Après le Portugal, Lagarde cherche à rassurer sur l'Espagne

 |   |  337  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Il n'y a pas de risque de contagion de la crise à l'Espagne, selon Christine Lagarde, ministre de l'Economie. De son côté, l'Espagne cherche à prendre de la distance vis à vis de la situation du Portugal qui a officiellement demandé l'aide financière européenne.

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde s'est dite confiante dans la mise en oeuvre de l'aide financière européenne demandée par le Portugal. Elle a ajouté ne pas croire à un risque de contagion à l'Espagne. Son homologue espagnol, Elena Salgado est du même avis. Elle a notamment déclaré : "Nous ne courons en ce moment aucun risque du fait que le Portugal a demandé une aide internationale" en précisant "Nous sommes une économie beaucoup plus grande".

Selon, Elena Salgado, le Portugal est le dernier pays de la zone euro à demander l'aide de l'Union européenne (UE) et du Fonds monétaire international (FMI), a déclaré ce vendredi la ministre espagnole de l'Economie.

Les ministres des Finances de l'ensemble de l'UE ainsi que des banquiers centraux européens se réunissent de manière informelle vendredi et samedi à Godollo, dans la banlieue de Budapest, pour mettre au point l'aide demandée par le Portugal, en pleine crise politique après le rejet d'un plan d'austérité.

"Je crois que cette fois-ci, on est prêts. Je suis soulagé d'une certaine manière que le gouvernement portugais ait décidé de faire appel au soutien européen, de faire appel, j'espère bien, au Fonds monétaire international, puisqu'on intervient ensemble", a dit la ministre française sur France 3.

Les Européens peuvent faire appel à un Fonds européen de stabilisation financière mis au point après des opérations similaires en Grèce et en Irlande. "Il va falloir maintenant négocier avec nos amis et partenaires portugais pour savoir quel est le degré d'effort qu'ils nous proposent et éventuellement en exiger un peu plus si ce n'est pas suffisant", a précisé la ministre Française.

Christine Lagarde exclut une contagion à l'Espagne. "L'Espagne a engagé un certain nombre de réformes en particulier de son système bancaire, est beaucoup plus solide comme économie compte tenu des mesures qui ont été prises et les marchés le savent", a-t-elle dit.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2011 à 15:20 :
Oh! La menteuse...
a écrit le 08/04/2011 à 14:55 :
Jamais dans l'histoire de l'humanité a une monnaie survécu avec 17 gouvernements souverains qui décident indépendament de leur fiscalité, déficit et endettement. L'Euro fut une idée sans réalité et le pire, c'est que les garanties de lUE ne font que repousser une crise d'endettement encore plus grave vers l'année 2013 année où la Grèce sera obligé à se déclarer en faillite et cessation des paiements. Le réalisme serait de construir une porte de sortie de la maonnaie afin que les PIIGS puissent quitter l'euro et dévaluer leur monnaie, ainsi redevenir concurrentiels avec leur production.
Réponse de le 20/04/2011 à 8:02 :
et qu'est ce qu'ils ont fait les romains ??
a écrit le 08/04/2011 à 10:39 :
Lagarde avait dit la même chose sur la Grèce, l'Irlande et le Portugal.
Ses compétences en économies étant du même niveau que moi en théologie, elle continue à débiter continuellement des idioties qui sont, à chaque fois, quelques semaines après, avérées fausses. Mais elles est toujours en place ! c'est ça la compétence dans les gouvernements Sarkozistes.
Réponse de le 08/04/2011 à 16:58 :
10 sur 10 Candice. Chaque fois qu'un pays est menace, elle affiche sa confiance, le pays fait faillite et elle recommence. Mais pourquoi les journalistes economiques ne lui demandent pas des comptes. Et elle n'est pas la seule, DSK , Barnier, Von Rompuy et d'autres sont tout autant irresponsables et incompetents.
a écrit le 08/04/2011 à 8:15 :
Chacun sait que si par malheur l'Espagne suivrait le Portugal (ce qui est fort possible) l'Euro ne résisterait pas. Car les sommes en jeu sont autrement considérables. L'Euro et l'Europe, déjà mal en point, passeraient de vie à trépas avec des conséquences dramatiques : la misère pour une grande majorité d'individus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :