La BCE demande aux banques grecques de ne plus acheter de dette d'Athènes

 |   |  337  mots
La BCE a arrêté début février d'accepter de la part des banques leurs obligations souveraines grecques comme garanties dans ses opérations hebdomadaires de prêts, importante source de financement pour elles.
La BCE a arrêté début février d'accepter de la part des banques leurs obligations souveraines grecques comme garanties dans ses opérations hebdomadaires de prêts, importante source de financement pour elles. (Crédits : Reuters)
La Banque centrale européenne estime que la dette du pays fait peser un risque sur les établissements financiers grecs, a indiqué mercredi à l'AFP une source au fait du dossier. Or, ces derniers permettent à Athènes de se maintenir à flot financièrement...

La BCE, chargée depuis novembre 2014 de la supervision des banques européennes en sus de son mandat de politique monétaire, met désormais la pression sur les établissements financiers grecs.

Elle s'émeut du "risque que le bilan (des banques grecques) soit plombé par des actifs de mauvaise qualité", a expliqué une source au fait du dossier à l'AFP, mercredi 25 mars. L'institution a intimé aux banques "de ne pas augmenter leur risque" dans une "communication" cette semaine. Elle leur demande notamment d'arrêter d'acheter de la dette d'Athènes."C'est quelque chose à prendre au sérieux", de la part des banques, a précisé la source, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat.

Le Financial Times et le Wall Street Journal avaient auparavant fait état d'une lettre envoyée mardi 24 mars aux banques hellènes. La BCE n'a pas commenté ces informations.

Athènes écoule ses bons du trésors auprès des banques grecques

C'est principalement auprès des banques grecques qu'Athènes écoule les bons du trésor émis à intervalles réguliers, qui lui servent à rembourser les précédents et à se maintenir à flot financièrement, alors que les caisses de l'Etat sont presque à sec. Mais la dette grecque est considérée comme un investissement "pourri" par les agences de notation.

Par ailleurs, la BCE a arrêté début février d'accepter de la part des banques leurs obligations souveraines grecques comme garanties dans ses opérations hebdomadaires de prêts, importante source de financement pour elles. Avant cette date, les banques grecques bénéficiaient d'un régime de faveur leur permettant d'apporter ces titres en garantie, mais les incertitudes entourant l'avancement d'Athènes dans ses réformes depuis l'arrivée au pouvoir fin janvier du gouvernement d'Alexis Tsipras ont conduit l'institution à faire sauter ce dispositif.

Les banques grecques se refinancent à l'heure actuelle auprès de la banque centrale du pays, avec des prêts d'urgence, plus chers pour elles, dans le cadre d'un mécanisme appelé ELA et approuvé par la BCE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2016 à 9:23 :
Cet article réaliste résume le climat actuel de l’économie européenne. J'en profite pour recommander le blog d'un économiste André Jacques Holbecq.
a écrit le 26/03/2015 à 9:56 :
Pouvez-vous préciser votre article? Si j'ai bien compris, quoi que fasse la Grèce elle est en faillite et l'Europe avec, à moyen terme.Pourquoi a-t-on laissé les incendiaires (les banques privées) jouer avec les allumettes (notre argent)?
Dire qu'il y a encore des journalistes pour écrire que "c'est la faute de la Grèce". Honte à ce système qui est en train de faire monter les mouvements d’extrême droite en Europe.
a écrit le 25/03/2015 à 21:02 :
Encore un peu de patience et l'Europe ne sera plus qu'un champ de ruines. Déjà la misère suinte un peu partout. Dans un an ou dans deux ans le désastre sera la règle partout.
Réponse de le 25/03/2015 à 22:08 :
Détaillez nous un peu plus votre thèse s'il vous plait. Car avec des prédictions à la Nostradamus, n'importe qui aurait pu dire que l'Occident ne se serait jamais remis du Krach de 1929 ou que le drame de Tchernobyl en 1986 était le début de la fin du monde
a écrit le 25/03/2015 à 19:19 :
Au nom de la loi, je vous endette de Pierre Yves-Rougeyron.
Enquête sur la loi du 3 Janvier 1973 : comment une équipe de banquiers et de hauts fonctionnaires a endetté la France auprès des banques privées avec un texte obscur.
Il montre, point par point, comment la France a été mise en esclavage par la dette avec juste un simple texte anodin. Il montre comment en l’espace de 40 ans, chaque français s’est retrouvé avec une dette de 30.0000 euros sur le dos au nom du pays. Il montre comment une élite de hauts fonctionnaires a renoncé, pas à pas, à la Nation française, à son âme et à son indépendance. C’est l’histoire des manipulations successives, organisées et pilotées pour ne profiter qu’à une seule entité : les banques privées.
Grâce à cette loi, la France a été conquise sans bruit, sans une balle tirée et sans aucune résistance : chaque semaine, ce sont 4 nouveaux milliards, empruntés par l’Etat pour payer retraites, salaires et aussi …intérêts de la dette qui s’ajoutent aux 1700 milliards déjà dus, alors qu’au même moment 800 emplois industriels sont détruits chaque jour.
http://www.dailymotion.com/video/xzhvfc_au-nom-de-la-loi-je-vous-endette-enquete-sur-la-loi-du-3-janvier-1973_news
a écrit le 25/03/2015 à 19:02 :
Remarquez que le mot troika n'est plus mentionné dans les médias...
a écrit le 25/03/2015 à 18:58 :
Je n'achète pas de dette... Ni grecque, ni française. J'ai solde mes comptes à la banque. Je n'ai pas confiance. J'espère que la France sortira au plus vite de l'Euro, de l'Europe et de l'OTAN. Comment gérer une Europe a 28 ? Et je vote UPR.
a écrit le 25/03/2015 à 18:43 :
pour moi, c'est la cigarette du condamne... l'heure de verite approche, c'est a quelle date que doivent etre verses retraites et salaires des fonctionnaires?
jusqu'a present le financement etait facile via le refinancement banque centrale et la repression financiere, la, ca va etre autre chose!
bonne chance aux grecs pour les 50 prochaines annees
Réponse de le 25/03/2015 à 20:10 :
Avec un budget primaire positif (quasiment le meilleur de toute l'Europe), un retour a la drachme qui donnerait un coup de fouet aux exportations et au tourisme, je pense que la Grece serait remise sur pied bien plus vite, en 2/3 ans maximum !
Réponse de le 25/03/2015 à 23:19 :
FX, merci de me remonter le moral, ma fille veut s'installer en Grèce et cherche et espère trouver un job même moins payé qu'en France. Elle en a raz le bol
a écrit le 25/03/2015 à 17:57 :
Retour dans les années 70 où la Banque centrale d'un pays via le Trésor finançait son Etat, cela sans payer d'intérêt et la possibilité d'ajuster sa monnaie (dévaluer).
Ceci c'était avant, avant qu'on donne le pouvoir aux banquiers privés de financer ex-nihilo la dette des Etats, moyennant intérêts. Les seuls intérêts payés par la France depuis 1973 représentent...La dette actuelle de le France. Si encore ces intérêts avaient servis à financer l'économie, un peu au début, mais plus rien de nos jours, les profits sont pour les actionnaires, les fonds de pension, les rentiers, pas pour l'investissement. Pourvu que ça dure.
a écrit le 25/03/2015 à 16:48 :
Voila une déclaration qui sonne comme un ultimatum. Tsipras se couche, ou la grece sort de l'euro. Et comme Tsipras ne se couchera pas ... bye bye l'europe !
Réponse de le 25/03/2015 à 19:34 :
@ fx Etsi ! Tout à fait d'accord avec vous ! Zito Ellada !
a écrit le 25/03/2015 à 16:47 :
oui tout est fait pour que le gouvernement revienne sur ces promesses de campagne.
il ne sert plus à rien de faire des élections car "Bruxelles" décide de tout au mépris des peuples. un jour les peuples asphixiiés n'auront plus le choix que la révolte
Réponse de le 25/03/2015 à 20:11 :
C'est déjà fait, et l'Europe ne l'a pas encore compris. Le gouvernement grec actuel EST la révolte, ils ne céderont surement pas !
a écrit le 25/03/2015 à 14:55 :
Je tiens à témoigner toute ma sympathie au peuple grec à qui on fait croire qu'il va pouvoir échapper à des sacrifices d'une violence inouïe. Les principales victimes de toute cette mascarade, ce sont eux. Ils se sont fait balader pendant des années par des partis socialistes de droite et de gauche, avec des résultats catastrophiques. Ca les a précipité tout droit dans les bras du premier populiste qui passait, la suite depuis janvier 2015 on la connaît. PEUPLE DE FRANCE, CETTE SITUATION POLITIQUE EST TRES COMPARABLE A LA NOTRE LA GROSSE DIFFERENCE ENTRE LA GRECE ET LA FRANCE C'EST QU'EN FRANCE LES IMPOTS RENTRENT !! A QUAND UNE VRAIE COALITION NATIONALE EN FRANCE ????
Réponse de le 25/03/2015 à 17:13 :
Comme vous dites "LA GROSSE DIFFERENCE ENTRE LA GRECE ET LA FRANCE C'EST QU'EN FRANCE LES IMPOTS RENTRENT " Les grecs ne payent pas leurs impôts et ils attendent que les contribuables européens les payent à leur place : payent leurs retraites, leurs écoles, etc.
Ici les impôts rentrent, que le gouvernement soit de droite ou de gauche.
Réponse de le 25/03/2015 à 19:38 :
@ still stronger Les impôts des Grecs sont prélevés à la source, comme partout. La dette grecque a déjà rapporté des centaines de millions d'euros en intérêts rien qu'à la France.
Réponse de le 25/03/2015 à 20:07 :
La France suit déjà EXACTEMENT le meme scenario que la Grece. Reprenez les news concernant la grece de ces 4 ou 5 dernières années, et vous verrez que le processus est deja enclenché en France. Bon courage !
a écrit le 25/03/2015 à 14:03 :
C'est le seul moyen pour arrêter ses pertes et se mettre en conformité avec les traités européens qui interdisent le refinancement des Etats par le biais de la banque centrale.
Réponse de le 25/03/2015 à 15:00 :
Depuis la mise en place du QE BCE, la charge des dettes d'Etat rachetées par la BCE incombe à 80% aux Banques Centrales, et seulement à 20% à la BCE. La construction européenne est enterrée de fait et le retour à une semi souveraineté monétaire est enclenché. La solution aurait été à l'époque de la mise en place de l'euro d'accepter une politique budgétaire commune mais ça la France n'en a jamais voulu....
Réponse de le 25/03/2015 à 19:26 :
C'était une fiscalité commune qu'il fallait mettre en place et pas avec 28 pays mais avec 3 ou 4 pays.
Voir la conférence en ligne,
Pourquoi l'Europe est-elle comme elle est
http://www.upr.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
De Gaulle avait compris avant tout le monde ce que serait l'Union Européenne https://www.youtube.com/watch?v=Qw3U4Tbp7fQ
.
a écrit le 25/03/2015 à 13:54 :
La BCE coupe le robinet de trésorerie à la Grèce, ce qui va replonger la Grèce dans une crise grave.

La BCE est un pompier pyromane.
a écrit le 25/03/2015 à 13:41 :
Sortez donc ce pays de l'euro nom de Dieu!
Réponse de le 25/03/2015 à 15:02 :
Si Tspipras ne le fait pas, Aube Dorée le fera... Mais bon, puisqu'on vous dit que l'Union européenne c'est la paix!
Réponse de le 25/03/2015 à 15:41 :
Et sortons aussi la France de l'euro, nom de D...! L'euro c'est misère et désespoir. On meurt à petit feu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :