Sarkozy fustige le "bal des hypocrites" autour de la taxe Tobin

 |   |  251  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Nicolas Sarkozy a dénoncé jeudi ceux qui déconseillent à la France d'instaurer seule une taxe sur les transactions financières, sans attendre ses partenaires européens, leur reprochant d'être hostiles à sa mise en œuvre.

Le chef de l'Etat a annoncé au début du mois son intention de faire voter sans tarder cette taxe, ce qu'il a confirmé lors du sommet de crise réuni mercredi à l'Elysée avec les partenaires sociaux.

"Bien sûr qu'il faut le faire avec les autres parce que cela rapportera plus (...) mais c'est le bal des hypocrites mes chers compatriotes, car nombre de ceux qui me disent "il ne faut pas le faire avant les autres", c'est parce qu'ils pensent que les autres ne le feront pas et comme cela on ne le fera pas nous-mêmes", a-t-il dit lors de ses voeux au monde économique à Lyon.

Tout en approuvant la taxe, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne souhaitent qu'elle soit appliquée au moins au niveau européen. En France, le Parti socialiste a émis des réserves sur une application unilatérale de celle-ci, qui inquiète également les banques françaises. Des pays comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis y sont hostiles.

"La France montrera donc l'exemple, elle fera la taxe sur les transactions financières, elle entraînera derrière l'ensemble de l'Europe et je l'espère l'ensemble du monde", a dit Nicolas Sarkozy.

"Mais si je venais ici à Lyon et vous disais 'on fera la taxe le jour où les Anglais ont décidé de la faire (...) on fera la taxe le jour où les Américains l'auront imposée à la bourse de New York (...) ça veut dire qu'on ne la fera jamais", a-t-il encore dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2012 à 10:06 :
Fustiger pourquoi pas mais agir c'est pour quand?
a écrit le 19/01/2012 à 23:25 :
Est-il possible, en France, de relever un President de ses fonctions comme aux USA? Je trouve que ca devient inquietant. Ceux qui, avec raison, emettent des reserves sur l'opportune d'instaurer seul une taxe tobine deviennent des hypochrites. J'appele cela de la paranoia et son " La France entrainera derriere elle le reste de l'Europe et je l'espere le reste du monde" est digne d'un schizophrene.
Réponse de le 21/01/2012 à 10:13 :
Je ne suis pas d'accord. La taxe sur les transactions financière est une nécessité, au même titre que les droits de l'homme!! Un jour le monde se dira "et dire qu'avant seul les travailleurs payaient, alors que les rentiers et financiers profitaient des infrastructures que les premiers créaient sans y contribuer". C'est très bien d'avoir de l'argent, mais les impôts doivent être payés par tous, comme une contribution à la vie de la nation, voire du monde.
a écrit le 19/01/2012 à 22:06 :
La danse du fumiste...
a écrit le 19/01/2012 à 16:09 :
Decidément ce Président est un CAS, social,certainement.
Car vendre notre OR pour 400 tonnes en faisant fi des cours et de la notion réserve en cas de coup dur,puis maintenant dire que face à lui il a des hypocrites!!!!de qui se moque-t-il???
Il faut que l'electorat consulte les Agences,qui Ellesdiront par la note attribuée à chaque postulant,lequel est le moins stupide,(je ne dis pas Capable)!!
a écrit le 19/01/2012 à 16:01 :
Hypocrisie ? Qui est hypocrite alors que les achats d'obligations d'Etat semblent devoir être exonérées de taxe Tobin, comme par hasard ? N'est-ce pas justement la spéculation sur ces obligations qui pose problème ? Donc, on résume : d'abord, on étouffe les capitaux des entreprises avec des taxes inouïes ou des lois inapplicables, puis on détourne toutes les ressources au profit des titres publics et, enfin, quand les entreprises n'en peuvent plus, on lance la banque d'Etat des PME pour les "aider". Cette démarche socialiste classique mise en oeuvre par NS (taxer, réglementer puis subventionner) revient à prendre le contrôle du financement des entreprises privées, qui n'auront plus de privé que le nom. En effet, du fait du lien de dépendance qu'ils auront vis-à-vis des financements publics, les chefs de PME devront obéir aux injonctions qu'ils recevront des fonctionnaires sous peine de perdre les seuls financements auxquels ils auront accès. Nous assistons ici à un recul manifeste de la liberté d'entreprendre : c'est un véritable coup d'Etat larvé sur l'économie privée. Nous sommes déjà trop taxés, trop réglementés, trop subventionnés par l'Etat.
a écrit le 19/01/2012 à 15:53 :
il faut se pincer pour le croire. En 1999, le sieur Sarkosy disait que la taxe Tobin était "dixit" une absurdité. 13 ans ont passé, la situation a radicalement changé, et ceux qui ne croient pas à cette taxe sont des hypocrites !!! On le dit assez il n'y a que les im..... qui ne se trompent jamais. Du même tonneau, il a dit également la main sur le coeur "je n'ai pas été élu pour augmenter les impôts" qu'en est il aujourd'hui !!! enfin une petite dernière pour la route "je ne supprimerai pas le bouclier fiscal ..." Après tout peu importe ce qui est dit, l'important est la conviction que l'on met à le dire. heureux ceux dont la mémoire est un peu déficiente...
Réponse de le 20/01/2012 à 7:51 :
Incroyable ce prèsident il a oublié ce qu'il nous expliquait en 1999!! voir même 2007 il serait bien agrèable de reconstituer une vidéo avec les propositions sarkozy avant et àprès pour que l'on puisse bien comprendre l'ambiguité du candidat sarkozy si cela n'est pas nous prendre nous les francais pour des crètins !
a écrit le 19/01/2012 à 15:48 :
Un exemple pour que tout le monde comprenne ce qu'est la taxe Tobin. J'ai un patrimoine de 100 euros que je prête à un taux annuel de 5%. Au bout d'un an, j'espère avoir 105 euros si mon débiteur ne fait pas faillite. Maintenant, considérons qu'un certain nombre de débiteurs ont besoin de ces 100 euros, mais pour une seule journée et non plus pour une année complète. Imaginons également que j'accepte de prêter chaque jour cet argent à ces différents débiteurs à un taux annuel toujours égal à 5%. Dans ce cas, je vais faire 250 opérations dans l'année, donc 500 transactions. Avec une taxe Tobin fixée à 0,01%, soit un centime sur chaque transaction, au bout d'un an, je serai taxé de 5%, autrement dit la totalité du gain annuel espéré. Les esprits forts vont prétendre que j'ai fait pour 50000 euros de transactions, faisant croire aux faibles d'esprit que je suis riche de 50000 euros de patrimoine (salaud de riche !). Mais il n'en est rien. Mon patrimoine est bien toujours de 100 euros. Pensez-vous encore que cette taxe soit indolore ? Qui sera assez fou pour continuer de prêter à très court terme dans ces conditions ? Uniquement ceux qui demanderont 10% d'intérêts, évidemment, et non plus 5%. Et qui va payer cette taxe en vérité ? Vous, moi, et tous les consommateurs finaux, par la hausse des prix qu'elle provoquera. Mais comme nous sommes en situation de concurrence avec les autres pays, cette taxe va plus certainement assécher les sources de financement pour tous ceux, notamment les entreprises françaises, qui, par construction, ont des besoins financiers à très court terme (car elles doivent nécessairement dépenser avant de vendre). Comme toutes les taxes portant sur le patrimoine plutôt que sur les revenus, la taxe Tobin est extrêmement nocive, dangereuse, va détruire les entreprises, provoquer encore plus de chômage et entamer gravement le pouvoir d'achat de tous les Français. Pour mémoire, les revenus du capital sont déjà très lourdement taxés en France, plus que les revenus du travail. Ajouter la taxe Tobin aux taxes existantes détruira un peu plus le tissu des PME par manque d'argent frais, très exactement ce qui leur manque actuellement pour se développer et créer des emplois.
Réponse de le 19/01/2012 à 16:11 :
Vous êtes banquier? Vous défendez honteusement votre position.
Quand on taxe un chomeur de 19,6% à chaque achat comprenez qu'il ne reste plus rien pour épargner à la fin de l'année. Il est clair qu'avec des arguments comme les votres on ne va pas loin.
Réponse de le 19/01/2012 à 16:14 :
"Pour mémoire, les revenus du capital sont déjà très lourdement taxés en France, plus que les revenus du travail."

pouvez vous donner vos chiffres???
Réponse de le 19/01/2012 à 18:10 :
Il y a des chômeurs parce qu'on détruit le capital avec des taxes et le travail avec des lois.
Réponse de le 19/01/2012 à 18:44 :
Vous devez ajouter l'IS aux taxes portant directement sur les dividendes. Ainsi, les dividendes sont taxés à plus de 60% tandis que les salaires sont taxés à environ 50%. En outre, les taxes sociales sur les dividendes ne donnent aucun droit à la sécurité sociale alors que les cotisations salariales, si. Il y a un déséquilibre manifeste des contreparties sociales entre dividendes et salaires.
Réponse de le 19/01/2012 à 20:33 :
Citoyen il me semble avoir déjà lu ces inepties à propos d'un autre article il y a quelque temps.Il n'en reste pas moins que cette taxe est nécessaire pour sortir de cette crise financière . Il est normal que la finance paie après avoir mis à mal l'économie réelle, seulement sarko a tort de vouloir le faire seul, cela est suicidaire et les autres pays de la zone euro ne le suivront pas.
a écrit le 19/01/2012 à 15:31 :
L'exemple de la fable du camembert qui dit au maroilles qu'il pue
a écrit le 19/01/2012 à 15:25 :
Quand on regarde son interview il y a un peu plus de 10 ans sur le même sujet , on peut avoir des doutes sur son équilibre personnel. En revanche aucun doute possible sur son envie de pouvoir, il serait prêt a vendre père et mère....
a écrit le 19/01/2012 à 14:58 :
Mensonges. Il sait très bien qu'il ne pourra pas la faire avant...très longtemps. Plus vicieux, comme il sait qu'il ne pourra (et surtout ne veut pas) la faire, c'est jouer sur du velours. Du storystelling .Proposition électoraliste comme tout ce qu'il dit depuis plusieurs mois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :