Chute historique du commerce mondial en 2009

 |   |  450  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le commerce mondial a enregistré en 2009 un recul de 12%. L'Organisation mondiale du commerce souligne qu'il s'agit de la plus forte baisse depuis la Deuxième Guerre Mondiale.

Les échanges commerciaux au niveau mondial ont diminué d'environ 12% en 2009, un recul sans précédent depuis la Seconde Guerre Mondiale, a déclaré ce mercredi Pascal Lamy, le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). L'OMC avait estimé en décembre que cette baisse serait plus faible, de 10%.

Ce recul est directement lié à la crise. L'activité économique mondiale a reculé l'an dernier "d'environ 2,2%" et le nombre de chômeurs a atteint un niveau sans précédent de 200 millions de personnes, selon l'Organisation internationale du travail (OIT), a souligné Palcal Lamy. Globalement, l'OIT estime que la crise a fait perdre leur emploi à 20 millions de personnes dans le monde depuis octobre 2008.

Pour Pascal Lamy, la baisse de l'activité s'explique à la fois par la faiblesse de la demande et par la raréfaction des prêts bancaires pour financer les transactions commerciales. "Dans une moindre mesure, l'augmentation de droits de douane ou des subventions" pour protéger les marchés nationaux ont pesé, a estimé le directeur général de l' OMC.

La zone euro en panne, les perspectives pour 2010 médiocres

Au sein de l'Union européenne, première puissance commerciale mondiale, l'inquiétude est vive. La reprise en zone euro "semble avoir calé", a estimé mardi le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mervyn King. La zone euro n'a enregistré une croissance de son Produit intérieur brut (PIB) que de 0,1% au dernier trimestre 2009. La zone fait par ailleurs face à la crise budgétaire de la Grèce et aux inquiétudes pesant sur la santé des économies espagnole et portugaise.

Quant à l'année 2010, elle ne s'annonce pas sous de très bons auspices. Interrogé sur les perspectives du commerce mondial pour 2010, le patron de l'OMC n'a pas donné de chiffres. "Il y a certainement une reprise. Est-ce que cette reprise sera de court terme [...] ou sera-t-elle durable [...], c'est difficile à dire, mais il y a indéniablement une reprise", a-t-il dit cependant.

Négociations du cycle de Doha

Pascal Lamy a par ailleurs estimé que l'ouverture des échanges commerciaux constituait l'une des solutions à la crise et il a jugé qu'il était "impératif économiquement" de conclure les négociations dites du cycle de Doha sur la libéralisation des échanges commerciaux, négociations qui sont au point mort depuis des mois et qui pâtissent de l'absence d'implication des Etats-Unis.  Au point que le directeur de l'OMC a déclaré que les divergences étaient encore trop fortes dans les négociations pour déterminer si les discussions pourraient aboutir d'ici la fin de l'année.

Initiées en 2001, ces pourparlers ont mis l'accent sur le démantèlement des obstacles au commerce pour les pays pauvres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2010 à 18:10 :
Merci de cette nouvelle...cela fait des mois que je conteste les chiffres chinois en particuliers la croissance de son PIB. Comment donc la Chine peut elle maintenir une croissance aussi forte avec une telle chute du commerce mondial???? Et pourtant cette hypothétique croissance a bien servi comme prétexte à une spéculation boursière sur une éventuelle reprise...les marchés sont bidons qu'on le sache... encore une fois merci chers journalistes de faire le job!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :