Les chefs d'entreprises doutent de l'efficacité du plan de relance gouvernemental

Selon le baromètre TPE-PME des experts-comptables, seule l'exonération de la taxe professionnelle sur les investissements est réellement jugée «utile» par les dirigeants de TPE et de PME. La création d'un fonds d'investissement souverain ne séduit que 31% des personnes interrogées.

2 mn

seule mesure saluée : l'exonération de la taxe porfessionnelle sur les investissements.

A la lecture des résultats du baromètre des PME, des très petites entreprises (TPE) du Conseil supérieur de l'ordre des experts-comptables, réalisé par TNS Sofres, et daté de décembre, les principales mesures contenues dans le plan de relance gouvernemental pour atténuer les effets de la propagation de la tourmente financière à l'économie réelle ne séduisent guère les chefs d'entreprises. Ce baromètre consultable en cliquant ici montre bien que seule l'exonération de la taxe professionnelle sur les investissements jusqu'au 1er janvier 2010 est jugée «utile» par 67% des personnes interrogées.

En revanche, moins d'un dirigeant sur deux (49%) estime que le plan de financement bancaire des PME de 22 milliards d'euros stimulera leur activité. Le renforcement des moyens d'Oseo, établissement public dédié au financement et à l'accompagnement des PME ne séduit guère davantage (44%), tout comme la désignation d'un médiateur du crédit (44%) et la création d'un fonds d'investissement souverain (31%).

Cette remise en cause de l'efficacité du plan de relance laisse songeur sachant que 57% des dirigeants des TPE-PME estiment que le ralentissement actuel de l'économie aura des conséquences « importantes » sur l'activité de leur société, amplifiées en partie par le durcissement des conditions de financement . Un durcissement constaté par près d'une entreprise sur quatre (24%). Malgré les efforts du médiateur national du crédit et la volonté des banques de respecter un « pacte moral » avec la Nation, comme elles s'y sont engagées auprès de Nicolas Sarkozy, la fluidité des circuits de financements de l'économie n'est pas rétabli.

Dans ce contexte, il n'est guère étonnant de constater une nouvelle dégradation de la confiance des dirigeants d'entreprises, dans le sillage de la chute du moral des industriels en décembre mesuré par l'Insee. Seuls 48% des dirigeants de PME entrevoient avec optimisme les douze prochains mois selon le baromètre des experts-comptables. Ils étaient 88% en mai 2007, date de l'arrivée de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Dans les TPE, le doute est également de mise. Seuls 44% des chefs d'entreprises ont une vision optimiste de leurs perspectives à un an, contre 67% en mai 2007.

 

 

 

 

 


 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Dans ces reactions toutes négatives,combien de vrais chefs d'entreprises?Se sont plus des reactions d'opposants POLITIQUE au chef de l'Etat,que d'une véritable analyse de la crise Mondiale. Tous les Pays sont touchés,qu'il soit de Gauche ou de Droite...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
meme pas la moindre ombre d honneur!ils profitent deja pour licencier,faire du chomage partiel pour ecouler les stocks et veulent encore que l on paie leurs impots!le beurre,l argent du beurre,et,la monaie.plus pourris que jamais!beurk..!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Ah elles étaient belles les promesses du sieur Sarko. Encore un Dieu de la prévision économique celui là. Et aucun de ses brillant contact ne lui avait indiqué ce qui se tramait dans le back office ? C'est pitoyable. Les américains deviennent sociali...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'économie a aussi besoin du bon sens et du flair pour pourvoir mieux gérer la société.La conjonction de ces deux mesures permet d'établir une vision prospective de l'environnement des affaires sur le plan national et international.C'EST TRES IMPORT...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Comment les chefs d'entreprises pourraient ils avoir le moral alors que ayant votés à près de 65% pour l'actuel locataire de l'Elysées ils constatent avec amertume qu'une fois de plus les politiques ne tiennent pas leurs engagements quant ils ne comp...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Normal que les chefs d'entreprises doutent de l'efficacité, ils constatent que les ministres s'amusent avec des projets de lois sans consistance, inutiles, carrément dérisoires. Il faut changer les ministres "de la bricole", et que les parlementa...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le pessimisme n'est pas un bon conseiller, n'y l'excès d'optimisme non plus d'ailleurs et ne parlons pas des critiques stériles qui suggèrent toujours qu'il suffit de réclamer à un autres ce que l'on n' a pas gagner soi même par son travail . l'analy...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les chefs d'entreprise ont raison de douter du plan de relance du gouvernement. Il ne s'agit ni plus ni moins que d'une fuite en avant pour préparer une France du futur, avec une population plus nombreuse qui permettra de s'affirmer comme grande puis...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
AlainP. a écrit le 26/12/2008 à 20:28, il se trompe ou il ne veut pas voir la réalité.....Ce sont ceux qui ont fait confiance à la majorité qui sont les plus déçus et qui ont retiré des points aux mauvais ministres, ceux qui s'amusent comme X. BERTRA...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.