Jacques Chirac mis en examen pour "prise illégale d'intérêts"

 |   |  293  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Jacques Chirac a été mis en examen ce vendredi par le juge Jacques Cazeaux, du tribunal de Nanterre, pour "prise illégale d'intérêts" dans une affaire d'emplois fictifs à la Mairie de Paris. L'ancien président de la république disposait depuis juillet 2007 d'un statut de témoin assisté dans ce dossier.

Jacques Chirac a été mis en examen ce vendredi dans une affaire d'emplois présumés fictifs à la mairie de Paris, a annoncé le service de presse du prédécesseur de Nicolas Sarkozy à la présidence de la répubique.

"Sur le fond, le président Chirac réaffirme qu'aucun 'système' n'a jamais existé à la Mairie de Paris. Il est déterminé à le faire reconnaître au terme de la procédure ouverte par la mise en examen dont il a fait l'objet ce jour", précise un communiqué de son bureau.

Selon le site internet du magazine Le Point, le motif de cette mise en examen est une "prise illégale d'intérêts". Le parquet de Nanterre à l'origine de la procédure lui reproche la situation de sept anciens permanents du parti gaulliste, dont il était le principal dirigeant, qui étaient en réalité rémunérés sur les fonds publics de la Ville de Paris, dont il était alors le maire (1977-1995).

Second procès

Jacques Chirac disposait depuis juillet 2007 du statut de témoin assisté dans ce dossier. Dans son communiqué, Jacques Chirac "rappelle qu'il avait déjà répondu, en juillet 2007, à l'ensemble des questions relatives à ce dossier portant sur sept emplois, et qu'aucun élément nouveau n'est intervenu depuis lors", hormis le changement de juge d'instruction, Jacques Gazeaux ayant succédé à Alain Philibeaux, souligne Le Point.

L'ancien Premier ministre Alain Juppé, qui cumulait les fonctions de secrétaire général du RPR et d'adjoint aux Finances lorsque Jaques Chirac était maire de la capitale, avait été condamné en décembre  2004 dans cette affaire, à quatorze mois de prison avec sursis assortis d'un an d'inéligibilité.

Jacques Chirac risque désormais un deuxième procès.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2010 à 17:52 :
un ancien président de la République mis en examen pour "prise illégale d'intérêts " ?
Que risque un président de tribunal de grande instance qui a fait l'acquisition d'une propriété issue d'une liquidation judiciaire dont avait la charge le mandataire liquidateur dans le ressort de la même juridiction ,n'y a t-il pas
""prise illégale d'intérêts "" ou ""délits d'initiés ""???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :