Bandeau Présidentielle

Une majorité de Français opposée à la suppression de l'ISF

 |   |  303  mots
30% sont même en faveur d'un renforcement de cet impôt.
30% sont même en faveur d'un renforcement de cet impôt. (Crédits : ANDREA COMAS)
Voulue par quasiment tous les candidats à la primaire de la droite et du centre, la suppression de l'ISF ne semble pas être une priorité pour les Français. Bien au contraire.

L'impôt de solidarité sur l'a fortune a encore la cote auprès des Français. Selon un sondage Odoxa réalisé pour Le Parisien et publié mercredi soir, 72% des personnes interrogées sont contre la suppression de l'ISF, voulue par quasiment tous les candidats à la primaire de la droite et du centre. Parmi eux, 30% sont même en faveur d'un renforcement de cet impôt.

Les sympathisants de droite sont plus nombreux que ceux de gauche à vouloir le supprimer (52% à droite hors FN contre 11% à gauche). Par ailleurs, 39% des Français jugent que le seuil de patrimoine à partir duquel cet impôt est dû, fixé à 1,3 million d'euros, est un juste montant de patrimoine, et 20% pensent qu'il est trop élevé et devrait être abaissé. Quelque 40% voudraient que la résidence principale, actuellement prise en compte dans le calcul du patrimoine, mais avec un abattement de 30%, soit retirée de ce calcul.

La barre des 75%

Pourtant, même si une majorité veut conserver cet impôt, seuls 24% des Français jugent qu'il a un impact positif sur l'économie française. 82% des personnes interrogées pensent en outre que les gens vraiment riches parviennent à s'y soustraire.

Les ménages aisés peuvent en effet bénéficier d'un plafonnement, l'impôt sur les revenus ajouté à l'ISF ne devant pas dépasser 75 % des revenus perçus - un niveau jugé "confiscatoire" par le Conseil constitutionnel. Ce plafonnement a privé les caisses de l'Etat de 1,077 milliard d'euros de recettes en 2015. C'est la raison pour laquelle les députés ont adopté en première lecture un mécanisme anti-abus, censé rapporter quelque 50 millions d'euros par an.

Par ailleurs, 75% des personnes interrogées estiment qu'il provoque le départ de Français à l'étranger. En revanche, 57% jugent qu'il est utile, car il rapporte des sommes importantes à l'Etat.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2016 à 18:33 :
On a mal amené le débat, donc la réponse c'est du n'importe quoi puisque les français jugent qu'il est injuste et inefficace mais sont opposés à sa suppression parce que ce serait un cadeau de plus fait à des gens qui ne sont, par définition, pas nécessiteux.

Si l'ISF devait être supprimé, et il existe quantité de raisons valables pour le faire, ce serait pour le remplacer par des tranches supérieures d’impôts sur le revenu.. rappelons que de 1965 à 1981, ce n'est pas la préhistoire, le taux marginal maximal était de 70%.

Pendant les 30 glorieuses, il oscillait entre 80% et 90% et on n'a pas enregistré de mortalité énorme chez les riches, ni une gêne particulière de l'économie, au contraire, le pays était prospère, en croissance, et le déficit budgétaire symbolique.
a écrit le 27/10/2016 à 17:54 :
Suppression de l'ISF retour aux cumuls etc.... finalement je voterais Hollande rien que pour ça puisque les autres ne sont pas mieux !
a écrit le 27/10/2016 à 17:08 :
Question idiote posée dans un contexte où 90 % ne savent pas précisément de quoi il retourne.
La question implicite est donc la suivante : "souhaitez vous que l'on supprime un impot qui ne vous touche et ne touche que les plus riches ( au risque d'augmenter vos impots ... )"
Ce sondage est sans aucune valeur probante.
a écrit le 27/10/2016 à 16:40 :
Sondage bidon, on connait d'avance la réponse ; plus de 95% NE LE PAYANT PAS, ILS SONT D'ACCORD pour que leurs voisins le paye. Pourtant dans notre pays on a plus besoin de riches pour investir que de pauvres assistés.
a écrit le 27/10/2016 à 15:37 :
çà commence à bien faire Moi c'est presque décidé je me barre en Suisse.Na
a écrit le 27/10/2016 à 15:27 :
On pourrait faire ceci :
- déjà sortir les actions des impôts sur le patrimoine (n'imposer comme le revenu que les flux ventes-achats d'actions)
- étendre la tranche basse de l'ISF (0,7%) à l'ensemble des patrimoines hors actions mais supprimer la taxe d'habitation : cette flat tax contribuerait au financement du régalien (protection du patrimoine)
- remonter vers l'impôt direct national (CSG ?) les dépenses scolaires des CL (correspond à peu près à la taxe d'habitation) et déléguer plutôt un forfait par année-élève produite (prof compris en décentralisant leur recrutement)
- transformer les tranches hautes de l'ISF en une augmentation des droits des grosses successions (toujours hors actions)
a écrit le 27/10/2016 à 14:16 :
Merci pour cet article qui montre la déconnexion totale entre les intérêts de nos politiciens et les nôtres.

Nos politiciens servant les plus riches il est normal qu'ils s'opposent à la volonté du peuple pour défendre les plus aisés.
a écrit le 27/10/2016 à 13:46 :
les francais sont contre la suppression de l'isf, de l'is, de la c3s, des cotisations patronales etcetcetc......... vu que ce sont des impots justes ' car ils ne sont payes par personne'
par contre le francais est pour la suppression de la tva, des cotisations salariales, de la taxe d'habitation, de..... qui sont injustes par nature, vu qu'ils les payent !
on peut meme dire que les 35% de francais qui ne sont pas proprietaires sont contre la suppression de la taxe fonciere qui est un impot juste qui reduit les inegalites , mais sont pour la suppression de la taxe d'habitation qui est un impot injuste
combien a coute ce sondage?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :