La Tribune

Polymaris collectionne les bactéries

latribune.fr  |   -  318  mots
Polaris, un fabricant breton de lipides nutritionnels (10 millions d'euros de chiffre d'affaires), vient d'entrer au capital de Polymaris. Grâce à ce nouvel investisseur minoritaire, cette jeune biotech créée en 2008 va pouvoir financer un plan d'investissement de 500.000 euros. « Cela nous servira à l'acquisition de matériel de production. De plus, nous allons pouvoir bénéficier du réseau commercial de Polaris pour asseoir notre développement », reconnaît Anthony Courtois, président de Polymaris qui emploie huit salariés au sein de la pépinière d'entreprise de biotechnologies à Morlaix (Finistère).La société, qu'il a fondée avec Bertrand Thollas, s'intéresse aux bactéries marines du littoral breton. Certaines de ces bactéries sont en capacité de produire des exopolysaccharides, des molécules de sucre utilisées par l'industrie chimique et cosmétique pour leurs propriétés physico-chimiques et biologiques et l'effet anti-âge. larges perspectivesà l'avenir, les deux associés, anciens doctorants à l'Ifremer et l'Université de Bretagne occidentale, considèrent que le champ des applications de leurs produits pourrait s'étendre aux domaines de la santé et de l'alimentation animale et humaine. « Ces bactéries marines n'ont pas d'équivalent terrestre. Quasi-inexploitées jusqu'à présent, elles représentent un potentiel de découvertes scientifiques considérable », affirme Anthony Courtois.Depuis la création de l'entreprise, les deux associés ont pu constituer une bibliothèque de 520 bactéries. « Nous en avons caractérisé une trentaine comme ayant un potentiel actif intéressant à moyen terme. Après un prélèvement en mer, nous reproduisons en laboratoire la molécule qui correspond aux besoins de nos clients », précise le dirigeant de l'entreprise qui se prépare à lancer cinq nouvelles molécules sur le marché d'ici à la fin de l'année. Pour son prochain exercice, Polymaris devrait alors dépasser les 100.000 euros de chiffre d'affaires réalisés en 2009.Mikaël Cabon, à Brest
Réagir