Salaire minimum en Europe : seule la Grèce a connu une baisse depuis 2008

 |   |  572  mots
Le salaire minimum des travailleurs grecs est ainsi passé de 794 euros à 683 euros entre 2008 et 2017.
Le salaire minimum des travailleurs grecs est ainsi passé de 794 euros à 683 euros entre 2008 et 2017. (Crédits : Reuters Yannis Behrakis)
Tous les pays européens ont connu une hausse de leur salaire minimum depuis la crise de 2008, sauf la Grèce. Les plus fortes progressions ont été observées dans l'Est de l'Europe. En France, l'augmentation reste modeste au regard de l'évolution moyenne dans les autres pays.

Les dernières données publiées par la Commission européenne ce vendredi 10 février indiquent que les salaires minimums ont quasiment tous augmenté dans les pays qui appliquent ce principe. Le seul État à avoir connu une diminution de cet indicateur est la Grèce, fortement frappée par des réformes et des mesures d'austérité depuis la crise de 2008.

>> Lire aussi : Grèce : de nouvelles mesures d'austérité pour 2017

Au sein des 28 États membres, 22 pays appliquent un salaire minimum. Seuls le Danemark, l'Italie, Chypre, l'Autriche, la Finlande et la Suède n'en disposent pas.

Un fort contraste entre l'Est et l'Ouest de l'Europe

Bien que les salaires minimums en Europe de l'Est ont connu une forte progression ces dernières années, le contraste avec le Nord-Ouest de l'Europe demeure important. On peut ainsi distinguer trois groupes de pays.

  • Des salaires inférieurs à 500 euros : dix pays membres situés à l'Est de l'UE affichent un salaire inférieur à 500 euros par mois. Il s'agit de la Bulgarie (235 euros), la Roumanie (275 euros), la Lettonie et la Lituanie (380 euros chacune), la République tchèque (407 euros), la Hongrie (412 euros), la Croatie (433 euros), la Slovaquie (435 euros), la Pologne (453 euros) et l'Estonie (470 euros).
  • Des salaires compris entre 500 et 1.000 euros : cinq pays présentent un salaire compris entre 500 et 1.000 euros au sein de l'UE. Il s'agit du Portugal (650 euros), de la Grèce (684 euros), Malte (736 euros), la Slovénie (805 euros) et l'Espagne (826 euros).
  • Des salaires supérieurs à 1.000 euros : au total sept pays situés au Nord et à l'Ouest de l'UE affichent des salaires minimums garantis supérieurs à 1.000 euros. Il s'agit du Royaume-Uni (1.397 euros), la France (1.480 euros), l'Allemagne (1.498 euros), la Belgique (1.532 euros), les Pays-Bas (1.552 euros), l'Irlande (1.563 euros) ainsi que le Luxembourg (1.999 euros).

Le classement des pays qui figure ci-dessous indique que la France se situe en sixième position sur 22 avec un salaire minimum brut fixé à 1.480 euros au premier janvier dernier. En tête de ce palmarès, se situe à la première place le Luxembourg, suivi de l'Irlande et des Pays-Bas. À l'inverse, la Bulgarie, la Roumanie et la Lituanie arrivent en bas de classement. En moyenne, le salaire minimum s'établit à 845 euros bruts dans l'UE. À titre de comparaison, le salaire minimum fédéral aux États-Unis est de 1.192 euros bruts par mois.

Une faible progression pour la France

L'autre indicateur intéressant à observer concerne l'évolution des salaires minimums entre 2008 au moment de la crise financière et 2017, soit près de 10 ans après. En moyenne, les salaires minimums ont augmenté de 40% dans l'UE. Mais cette moyenne masque des disparités. Il apparaît que le seul pays où le salaire a diminué est la Grèce avec une baisse de près de 14%. Le salaire minimum des travailleurs grecs est ainsi passé de 794 euros à 683 euros, notamment sous la pression des créanciers du pays.

En revanche, le salaire minimum a connu de fortes progressions dans les pays d'Europe de l'Est. Cet indicateur a doublé en Bulgarie (+109%) et en Roumanie (+99%). En outre, la Slovaquie (+80%) ainsi que les trois pays baltes Estonie (+69%), Lettonie (+65%) et Lituanie (+64%) ont également connu des hausses significatives.

Du côté des augmentations plus modestes, la France fait partie du trio de fin de classement. En effet, l'Hexagone (+15%) se classe juste derrière l'Irlande (7%) et le Royaume-Uni (12,4%) comme l'illustre le graphique ci-dessous.

 Des pays comme l'Allemagne ne figurent pas dans le graphique ci-dessous en raison de l'absence de salaire minimum en 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2017 à 16:00 :
Cette politique est honteuse et me fait douter de l'Europe. Si on connaît la façon que les Nazi se sont comporter lors de la dernière guerre dans ce pays, je dis qu'il faut à l'Allemagne une dose de bonne conscience. Est ce parce qu'ils n'ont pas cédé et mené une résistance sans limite au cours de cette dernière guerre qu'on les traitent ainsi ?
Pour moi les choses sont simples, je serai Grec, quel que soit le prix je quitterai la zone Euro, l'Europe et... l'Otan et je ne paierai rien. C'est une simple question de dignité.
a écrit le 12/02/2017 à 11:35 :
LEUROPE SOCIAL N EST PAS ENCORE EN ROUTE QUAND ON VOIE TOUTE CES DIFERENTS NIVEAUX DE SMICS ET DE NIVEAUX DE VIE ONT SE DEMENDE A QUOI SERT L EUROPE/ LEUROS FORT NE SUFIRAS PAS A CONTENTEZ LES PEUPLES LOMGTENT. TROPS DINEGALITE RESTE ENTRE PAYS DEVELOPE ET PAYS EN VOIE DEDEVELOPEMENT AUX NIVEAUX DE CETTE EUROPE QUI NE NOUS FAIS PLUS REVER???
a écrit le 11/02/2017 à 20:04 :
Bien sûr ce tableau ne veux rien dire, si votre salaire est de 1500 euros pour 150 heures de travail , vous être dans les conditions de la France ( mal payer, mais réelle ) ensuite il faut voir les prélèvements obligatoires sur votre travail ( retraite, taxe, SS, RDS) , Apres il faut voir le loyer, les depences incompréhensible ( eau, électricité , gaz , ou charbon) .... Ensuite voir combien il vous reste pour vivre ( alimentation, vêtements , soin médicaux ) et ci vous avez de la chance vous pouvez épargner.... Petit exemple en Allemagne, a travail équivalent les salaires sont superieur de 1000 euros, et le paginer de la ménagère est inférieur de 30%, donc l'on vie mieux....
Réponse de le 11/02/2017 à 22:17 :
Selon Eurostat (communiqué de presse 25/2017), les Allemands travaillent 39 au lieu de 35 heures pour un smic mensuel comparable au nominal, mais qui produit un pouvoir d'achat de 6% plus élevé qu'en France.
a écrit le 11/02/2017 à 19:26 :
Et comme la Grèce est le laboratoire de cobayes vivants des néolibéraux, les politiques d'austérité étant là pour le certifier, c'est ce qui nous attend.
a écrit le 11/02/2017 à 14:09 :
Conclusion, l'Allemagne doit augmenter fortement son smic !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :