La Banque de France table sur un recul de 0,7% du PIB au quatrième trimestre

Le ralentissement de la croissance serait plus fort que prévu. Sur l'année complète, le PIB ne croîtrait que de 0,8%. Eric Woerth table sur un déficit "aux alentours de 4%" fin 2009.

Le produit intérieur brut français (PIB) devrait baisser de 0,7% au quatrième trimestre, prévoit la Banque de France (BdF) ce vendredi dans son enquête mensuelle de conjoncture, qui prévoit aussi une croissance de 0,8% sur l'année 2008. L'évolution du PIB est donc révisée en baisse de 0,2 point de PIB par rapport à la première estimation publiée il y a un mois, qui tablait sur une croissance en baisse de 0,5% au quatrième trimestre et une croissance annuelle de 0,9%. Au troisième trimestre, l'Insee fait état d'une progression du PIB de 0,1%.

Par ailleurs, l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie (ICA) s'est établi à 68 en novembre, en baisse de 10 points par rapport à son niveau de 78 en octobre, précise la Banque de France.

Ce ralentissement marqué de la croissance aura bien sûr des répercussions sur les finances publiques.  "La France sera en fin d'année 2009, plan de relance inclus, aux alentours de 4%: 3,9% ou 4%", a déclaré ce vendredi matin le ministre du Budget, Eric Woerth, sur LCI.

"La France doit à la fois préparer le retour à l'équilibre de ses finances publiques, un assainissement durable de ses finances publiques - on ne doit rien lâcher là-dessus - et puis, en même temps, faire en sorte que l'on combatte cette crise par l'injection de dépenses d'investissement public", a-t-il ajouté. Le gouvernement table sur un déficit public ramené à 1% du PIB en 2012 pour un retour à l'équilibre aux alentours de 2014.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.