COP21 : au bout du suspens, un accord universel sur le climat a été trouvé

 |   |  1425  mots
Après deux semaines de négociations, un accord a été trouvé pour limiter le réchauffement climatique.
Après deux semaines de négociations, un accord a été trouvé pour limiter le réchauffement climatique. (Crédits : POOL)
Après 13 jours de négociations et quelques dérapages dans le calendrier ces derniers jours, l'accord de Paris sur le climat a été adopté ce samedi 12 décembre.

Le marteau est enfin tombé ce samedi 12 décembre à 19h30. " Tournant historique ", " bon point de départ ", " début d'une nouvelle ère ".... Après un suspens qui s'est prolongé jusqu'en fin d'après-midi, l'accord " différencié, juste, durable, dynamique, équilibré et juridiquement contraignant " présenté samedi matin par un Laurent Fabius tout à la fois fatigué et ému, a enfin été accepté par les 195 Parties. " C'est un petit marteau mais je crois qu'il peut faire de grandes choses ", a déclaré Laurent Fabius en l'abaissant une seconde fois.

Il aura donc fallu treize jours et trois nuits de négociations pour parvenir à ce résultat. Et la prise de parole du Nicaragua juste après l'adoption, qui dit ne pas pouvoir "accompagner ce consensus" de Paris, n'y changera rien, même si elle figurera dans le rapport de la COP. Le Nicaragua, l'un des rares pays qui n'avait pas remis de proposition de réduction de ses émissions, juge inappropriées celles qui ont été soumises et n'est pas satisfait des mécanismes de financements prévus.

L'accord de Paris entrera en vigueur à partir de 2020 en remplacement du protocole de Kyoto, après avoir été ratifié, accepté ou approuvé par au moins cinquante-cinq pays représentant au moins 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Cependant, il sera encore possible à tout pays de s'en retirersur simple notification « à tout moment après un délai de trois ans à partir de l'entrée en vigueur de l'accord ».

L'adoption de l'accord a été annoncée en présence de François Hollande, qui était venu une première fois au Bourget à la mi-journée pour lancer un appel vibrant aux Etats (les Parties à la Conférence), conclu par ces mots " Le 12 décembre 2015 peut être une grande date pour l'humanité, un message de vie. Et je serai personnellement heureux, presque soulagé, fier, qu'il soit lancé de Paris, ce message là, car Paris a été meurtri il y a tout juste un mois jour pour jour. Nous vous demandons donc d'adopter le premier accord universel sur le climat de notre histoire. Il est rare d'avoir dans une vie l'occasion de changer le monde, saisissez là, pour que vive la planète, vive l'humanité et vive la vie ".

C'est que la signature du texte par les 195 pays n'était pas encore totalement acquise. Le suspens d'ailleurs s'est prolongé tout l'après-midi, avec une réunion plénière repoussée de 15h à 17h30...pour ne finalement débuter qu'à 19h30 !

Un modèle de synthèse

Finalement, le texte adopté est un modèle d'équilibre pour ne pas dire d'équilibrisme, voire de synthèse à la mode hollandaise même s'il a été orchestré par un Laurent Fabius dont tous saluent la méthode de négociation et l'expertise, et qui a reçu ce soir plusieurs salves d'applaudissements. L'accord de Paris mentionne à peu près tous les points jugés essentiels par la plupart des observateurs, tout en adoptant des formulations à même de ne froisser personne.

Concernant la hausse maximale des températures, il est question de " bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels " et de " poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C. " Cette mention est une victoire pour les pays vulnérables (rejoints par d'autres tels que l'Allemagne, la France, le Canada...) et les ONG qui l'ont réclamée depuis le début de la COP.

L'objectif de long terme s'exprime sous la forme d'un "  pic des émissions mondiales de gaz à effet de serre dès que possible ", puis d'un " équilibre " entre les émissions d'origine anthropique et leur retrait de l'atmosphère par des puits de carbone, " dans la seconde moitié du siècle ". Une version moins précise que les objectifs chiffrés (de 40% à 70%, voire de 70 à 95%) de versions antérieures, mais qui satisfont mieux les ONG et certains pays, que la " neutralité climatique " ou " neutralité des émissions " dont il a également été question.

Quant aux 186 contributions nationales déposées par les pays en amont de la COP et jusqu'à ces derniers jours, il revient à chaque Etat de les transposer dans ses politiques nationales. Annexées à l'accord, ces contributions n'ont pas de caractère contraignant. Le principe de cycles de révision tous les cinq ans est également acté, mais ne devrait débuter qu'en 2025, soit cinq ans après l'entrée en vigueur de l'accord. Les ONG, ainsi que les pays rassemblés au sein de la " Coalition pour une haute ambition " qui s'est formée lors de la COP (avec de nombreux pays en développement mais aussi l'Union européenne, les Etats-Unis ou le Brésil qui s'y est rallié hier), demandaient une révision plus précoce. En effet, pour rester sous les 2°C de hausse des températures (sans parler du 1,5°C), les 10 prochaines années sont absolument décisives. Car, avant comme après la COP et la signature de l'accord, les contributions soumises nous laissent toujours sur une trajectoire plus proche des 3°C. Il est néanmoins question d'un " dialogue facilitateur " sur ce sujet, qui doit se tenir entre les parties signataires dès 2018.

Des garanties pour les pays vulnérables acceptables pour les pays développés

Le principe de différenciation (entre pays développés historiquement responsables d'une part essentielle des émissions, pays émergents et pays en développement), inscrit dans la Convention sur le climat de 2012, qui a suscité beaucoup de débats ces deux dernières semaines, est rappelé. Les Etats devront consentir des efforts " sur la base de l'équité ", les pays développés devant " continuer à (en) prendre la tête " et apporter un soutien aux pays en développement. Ces derniers doivent pour leur part " renforcer leurs efforts d'atténuation en fonction des contextes nationaux ", autrement dit, de leur niveau de développement.

Côté financement, les 100 milliards de dollars par an versés par les pays riches aux plus pauvres pour soutenir leurs efforts de lutte contre le changement climatique et les aider à s'adapter aux impacts déjà sensibles, apparaissent bien comme " un plancher ", " un nouvel objectif collectif chiffré " devant être fixé avant 2025.

Autre sujet épineux tout au long de cette COP, celui des " pertes et dommages " visant à financer la réparation des dégâts inévitables et irréversibles causés par le changement climatique. L'accord mentionne " l'importance de prévenir, minimiser et aborder les pertes et dommages associés aux effets négatifs du changement climatique, incluant les événements extrêmes et les événements à évolution lente, ainsi que le rôle, pour un développement durable, de la réduction du risque des pertes et dommages ". Les ONG se félicitent que le sujet fasse l'objet d'un article à part plutôt que d'être dilué dans celui sur l'adaptation.

Contrairement à leurs attentes, en revanche, il exclut toute " responsabilité ou compensation " des pays du Nord pour les préjudices subis par les pays en développement. Quant à l'adaptation stricto-sensu, si une place plus importante est prévue pour l'après-2020, ien n'est prévu pour accroître les financements avant 2020.

Le monde du business satisfait malgré l'absence de référence à un prix du carbone

Autre regret de nombreux observateurs, la disparition de toute référence à un prix du carbone, qui était demeurée (en option) dans le projet de texte jusqu'à ces tout derniers jours. Mais les mêmes se rassurent au vu de la dynamique observée à l'occasion de la COP. En effet, ces deux dernière semaines ont vu de très nombreux représentants de villes et collectivités, d'entreprises et d'investisseurs, s'engager à réduire leurs émissions, à s'alimenter aux énergies renouvelables ou à réclamer un prix du carbone, voire à utiliser un prix fictif sur la base du volontariat. Et de nombreuses initiatives pour la plupart publiques/privées, d'ailleurs rappelées par François Hollande dans son discours de la mi-journée, ont été mises sur les rails, notamment en faveur des cleantech et des énergies renouvelables.

Si, parmi les ONG, les commentaires vont du satisfecit décerné par la Fondation Nicolas Hulot ou le WWF (tout en reconnaissant qu'on aurait pu espérer mieux et qu'il va falloir accélérer sur la base du volontariat) au plus nuancé chez Greenpeace, voire au nettement plus négatif pour Attac, du côté des entreprises et des financiers, on se félicite ouvertement. L'accord contient tout ce dont ils ont besoin pour accélérer leur virage vers l'économie bas-carbone...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2015 à 11:26 :
Mouais, rien sur les océans, le transport aérien, le transport maritime... C'est moins pire que la dernière fois, si on veut être gentil.
a écrit le 14/12/2015 à 10:07 :
J'ai bien mangé et j'ai bien bu, merci petit Fabiu.
a écrit le 14/12/2015 à 2:17 :
Du point de vue juridique, l'Accord de Paris est mixte car constitué à la fois de décisions de la conférence des parties et d'un traité international qui, une fois signé et ratifié, aura force obligatoire pour les Etats parties.
a écrit le 14/12/2015 à 0:13 :
Les points positifs de COP21 :
- L'ambition d'un réchauffement « bien en dessous de 2°C » en poursuivant les efforts pour viser 1,5°C
- La reconnaissance des pertes et dommages, avec un mécanisme adapté.
- La révision tous les 5 ans, et toujours à la hausse, des engagements nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
- Les 100 milliards de dollars par an d'ici 2020, somme plancher, avec un nouvel objectif plus élevé défini au plus tard en 2025
- Une place plus importante donnée à l’adaptation pour l’après-2020
Les points insuffisants :
- L’accord ne renforce pas les financements dédiés à l’adaptation avant 2020.
- Objectif de long terme de réduction des émissions trop flou, sans chiffre ni référence aux énergies renouvelables
- Date de première révision obligatoire trop tardive (bilan en 2023 pour révision 2025)
- Absence de référence claire au prix du carbone
Réponse de le 14/12/2015 à 9:42 :
Pour ma part, j'ai noté comme favorable l'article 12 sur la formation, l'information et la sensibilisation du public. C'est aux médias d'intervenir!
a écrit le 13/12/2015 à 21:32 :
Un grand accord universel sans rien dedans, c'est comme une voiture sans moteur, cela ne vaut pas grand chose. Un empalmage de plus.
Réponse de le 14/12/2015 à 0:21 :
Il faut bien voir que ce sont 195 pays qui s'engagent (du jamais vu dans l'histoire) et que les objectifs ne peuvent être revus à la baisse. Cà peut paraître insuffisant mais c'est énorme car la majorité de ces pays ont tout intérêt à avancer. Quel gouvernement à présent pourrait reculer sans apparaître comme à part, alors que ce type d'accord est le résultats de longues pressions publiques ? (voir Chine avec pollution, Etats-Unis avec transition, Inde avec développement etc). Donc d'accord il manque un prix mondial au carbone mais vue la situation de crise et les différences économiques notoires entre pays c'était très difficile. Il manque des contraintes mais la aussi il y aurait 195 constitution à changer donc faut pas rêver. Mais malgré tout les retombées via les programmes et projets multiples qui vont être accrus et via les multiples engagements et investissements de plus de 100 milliards par an actés sont déjà une très belle avancée.
a écrit le 13/12/2015 à 19:38 :
C'est un assez bon accord auquel on peut donner entre 4 et 6 sur 10 selon les résultats que l'on va pouvoir analyser déjà dans 3 à 5 ans. Il est clair que c'est mieux zéro et qu'avoir pu engager 195 pays dans le même sens et un exploit jamais encore réalisé. C'est une belle victoire pour ce gouvernement tant critiqué de manière souvent peu objective et aussi pour toutes les organisations, ong, publics etc qui font pression pour agir sur les gouvernements dans le monde et qui y arrivent de plus en plus. Il est désormais plus difficile pour les pollueurs de revenir en arrière quand 195 pays se sont engagés, c'est une superbe référence.
Réponse de le 13/12/2015 à 20:44 :
Pourriez vous nous rappeler de quelle victoire on parle? Moi je ne vois aucune victoire juste de la poudre au yeux pour justifier des impôts encore en plus et continuer sur la même lancée!
a écrit le 13/12/2015 à 16:32 :
Maintenant nous allons savoir dans les prochains mois et années quel est le résultat de la cop 21 à savoir :impôts nouveaux ,taxes en tout genre car naturellement nous sommes en première ligne et devons démontrer que nous sommes les meilleurs dans ce domaine!!!les ricains et d'autres pays on obtenu se qu' il voulait : que l Europe et la France s engouffrent dans cet bataille afin que leurs économies puissent tourner à fond
a écrit le 13/12/2015 à 12:26 :
passons maintenant a l'étape suivante,profitons en pour aire un bilan carbone annuel obligatoire pour toutes lles entreprises.ces bilans seraint effectués par des cabinets agrées,et donneraient leiu a la délivrance d'un CERFA a envoyer aux autorités de tutelle.si le bilan est bon l'entreprise reçoit un avoir sur impots,s'il est mauvais ,elle est taxée!
a écrit le 13/12/2015 à 12:22 :
C'est un accord de gonflette car le texte ayant été vidé de sa substance, il n'y a rien dedans. Le soufflé positif est fait pour donner une bonne impression aux régionales, mais quand il sera retombé, et qu'on réalisera la supercherie, on comprendra que c'était juste de la com. Mais le mal aura été fait. Pauvres dupes.
Réponse de le 13/12/2015 à 19:40 :
C'est moins pire que le FN de toutes façons
Réponse de le 13/12/2015 à 20:42 :
L'avenir nous le dira...
a écrit le 13/12/2015 à 12:14 :
Donc, si j'ai bien tout compris, nous ne pourrons pas tous vivre comme des ricains. Ils ont néanmoins bien réussi à défendre leurs intérêts, c'est le principal.
a écrit le 13/12/2015 à 10:46 :
195 pays, c'est autant qu'une synthèse des courants du parti socialiste. Hollande et Fabius savaient faire et ils ont fait.
Je n'ai malheureusement pas tout compris à part que ça démarre en 2020. Pourquoi pas tout de suite?
Et pour finir, j'aimerai un vrai débat sur le réchauffement climatique notamment une évaluation de sa part humaine et de sa part naturelle qui ne soit pipé ni par le GIEC dont la bonne conscience s'apparente à du khmer vert , ni par les lobbyistes pro-charbon ou autres industries bien polluantes.
Réponse de le 13/12/2015 à 19:42 :
Le débat sur le climat a commencé bien avant 1895 et le suédois Arhénius. Vous aimez débattre à perpétuité ! mais il est plus que temps d'agir.
a écrit le 13/12/2015 à 10:40 :
"On est tous d'accord qu'il faut faire quelque chose." Des accords comme ça, je t'en fais un par jour puis tire la chasse. Là, nous sommes globalement morts.
Réponse de le 13/12/2015 à 19:50 :
Vous faites des commentaires de ce style qui nous obligent à tirer la chasse plusieurs fois tous les jours, donc côté connaissances et expérience on vous fait confiance Yvan !
a écrit le 13/12/2015 à 9:56 :
.l'article 2 dit que il faut contenir en deçà de 2° le réchauffement, oui mais COMMENT? ce comment n'est absolument pas évoqué flou artistique,
.les fameux 100milliards quid? qui va payer? les pays développés pour faire.....quoi, exactement?
. comment répartir cette charge ce fameux fardeau climatique?? personne n'en parle.Donc en conclusion cette cop 1 est un copié-collé es 20 précédentes et il fallait pour le fun et pour mollande arriver à un bidouillage. C'est fait.
Réponse de le 13/12/2015 à 10:52 :
ils sont englués paroles paroles.. la priorité n était elle pas le CHOMAGE !!!
a écrit le 13/12/2015 à 9:36 :
Grosso-modo en y regardant de plus prés, il n'y a pas grand-chose pour la sauvegarde des générations à venir. Un peu comme la courbe du chômage que certain veulent voir avec persistance baisser, sûrement un problème de strabisme! Pour connaitre l'avenir, prenez une coquille vide (le résultat de la COP21), porter la à votre oreille et écouter. Vous entendrez la mer, elle arrive !!!
a écrit le 13/12/2015 à 9:16 :
Vide sans rien de concret, qui doit être ratifié par les congrès des principaux états. Simplement comme par hasard l'annonce en fanfare juste avant le 2 em tour des élections est bien venu.. De la politique politicienne manœuvrée par nos spécialiste de l'enfumage du bon peuple. FH sauve la planète juste avant le deuxième tour il faut le faire. Encore bravo pour ce magnifique tour de prestidigitation. C'est vraiment la seule chose que nos politique savent bien faire.
a écrit le 13/12/2015 à 9:05 :
Rien n'est contraignant, tout reste très vaguen non vérifiable et un point de contrôle repoussé à des dates indécentes (2025...) Certains articles (les 100 milliards promis) ont été mis en annexe pour ne pas fâcher le sénat américain...Bref, en cette période c'est la lettre au Père Noël
a écrit le 13/12/2015 à 8:33 :
L'accord est un chef d'œuvre de la diplomatie. Bravo l'artiste!
a écrit le 13/12/2015 à 8:23 :
Qui sera chargé de la suite des opérations: Hulot, Tirole, le CAE?
a écrit le 13/12/2015 à 6:25 :
un accord UNIVERSEL...? ca va être comme la pince du même nom ...essayez de dépanner un moteur ..et vous allez vite mesurer les limites de l'universel"
Réponse de le 13/12/2015 à 7:58 :
si même le grand Pipolino ne trouve pas grand chose à redire, c'est que c'est vraiment un moment extraordinaire!
a écrit le 13/12/2015 à 5:27 :
Il faut attendre le résultat du vote du sénat américain pour parler de succès. Et le résultat de l'élection du président américain qui peut tout changer. Dans cet accord il n'y a rien de concret. C'est un demi échec comme prévu. Si un républicain est élu, les États-Unis remettront en cause cet accord. Et là, il y aura un échec.
On verra bien en 2017 l'ambiance de la COP23.
a écrit le 13/12/2015 à 4:46 :
J'avoue que cet accord est une heureuse surprise!Je comptais sanctionner les socialistes aux élections régionales,mais l'accord m'a fait changer d'avis au dernier moment!
Réponse de le 13/12/2015 à 10:13 :
et bien moi, je comptais voter EELV mais comme il pleut ce matin, j'ai changé d'avis au dernier moment !
a écrit le 13/12/2015 à 3:22 :
Une telle unanimité me laisse sans voix. Pas de débats contradictoires, pire la persecution des climatosceptiques me fait dire qu’il ya anguille sous l’iceberg.
En carottant un peu, on s’aperçoit que 100 % des financements vont aux organismes, aux scientifiques…à la presse qui démontrent le réchauffement anthropique…
Le GIEC ? Une agrégation triée, bien rémunérée d’alarmistes. Clairement à visée politique.
A la loupe scientifique, les données statistiques démontrent pas grand chose, sinon la complexité et la difficulté d’établir des modèles fiables,
Les pro s’évertuent à prendre les stats qui les arrangent, ils sont payés pour ça et les sceptiques sont excommuniés.
Où veut on en venir ? Comme d’habitude suivre la trace des financements, elle nous mène directement à la volonté d’imposer une taxe globale !
Qui va payer ? Vous. Qui va encaisser…devinez.
Plus que le réchauffement, ce qui me désole c’est la pollution démesurée qu’engendre l’économie libérale productiviste et les conséquences catastrophiques sur la biodiversité.
Maintenant que la mer monte…ou descende, ce qu’elle à toujours fait, je considère cela comme une redistribution des cartes. Les privilégiés du bord de mer seront boutés, les acquis seront brisés, une réadaptation globale très bénéfique économiquement, apportera beaucoup, beaucoup de travail.
Franchement est-ce à la nature de s’adapter à l’homme ou à l’homme à s’adapter à la nature ?
Réponse de le 13/12/2015 à 7:56 :
pas de débats contradictoires....il y avait juste 195 pays représentés et il apparait clairement qu'ils étaient tous d'accord...n'importe quoi. Persécution des climato sceptiques...inexact les mots ont un sens, c'est excessif et donc vain, comme votre commentaire.
Réponse de le 14/12/2015 à 10:51 :
C'est à l'homme d'adapter la nature.
Réponse de le 14/12/2015 à 10:52 :
C'est à l'homme d'adapter la nature.
a écrit le 13/12/2015 à 2:17 :
Aujourd'hui , je suis fier d’être français, ce résultat miraculeux est a mettre au crédit de Fabius et de notre président.
a écrit le 13/12/2015 à 2:17 :
Aujourd'hui , je suis fier d’être français, ce résultat miraculeux est a mettre au crédit de Fabius et de notre président.
a écrit le 13/12/2015 à 2:05 :
avec la claque économique en cours c'est évident qu'il y aura moins de co2, avec ou sans accord.
a écrit le 12/12/2015 à 23:28 :
un beau parchemin applaudit avec entrain comme un discours de Villepin au machin !
L'édifice est miné par les non engagements puisque la concorde de façade est démentie par le refus implicite par exemple des émirs et sultans de fermer leurs puits de pétrole .
L'autre réalité c'est l' imposture d'une mutation énergétique vers le soleil , le vent et l'électrique (sans nucléaire de plus ) . Comment feront les fabricants de neige de culture dans les alpes à la veille de Noël 2050 ? Et les cultivateurs bio sous serres chauffées ? Avec la révolution numérique bien engagée et l'explosion démographique planétaire le chômage et la misère ont un avenir assuré .
Réponse de le 13/12/2015 à 2:38 :
Ils ne pouvaient imposer puisqu'il y a 195 pays donc 195 constitutions différentes ! C'est déjà un beau résultat que ces 195 pays s'engagent à aller dans le même sens (c'est une première historique réelle), soutiennent les pays pauvres avec plus de 100 milliards d'euros par d'investissements avec des retours pour les entreprises techno des pays développés, et en pratique ce sont de multiples programmes, projets, actions d'entreprises etc et çà a un impact significatif bien qu'insuffisant. On ne va pas se passer du pétrole en un jour mais déjà on voit que les investissements se tournent vers notamment les énergies renouvelables. Quant au nucléaire c'est spécifique à la France, on en avait trop et les centrales ont en majorité le même âge et ont dépassé leur durée initiale. On ne va pas attendre un accident pour s'en préoccuper.
a écrit le 12/12/2015 à 23:00 :
La cop21... Parlons en.

Hollande, monsieur 15% d'approbations, ne recule devant aucune manipulation pour rester au pouvoir malgré son illégitimité et impopularité jamais vues en France depuis peut-être Louis 16.

Il a choisi le calendrier de la COP21 pour coïncider avec les élections régionales car a 15 % d'approbations nationale, il savait qu’il allait se ramasser.

« L’accord » évidemment est trouvé samedi soir, la veille du scrutin. Quel hasard...

Après avoir exploité et instrumentalisé les attentats de janvier et ceux du 13 Novembre, ce qui explique que le PS ait encore des voix dans certaines régions, il exploite maintenant un accord qui n’engage a rien et personne a part bien sur, ceux qui y croient.

Cet accord qui devra être encore ratifié et n’aura que peu ou aucun impact et pas avant des années.

Un bel enfumage pour les gogos, mais mieux que rien comme on dit.

Pareil pour les régionales : créons un climat de haine autour du FN pour éviter de faire son bilan (désastreux) et de présenter un programme qui n'existe pas.

Le but: continuer à confisquer le pouvoir en manipulant les esprits faibles.

Vivement dimanche !
Réponse de le 13/12/2015 à 2:13 :
Hollande aurait donc le pouvoir de manipuler 195 chefs d'état ?
C'est donc un super héros et non le faible que vous décrivez sans arrêt.
C'est un commentaire qui ridiculise son auteur..
Réponse de le 13/12/2015 à 2:13 :
Hollande aurait donc le pouvoir de manipuler 195 chefs d'état ?
C'est donc un super héros et non le faible que vous décrivez sans arrêt.
C'est un commentaire qui ridiculise son auteur..
Réponse de le 13/12/2015 à 2:31 :
Vous êtes abusif à l'égard de Hollande : cette réunion aurait pu être un échec et pourtant il a pris le risque sans connaître par avance son issue. En plus çà outrepasse complètement la France puisque çà concerne 195 pays. Le résultat est plutôt positif aussi vous devriez au moins être objectif si vous voulez être crédible.
Réponse de le 13/12/2015 à 9:00 :
je pense que vous êtes en dessous de la réalité, hollande est un grand créateur genre YSL, à lui seul il a créé avec valls, 750 000 chômeurs alors que TOUS LES PAYS EUROPEENS VOIENT LE LEUR BAISSER?, une dette colossale à 2150mds, un déficit à 4% record européen des pays les plus importants, l'Allemagne ess en excédent budg., quant à cette cop 21 après les 20 premières qui ont tjrs été les seules et uniques à débloquer la situation (DEJA 20 VINGT QUI ONT DIT LA MEME CHOSE) alors ce n'est pas l'audacieux qui va faire quoique ce soit d'utile, un nul reste un nul. Pourvu qu'il arrête sa création, les 750 000 pourraient devenir plus violents genre Louis XVI pour l'exemple.
a écrit le 12/12/2015 à 22:31 :
Oh que ca fait du bien de voir ĺ humanité converger! Bravo aux négociateurs et cocorico aux organisateurs français! Maintenant au boulot, nos petits enfants comptent sur nous. Politiques, scientifiques, ingénieurs, financiers, industriels on compte sur vous.
a écrit le 12/12/2015 à 22:18 :
Pendant le cinéma de la Cop 21 les tragédies écologiques continuent. Voyez la disparition presque totale du cinquième fleuve du Brésil, le Rio Dulce. Dans un silence assourdissant des médias Français, à l'exception du site de RFI et encore dans une version en espagnol. Terrifiant.
http://www.espanol.rfi.fr/americas/20151207-la-tragedia-del-rio-dulce-en-brasil
a écrit le 12/12/2015 à 21:50 :
Tant mieux; on notera cependant que les prises de décisions (retrait du nucléaire) vont à l'encontre des objectifs..
a écrit le 12/12/2015 à 21:37 :
C'est la fin du blabla et du dire ce qu'on devrait faire.
Maintenant on va voir quel est la première mesure contraignant que le gouvernement va prendre.
Je propose une Ecotax pour les camions afin de transporter les bien par le rail moins polluant. Quoi d'autre? J'attends.... j'attends.... j'attends.... .....
a écrit le 12/12/2015 à 21:28 :
N'importe quoi, de la politique dans le climat! Hollande décrète que la température de globe va baisser d'ici 2040. Magicien notre président, la Corrèze est sauvée. Pourtant a regarder de plus près , la terre a changé de climat plusieurs fois , glaciation, puis réchauffement
des girafes en France , le Sahara une mer, puis une forêt tropicale puis un désert. La mer monte et s'en va et cela bien avant l'arrivée de l'homme sur cette planète.Un peu moins de Co2 c'est sympa mais quel prétention de prétendre que l'homme est le seul responsable du changement climatique. Des milliards d'années d'évolution mais enfin un coupable, les émissions d'oxydes de carbone.
Réponse de le 12/12/2015 à 22:18 :
Mr je pense que c'est illusoire de penser que nous ne sommes pour rien dans le changement climatique. Tenir ces propos montre à quel point dans ce magnifique pays nous pouvons être renfermer sur nous même et ne pas être capable d'accepter un changement pour le bien commun. Ce qui dans le dictionnaire ce traduit par le terme égoïsme.
Réponse de le 12/12/2015 à 23:06 :
Effectivement, notre planète a connu des changements climatiques considérables. Sauf qu'un cycle glaciaire c'est environ 120 000 ans, pas 12 000 ans et deux siècles.

Et pour ceux qui n'ont pas compris ce qui nous attend.

Entre le maximum de froid de la dernière glaciation, il y a 12000 ans et maintenant, il y a environ 6°C de différence dans la température moyenne de la planète.
Ces 6° C ont provoqué une remontée de 120 m des niveaux marins en 12 000 ans... Alors 2° de plus en 100 ans, je vous laisse imaginer ce qu'il adviendra de votre villa les pieds dans l'eau.
Dans la même veine, sachant que 1°C en plus correspond a peu près à un déplacement de 250 km des tropiques, ça veut également dire qu'on est parti pour avoir de belles récoltes d'orange à Dunkerque.
Réponse de le 13/12/2015 à 2:41 :
Un site pour vous informer scientifiquement sur le climat. Vous comprendrez vos erreurs d'analyse, arguments détaillés à la clé : https://www.skepticalscience.com/argument.php

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :