La Tribune

H&M verse 100 millions d'euros à ses 76.000 salariés

latribune.fr  |   -  361  mots
La méthode peut séduire. La famille Persson, actionnaire de référence de H&M, va céder plus de 4 millions de ses actions aux 76.000 salariés de l'enseigne suédoise d'habillement. Soit l'équivalent de 1 milliard de couronnes suédoises (100,4 millions d'euros) et, à date, environ 1.315 euros par salarié. L'opération se fera via un holding nouvellement créé, la Fondation Stiftelsen H&M Incentive Program, à laquelle H&M versera un montant équivalant à 10 % de l'augmentation de dividende accordée aux actionnaires. « La Fondation Stiftelsen ne pourra cependant détenir plus de 5 % des actions de H&M », précise l'enseigne.Tous les salariés H&M ayant plus de 5 ans d'ancienneté, sans distinction de statut ou de salaire, bénéficieront de ces actions gratuites. Ils en toucheront le montant à l'âge de 62 ans ou, à partir de 2021, après 10 ans d'ancienneté. Stefan Persson, président du conseil d'administration, entend ainsi « encourager l'implication à long terme des salariés dans l'avenir de l'enseigne ». L'héritier de Erling Persson, fondateur de H&M, n'a pas hésité à puiser dans les 22,4 milliards de dollars de son patrimoine pour mener à bien ce projet. Au passage, la deuxième fortune de Suède veut améliorer l'image d'employeur de H&M dont, avec sa famille, il détient 37 % du capital et 70 % des droits de vote. De fait, H&M jouit déjà d'une forte image sociale. En Suède, le groupe se classe au troisième rang des employeurs idéaux, aux yeux des étudiants, selon l'enquête 2010 du cabinet Universum. Et, en France, beaucoup louent sa politique de promotion interne. « Ce programme d'intéressement profitera au recrutement dans le cadre de l'expansion globale de H&M », ajoute la firme qui emploie 76.000 salariés et exploite 2.000 magasins dans 37 pays. « Recréer du lien »H&M n'est pas le seul à distribuer des actions gratuites à ses salariés. La crise inciterait les entreprises à adopter ce mode d'intéressement. « C'est un moyen de recréer du lien entre actionnaires, direction et salariés », juge Joël Rethoré, chargé du département actionnariat salarié du cabinet Hewitt en France. Juliette Garnie
Réagir