Laurent Wauquiez cherche à rassurer les agents de Pôle Emploi après les tentatives de suicide

 |   |  356  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi, a annoncé ce mardi l'ouverture d'une négociation en janvier sur les conditions de travail à Pôle Emploi, où la grogne des salariés gagne en ampleur et où quatre nouvelles tentatives de suicide ont eu lieu dernièrement.

Ambiance tendue à Pôle Emploi. Selon Le Parisien de ce mardi, quatre nouvelles tentatives de suicide d'agents de Pôle Emploi ont été recensées au cours des deux dernières semaines en Ile-de-France. Le quotidien précise qu'elles viennent s'ajouter aux cinq qui ont eu lieu depuis début 2009.

Interrogé sur France 2, Laurent Wauquiez a réfuté tout "parallèle" avec la situation à France Télécom, où le nombre de suicides s'est multiplié ces deux dernières années. "A France Télécom, ce sont des gens qui sont morts avec des suicides imputés à leur travail. Et, deuxième chose, Pôle Emploi n'a pas changé de métier, c'est un service public, on reste un service public et le but c'est d'aider au mieux les demandeurs d'emploi", a déclaré le secrétaire d'Etat.

Un questionnaire sur le stress au travail a été envoyé aux 45.000 agents de Pôle Emploi dès cet automne et, selon Laurent Wauquiez, la moitié d'entre eux ont répondu. "On va maintenant entrer dans la phase de dépouillement du questionnaire, en parler avec les partenaires sociaux et à partir de janvier on va enclencher une négociation sur les conditions de travail et les risques psychosociaux au travail", a-t-il expliqué. Selon Le Parisien, l'ouverture des négociations est prévue le 26 janvier.

Laurent Wauquiez a évoqué d'éventuelles décisions sur des effectifs supplémentaires et des changements d'organisation dans les locaux des agences de Pôle Emploi. "Depuis un certain nombre de mois, il y a un sport national qui a consisté à critiquer les agents de Pôle Emploi", a déploré Laurent Wauquiez. "Il faut bien se rendre compte qu'ils ne font pas un travail qui est facile. Le changement est pour eux un facteur de surcharge de travail et en plus il y a l'accompagnement des demandeurs d'emploi qui augmente".

Les agents de l'organisme chargé d'aider les demandeurs d'emploi se sont mis en grève à plusieurs reprises cette année pour réclamer un ralentissement de la mise en oeuvre de la fusion entre l'ANPE et les Assedic depuis le 1er janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :