Les volte-face à répétition du Front national sur l'euro

 |   |  1152  mots
L'autre point qui sème la confusion concerne le calendrier de mise en œuvre.
L'autre point qui sème la confusion concerne le calendrier de mise en œuvre. (Crédits : Reuters/Charles Platiau)
Marine Le Pen et les cadres du FN ont multiplié les déclarations contradictoires à propos de l'euro durant le week-end. La transition de la monnaie unique à la monnaie commune européenne ne serait plus "un préalable à toute politique économique". Par ailleurs, elle prône le retour d'une monnaie nationale sans vraiment fixer de calendrier clair ni de modalités précises sur sa mise en place.

Le Front national entretient le flou sur l'euro depuis des mois. Constatant que les trois quarts des Français sont contre un retour du franc, le parti frontiste ne cesse d'exprimer des positions ambiguës et contradictoires, surtout depuis la mise en place de l'alliance entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen ce week-end.

    | Lire  Marine Le Pen promet "une monnaie nationale" sans forcément sortir de l'euro

L'accord avec Dupont-Aignan explique en partie cet infléchissement

Lors d'un point presse organisé samedi 29 avril, Marine Le Pen a annoncé un accord commun avec le candidat de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, pour le second tour de la présidentielle. Dans cet accord, il est précisé que "pour réussir, une telle alliance doit se conclure sur des engagements clairs de part et d'autre capables de clarifier et d'enrichir le projet présidentiel de Marine le Pen".  Le document fait la liste de six engagements pour concrétiser cette alliance. Sur la question de l'euro, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ont ainsi indiqué :

"La transition de la monnaie unique à la monnaie commune européenne n'est pas un préalable à toute politique économique, le calendrier sera adapté aux priorités et défis immédiats que le gouvernement de la France devra relever. Tout sera fait pour organiser sereinement la transition de la monnaie unique vers une monnaie commune et la mise en œuvre concertée du droit pour chaque pays de gérer sa monnaie et sa banque centrale."

Nicolas Dupont-Aignan a ajouté dans une interview sur BFM TV que "sur l'euro, j'avais évolué et je pense avoir convaincu Marine Le Pen qu'il fallait prendre le temps de la négociation". Le maire de Yerres a souligné que "leur pacte de gouvernement" prévoit "une transition de la monnaie unique à la monnaie commune". Cela doit permettre "une flexibilité de l'euro sans pour autant abandonner une coordination monétaire".

| Pour aller plus loin Financement du déficit  : mais où va Marine Le Pen  ?

Une monnaie commune plutôt qu'unique ?

Le rétablissement d'une monnaie nationale n'a cessé d'être relégué dans les priorités affichées par le Front national. Dans ses 144 engagements pour l'élection 2017, Marine Le Pen mettait en avant l'engagement que "le rétablissement d'une monnaie nationale à notre économie" pourrait constituer "le levier de notre compétitivité". Ce serait ainsi le moyen de "retrouver notre liberté et la maîtrise de notre destin en restituant au peuple français sa souveraineté (monétaire, législative, territoriale, économique)."

Dans sa profession de foi pour le deuxième tour de l'élection présidentielle, la notion de souveraineté monétaire a disparu totalement des engagements laissant la place à "une monnaie commune". La députée européenne propose simplement que pour "restaurer la démocratie et rendre la parole au peuple", cela se fera "en renégociant les traités européens pour retrouver notre souveraineté et bâtir une Europe des nations".

Au micro d'Europe 1 ce dimanche 30 avril, le vice-président du Front national Florian Philippot a d'ailleurs soutenu que "l'on pouvait faire beaucoup de choses sans sortir de l'euro".

Dans un entretien accordé au Parisien, la conseillère régionale des Hauts-de-France a apporté quelques précisions sur le type de transactions qui seront concernées par la monnaie commune,  "monnaie qui ne concernera pas les achats quotidiens mais uniquement les grandes entreprises qui font du commerce international". Invitée à s'expliquer sur un retour au franc, elle a ajouté :

"Nous aurons une monnaie nationale comme tous les autres pays et nous aurons ensemble une monnaie commune. Voilà, c'est aussi simple que ça. Il faut maîtriser la monnaie et l'adapter à l'économie parce qu'aujourd'hui la monnaie unique est un boulet."

Pas de contradiction pour Marine Le Pen

Interrogée sur de possibles incohérences par RFI, Marine Le Pen a affirmé lors d'un déplacement à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône ce week-end qu'il n'y avait "aucune contradiction" rejetant la faute sur les médias :

"Il n'y a absolument aucune contradiction. Ce sont, je crois, un certain nombre de médias qui ont mal compris le propos qui a créé cette confusion. Je négocie au nom des Français, avec le mandat qu'ils m'auront donné. Je soumets cette négociation à un référendum car nous sommes très attachés à l'Europe. Mais pas celle-là.[...] Ça fait assez longtemps que je réclame la transformation de la monnaie unique vers la monnaie commune. Par conséquent, il n'y a là aucune contradiction. Oui, je pense qu'on peut parfaitement conserver l'euro monnaie commune."

La confusion qui règne au sein des cadres du Front national et dans les promesses sur la question de l'euro pourrait jouer en défaveur de Marine Le Pen. En effet, toutes ces sorties marquent le manque de cohérence dans l'équipe de la candidate qui pourrait encore nuire à la crédibilité de son programme.

Flou sur le calendrier

L'autre point qui sème la confusion concerne le calendrier de mise en œuvre. À plusieurs reprises, la candidate du Front national a affirmé que si elle était élue, elle débuterait "immédiatement" une négociation avec l'Union européenne qui devrait durer six mois pour "restituer au peuple français sa souveraineté monétaire". Dans un entretien au Monde daté du 2 février, elle précisait que "six mois après mon élection j'organise un référendum sur la sortie de l'UE" et donc de la zone euro. Mais ce calendrier de départ a fait l'objet de plusieurs commentaires de la part de membres du parti d'extrême droite semant le trouble.

Devant la presse, la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal Le Pen a ainsi déclaré ce samedi à Paris :

"Marine Le Pen attendra les élections européennes en 2018 dans l'espoir de voir arriver aux affaires nos alliés, notamment en Italie. À partir de là, elle entamera des négociations pour défendre les intérêts de la France sur la suppression des travailleurs détachés par exemple, la primauté du droit français sur le droit européen, la possibilité de faire du protectionnisme et la question de la monnaie".

Elle a par ailleurs estimé à propos du délai de six mois que "cette position, même sur le plan des traités stricto sensu et du droit, n'apparaissait pas tout à fait réalisable." "Ça sera un long processus, un processus mûri, ce sera un processus profondément démocratique", a-t-elle ajouté.

Jérôme Rivière, membre du conseil stratégique et conseiller Défense de Marine Le Pen, a même repoussé cette échéance au micro de RFI le 1er mai.

"Le calendrier, le séquencement des objectifs, est que cette souveraineté monétaire est un objectif pour la fin du quinquennat, plus qu'un objectif pour les premiers jours du quinquennat."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2017 à 15:51 :
Il est grand temps que les citoyens prennent leur responsabilité dans le choix du futur présidentiable. A J-3 on ne peut plus se permettre de tergiverser, il y a des fondamentaux de l'histoire et des civilisations que l'on ne peut effacer, oublier, supprimer. De la ligne Maginot, réputée infranchissable en passant par le mur de Berlin détruit ; ou de la grande muraille de chine, qui a peut-être servie à combattre des invasions. Mais qui a à coup sûr retardé la chine pour des siècles dans son développement. (Napoléon) Nous avons là sous les yeux quelques exemples que l'on pourraient multiplier à travers les effondrements successifs de multiples civilisations. Nous ne pouvons croire et surtout nous laisser séduire par une fausse argumentation sur la sécurité. Bien au contraire, et là encore l'histoire nous éclaire. Nous savons que tout progrès ne s'est réalisé que lorsque les hommes ont décidé de construire des voies de communication; Nous débordons d'exemples de ponts, de tunnels, de routes, maritimes et terrestres qui ont contribué à la découverte des soins, de l'alimentation, de techniques... tout simplement du développement de la vie.
Voilà pourquoi, chers concitoyens, nous devons soutenir cette unique démarche de l'avancement humain. Même si parfois l'on se sent amère devant des faits t des paroles blessantes, même si le poids des ans fait que pour certains, le besoin de protection et de sécurité prend le pas sur la raison altruiste de l'homme. Nous devons penser aux futures générations, comme l'on fait ceux qui nous ont précédé.
Au pire des cas, si vous vous sentez débordés par la vitesse à laquelle les évènements se produisent ; abstenez- vous afin de laisser aux jeunes une chance de poursuivre leur humanité. Au mieux, si vous voulez bien considérer tout ce que je viens d'écrire, votez pour soutenir celui qui incarne le renouveau politique dont la France a besoin. C'est ce que je ferai à titre personnel. Cet écrit se voulant non partisan, mais d'intérêt général. Merci.
a écrit le 04/05/2017 à 4:10 :
Les français ont encore jugé Marine le Pen non présidentiable et pas à la hauteur, à juste titre vue son comportement d'excitée lors du débat. Macron a été jugé convaincant par 63% des téléspectateurs contre seulement 34% pour Marine Le Pen qui également eu du mal à séduire ses propres militants. 95% des électeurs d'Emmanuel Macron de premier tour ont trouvé leur champion le plus convaincant. C'est seulement 85% chez Marine Le Pen. "Auprès des téléspectateurs qui avaient voté pour Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron l'emporte à 66% contre 30% pour Marine Le Pen", note aussi Elabe tandis que les électeurs de François Fillon sont 58% à considérer Emmanuel Macron comme le plus convaincant contre 38% pour Marine Le Pen.
a écrit le 03/05/2017 à 17:01 :
Dupont-Aignan est non seulement un traitre à la cause gaulliste en s’alliant sordidement à Marine Le Pen mais il est aussi un dupe de première classe car il n’a pas compris que celle-ci le manipule et l’utilise pour sa propre campagne afin de gagner les élections de 2017. MLP est de mauvaise foi, comme d’habitude, elle se contredit sur l’adoption du franc (qu’elle fera passer à coup sûr un …jour). Pauvre NDA vous auriez dû vous casser une jambe ce jour-là car au bout de quelques mois, dans la fonction de premier ministre, elle vous virera ! Vous êtes l’un des fossoyeurs du parti républicain que vous n’avez cessé d’attaquer durant cette campagne 2017. Vous n’êtes pas digne de vous réclamer du gaullisme et vous n’êtes qu’un imposteur. Si MLP perd l’élection…vous ne serez plus rien dans la classe politique et vous en sortirez complètement ruiné. ! À bon entend salut !
Réponse de le 03/05/2017 à 18:41 :
@Balacanicus: parce que tu crois que Macron ne manipule pas les autres ? Je vois quand même une grande différence entre Dupont qui fait un écart de 20 degrés pour rejoindre Le Pen et les LR qui se sont retournés à 360 degrés en reniant totalement leurs convictions, s'ils en ont jamais eu d'ailleurs, car le but de l'opération est de se faire élire pour le pouvoir et l'argent, n'est-ce pas :-)
a écrit le 03/05/2017 à 15:15 :
Il n y a que des imbéciles qui ne changent leurs idées. C est un proverbe creusoise
a écrit le 03/05/2017 à 13:39 :
Pour l'avenir de la France, l'Europe est devenue un cauchemar sous les présidences des traitres des gouvernements Sarkozy qui nous l'a bien mis dans le Fyon, puis de Hollande qui nous a fait Vallsser sur la tête ;

Macron n'est que le clône de Hollande ;

Le choix crucial, c'est d'élire Marine LEPEN une Présidente adulte et responsable ;

C'est de renvoyer l'immature Macron colérique imprévisible dangereux dans les jupons de sa compagne pour qu'elle lui donne la tétée.
Réponse de le 03/05/2017 à 15:27 :
Bravo ! La voix du bon sens !
a écrit le 03/05/2017 à 11:15 :
marine écoute Dupont Dupont d'accord pour le 20 franc or. on peut aussi prévoir comme unité monétaire le KG de patates.
Réponse de le 03/05/2017 à 15:32 :
Marine c'est le référendum, Macron c'est le 49-3...
Qui vote pour la démocratie qui vote pour la dictature ?
a écrit le 03/05/2017 à 10:40 :
bien que je n'approuve pas mme LEPEN ,il faut reconnaître que mr MACRON FAIT LA MEME CHOSE avec les 35 h au gouvernement il etait contre
comme pour l'ISF MAINTENANTavec un petit habillage il est favorable et aux 35 h et à l'ISF;
en language courant on appelle cela 'prendre les électeurs pour de C.O.N.S3
a écrit le 03/05/2017 à 10:40 :
Il n'y a rien de cohérent dans le programme de Marine le Pen. Un jour c'est blanc, le lendemain c'est gris et pour finir c'est noir. Son histoire de double monnaie est une ineptie. Çà donnerait une Euro fort pour les entreprises et un Franc faible pour les citoyens qui verrait le prix des produits qu'ils achètent augmenter considérablement à cause de l'inflation qui grignoterait la valeur de leur salaires, de leur retraites et de leur épargne. On verrait également s'installer un marché de noir de l'Euro car se serait la seule monnaie ayant de la valeur. Un véritable chaos et la ruine pour les Français.
Réponse de le 03/05/2017 à 13:26 :
Il y a une grande cohérence dans son programme, c'est la peur de l'autre.
L'incapacité à travailler, à s'accorder avec les avis différents, à faire évoluer les choses par un consensus intelligent.
Elle n'arrive même pas à faire la synthèse des forces divergentes de son parti, elle est incapable de gouverner la France dans un environnement complexe et ouvert.
Relisez Astérix, MLP ne serait même pas capable de jouer le rôle d'Abrararcourcix (le chef). Il faut composer, gérer les tensions, amadouer, faire avancer les choses comme on peut pour être chef.
Au mieux, elle peut jouer le rôle du marchand de poisson et Mélenchon celui du forgeron. Cela ne suffit pas pour gérer un pays.
Réponse de le 03/05/2017 à 15:44 :
@brice: beaucoup d'affirmations, pas beaucoup de preuves. Mais le clou, c'est qu'elle " n'arrive pas à faire la synthèse des forces divergentes de son parti". T'as pas l'impression que c'est un peu beaucoup le bordel dans tous les partis ? Elle n'appelle toutefois pas à voter pour son opposition comme le font d'autres. Quant à la peur, quand on est froussard, on a même peur de son ombre :-)
a écrit le 03/05/2017 à 10:08 :
il n'y en a pas un qui a vue le coup!!!!! marine se fou de vous elle qui est député europeen vie des deniers de l'europe donc avec ses deux monaies vous vous serez payé en monnaie de singes son franc devalué qui sera dévalué de 20à 30 pour cent et elle continuera a toucher sa grasse paye en euros mais réveillé vous français!!!!! un vrai patriote de 82 ans
a écrit le 03/05/2017 à 10:05 :
Dans certains pays du tiers monde ou autres dictatures rétrogrades, on utilise deux monnaies. Avec Marine Le Pen, on utilisera surtout le dollar comme monnaie d'échange plutôt que son nouveau ancien franc dévalué!
Réponse de le 03/05/2017 à 15:40 :
Actuellement, on a un euro sur évalué, la conséquence est que pour être compétitif on doit baisser les coûts du travail. Pas le choix avec l'Euro, on remarque cette logique effroyable appliquée à l'Espagne, bientôt notre tour avec Macron...Il ne faut rêver le français ne sera jamais un allemand.
Le seul moyen de s'en sortir et garder nos protections sociale est de récupérer notre monnaie, tout en restant dans l'Euro pour les échanges extérieurs.
C'est en gros ce que l'on avait juste avant l'euro, ça fonctionnait et ça peut encore fonctionner...
a écrit le 03/05/2017 à 9:44 :
Bof ! Il suffit de remplacer l'Euro par le Bitcoin ou par l'Ether. Peut-être qu'un jour, les gens en ayant assez de ce jeu des monnaies se tourneront-ils vers les monnaies virtuelles.
Virtuelles comme le sont les promesses des candidats.
a écrit le 03/05/2017 à 8:40 :
1) "elle prône le retour d'une monnaie nationale sans vraiment fixer de calendrier". On a eu le même argument avec le Brexit. Le fait est que ce genre de décision ne se prend pas à la légère parce qu'entre autres, il dépend de nombreux facteurs. 2) Le rattachement à l'euro va lui dans le sens contraire du souverainisme, car on ne peut être souverain sans contrôler sa propre monnaie. Toutefois, techniquement, rien n'empêche ce genre de politique sachant que de nombreux pays dépendent du mighty dollar :-)
a écrit le 03/05/2017 à 8:22 :
Communiqué du Ministère des Affaires étrangères suite aux déclarations d’Emmanuel Macron Du fait de l’importance de la France pour l’avenir de l’Union européenne, nous suivons avec intérêt la campagne électorale de ce pays. Dans ce contexte, nous constatons avec regret qu’une fois de plus durant la campagne présidentielle en France, pays allié appartenant tout comme la Pologne à l’OTAN et à l’Union européenne, le candidat à la magistrature suprême utilise des comparaisons et des raccourcis inacceptables qui induisent l’opinion publique en erreur. Le gouvernement de la République de Pologne n’est pas un allié de Mme Marine Le Pen. Parler d’une présumée alliance entre Mme Le Pen et le président du parti Droit et Justice est une manipulation. Inclure M. Kaczyński « dans le groupe d’amis de Mme le Pen qui bafouent de nombreuses libertés » est incorrect et fortement inapproprié. Les valeurs et les principes de la démocratie sont respectés en Pologne. Les valeurs fondamentales présentes dans la culture et la tradition politique polonaises depuis des centaines d’années comprennent le respect et la tolérance de ceux dont les opinions politiques sont divergentes ou qui sont de différentes confessions. Nous tenons à rappeler par ailleurs que quiconque connait l’histoire et la scène politique polonaise n’a pas le droit d’accuser la Pologne de sympathie envers la Russie impérialiste. Nous attendons du prochain président, indépendamment du résultat des élections, qu’il effectue une analyse approfondie avant d’émettre des jugements sur la politique des autres États, quitte à exposer ses doutes dans le cadre de contacts bilatéraux.

Bureau du porte-parole Ministère des Affaires étrangères
Réponse de le 03/05/2017 à 10:16 :
Le marché rien que le marché , fort les Polonais ! j'ai jamais acheté de voiture d'occasion Européenne en Pologne et jamais employé d'ouvrier détachés .
a écrit le 03/05/2017 à 6:48 :
Quand Marine Le Pen ,doit combattre 40 ans d'intox de la technocratie /eurocrate , ca donne ce genre de résistance médiatique version d'avant la chute du mur de Berlin et même dans la presse dite de droite ...qui préfère défendre les "idées " à la mode...! plutôt que les intérêts fondamentaux de la France dans le temps et l'espace ....
a écrit le 03/05/2017 à 0:14 :
Deux parties du peuple s'affrontent dans cette élection ceux qui travaillent dur, qui font la richesse du pays et les tenants bien (fricqués) qui détiennent tout de père en fils et au milieu la partie des idéologues de disciplines diverses qui voterons contre leurs intérêts
car ils ne savent plus où ils se situent un monde syndical qui n'a plus de repaire et prêt à vendre la maison aux noms des comptes et pourcentage d'une économie dont ils ne profitent pas .
Réponse de le 03/05/2017 à 13:25 :
Bonjour,
Intervention toute aussi creuse que fausse. Si Mr Macron est élu, cela voudrait-il dire qu'il y a un majorité de vilains rentiers qui veulent que la situation perdure ? A contrario, si Mme Le Pen est élue, est -ce que notre pays comporte une majorité d'affreux fascistes qui veulent renverser la table ?
La vérité est que le peuple français est un ensemble de gens très différents, dont chacun a des intérêts à défendre, et que celui ou celle qui sera amené à être leur chef devra œuvrer pour l'intérêt général: c'est cela la démocratie.
J'en ai assez de cette campagne électorale, qui n'est qu'une suite de slogans, fondés sur rien (d'un côté comme de l'autre), qui oppose les catégories entre elles à l'aide d'invectives et de grossièretés (on en arrive même aux injures !).
Il n'y a pas d'un côté les gentils comme les méchants, les laborieux contre les nantis ! Tout ceci est artificiel, et j'en ai marre de ceux qui balancent des "ce que veulent les français" à tout va comme s'ils étaient les seuls à détenir LA vérité.
Votre affirmation vous classe dans la catégorie des idéologues mon cher !
a écrit le 03/05/2017 à 0:00 :
Avec le FN, c'est la ruine des épargnants.
En tous cas, j'ai tout préparé pour transférer mon petit capital en lieu sur si elle passe.
Je n'ai pas travaillé toute ma vie pour qu'une incapable me le reprenne.
Réponse de le 03/05/2017 à 7:05 :
@Patriot9, pourquoi est-ce la ruine des épargnants ...? alors qu'ils sont déjà ruiné .. ! avec des taux d'intérêt plats depuis 5 ans et des capacités d'épargne de plus en plus faible , par contre ,le scandale du siècle , est que la haute finance veuille mettre la main sur le pactole français , cela s'appelle aussi, "le financement de la dette d'état ,ou plus communément , le "financement de l'ardoise socialiste " pour mémoire , pour la partie visible de l'iceberg Sapin ...globalement environ 2 500 Milliards d'Euros , échéance 2017/2018 .... dans ce cas , les épargnants n'auront rien de rien ! mais ... cerise énorme sur le gâteau rance socialiste ...une probable hausse à terme sur le marché des taux d'intérêts....! encore là ,les épargnants contributeurs malgré eux, regarderons passé le train....d'où , la guerre tout azimuts contre Marine Le Pen ,qui est un obstacle majeur , à l'inverse Macron adoubé par la haute finance ....est l'homme idéal pour jouer l'intermédiaire discret....
a écrit le 02/05/2017 à 23:53 :
Un pays avec deux monnaies, ça existe déjà : CUBA !!!!
Youp ! chouette avenir qu'on nous promet là !!!
a écrit le 02/05/2017 à 22:19 :
Il convient de relativiser, le FN s'est transformé, en bien ; le FN est un parti politique Républicain puisque autorisé par la Constitution de la République Française ;

Pour le reste, il devient inévitable de changer le moteur bruxellois polluant puant de l'Europe

Sur l'Europe, il est requis de retenir l'évidence de ce que la Commission européenne de Bruxelles est un fatras, un magma de fonctionnaires qui ne sont pas élus et qui sèment la misère et les désordres sociétaux dans l'Europe du Sud ;

L'Euro n'est qu'un avatar de Bruxelles, dissoudre la Commission et la BCE serait salutaire pour mettre fin à la prédominance des pays à bas coût qui abusent avec arrogance les subventions européennes abondées par les impôts des Français...des Italiens, des Espagnols et Portugais ... pour vider les usines de la France.

Demain 3 mai 2017 sur France 2, le débat entre Marine Lepen et l’hologramme de Hollande sera intéressant pour dégager le vrai programme des faux semblants de Macron alias Hollande.
Réponse de le 02/05/2017 à 22:43 :
Ou la bérézina de MARINE
Réponse de le 03/05/2017 à 15:45 :
Marine c'est le référendum et Macron le 49-3 comme avec Hollande...
a écrit le 02/05/2017 à 21:49 :
Archi déformant d'écrire cela. Il est pourtant évident que le Krach politique des partis de gouvernement a libéré des questionnements pendant trop de décennies camouflés. L'ostracisme féroce accumulé si longtemps contre 1/4 à 1/3 de l'opinion nationale a produit ce résultat après la longue période d'exacerbation outrancière. Cette émergence électorale du parti l'a amené à plus de réalisme. Antérieurement il prônait la même chose, aujourd'hui plus réaliste et quasiment comparable au positionnement de Fillon.
ll vaudrait mieux s'ouvrir plus et mieux après le leçon brutale du premier tour.
a écrit le 02/05/2017 à 21:17 :
Pas plus que les autres arguments énoncés par le FN, celui de la sortie de l'euro ne mérite d'être commenté. La seule vraie raison de ne pas voter pour le FN, c'est parce qu'il est un parti nationaliste, raciste et accessoirement affublé de toutes les tares des partis nationalistes. C'est quand même pas compliqué à comprendre! ON ne vote pas pour le FN.
a écrit le 02/05/2017 à 21:03 :
Une candidate qui veut sortir de l'euro + un candidat qui veut sortir de l'euro = on ne sort plus de l'euro.

Comment expliquer cette bizarrerie mathématique ? La pression de l'opinion majoritaire, et des candidats prêts à renier des positions qu'ils défendent depuis 20 ans dans l'espoir d'être élus.
a écrit le 02/05/2017 à 20:27 :
Lu en ce moment dans le Salon Beige cet article au titre évocateur : " Abbé Laguérie : un catholique ne peut pas voter Macron". J'ajouterai qu'aucun chrétien se disant tel, ne peut voter pour Macron. Cela va de soi.
Réponse de le 02/05/2017 à 21:45 :
Pathétique ! Votre remarque est carrément à l'ouest, foutez-nous la paix avec la religion.
Réponse de le 02/05/2017 à 22:47 :
Ecoutez Mme BOUTIN ,elle vote MARINE LE PEN car elle est catholique et milite pour les chrétiens démocrates et d'accord avec la manif pour tous.


alors qu'elle est mariée avec un cousin germain (c'est drôle quand même)
Réponse de le 03/05/2017 à 16:34 :
Aucun chrétien ne peut penser que son opinion vaut pour toute la communauté.
Le Christ a porté un message de tolérance, d'espoir, d'ouverture au monde, d'aide aux démunis et aux plus faibles, d'amour et de respect pour l'autre.
Cela ne discrédite pas Macron.
Réponse de le 03/05/2017 à 19:24 :
D'accord avec vous. Après une étude attentive, le programme de Macron se situe aux antipodes du message chrétien. Ceci dit, je ne voterai pas pour autant pour Marine. Merci.
a écrit le 02/05/2017 à 20:26 :
Mouais... la sortie de l'€ et le retour du franc version FN sont en train de se transformer mine de rien en l'introduction d'une petite monnaie locale folklorique comme il en existe par dizaines dans certains coins de France. La vérité est que le FN est en train de se rendre compte que la sortie de l'€ est probablement ce qui le rend inéligible (personne n'a envie de voir son patrimoine financier se déprécier de 30%), il est très probable qu'en cas de défaite, il enterrera assez vite cette ineptie.
a écrit le 02/05/2017 à 19:54 :
Sur le fond, Marine a raison, il faut réformer cette UE qui , avec ses réglementations et ses normes, devient plus un handicap qu'un avantage. En revanche, il n'est pas nécessaire de sortir de l'euro pour harmoniser la fiscalité des pays membres ou lutter contre le dumping sur les salaires.
L'euro a perdu beaucoup de sa valeur depuis 4 ans , la dévaluation est déjà faite. La demande des français qui s'inquiètent de la mondialisation est légitime et justifiée. Si Macron est élu, sa réforme du travail , sa volonté d'augmenter la CSG , de baisser le niveau de l'assurance chômage, marque son libéralisme. Mais est-ce ces réformes qui vont améliorer la situation et faire baisser le chômage, attaquer les salariés et les retraités, est-ce judicieux;pas certain.
Réponse de le 02/05/2017 à 23:57 :
"il n'est pas nécessaire de sortir de l'euro pour harmoniser la fiscalité"... ouais : il suffit d'obtenir l'accord de chacun des 27 !!!
Pensez vous réellement que chacune des démocraties européennes souhaite faire ce cadeau à Mme LePen ???
E.Macron est le seul qui est capable de convaincre Angela !
Réponse de le 03/05/2017 à 10:58 :
Les réglementations et les normes, ça a un but protecteur (de l'environnement, de la santé, du consommateur). Il est tout simplement impossible de s'en affranchir sous peine, outre d'ouvrir la porte à de nouveaux risques, de ne plus pouvoir exporter quoi que ce soit. Ne rêvez pas, même sortant de l'UE, le Royaume-Uni ne pourra pas s'offrir le luxe, au delà de quelques cas symboliques pour amuser la galerie (après tout, l'UE n'a jamais imposé la circulation à droite au Royaume-Uni, en Irlande ou à Malte et à Chypre), de jeter par dessus bord la réglementation et les normes européennes. Au pire elle "anglicisera" leur nom en conservant leur contenu.
a écrit le 02/05/2017 à 19:10 :
37830 retraités ayant commencé la produire de transfert bien mobilier et immobilier vers le Maroc le 8 mai en cas de victoire du fn
Réponse de le 03/05/2017 à 11:09 :
Maroc, destination rassurante? Ne pas oublier que dans les années 60, Hassan II a nationalisé les biens des étrangers . L'Islamisation de cette région peut aussi inquiéter. Du soleil mais, il vaut mieux louer qu'acheter.
a écrit le 02/05/2017 à 19:01 :
Et ça se prétend capable de gouverner notre belle France, elle ne ferait que mettre notre pays au niveau du tiers-monde. Allez ! Vive l'Europe et vive l'Euro !
a écrit le 02/05/2017 à 18:48 :
Un tel amateurisme voire un tel enfantillage est plutôt effrayant. Madame Michu, c'est moi qui vous le dit, croyez moi, on revient au franc, on ferme les frontière et votre mari et votre petit fils retrouveront du travail.
a écrit le 02/05/2017 à 18:17 :
Dans le discours d'inspiration fasciste, on retrouve les obsessions récurrentes liées au thème de la monnaie et de la finance apatride et mortifère pour le Peuple élu. Dans mein Kampf, d'après les spécialistes, la finance c'est l’Antéchrist incarné par le Juif. On retrouve, jusqu'à la nausée, visant Macron, cette thématique dans la bouche des Le Pen. Il s'agit de la part de ce parti totalitaire et antirépublicain, d'un clin d’œil évident à l'antisémitisme latent d'un fraction importante de son électorat.
a écrit le 02/05/2017 à 18:11 :
...J'attends que ma «protégée» madame Le Pen, qui a fait un volte-face tactique sur l'abandon de l'euro, précise lors du débat de demain qu'elle remettra à l'ordre du jour ce projet angulaire de son programme dès l’éjection, par remaniement, de monsieur Dupont-Aignan, quelque temps après la nomination de celui-ci comme PM... J'espère aussi, qu'elle saura adopter lors du dit débat une attitude composée et sereine, pour éviter de faire fuser des attitudes et des répliques poissardes, si souvent fréquentes parmi mes chauds partisans!...Pour être fort(e) on n'a pas besoin de pester comme un cocher empêtré dans la circulation!..Enfin, rien ne vaut mieux qu'une petite camomille une demi-heure avant!...
a écrit le 02/05/2017 à 18:08 :
"attendra les élections européennes en 2018 dans l'espoir de voir arriver aux affaires nos alliés" ??!!
Et si cela n'arrive pas, on négocie avec qui ?
Au delà des incantations et des incohérences dans plusieurs domaines, le fait de baser la faisabilité d'un programme sur un scénario aussi hypothétique me laisse .... rêveur.
Tel la Castafiore: je ris .... (jaune) !
a écrit le 02/05/2017 à 18:02 :
Tous ces partis et ces politiques anti européens valident en réalité les échecs des gouvernements qui se sont succédés depuis des décennies. Comme si l'UE et l'euro pouvaient être responsables du chômage de masse dans lequel se complaît ce pays?
a écrit le 02/05/2017 à 18:00 :
Même eux sont incapables d'expliquer ce qu'ils veulent faire, on l'a bien vu avec M. Dupont-Aignan à qui il était demandé de dire clairement comment ils allaient faire...M. Lenglet attend toujours sa réponse !
a écrit le 02/05/2017 à 17:36 :
Cette histoire révèle le fond du projet FN - avoir le pouvoir pour se faire élire, en promettant n'importe quoi.
Hors toutes les promesses de MLP sont impossibles dans le cadre européen (protectionnisme, frontières, déficits publics abyssaux....). Et elle nous dit "pour l'adéhsion à l'Euro /l'UE on fera un référendum plus tard quand on aura traité les urgences".
Donc elle ment, elle ne peut pas appliquer son programme dans le cadre européen actuel. Voter pour elle c'est voter pour la sortie de l'UE et de l'Euro, qu'elle l'assume fortement.
Sa profession de foi qui "zappe" ce point est une honte...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :