Les chefs d'entreprises doutent de l'efficacité du plan de relance gouvernemental

 |   |  366  mots
seule mesure saluée : l'exonération de la taxe porfessionnelle sur les investissements.
Selon le baromètre TPE-PME des experts-comptables, seule l'exonération de la taxe professionnelle sur les investissements est réellement jugée «utile» par les dirigeants de TPE et de PME. La création d'un fonds d'investissement souverain ne séduit que 31% des personnes interrogées.

A la lecture des résultats du baromètre des PME, des très petites entreprises (TPE) du Conseil supérieur de l'ordre des experts-comptables, réalisé par TNS Sofres, et daté de décembre, les principales mesures contenues dans le plan de relance gouvernemental pour atténuer les effets de la propagation de la tourmente financière à l'économie réelle ne séduisent guère les chefs d'entreprises. Ce baromètre consultable en cliquant ici montre bien que seule l'exonération de la taxe professionnelle sur les investissements jusqu'au 1er janvier 2010 est jugée «utile» par 67% des personnes interrogées.

En revanche, moins d'un dirigeant sur deux (49%) estime que le plan de financement bancaire des PME de 22 milliards d'euros stimulera leur activité. Le renforcement des moyens d'Oseo, établissement public dédié au financement et à l'accompagnement des PME ne séduit guère davantage (44%), tout comme la désignation d'un médiateur du crédit (44%) et la création d'un fonds d'investissement souverain (31%).

Cette remise en cause de l'efficacité du plan de relance laisse songeur sachant que 57% des dirigeants des TPE-PME estiment que le ralentissement actuel de l'économie aura des conséquences « importantes » sur l'activité de leur société, amplifiées en partie par le durcissement des conditions de financement . Un durcissement constaté par près d'une entreprise sur quatre (24%). Malgré les efforts du médiateur national du crédit et la volonté des banques de respecter un « pacte moral » avec la Nation, comme elles s'y sont engagées auprès de Nicolas Sarkozy, la fluidité des circuits de financements de l'économie n'est pas rétabli.

Dans ce contexte, il n'est guère étonnant de constater une nouvelle dégradation de la confiance des dirigeants d'entreprises, dans le sillage de la chute du moral des industriels en décembre mesuré par l'Insee. Seuls 48% des dirigeants de PME entrevoient avec optimisme les douze prochains mois selon le baromètre des experts-comptables. Ils étaient 88% en mai 2007, date de l'arrivée de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Dans les TPE, le doute est également de mise. Seuls 44% des chefs d'entreprises ont une vision optimiste de leurs perspectives à un an, contre 67% en mai 2007.

 

 

 

 

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans ces reactions toutes négatives,combien de vrais chefs d'entreprises?Se sont plus des reactions d'opposants POLITIQUE au chef de l'Etat,que d'une véritable analyse de la crise Mondiale.
Tous les Pays sont touchés,qu'il soit de Gauche ou de Droite.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
meme pas la moindre ombre d honneur!ils profitent deja pour licencier,faire du chomage partiel pour ecouler les stocks et veulent encore que l on paie leurs impots!le beurre,l argent du beurre,et,la monaie.plus pourris que jamais!beurk..!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ah elles étaient belles les promesses du sieur Sarko. Encore un Dieu de la prévision économique celui là. Et aucun de ses brillant contact ne lui avait indiqué ce qui se tramait dans le back office ? C'est pitoyable. Les américains deviennent socialiste par pragmatisme et Sarko pense qu'imiter Blair et Bush, les rois de la dérèglementation incontrôlée va nous sauver du marasme. Debout la France ! Donne sa chance à ces bataillons de jeunes issus de l'immigration, c'est par eux que la modernisation de notre économie passera. N'écoute plus les discours réactionnaires et nationalistes de ces politiciens dépassés. Met Hortefeux et Sarko au placard. Ils ne t'emmeneront nulle part ailleurs qu'au musée des chances irrémédiablement gâchées. Ouvre les yeux ma belle tu mérites mieux... Vraiment mieux.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'économie a aussi besoin du bon sens et du flair pour pourvoir mieux gérer la société.La conjonction de ces deux mesures permet d'établir une vision prospective de l'environnement des affaires sur le plan national et international.C'EST TRES IMPORTANT, C'EST CONSEIL ADRESSE A TOUS LES MEMBRES DES DIFFERENTS GOUVERNEMENTS DANS LE MODE.
J.J SE DLA/CAMEROUN
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comment les chefs d'entreprises pourraient ils avoir le moral alors que ayant votés à près de 65% pour l'actuel locataire de l'Elysées ils constatent avec amertume qu'une fois de plus les politiques ne tiennent pas leurs engagements quant ils ne compliquent pas encore plus la situation par une avalanche législative.

Prenons l'exemple significatif de la durée du temps de travail. Beaucoup d'entrepreneurs avaient cru comprendre que l'objectif serait de rallonger à salaire constant la durée de travail de leurs employés, ou du moins l'espéraient ils. Force est de constater qu'il y a loin des espoirs à la réalité qui est toujours pour la très très grande majorité des entreprises le maintien de la réduction du temps de travail sous une forme ou sous une autre.

Autre exemple, le service minimum qui était censé permettre à tous les employés de se rendre au travail même les jours de grêve. La réalité est tout autre une fois encore et il est toujours tout aussi difficile de se rendre sur son lieu de travail en cas de grêve importante.

Dernier exemple en date, le travail dominical. Là encore, beaucoup pensaient qu'il y aurait une libéralisation totale du travail le dimanche. A quoi aboutit on ? 10 Dimanche par an au lieu de 5 actuellement et uniquement dans certaines zones délimités après accord du Préfet et du Maire. De qui se moque-t-on.

Ces quelques exemples pourraient être multipliés et on aboutirait toujours à la même conclusion, savoir, que les politiques font beaucoup d'annonces qu'ils savent irréalisables puis essayent tant bien que mal de faire coller leurs promesses à la réalité en mettant au point des usines à gaz inapplicales et qui sappent le moral de ceux qui sont en charge de les appliquer.

Exemple :

L'homme de l'Elysée à un jour décidé que les français doivent être propriétaires de leur logement (sans doute d'ailleurs en ayant comme arrière pensée qu'un propriétaire se montre plus proche de ses idées politiques d'un locataire, mais ceci est un autre débat).

Problème, comment y parvenir quant nombre de français n'ont devant eux que 250 ? par mois pour se nourir. Solution on dissocie la propriété du foncier et du bâti (PASS FONCIER). Merveilleuse usine à gaz qui permettra tout au plus à 3000 foyers de devenir propriétaire sur une année et qui ne préjuge pas de leur solvabilité.

Combien de chefs d'entreprises, de juristes se pleignent ainsi de ces lois inapplicables car mal concues ou concues pour répondre uniquement à des objectifs idéologiques sans rapport avec leurs véritables besoins.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Normal que les chefs d'entreprises doutent de l'efficacité,

ils constatent que les ministres s'amusent avec des projets de lois sans consistance, inutiles, carrément dérisoires.
Il faut changer les ministres "de la bricole", et que les parlementaires se réveillent pour mettre au pas les hommes de pouvoirs incompétents.
Nombreux sont les électeurs qui retirent des points sur les bulletins de vote...!
Nombreux sont les hommes de pouvoirs qui ont perdus tous leurs points.



a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le pessimisme n'est pas un bon conseiller, n'y l'excès d'optimisme non plus d'ailleurs et ne parlons pas des critiques stériles qui suggèrent toujours qu'il suffit de réclamer à un autres ce que l'on n' a pas gagner soi même par son travail .
l'analyse est simple, l' interdépendance des économies oblige la réussite dans chaque pays , de tous les plans de relance .
On ne peut dépenser que ce que l'on à gagner aussi, la stratégie du gouvernement est intelligente a plus d'un titre car puisqu'il faut malheureusement emprunter pour rétablir la confiance internationale , autant le faire pour les investissements durables et notre P I B et soutenir ainsi la consommation intérieures.
Laissons faire les plans de relance des pays qui sont soit plus riches soit plus puissant pour amorcer la relance et immanquablement nous profiterons du renchérissement de la demande . pour augmenter l'effet de relance en terme de croissance , Il faut néanmoins toujours avoir à l'esprit l'achat made in France et le résultat sera décuplé et le développement durable .
seul on ne peut rien mais tous ensemble rien n'est impossible , alors pour une fois réfléchissez un peu plutôt que décrire des articles lamentables , allez voir des journaux spécialisés pour le faire
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les chefs d'entreprise ont raison de douter du plan de relance du gouvernement. Il ne s'agit ni plus ni moins que d'une fuite en avant pour préparer une France du futur, avec une population plus nombreuse qui permettra de s'affirmer comme grande puissance. Le gouvernement rêve ! Et toute cette préparation de la France de demain, se fera à crédit. Le gouvernement oublie qu'il faudra rembourser ces crédits en ponctionnant toujours plus les salaires et donc en diminuant le pouvoir d'achat et la consommation. Résultat : de belles infrastructures et une population misérable constamment en grève. Non M. Sarkozy, vous faites fausse route. Il fallait au contraire changer les vieilles méthodes du passé en relançant la consommation et en préparant un plan de stabilisation de la population qui permettra par le biais de la formation de mettre la totalité de nos chômeurs au travail en évitant de faire appel à de la main-d'oeuvre étrangère. Nous ne voulons pas faire un effort de construction à crédit, d'autoroutes, de ponts, de HLM's, de crèches, d'écoles, de voiries.. pour une augmentation de la population inutile et néfaste pour l'environnement ! Nous voulons vivre sans pollution de l'air, de l'eau, des sols dans un environnement agréable avec la biodiversité sauvegardée et non pas nous retrouver dans des univers densifiés comme vous dites avec vue sur la chambre du voisin et en mangeant de la merde aux OGM. M. Sarkozy, pensez à la vie, laissez nous vivre notre vie, une vie toute simple sans la multitude dont vous rêvez.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
AlainP. a écrit le 26/12/2008 à 20:28, il se trompe ou il ne veut pas voir la réalité.....Ce sont ceux qui ont fait confiance à la majorité qui sont les plus déçus et qui ont retiré des points aux mauvais ministres, ceux qui s'amusent comme X. BERTRANTD, L. CHATEL, qui ont PERDUS TOUS LEURS POINTS par exemples, mais aussi d'autres qui en perdent régulièrement...
Les opposants, ils se taisent, ils laissent faire, et attendent les résultat des erreurs de la majorité...


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :