700.000 destructions d'emplois en France cette année, selon l'Insee

 |   |  677  mots
Comme le gouvernement, l'Institut table sur une chute de 3% de l'activité. Tous les clignotants sont dans le rouge. Seule la consommation résiste timidement. De son côté, Hervé Novelli prévoit la création d'un demi-million d'entreprises en France en 2009, essentiellement grâce au nouveau statut d'auto-entrepreneur.

Ce n'est qu'avec les premiers frimas de l'hiver que l'économie tricolore pourrait enfin sortir de l'état de congélation avancé qu'elle connaît aujourd'hui estime l'Insee, l'Institut national de la statistique et des études économiques, qui, comme le gouvernement, anticipe une chute de 3% de l'activité en 2009. Après avoir chuté lourdement au premier trimestre (-1,2%), le PIB remonterait lentement la pente au fil des mois. Il ne reculerait "que" de 0,6%, et de 0,2% aux deuxième et troisième trimestres avant d'afficher une croissance nulle au quatrième. "A la fin de l'année, le niveau de l'activité sera tombé au niveau atteint en 2006", précise Eric Dubois, le chef du département de conjoncture de l'Insee.

Cette chute de l'activité entraîne déjà et continuera à entraîner une forte dégradation du marché du travail. Le scénario central de l'Insee envisage la destruction de 700.000 postes cette année dans le secteur marchand non agricole, portant le taux de chômage à 10,1% à la fin de l'année, en hausse de 2,5% en un an. "A la fin du quatrième trimestre, le taux de chômage retrouverait alors son niveau de 1999", détaille Benoît Heitz à l'Insee. Fait notable, l'industrie et la construction ne seraient pas les seuls secteurs à voir leurs effectifs se réduire. Traditionnellement protégés lorsque la conjoncture se dégrade, le tertiaire marchand hors intérim souffrirait également. "Le repli de l'emploi total serait notamment atténué par l'augmentation des emplois aidés, après deux années consécutives de baisse", estime Eric Dubois.

"Les causes de cette panne sont désormais bien connues", estime-t-on dans l'entourage de Christine Lagarde. Conséquence directe du ralentissement économique mondial déclenché par la crise bancaire et financière, tous les clignotants de l'économie sont passés au rouge ou presque, seule la consommation des ménages offrant quelques signes de résistance dans le sillage de la chute des prix de l'énergie. Selon les estimations de l'Institut, l'investissement des entreprises dégringolerait cette année de 8,9% et celui des ménages de 6,9%. En chute libre, les exportations plongeraient de 13,5%.

Quant aux mouvements de destockage, on ne sait s'ils s'achèveront au cours du second semestre comme espéré.

Dans ce contexte perturbé, dater la sortie de crise est-il raisonnable ? Eric Dubois préfère évoquer une "sortie de récession". Interrogé par La Tribune, Christine Lagarde reconnaît qu'il est encore trop tôt pour se le permettre. "Les signes positifs témoignant d'un redressement même timide de l'activité sont encore trop rares", admet la ministre de l'Economie tout en précisant que la France, moins dépendante des fluctuations du commerce mondial que la plupart de ses voisins, ferait un peu mieux qu'eux en 2009. Un avantage qui deviendra vite un inconvénient une fois la crise passée.

Cette conjoncture plus que morose n'empêche pas le secrétaire d'Etat au Commerce et à l'Artisanat, Hervé Novelli, de faire preuve de volontarisme et d'optimisme. Il prévoit la création d'un demi-million d'entreprises en France en 2009, essentiellement grâce au nouveau statut d'auto-entrepreneur. "J'escompte pour cette année plus de 500.000 créations d'entreprises, tout confondu, contre 327.000 en 2008", déclare-t-il dans le Parisien de ce vendredi. "Et sur ces 500.000, il y a aura plus de 300.000 auto-entreprises. J'en espérais 200.000 au départ".

Lancé au début de l'année, le statut d'auto-entrepreneur permet de compléter ses revenus grâce à une procédure administrative simplifiée et des cotisations minimales.

 

Salaire mensuel de base en hausse de 2,4% sur un an hors inflation
L'indice du salaire mensuel de base (SMB) a progressé de 0,8% au premier trimestre 2009 et de 2,7% sur un an, une hausse ramenée à 2,4% si l'on tient compte de l'inflation, selon des chiffres définitifs diffusés ce vendredi par le ministère de l'Emploi, qui confirment ceux diffusés mi-mai. L'évolution du salaire mensuel de base reflète la variation moyenne des salaires (hors primes et heures supplémentaires) dans les entreprises de dix salariés ou plus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nous ne sommes arrivé qu'en moitié d'année, et chaque fois qu'ils cherchent à prédire le nombre de chômeur d'un mois à l'autre ils se trompent, alors, sur une année toute entière... Peut-être ce sera le double...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Chômage: de retour aux chiffres de 1999! JOSPIN revient, tout est à refaire!

Tous les clignotants virent au rouge: FAUX! Le déficit du budget de l'Etat était déjà prévu à 48 milliards en 2008 et les déficits publics à 3 points de PIB, ce qui nous valait déjà des remontrances de l'Europe et creusait la dette dans l'espoir que peut être en cas de reprise.... Cette vie à crédit, pseudo réforme puisqu'elle accentuait les tendances néfastes de l'économie néo libérale n'est pas assez dénoncée ou en tout cas pas reconnue par le gouvernement. Et elle participe de ce l'échec du modèle néo libéral qui vise à réduire le rôle de l'Etat reconnu depuis comme le meilleur amortisseur contre les dérives de l'économie.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans ce contexte le gouvernement continue de renoncer à renouveler un poste sur 2 dans la fonction publique. Tout à fait logique!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une poignée de banquiers cupides ont envoyés des centaines de milliers de familles au tapis avec la complicité d'idéologues libéraux c'est simplement monstrueux et on attend toujours des sanctions à leur encontre malgré que ces messieurs aient été jusqu'à narguer le sommet de l'Etat en continuant de s'octroyer primes et retraites dorées. La nation doit exiger des comptes à ces gens là qui eux n'ésitent pas à envoyer d'autres devant la justice pou quelques chèques sans provision, il est temps de rétablir un état de droit!...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Heureusement que le ridicule ne tue pas, 500.000 créations d'entreprises dont 300.000 sous le statut d'auto-entrepreneur, douce plaisenterie sur 300.000 auto-entreprises moins de 10% dégageront un chiffre d'affaire et sur ces 10% à peine 30% d'entre elles dégageront plus d'un euro de bénefice, faites le compte, il ne restera plus qu'à mettre tous les chomeurs sous statut d'auto-entrepreneur et plus de chomage, le langage des chiffres a ceci de commun avec celui des fleurs ont lui fait dire ce qu'on veut.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Seulement" 700000 destructions d'emplois prévus cette année, donc finalement tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Quand allons-nous arrêter les "blagues" et nous mettre définitivement au boulot ?

Nous pouvons créer 2 millions d'emplois en CDI, en 3 ans, malgré la crise, sans ruiner ni l'état ni les entreprises.

Le concept de la semaine de 4 jours à la carte, expérimenté avec succès sur 400 PME depuis 12 ans a été soutenu il y a quelques années par :
- Claude Bébéar, AXA
- Antoine Riboud, B.S.N.Danone
- Kleber Beauvillain, Helwett Packard
- Christian Boiron, laboratoires Boiron
- Jean Peyrelevade, Crédit Lyonnais
- Michel Barnier
- Brice Hortefeux
- Alain Jupé
- Philippe Douste-Blazy
- Jacques Chirac
- Philippe Seguin
- Gilles de Robien
...

Messieurs,

Allez-vous rester longtemps spectateurs passifs de la désintégration en cours de notre société, alors que vous connaissez la solution ?

http://appeldu2mai.fr
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quelle légitimité accordé à ces casandres de l'économie...au fil des mois on se rends un peu plus de compte de l'incapacité des "spécialistes" de l'économie d'anticiper le déroulement de cette crise.
Comment peut on émettre de telles hypothèses sur la reprise alors même que les dangers les plus importants sont ignorés comme le refinancement de la dette américaine et anglaise...l'hypothèse d'une cessation de paiement de ces états est à prendre très au sérieux!!!! La chine va t-elle accepter de financer cette même dette avec de la monnaie de singe! Nous devrions assister à une remontée de l'euro face au dollars et d'une inflation galopante également. On ne soigne pas une crise du crédit avec du crédit...j'attends vos articles dans les semaines qui viennent et vos nouvelles prévisions...vous êtes soit inconscient, soit incompétent ou les deux. cordialement
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tiens Mme Lagarde ne "s'étonne" plus?. Si les prévisions de l'Insee se confirment, il n'y a aucune raison pour que la consommation des ménages se maintienne. Et donc la reprise attendra. On ne peut pas attendre des ménages français, dont le pouvoir d'achat a été torpillé par des années d'inflation masquée, de limitation des salaires, de s'endetter encore plus pour consommer des biens qu'ils n'ont pas les moyens de se payer...tout ça pour faire remonter les bourses et creuser encore plus les écarts entre pauvres et ultra riches.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On nous disait qu'il fallait travailler plus pour gagner plus .Mais il n y a plus de travaille !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les (CULS) Capitalistes Ultras Libéraux Siphonnés sont aux affaires et le moins que l'on puisse dire, c'est que pour eux, tout ne va pas si mal ! Seul le système est malade et il n'y a qu'un remède mon brave monsieur, notre bon pognon !

Grâce à leur constant dévouement à vouloir notre bonheur éternel, nous nous devons de remercier les CULS, de nous avoir donné le chômage massif, les déficits abyssaux, une récession majeure, une augmentation drastique à venir des impôts, une croissance exponentielle de la dette, de la pauvreté, de la précarité, de la misère car tel est et sera notre pain quotidien pour les années à venir.

Les mauvaises nouvelles n'arrivant jamais seules, mettons tout cela dans notre checker préféré, agitons comme nous savons si bien le faire, vigoureusement le machin et nous obtiendront un magnifique cocktail de dépression, d'hyper-inflation, d'effondrement structurel et financier.

Bref ! Pas encore la fin du monde, mais de quoi nous mettre la tronche en biais vilain, sans aucun doute. Ce jeu de dupes va malheureusement perdurer quelques temps encore, arqueboutés que sont ces malades mentaux sur leur système moribond tout en continuant à nous conter fleurette. Telle est la dominance du moment.

Ceci dit....Reste à poser la putain de bonne question. Pour combien de temps et avec quelles conséquences ? Il semblerait toutefois, mais peut-être n'est-ce une bouffée délirante, qu'il se prépare des choses à l'insue de notre plein gré qui ne serait guères réjouissantes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Aucune réforme sérieuse ne va faire revenir les emplois détruits car c'est une aubaines pour les grandes entreprises d'utiliser cette crise pour déménager... et ne pas revenir.
Cette descente vertigineuse aux enfers ne s'arrêtera pas cette année, la mécanique céleste de la consommation c'est déréglée et elle risque sérieusement de s'arrêter car elle commence à manquer d'inertie. Personne de gauche ou de droite n'a vraiment proposé de mesure concrète pour relancer l'économie par la création d'emplois et c'est là le plus inquiétant... Français vous pouvez trembler..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ah, on ne regrette décidément pas d'avoir voté pour quelqu'un qui a promis d'aller soi-disant chercher la croissance avec les dents... 2 ans après, à part quelques gaffes façon De Funès, le bilan est bien maigre... même pas globalement positif.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En France, lorsqu'on parle de licenciements, l'expression consacrée est "destruction d'emplois" !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Certes, toute cette affaire n'est pas terrible mais au moins il y a un élèment positif qui se dégage Désormais, on ne doit plus attendre de l'Etat de la création de fonctionnaires mais de l'initiative privée... dans ce pays de sociolos c'est déjà une victoire !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et combien de constructions d'emplois valables ? Dans les destructions y a bt-il encoreles poinçonneurs de tickets et les dames pipis ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour,

Profitant de cette crise ou voulant absolument sauvegarder leur
résultat opérationnel, beaucoup d'entreprises vont accentuer
les délocalisations srtatégie du choc) car cela est plus facile dans une telle période.

Avec 700000 pertes d'emplois, on est loin du compte.

Ce sont des emplois perdus par la crise mais aussi par la cupidité croissante des sociétés et du phénomène boursier.

La baisse du chomage, et avec quels emplois, ce n'est pas pour demain.

A moins que la France se découvre par miracle d'autres vocations créatrice d'emplois de valeurs.

Nous avons besoin d'une industrie forte et au lieu de cela on est en train de la brader au profit du capital et du gain immédiat.

Un emploi direct crée un ou deux emplois indirects qui créent à leur tour....
Cdt

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :