La prime transport est rétablie et élargie aux vélos

 |   |  473  mots
L'Assemblée nationale a rétabli la prime transport inscrite par le gouvernement dans le projet de budget Sécu 2009, supprimée la semaine dernière en commission et l'a étendue aux abonnements vélo. Par ailleurs, la fiscalité a été durcie pour les gros "parachutes dorés"

L'Assemblée nationale a rétabli jeudi soir, en séance publique, la prime transport inscrite par le gouvernement dans le projet de budget Sécu 2009, supprimée la semaine dernière en commission et l'a étendue aux abonnements vélo. Le président de la commission des Affaires sociales, Pierre Méhaignerie (UMP), et le rapporteur du texte, Yves Bur (UMP), avaient fait adopter, en commission, la suppression de la prime, qui "ne se justifie pas ou plus, en particulier parce qu'il vaut mieux privilégier le salaire direct et que les prix du pétrole ont baissé". La mesure avait provoqué un tollé et entraîné un rappel à l'ordre de la majorité par le Premier ministre François Fillon.


L'aide au transport pour les trajets domicile-travail, promise par le gouvernement, s'articule en deux volets: l'extension de la prise en charge obligatoire de 50% des titres de transports collectifs, actuellement en vigueur en Ile-de-France, et la prise en charge facultative des frais d'utilisation d'un véhicule personnel, dans la limite de 200 euros par an. Eric Woerth (Budget) a réitéré l'engagement du gouvernement en faveur de cette mesure. "Le salarié doit pouvoir se rendre, pour un coût acceptable, à son travail", a-t-il dit.
 

Droite et gauche ont en outre décidé d'étendre le dispositif aux abonnements de vélo. Elles ont voté un amendement de Philippe Goujon (UMP) en ce sens car, selon le député de Paris "le vélo est amené à se développer en tant que mode de transport quotidien, notamment pour les déplacements domicile-travail". Selon l'amendement, le coût de l'abonnement vélo peut être remboursé en partie par l'employeur pour les salariés ayant choisi le vélo comme mode de déplacement principal, au même titre que l'abonnement de transports collectifs.

 

Fiscalité durcie pour les gros parachutes dorés

Les députés sont entrés jeudi dans le vif du sujet du budget Sécu pour 2009 en taxant les parachutes dorés des plus hauts dirigeants mais en renonçant, à la demande du gouvernement, à d'autres taxes visant les stock-options, les actions gratuites et les retraites chapeaux. Les indemnités de licenciement - "parachutes dorés "- supérieures à un million d'euros seront assujetties en France, dès le premier euro, aux cotisations sociales. Les députés ont en revanche supprimé, à la demande du gouvernement, la seconde partie de l'amendement qui prévoyait de rendre applicable immédiatement la contribution salariale de 2,5% sur les avantages résultant des stock-options et des attributions gratuites d'actions. De même, à la demande du gouvernement qui estime que les stocks-options sont déjà lourdement taxées, les députés ont rejeté un autre amendement de la commission, soutenu par l'opposition, qui proposait de soumettre au "forfait social" de 2% les stocks-options et les distributions d'actions gratuites.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Normal puisque Christine Lagarde avait dit que devant la hausse des prix du pétrole les Français devaient aller au travail en vélo.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
on se moque de qui ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ce sont des spécialiste de la marche avant et arriére
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Laissez moi comprendre: j´utilise le velo qui n´a pas besoin de petrole; j´utilise le velo qui aide la sécu parce qu´il me donne de bonnes conditions physiques; j´utilise le velo, enfin, parce qu´il ne demande pas des bonnes routes. Donc, pour tout ça, l´Etat me demande le paiment d´une PRIME! __ Ouh, je n´y ai rien compris!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et le ressemelage de mes pompes ?
Et ma double prothèse de hanche ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
dommage que le ridicule ne tue pas! On demande à l'employeur de payer l'abonnement aux transports collectifs, ou le transport en voiture, ou l'abonnement vélo. Deux réflexions: la première, c'est que cet prime donnée par l'employeur, renchérit votre salaire et c'est autant que l'employeur ne donnera pas en augmentation. La seconde, c'est qu'il favorise ceux qui prennent un abonnement vélo, par rapport à ceux qui achètent leur vélo. en d'autres termes, si vous bénéficiez de transports collectif commodes ou que vous habitez la ville et diposez de vélos en libre service, alors vous recevez une prime. si vous n'avez pas de transports collectifs commodes ou que vous n'habitez pas une ville avec vélos en libre service, vous serez pénalisés une seconde fois, car vous ne toucherez pas de prime. Comme on dit, l'argent va à l'argent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
QUAND ARRETERONS NOUS D'ASSISTER LES FRANCAIS ?? Je suis "jeune senior" retraitée babyboomer et savez-vous que.. pendant toute ma carrière professionnele de 42 ans.., je n'ai jamais vu autant d'aides de toute part, de toute forme et de tout et de tout !!!?? On enfantilise les français..peuvent-il se prendre en charge sans que le gouvernement intervienne ??
maintenant c'est le vélo !!! on aura tout vu !!
et les marcheurs ?? auront-ils droit à une subvention ???

IL FAUT ARRETER RAPIDEMENT .. ON DEVIENT RIDICULE !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nos élites sont des urbains et sont entourés d'urbains. Par conséquent, dans le monde formidable de nos élites soit vous êtes :
1. habitant d'une cité (digne de ce nom) avec transport en commun, vélo...
2. élite vous même donc : voiture de service (avec chauffeur si possible, pourquoi se gêner..)
3. plouc= habitant d'une méchante petite cité qui refuse le progrès (réseau de transport urbain dense, mise à dispo de vélib...)
4. plouc de campagne = crétin congénital qui s'entête à vivre loin d'une cité

Nos élites fabriquent donc des règles pour les citoyens (catégories 1 & 2) et tant pis pour les autres qui ont la chance en apportant leur soutien financier (=payer l'impôt) de contribuer à l'application des "supers" idées de nos élites.

Le progrès fait rage, le futur de manque pas d'avenir...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je rejoins mavilou sur le fait que dans beaucoup de domaines on infantilise les français. En revanche concernant la prime pour ceux qui utilisent les transports en commun et/ou le vélo, je pense qu'il y a confusion: il s'agit en fait d'une prime incitant les gens à favoriser l'utilisation des transports en commun et/ou vélo considérés comme mode de transport "propre". C'est une initiative qui contribue à réduire l'émission de gaz à effet de serre. et oui cela concerne plus les habitants des grandes agglomérations mais il faut bien commencer quelque part. Mavilou: les français sont certes des assistés mais surtout ils râlent pour tout et sur tout et sont réfractaires au changement. Ce pour quoi nous sommes connus à l'étranger: le français n'est jamais content et je trouve cela vraiment dommage!
je suis pour la critique lorsqu'elle fait avancer les choses; mais critiquer pour critiquer c'est stérile, tout simplement.
à bon entendeur
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A une époque l'entreprise donnait une prime chaussures on progresse! Encore une réforme au compte de notre président Merci qui? Zut il n'a pas consulté les syndicats.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est une excellente mesure qui va dans le bon sens. En effet, l'urgence écologique ne permet plus que l'on fasse l'impasse sur n'importe quelle petite éconnomie de gaz à effet de serre. Plus de la moitié des gaz à effet de serre émis sur une métropole correspond aux transports et aux logements. Il y a des incitations gouvernementales à l'isolation des habitations ainsi que pour le choix d'un mode de production de chauffage ou d'énergie moins émetteurs de gaz à effets de serre; ces incitations sont des crédits d'impôts. Concernant les déplacements quotidiens, 70% de ceux ci ne dépassent pas 2km et correspondent au trajet Domicile / Travail. Les employeurs choisissent d'investir les zonez franches ou défiscalisées pour implanter leurs entreprises, obligeant ainsi leurs salariés à se déplacer de plus en plus loin pour se rendre à leur travail. Il est logique que ceux qui imposent un déplacement en paient une partie, pour le bien de la planète. C'est d'ailleurs pour cela aussi que la prime carburant est au moins complètement inadaptée, au pire inepte ...
Bonne journée, les beaux jours reprennent, essayez le vélo, ça détend ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :