La société française en "usure psychique", selon le médiateur de la République

 |   |  477  mots
Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République.
Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République.
Le médiateur de la République Jean-Paul Delevoye a remis son rapport annuel au Président de la République ce mardi. Il y dénonce notamment "l'excès de zèle de l'administration en matière de renouvellement des papiers d'identité" et le sentiment d'injustice qui traverse la société française et une qualité des rapports humains qui se "dégrade".

Le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, a remis ce mardi son rapport annuel au président de la République. Au total, 76.286 affaires ont été transmises en 2009 à ses services, soit une augmentation de 16% par rapport à 2008. L'institution a traité 43.481 réclamations.

Pour la dernière année de son mandat, Jean-Paul Delevoye a dénoncé "l'excès de zèle de l'administration en matière de renouvellement des papiers d'identité" ainsi que "l'émergence de plus en plus prononcée d'un usager consommateur de droits, qui a rompu tout dialogue avec l'administration".

Selon le médiateur, les citoyens se sentent par ailleurs "ballottés" par "d'incessants changements censés l'avantager" (comme l'ouverture à la concurrence d'EDF-GDF, parfois "source de préjudice"), et désorientés par un "vertigineux empilement de lois et de règlements".

"Société en tension"

Le médiateur a également évoqué le sentiment d'injustice qui traverse la société française, un ressentiment des citoyens à l'égard de l'administration et une banalisation de la violence. "Je sens une société en tension et en usure psychique", a-t-il ainsi déclaré en présentant son rapport à la presse. "Avant, on était crevé au boulot, maintenant on est usé dans sa vie, on est tendu tout le temps".

"La qualité des rapports humains se dégrade avec des montées d'agressivité au sein des familles, des entreprises, des espaces publics", a-t-il ajouté, déplorant une "banalisation de la violence" et une judiciarisation excessive des conflits, preuves selon lui d'un manque de dialogue.

Il est à ses yeux "important de retrouver des lieux d'apaisement, de compréhension, d'explication, pour reconstruire un 'vivre ensemble', sinon c'est le chacun pour soi qui l'emportera, et c'est la fin du pacte républicain".

Propositions de réforme

Le médiateur a rappelé avoir aussi pour rôle de faire des propositions de réforme. Il l'a fait en 2009 pour les victimes d'essais nucléaires, la redevance audiovisuelle en prison ou les autopsies judiciaires. Il le fera en 2010 pour les retraites ou encore la "maltraitance des patients". Le médiateur s'est en effet inquiété d'une montée des "phénomènes de maltraitance" à l'égard des patients et d'agressivité envers le personnel hospitalier.

La fonction de médiateur de la République, créée en 1973, doit devenir prochainement le "Défenseur des droits", intégrant les fonctions du "défenseur des enfants" et de la Commission nationale de déontologie et de sécurité (CNDS). Les projets de loi organique et ordinaire nécessaires à cette réforme seront examinés au printemps par le Parlement, a annoncé l'Elysée.

Le futur défenseur des droits aura "les capacités de peser plus dans l'équilibre enatre le fort et le faible, entre l'administration et l'administré, c'est un point d'équilibre aujourd'hui plus nécessaire que jamais", a estimé Jean-Paul Delevoye.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2012 à 14:38 :
J'ai subi un internement abusif par ma famille donc je suis en invalidité professionnelle et mon fils a été placé à la DDASS alors que j'étais rédacteur à la DAS résultat j'ai eu le pire signalement qui soit auprès du juge pour enfants et comme il s'agit d'un préjudice professionnel et affectif par un avocat, j'ai subi un comportement dégradant à la personne et suis sous tutelle à 80 ? par semaine.....J'ai déjà saisi le médiateur et là le procureur, tous le juges des tutelles m'ont créé des ennuis comme j'étais intolérante aux neuroleptiques je suis morte d'un syndrome malin mon internement a été la suite d'un violet on m'a dit si porter plainte va la soigner résultat je n'ai jamais eu le droit à la justice.....
a écrit le 01/03/2010 à 13:36 :
ça date pas d'aujourd'hui. Et malheureusement, on ne peut changer de comportement. Mwa je suis déprimé depuis des années à cause de l'homophobie. Et toute les discrimination, c'est impossible de changer ça.
a écrit le 24/02/2010 à 19:14 :
Aujourd'hui, pour celui qui roule beaucoup, par obligation, le premier stress, c'est la pression permanente exercée par les forces de l'ordre et tout leur arsenal répressif. Perdre son travail pour avoir roulé à 55 km:h au lieu de 50, c'est normal ?
il y a 20 ans, prendre la route était un réel plaisir, aujourd'hui c'est un cauchemar !!! Merci M. Sarkozy
a écrit le 24/02/2010 à 17:51 :
Enfin un message positif : les hauts fonctionnaires et les autres aussi ne sont là que pour créer des soucis et de l'angoisse aux citoyens.
Exemple concret : les nouveaux radars et les controles en tout genre. On se fait agresser dans le métro et en même temps on croise 80 policiers au même endroit pour arrêter des voitures qui roulent à 52 km/h au lieu de 50 !
Il faudra un jour refaire la révolution pour tous les chasser....
a écrit le 24/02/2010 à 13:58 :
Mon frère, retraité, a déménagé du 92 (Chatillon) au 45 (Orléans) sans problèmes, il y a 2 ans. Ma nièce, sa fille, magistrat, a déménagé du 45 (Montargis) au 45 (Saran), il y a 2 mois: sa situation vis à vis de la CPAM n'est toujours pas régularisée. Moi-même, 67 ans et retraité depuis 2002, ai déménagé de Savigny-sur-Orge (91) pour emménager à Orléans en juillet 2009; la CPAM du 45 refuse de me connaître (heureusement, celle du 91 est plus maternelle, quoique je n'ai pas réclamé la moindre "prestation" depuis 20 ans. Peut-être le Médiateur de la (hélas!) "république française" me lira-t'il! Il est vrai que la "république française" n'est ni la République de France ni la République des Français et que l'on n'y est plus asservi par des gens que l'on élit que par des gens qui vous sont imposés par la loi du sang. La France reste un état de tradition policière attaché à une pseudo esthétique administrative que nos parlements et gouvernements, et peut-être l'Education Nationale, ont largement contribué à construire; quand on est "intouchable" car jamais sanctionné financiairement et judiciairement!....
a écrit le 24/02/2010 à 13:57 :
un example:
mon épouse 54 ans fille d'italiens née en france à Paris (au moment du droit du sol!)
choisi la nationalité française à 18 ans pour postuler à une carrière d'enseignante (obligatoire d'être français à l'époque)
enseignante de Français!
mariée à un français (autre raison d'être française!).
2 enfants Français
déjà eu 6 ou 7 cartes d'identité et 3 ou 4 passeports (sans parler des multiples cartes d'électeur )!
pour le renouvellement de la carte d'identité, en montrant les 2 pièces : carte et passeport (avec la même adresse!), c'est insuffisant!
on lui demande encore ses papiers de naturalisation! et il a fallu plus d'un mois pour obtenir la carte.
elle a eu un véritable sentiment de frustration , est-elle française? comment encore en douter avec de nombreuses preuves? devrait-elle demander une autre nationalité? La procédure est méprisante et outrageante, et indigne de la France.
a écrit le 24/02/2010 à 10:03 :
Empilement de textes contradictoires qui donne lieu à des batailles, en prétendant simplifier. Pourquoi?
Un exemple de plus en plus fréquent: les syndics réclament le paiement des charges d'immeubles le jour de l'émission de l'appel, son service gérance affirme avoir 30 jours, en s'appuyant sur le même texte flou. Il faut tenir compte des délais de courrier, surtout si le loyer ne couvrant pas l'appel, le gérant doit demander les fonds au propriétaire qui peut être absent ou dans l'obligation de réaliser dans l'urgence.
Les notices administratives manquent de clarté et ne sont pas toujours à jour. On n'a pas tous fait l'ENA. Les juristes s'y perdent. Les mauvais procès se multiplient au profit de quelques avocats.
Aussi, on aime faire peur et diviser pour mieux régner.
a écrit le 24/02/2010 à 9:31 :
oui, la société française souffre, mais la souffrance n'est pas la même pour tout le monde. Le mal du siècle, c'est la concurrence qui a empéché toute solidarité entre nous. Il faut être le meilleur ou on disparait. Quant on est bon, on nous ponctionne, quant on est plus bon, on nous jette et on nous demande d'être heureux.!!!!
a écrit le 24/02/2010 à 9:04 :
Le Médiateur de la République à son rôle, mais lorsqu'il s'agit de la Justice ( en ce qui concerne ses attributions, ses erreurs, ou le non respect des articles du Code de procèdure pénale), Le Médiateur se déclare incompétant.
a écrit le 24/02/2010 à 8:27 :
pour moi ce qui mine la societe c'est le chomage endemique qui dure depuis 1976 ,le reste c'est de la broutille !!
a écrit le 23/02/2010 à 18:17 :
c'est soi-disant une minuscule formalité d'obtenir en 15 jours son numéro Siret d'auto-entrepreneur. Je le demande depuis septembre 2009 à l'Urssaf du 9-4, je ne l'ai toujours pas. C kwa l'Urssaf ? un titanic qui a déjà coulé ?
a écrit le 23/02/2010 à 17:06 :
il m'a fallu treize mois pour obtenir une carte grise, 20h pour un passeport et la derniere que la police m'arretee en voiture, ils etaient cinq avec deux Famass autour de ma smart...je confirme que je suis usée psychologiquement et je ne vous parle pas de mes 46 stations de metro quotidiennes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :