on bénéficiera d'un gros crédit d’impôt.

Si on baisse les cotisations pour 2018 ça sera sur les salaire 2018, il y aura juxtaposition des deux mesures!

Quasi impossible budgétairement car 2018 va être un massacre pour le budget vu le programme dramatique de macron!

NB: Il est plus favorable de bénéficier d'un crédit d’impôt que d'une baisse de cotisations!
a écrit le 11/09/2017 à 13:09 :
Avec macron on commence par augmenter les taxes et diminuer les aides pour mieux inversér les prélèvements en 2018,2020 ..,.ou jamais...
a écrit le 11/09/2017 à 12:54 :
Après avoir plumé les pauvres on donne aux rentiers!

Une droite 19ème siècle!
Réponse de le 11/09/2017 à 13:21 :
Des patrons de PME et des entrepreneurs, des rentiers??? C'est votre esprit qui reste bloqué au 19ème siècle.
Réponse de le 11/09/2017 à 17:37 :
Qui sont les rentiers du système actuel ?
Les OPHLM, les grands services publics (SNCF, EDF, etc...) aux règles sociales désuettes et à la productivité insuffisante, les roitelets locaux qui continuent à faire "comme si" leurs cantons continuaient à se développer, les professions réglementés qui résistent au changement....
Un entrepreneur n'est vraiment pas un rentier, vous voyez le monde à l'envers.
Réponse de le 12/09/2017 à 0:15 :
Il y a du travail pédagogique avec vous deux!

La baisse des cotisations c'est sur les salaires!!!

Les petits entrepreneurs, ils sont concernés par la réforme du RSI et comme ils sous-cotisaient dans le système actuel, ils risquent de douiller si on aligne les cotisations de tout le monde!

Pour faire un minimum de pédagogie, un petit entrepreneur (et j'en suis un!) a une part de ses revenus liés à son travail et une autre lié à sa propriété.


Cette réforme va augmenter les profits et la distribution de dividendes!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :