Pigeons : Twitter a eu la peau des technos de Bercy

 |   |  296  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Pierre Moscovici, le ministre de l' Economie et Fleur Pellerin, la ministre de l'Economie numérique, vont recevoir aujourd'hui des jeunes entrepreneurs. Au menu : la modification du projet de taxation des plus values de cession sur les plus-values mobilières.

C'est une première. Twitter, et dans une moindre mesure Facebook, ont eu la peau d'une disposition budgétaire en moins d'une semaine. Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, a confirmé ce jeudi matin sur France Inter, qu'il recevrait aujourd'hui, en compagnie de Fleur Pellerin, la ministre de l'economie numérique et des PME, des jeunes entrepreneurs pour discuter de cette fameuse taxation sur les plus values de cessions . En clair, comme cette information circulait déjà circulait depuis hier... et ce matin sur les réseaux sociaux, le projet est enterré. On ne connaît pas encore les détails des amendements mais des hypothèses sont déjà avancées. L'un des aménagements permettrait d'éviter que tous les entrepreneurs soient taxés au même taux et que la durée de détention de l'entreprise cédée soit prise en compte. L'autre solution évoquée : des abattements fiscaux. Pour l'instant un abattement proportionnel et progressif est prévu selon la durée de détention et ce, à partir de 2013. Des abattements anticipés pourraient être mis en place.
Ce mouvement des Pigeons, déclenché par une tribune publiée sur le site de la Tribune, qui a d'ailleurs été dépassé par son succès,  parce qu'il était par nature pas structuré et beaucoup plus divers dans ses motivations que l'on voulait bien le croire, restera donc dans l'histoire de la contestation comme un symbole du contre pouvoir virtuel que peut générer Internet (il avait d'ailleurs annulé la manifestation bien réelle elle dans les rues de Paris un temps envisagé pour ce week end). On peut s'en réjouir ou le regretter mais c'est une étape dans l'évolution du débat démocratique qui fera date.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2012 à 8:30 :
Les tensions politiques sont toujours d'actualité ; on ne peut que déplorer une conception archaïque de l'exercice démocratique. Pourquoi ne pas envisager en ces temps de crise, plus d'esprit de concertation. Personne n'a eu la peau de personne. Il fallait apporter une correction, s'est chose faite.
a écrit le 04/10/2012 à 22:05 :
Tweeter a eu la peau de Bercy ? A quelle date ont lieu les obsèques ?
a écrit le 04/10/2012 à 19:01 :
Un "partenaire" qui s'impose et qui se goinfre de 62% sans prise de risque et sans participation active personnellement j'appelle ça un escroc. heureusement l'état est revenu a la raison. Surtout qu'une fois gavé au moins 1/4 du cash part dans de niaiseries sans utilité.
a écrit le 04/10/2012 à 18:24 :
Bravo les pigeons, vous avez vaincu les "milles têtes du serpent" fiscal qui cherche de l'argent dans tous les coins avec leur idéologie digne du 19ème siècle "taxer la rente pas le risque" dixit Moscovici. En réalité en nous taxant tous du jour au lendemain au maximun, ils cherchent tous à maintenir leur train de vie somptuaire et à exonérer leur électorat de tout effort. De toutes façons, cette forte pression fiscale va entrainer une récession comme l'Espagne (dixit Roubini) et une révolution car la pression fiscale démesurée ne suffira pas.
Réponse de le 04/10/2012 à 23:42 :
si les entreprises ne participent pas à l'effort ce seront les ménages donc vous et moi qui paieront - est ce cela que vous souhaitez ? les entreprises ont besoin de consommateurs et trop d'impôts tuent la croissance car plus de consommation - a vrai dire pas facile à équilibrer les comptes même pour un bon économiste...
Réponse de le 05/10/2012 à 7:50 :
@MIMOSA : quand vous taxez une entreprise vous taxez en définitive ses clients (par augmentation du prix de vente) qui sont toujours in fine les ménages.
a écrit le 04/10/2012 à 17:07 :
Ce gouvernement est complètement empêtré dans ses contradictions. La critique était facile lorsqu'ils étaient de l'autre côté de la barrière. Montebourg prônait la demondialisation, notre président affirmait qu'il n'aimait pas les riches, tout était de la faute à Sarko... Maintenant qu'ils tiennent les Rennes il faut avaler les couleuvres: la catégorie qu'ils exècrent à savoir les chefs d'entreprises et entrepreneurs sont incontournables. Même notre ''ecolo'' de ministre s'est rendue compte qu'elle ne pourrait construire le quota de logements annoncés sans les investisseurs. Tout simplement parceque ce sont eux qui créent la richesse et les emplois. Bienvenu dans le monde réel messieurs dames.
Réponse de le 04/10/2012 à 17:55 :
on devrait arrêter de bosser pour engraisser des incompétents,et payer une administration pléthorique; alors là on verrait vraiment à quoi sert le secteur privé seul créateur de richesses.
on a pourtant vu quel était le niveau de vie en Allemagne de l'Est et en RFA mais ça n'a pas suffit visiblement.
a écrit le 04/10/2012 à 15:51 :
Cuit cuit !!
a écrit le 04/10/2012 à 13:54 :
Il faut être réaliste: jamais le gouvernement actuel ne baissera les dépenses de l'état. Même pas sur le train de vie! Cela signifierait supprimer des postes réservés aux copains, ne plus avoir 39 ministres, ne plus créer des commissions inutiles, des agences-fromage,diminuer le nombre et les frais des députés/sénateurs, limiter les frais de déplacements ( 900 000€ pour Hollande à Washington, plus que Sarkosy!) etc... Alors il ne reste que les impôts et taxes! Voyons, que pourrait-on bien taxer en plus? Voilà la seule question que se pose ce gouvernement.
Réponse de le 04/10/2012 à 14:35 :
Nous sommes tous des pigeons! Plus on travaille plus on est taxé, quant on crée de l'activité on est taxé, quant on est chercheur on a des moyens limités, et finalement on sera bientôt dans l'état de la Grèce. Pendant le même temps personne n'ose entreprendre une révision sérieuse des modes de fonctionnement de l'Administration comme l'on fait le Canada, l'Australie, la Nouvelle Zélande etc. N'espérez donc pas une amélioration de la création d'emplois. Clientélisme, fonctionnarisme et idéologie vont nous tuer!
a écrit le 04/10/2012 à 13:21 :
les entreprises sont vos revenus ... pas l?état !
a écrit le 04/10/2012 à 13:04 :
Décryptage : Twitter a servit de véhicule pour transporter les fiantes des pigeons déversées sur bercy.
a écrit le 04/10/2012 à 12:44 :
Pour la majorité des indépendants la cession des parts ne permet pas de combler le revenu d'activité Retraites insignifiantes auxquelles peuven t se rajouter des maigres rentes
a écrit le 04/10/2012 à 12:35 :
Très intéressant mais,
De quoi avons nous besoin? De nouvelle activité, de nouvelles créations de richesse.
Nombre de créations d'entreprise ne sont que des remplacements. Les nouvelles entreprises prennent la place d'entreprises existantes qu'elles détruisent. C'est peut-etre un progrès engendrant une baisse des couts, mais au niveau économique global çà ne fait pas avancer le schmilblick.
Si les technocrates de Bercy pouvaient faire la différence et ainsi appuyer fortement la création nette de richesse cela aiderait le pays.
Aider la création d'un atelier de boulangerie qui mettra sur le carreau quatre boulangers, ce n'est pas de la création de richesse, parfois le contraire.
a écrit le 04/10/2012 à 11:53 :
A quand un mouvement des pigeons citoyens des petites classes moyennes qui vont payer sans rien dire la "baize" des charges des entreprises et des bistrotiers qui nous a déjà coûté + de 3 M? en TVA et qui commencent d'en avoir ras la bol!
Réponse de le 04/10/2012 à 12:10 :
les francais et les entreprises ont le droit de demander des comptes sur la façon dont est dépensé l'argent de LEURS IMPOTS, sur les fiches de paie de ceux qu"ils elisent, sur les depenses inutiles et couteuses qui sont faites de l'état jusqu'aux communes en passant par les regions et departements!
Réponse de le 04/10/2012 à 12:30 :
A ne jamais vouloir mettre les choses dans l'ordre, on en arrive à se demander si c'est l'oeuf qui fait la poule ou bien l'inverse ! L'état de notre société est le fruit des actions, et plus souvent des nombreuses inactions, de ceux que le vote d'une majorité a porté aux pouvoirs des strates du mille feuille. C'est bien l'état qui au bénéfice de nombreuses minorités et cas particuliers a engendré une machine infernale que plus personne ne maitrise, surtout que tout est financé à crédit depuis près de 40 ans ! Le niveau des entreprises est bien le centre de toute organisation opérationnelle de création de valeur. On l'a royalement oublié, surtout qu'à ce titre on ponctionne toujours plus, d'ou une baisse drastique de compétitivité et une érosion dramatique du milieu industriel. On en arrive donc au salarié moyen qui commence à travailler pour lui au mieux à partir du mois d'aout ! Pour ce qui est des structures et charges fiscales au niveau des entreprises, je vous conseille d'y regarder de plus près, et vous verrez que c'est aussi une formidable vache à lait. Problème, on fait maigrir les vaches quand on tire trop de lait au détriment de la recherche, de l'innovation, et des investissements... Maintenant, il n'y a pas d'autre solutions que de réduire le train de vie de l'état, abolir les privilèges sans limites de nos élus, maitriser les dépenses sociales, favoriser l'entreprise, et taxer la consommation, les flux financiers et les gros patrimoines plutot que le travail. Pour l'instant, rien dans ce sens, donc toutes les décisions actuelles sont vouées à l'echec ! On en reparlera dans moins de 5 ans !
a écrit le 04/10/2012 à 11:32 :
Je viens de faire un bref tour de ce qui se dit sur les "Pigeons" et ce que disent les "Pigeons".
Et bien... Ça pue l'arnaque.

L'odeur acre des gros investisseurs et faiseurs de billets se répands derrière chaque mots de ce soit disant mouvement qui surf allégrement sur la mouvance des Anonymous.
Le but, cassé la taxations des 3% sur les transactions et la revente des sociétés à large capitaux en générant un mouvement populaire par la manipulation des craintes des petits entrepreneurs. Ça sent le Medef à plein nez.

Bref, c'est de la pure intox.

Ne soutenez pas, ne rejoignez pas, ne considérer même pas.
Le gouvernement actuel fait suffisamment de trucs débiles, pas la peine de plonger dans l'intox pour le clouer au mur.
Réponse de le 04/10/2012 à 11:37 :
@ Yanou : curieusement, j'y suis allé dès sa création, et j'en tire des conclusions exactement inverses aux votres. Rien à voir avec le MEDEF et la CGPME qui se sont fait dépasser par ce mouvement né spontanément et qui ne se revendique d'aucun parti ou syndicat, c'est écrit en toutes lettres...
Réponse de le 04/10/2012 à 23:51 :
je pense que moscovisci cherche à épargner les entrepreneurs honnêtes-pas ceux qui ne pensent qu'à spéculer ; je ne vais pas écrire un discours philosophique mais dans notre société chacun a sa place, et théoriquement le droit de réussir mais pas au détriment des autres... si les entreprises sont épargnées par l'effort demandé les ménages devront seuls payer la note ; pas si simple de contenter tout le monde...
particuliers êtes vous prêts à payer pour épargner les entreprises et satisfaire ainsi les pigeons ?
a écrit le 04/10/2012 à 11:25 :
Dieu que cet article est mal écrit !
a écrit le 04/10/2012 à 11:16 :
Pourtant c'est simple : ce sont les entreprises qui créent les emplois. Pas d'entrepreneurs: pas d'entreprises! pas d'entreprises pas de salariés pas d'emplois!!! Qui faut-il donc soutenir en premier ???? Dommage que la France soit pleins de francais stupides...enfin a priori en " majorité " ....!
a écrit le 04/10/2012 à 11:13 :
J'ai hérité un immeuble bien situé à Paris. Mon paternel a constitué une jolie collection d'oeuvres d'art. Je suis heureux : les socialistes adoucissent la fiscalité sarkozienne sur les plus values immobilières et je ne paierai pas d'ISF sur mes tableaux et sculptures qui se valorisent chaque jour. Je m'enrichis en dormant. Merci les socialistes et merci les pigeons !
Réponse de le 04/10/2012 à 18:44 :
complétement faux : à partir du 1.1.2013, la ponction fiscale sur les terrains à bâtir : 50 % sur les plus-values en comptant la taxe communale. Sûr les proprio vont se précipiter au guichet pour vendre "le choc " dixit Duflot. Idem pour les plus values immobilières 35 % mini tout cela pour boucher les trous occasionnés par ces dispendieux. Le secteur immobilier que je sache fait partie des investissements et fait vivre un max de personnes. Blocage garanti. Tout cet argent payé n'alimentera pas l'économie mais le train de vie de l'Etat
a écrit le 04/10/2012 à 10:17 :
c'est encore et toujours le grand n'importe quoi, il y a 8 jour ils nous disaient que les impôts n'augmenteraient pas en 2013, aujourd?hui ils découvrent qu'il fait baisser les charges patronales, et vont les faire supporter par la CSG. Est il possible oui ou non de baisser les dépenses de l'état ? c'est cela la vrai question à 1milliard 800 millions . A force de ne pouvoir revenir sur les Avantages Acquis nous allons droit dans le mur. Nous assistons à la glaciations de l''économie, dans un contexte de réchauffement climatique, il faut le faire....
a écrit le 04/10/2012 à 10:04 :
C'est triste pour la democratie que le gvt cede devant une poignee de lobbyistes. Il n'y a plus qu'a attendre les prochains, puis les autres, etc Et apres de nombreux commentateurs avises nous expliquerons qu'il y a trop de taxes, de niches fiscales, de depenses, etc Sauf qu'in fine ce systeme est loin d'etre neutre ou innocent il sert simplement a faire payer toujours les memes. Je craisn qu'encore une fois les pigeons ne sont pas ceux qui s'autoproclament l'etre...
Réponse de le 04/10/2012 à 10:19 :
@ DRRW : tiens, on ne vous a pas entendu quand le gouvernement impose une minorité pour le profit de la majorité (clientélisme) quand il ne touche pas aux avantages (privilèges) ou les renforce, de nombreux lobby de son camp électoral (syndicats, enseignants, dockers, fonctionnaires, collectivités locales, etc etc etc ...) ... très curieux cette indignation à géométrie variable ... la démocratie, c'est aucun avantage pour personne (thomas Jefferson)
Réponse de le 04/10/2012 à 10:30 :
Je pourrais vous rejoindre sur votre réflexion ... sauf qu'elle tourne au sophisme. Ce n'est pas parce que les gouvernements cèdent régulièrement aux groupes de pression que l'émotion suscitée par ce projet de loi délétère n'a pas justifié à elle seule une juste marche arrière.
Pour une fois que ceux qui bossent 90 heures par semaine sont entendus ... Je pense que le gouvernement a compris qu'il allait avoir besoin des PME et de leurs patrons pour aborder les prochains mois. Ceux-ci, dont je suis, sont tous éc?urés et et démotivés. Ils créent l'essentiel de la richesse et ne veulent pas être confondus avec les dirigeants des grands groupes, tous issus des grandes écoles de la République (ENA, X, ...), et inscrits dans une logique très "socialiste" pour le coup ... (L'Etat est tout puissant et une minorité s'approprie tous les pouvoirs)
cqfd
Réponse de le 04/10/2012 à 10:39 :
La democratie c'est aussi la dictature de la majorite et puisque vous etes amateurs de citation je pourrais enchainer par celle-ci "La démocratie est le pire des régimes à l'exception de tous les autres" Churchill. Par ailleurs, sachez que le lobbying de ces pseudos entrepreneurs me parait tout aussi lamentable et insupportable que celui des categories que vous mentionnez de facon un peu brouillonne... Simplement, j'ai comme le sentiment qu'il y a comme une forme d'aristocratie dans cette tendance a la defense de ses petits interets, pas vous?
Réponse de le 04/10/2012 à 10:59 :
Ceux qui bossent 90 heures par semaine, c'est qu'ils le veulent bien. 15 Heures par jour sur 6 jours toute l'année, ce n'est certainement pas comme maçon, carreleur ou plâtrier.
Arrêtez de nous faire pleurer sur votre sort. De toutes façons, quand on est patron, c'est 24/24 Heures, alors si vous ne pensez à votre entreprise que 15 Heures par jour, c'est que vous êtes à la limite du fainéant.
Réponse de le 04/10/2012 à 11:00 :
@DRRW : non, justement, la démocratie c'est tout l'inverse de la dictature de la majorité, comme le disait Tocqueville. Il me semble que dans un pays comme la France où la raison et le bien commun sont sacrifiés par les hommes politiques au clientélisme, pour une fois que les entrepreneurs manifestent, cela ne me choque pas, vu que c'est seulement en manifestant que cela avance !! Ce que je regrette, ce qui me choque au final, ce n'est pas l'action des lobbys (cela fait partie du jeu démocratique après tout) c'est que le gouvernement recule à chaque fois qu'un lobby est capable de mettre des gens dans la rue. En gros, c'est la rue qui gouverne, pas la représentation nationale, cad que c'est là aussi l'inverse de la démocratie : la dictature de la minorité (capable de nuisance) sur la majorité silencieuse !!!! vous n'êtes pas d'accord ?
Réponse de le 04/10/2012 à 11:05 :
Voyons DRRW, ne soyez pas suffisant comme cela, john galt n'est pas si brouillon que cela et les 40 000 inscrits en 3 jours ne sont pas des "pseudo entrepreneurs".
Qui êtes vous pour juger de la sorte un mouvement d'une ampleur pareille ?
Un "vrai" entrepreneur plutôt qu'un "pseudo" ? ....ou un salarié qui ne sait pas ce que le mot entreprendre signifie ?
Créez votre boîte, embauchez 1 personne et on en rediscute dans un an.
Réponse de le 04/10/2012 à 11:06 :
"que vous mentionnez de facon un peu brouillonne..." Quelle condescendance ! Ne seriez vous pas enseignant ?
Réponse de le 04/10/2012 à 11:17 :
A propos de citations, en voici une: elle ne vient pas d'un illustre écrivain ou chef d'état, mais...des Shadoks. Pour ceux qui ont un certains âge, ils se souviennent de cette émission décalée de dessins animés commentés avec la voix éraillée de Claude Piéplu. Eh bien, à un moment, un personnage dit: "pour faire le moins de mécontents possible, il suffit de toujours taper sur les mêmes" !
Réponse de le 04/10/2012 à 11:35 :
@JB38 : remarque parfaitement socialiste : on nie le libre-arbitre et on pense que tout n'est que déterminisme : un entrepreneur est un entrepreneur car le bon dieu l'a désigné depuis sa naissance. quelque soit les lois et les impôts, il travaillera et sera riche. on peut donc l'imposer à 100 %, il continuera à travailler car il est né comme cela, le libre arbitre n'existe pas, le mérite nonp lus (conséquence), un entrepreneur ne fera jamais grêve ou arretera de travailler ... Et ce sont avec de tels raisonnements que l'URSS s'est effondrée ...
Réponse de le 04/10/2012 à 12:13 :
@john galt je partage pleinement votre conclusion (commentaire 11h00) Concernant Tocqueville il pointait la une limite de la democratie, interessante certes, mais a laquelle le realisme de Churchill repond me semble t il efficacement. Pour ce qui est du mouvement des pigeons je reste des plus suspicieux et n'adhere pas a la theorie du complot de nos gouvernants. Ils sont aussi ce que nous en faisons
@evarsite99 nous je ne suis pas enseignant et n'ai certainement pas les qualites requises pour ce job. Je considere cependant qu'il s'agit certainement du plus beau metier du monde. Dommage que vous ne soyez pas alle a l'ecole pour vous en rendre compte.
Réponse de le 04/10/2012 à 12:26 :
@ DRRW : pour rester dans les citations de Churchill, en voici une autre qui s'applique bien au mouvement des pigeons : "Certains pensent que l'entrepreneur est un loup à abattre, d'autre voient en lui une vache à lait, mais rares sont ceux qui voient en lui le cheval qui tire la charrue"... Churchill et Tchacher, les 2 plus grands hommes politiques européens du 20 ième siècle ...
Réponse de le 04/10/2012 à 13:14 :
@john galt Vous semblez privilegier les lectures anglo saxonnes. Aussi me permettrez vous pour conclure notre aimable discussion de vous rememorer une citation d'un auteur bien de chez nous "Nous avons une impuissance à prouver, invincible à tout le dogmatisme. Nous avons une idée de la vérité, invincible à tout le pyrrhonisme." Comme les choses sont bien faites n'hesitez pas a commencer par creuser la premiere phrase de la citation....
Réponse de le 04/10/2012 à 13:50 :
@DRRW : cette citation de Pascal me semble parfaitement contradictoire. C'est grâce au scepticisme que l'on peut cheminer vers la vérité, et la vérité en économie, ce sont les faits, qui sont intangibles : la réalité. Philosophiquement, en temps que libertarien, je suis un dogmatique de la Liberté, qui est un fait révélé par la Raison ...
a écrit le 04/10/2012 à 9:52 :
Le mal est fait : à force de justiger les entrepreneurs , de fustiger ceux qui bossent comme supprimer les heures sups ,de taxer les soi disant riches ceux qui payent l IR la confiance est partie .Je rappelle que la france se classe 26 ieme en matière d innovation .
Réponse de le 04/10/2012 à 11:38 :
Et la ville de Lyon est première, à en croire le magazine l'Entreprise, et 8e au monde, à en croire l'agen australienne 2thinknow. Lyon étant PS depuis un bail maintenant après des années de centrisme et de droite, il faut croire que le lien PS=mort aux entreprises et aux innovations est une erreur...
Réponse de le 04/10/2012 à 12:07 :
Bien sûr, Lyon est la 8e ville la plus innovante au monde... Non mais sérieusement, vous croyez franchement ce que vous écrivez ? Je confirme l'existence de ce classement, mais quand on voit que Londres est derrière Lyon, ca donne un peu à réfléchir sur le sérieux de cette étude...
a écrit le 04/10/2012 à 9:50 :
Ce que je note d'abord c'est que le gouvernement enchaîne les reculades. Après l'ISF le projet de budget doit être revu car suicidaire.
Cette bonne nouvelle ne peut faire oublier l'amateurisme qui règne à la tête de l'état géré par des personnes sans doute estimables mais hélas incompétentes dans leur emploi.
Réponse de le 04/10/2012 à 10:23 :
Devant l'énorme déficit laissé par Sarkosy, de la dette accumulée et de la pression des marchés et de l'Allemagne, les solutions rapides pour revenir à 3% de déficit sont minces. Des erreurs de casting sont donc inévitables, l'augmentation de la TVA et de la CSG étant probablement réservée pour baisser les charges des PME. La diminution des dépenses ne se fait pas en 6 mois mais à long terme. C'est déjà pas mal que ce gouvernement ne remette pas en question l'objectif des 3%. Du sang et des larmes, voilà ce qui nous attend suite à la lacheté plus qu'à l'incompétence de nos hommes politiques depuis 30 ans.
Réponse de le 04/10/2012 à 11:38 :
et dire que le" red carpet" se fait bouffer par les mites !what a pity!!
a écrit le 04/10/2012 à 9:49 :
Le problème de ce gouvernement (comme des précédents), c'est qu'il n'a qu'un seul objectif : croissez et multipliez. Appliquée de cette manière, cela s'appelle un cancer, et finit toujours par tuer l'animal qui le "nourrit". Le jour ou ils auront compris que c'est la masse de graisse adipeuse qu'il faut réduire, au lieu de regarder comment on peut faire faire de la muscu aux pauvres jambes qui la porte, alors ces parasites auront fait un grand pas...
a écrit le 04/10/2012 à 9:45 :
Si l'on vous croit, le principal souci d'un jeune créateur d'entreprise, ce sont les impôts qu'il va payer quand il va revendre son entreprise - probablement le plus vite possible.
Avec des idées pareilles, la création d'un tissu solide de PME à l'allemande est mal partie ...
Réponse de le 04/10/2012 à 9:50 :
@ Phelipy : en allemagne, les impots sont tellement plus faibles qu'un jeune créateur d'entreprise ne perds même pas de temps ni d'inquiétude sur ce sujet ...
Réponse de le 04/10/2012 à 10:10 :
Les taxes à la revente, les URSSAF, l'IS, la TVS, l'absence totale de flexibilité, et maintenant la mort annoncée du statut autoentrepreneur qui était la seule vraie variable d'ajustement de la masse salariale.
Réponse de le 04/10/2012 à 10:10 :
Et les francais eux ne pensent pas qu à la retraite ?
Quand tu crées que tu te bats que tu prends des risques personnels que 90% des francais n oseraient jamais prendre, quand des centaines de fois tu te dis épuisé qu il faudrait mieux arreter mais que tu résistes seul ou avec tes fideles collaborateurs car tu penses aussi à eux, et que si à la fin de ta vie active on te dit que la richesse que vous avez créé en vous battant, vous ne la meritez pas, autant basarder sa boite tout de suite !
C est bien plus un probleme de consideration que de fiscalité : tout travail merite salaire, oui, tout risque et perseverance mérite d en etre peut etre un jour récompensé.
Un entrepreneur est avant tout une personne qui espere s en sortir, tuer l espoir d une vie meilleure, et c est le début de la fin de notre économie, si necessaire à financer la justice sociale et la solidarité nationale.
Réponse de le 04/10/2012 à 14:19 :
Les entrepreneurs allemands!!!! L?Allemagne est vraiment devenu la référence.Alors allons y. Les entreprises ont un impôt moins élevé.Globalement les prélèvement obligatoires sont moins élevés. Les charges sociales décroissent lors que le salaire augmentent pour ensuite avoir un salaire non chargé. Les entrepreneurs ne payent que très peu d?impôts sur les plus value quand ils vendent ou fusionnent leur entreprise, et justement pour avoir de grosses PME comme les Allemands ils faut que les petites fusionnent et là si le propriétaire d'une PME a moins de 25% du capital de l'entité résultant de la fusion, il paye l'ISF en France alors qu'en Allemagne cet impôt stupide n'existe pas.J?arrête là car sinon je vais me convaincre de délocaliser mon entreprise en Allemagne.
a écrit le 04/10/2012 à 9:43 :
Pour reprendre les inconnus:
"Un ptit coup par ci un ptit coup par la c'est pas difficile de danser la foumoila!"
a écrit le 04/10/2012 à 9:32 :
Avec un état gouverné par des fonctionnaires ... qui ne connaisse rien à l'économie on est pas au bout des surprises !
a écrit le 04/10/2012 à 9:22 :
Une question : Recevoir le Patron de Dassault Systèmes (AFDEL) et celui des SSII (Syntec Numérique), c'est ce que vous appelez recevoir les "entrepreneurs" et les "start-ups" ? Ben là, on est mal barré alors ...
a écrit le 04/10/2012 à 9:10 :
Il ne faut pas s'étonner d'un tel résultat, avec des personnes mises a des fonctions dont elles n'ont pas le début d'un échantillon de compréhension. Comme d'habitude, ces politiques ne représentent ni les individus, ni même les entreprises. Le résultat est un empilage de décisions erronées, aussitôt démontées.
Réponse de le 04/10/2012 à 19:39 :
En France on vous demande quels sont vos diplômes ... aux usa vous savez faire quoi ? .... nuance !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :