"Jungle" de Calais : la Belgique va rétablir les contrôles à la frontière

 |   |  403  mots
Nous avons informé la Commission européenne qu'on va temporairement déroger à Schengen, a indiqué le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, en référence aux règles de libre-circulation de l'espace commun.
"Nous avons informé la Commission européenne qu'on va temporairement déroger à Schengen", a indiqué le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, en référence aux règles de libre-circulation de l'espace commun. (Crédits : © Wolfgang Rattay / Reuters)
Inquiète des conséquences d'une hypothétique évacuation de la "jungle" de Calais, la Belgique craint un afflux massif de réfugiés en provenance du nord de la France. Mardi 24 février, le tribunal administratif de Lille a décidé de mettre en délibéré sa décision concernant l'arrêté d'expulsion de la "jungle", pour se laisser le temps d'apprécier l'opportunité d'une telle décision.

Comme d'autres pays de l'espace Schengen avant elle, la Belgique a décidé à son tour de renforcer ses contrôles aux frontières, ce mardi. C'est à la frontière française que la mesure a vocation à s'appliquer, la Belgique s'inquiétant de la possibilité d'une évacuation de la partie sud de la "jungle" de Calais et d'un afflux de migrants sur son territoire.

"Nous avons informé la Commission européenne qu'on va temporairement déroger à Schengen", a indiqué le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, en référence aux règles de libre-circulation de l'espace commun.

    l Lire Contrôle des frontières : l'Allemagne respecte Schengen, assure la Commission

Près de 300 policiers déployés aux points de passage

La Belgique a ainsi entrepris de déployer 250 à 290 policiers pour procéder à des contrôles aux points de passage avec la France, notamment près de la côte ainsi que dans les environs du port de Zeebrugge, où des migrants quittant la "jungle" de Calais pourraient vouloir se rendre, selon Jan Jambon.

"Nous assistons d'ores et déjà à un déplacement de migrants de Calais vers notre pays", a dit Jambon lors d'une conférence de presse à Bruxelles. "Lorsque les camps en France seront évacués, nous pourrions faire face à un afflux de plusieurs milliers de personnes", a-t-il continué.

"Le temps de la justice n'est pas le temps médiatique"

En France, ce même jour, le tribunal administratif de Lille a mis en délibéré sa décision sur un référé déposé par huit associations contre l'arrêté d'expulsion, prévue mercredi, de la partie sud de la "jungle" de Calais, où se massent de nombreux migrants.

    l Lire En 2016, plus de 110.000 migrants ont déjà rejoint l'Europe par la Méditerranée

"Il n'y aura pas de décision aujourd'hui", a déclaré la présidente du tribunal, Valérie Quemener, qui s'est rendue sur place dans la matinée pour se rendre compte de la situation. "Le temps de la justice n'est pas le temps médiatique."

Pas de solutions alternatives, dénoncent les associations

Les associations affirment que l'opération a été décidée sans proposer des solutions alternatives suffisantes et soulignent que le nombre de migrants concernés par l'évacuation, de l'ordre d'un millier selon l'Etat, est en réalité plus de trois fois plus élevé.

(Avec AFP, Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2016 à 10:35 :
Ils n'ont aucun intérêt à partir .
Hier a été adopté à l'assemblée ne deuxième lecture , la loi immigration de Cazeneuve qui accorde la régularisation automatique à tout clandestin qui souffre d'une maladie grave, maladie psychologique comprise.
a écrit le 24/02/2016 à 4:15 :
La crise des migrants est une nouvelle fois le signe de l'incapacité de l'Europe des Nations à fonctionner. La solution à cette crise est pourtant simple :

1) Accueillir les réfugiés politiques, et leur repartir dans les différents pays d'accueil. Ils veulent tous aller en Allemagne, au RU et en Scandinavie me direz vous. On leur offre notre protection, on peut peut-être leur imposer un pays d'affectation, non ? On peut probablement être un peu ferme sur ce point, non ?

2) Renvoyer les migrants économiques illégaux chez eux. Leurs pays d'origine ne veulent plus d'eux, me direz vous. Eh bien on peut peut-être les forcer, non ? Que je sache, la Turquie et le Maghreb dépendent économiquement quasi totalement de l'Europe, non ? La première puissance économique de la planète devrait bien pouvoir réussir à leur imposer cela, ne croyez-vous pas ?

Et au lieu de ça, cela fait maintenant des années que les pays européens se comportent comme des poules à qui on aurait coupé la tête, à courir dans tous les sens sans raison.

L'Europe est actuellement dirigée par 28 gouvernements, et pas un seul n'est fichu de prendre des décisions rationnelles. Une Europe fédérale, unie sous la direction d'un seul gouvernement puissant serait comme toujours la solution.
Réponse de le 24/02/2016 à 12:02 :
@Tom: les 28 gouvernements sont un peu comme toi: il faut accueillir les migrants, mais chez les autres :-) Au fait, tu en as combien chez toi ? Viens chez moi, j'habite chez une copine, n'est-ce pas :-)
a écrit le 23/02/2016 à 21:47 :
C'est pas Brussels la capitale européenne qui demande à tout le monde de les accueillir .... Ils font juste la route ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :