Les recrutements de cadres connaissent une violente décrue

 |   |  475  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon la dernière note de conjoncture de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), seuls 49% des entreprises envisagent de recruter au moins un cadre d'ici à la fin de l'année. A l'exception du médico-social, tous les secteurs d'activité freinent leurs décisions d'embaucher. Seuls les cadres de la fonction commerciale attirent encore les entreprises.

Les perspectives sur l'emploi des cadres n'échappent pas à la morosité ambiante. C'est le moins que l'on puisse dire en découvrant la dernière note de conjoncture de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), portant sur le quatrième trimestre. Comme d'habitude, l'Apec a interrogé son panel de 750 entreprises pour connaître leurs intentions en matière de recrutements de cols blancs. Sans surprise, avec une économie quasiment à l'arrêt, l'heure n'est pas aux recrutements en masse. Et pour cause, 27% des recruteurs sondés indiquent que la situation de leur entreprise s'est détériorée depuis un an, soit 7 points de plus qu'en juin dernier. Dans ce contexte, 53% des entreprises ont recruté au moins un cadre au troisième trimestre, soit quatre points de moins que pour la même période en 2011. Et, phénomène préoccupant, les secteurs qui recrutent traditionnellement des volumes importants de cadres, marquent un coup d'arrêt: activités informatiques (-7 points), conseils et services aux entreprises (-6 points), ingénierie et R&D (-2 points).

La quasi totalité des secteurs affichent un recul de leurs prévisions de recrutements

Selon l'Apec, la situation ne devrait pas s'améliorer au quatrième trimestre... Loin de là. Seuls 49% des entreprises envisagent de recruter au moins un cadre d'ici à la fin de l'année (qu'il s'agisse d'une création de poste ou d'un simple remplacement), soit une proportion en recul de 4 points par rapport à la même période en 2011. Et, à l'exception du médico-social, tous les secteurs affichent un recul de leurs prévisions par rapport à la même époque il y a un an: activité informatiques (-10 points), commerce-transports (-8 points), banque-assurance (-7 points) et industrie (-5 points).
L'optimisme ne règne donc pas, c'est une litote, d'autant plus que 28% des recruteurs interrogés estiment que la situation économique de leur entreprise va encore se dégrader dans les prochains mois.... Soit le double de ceux qui pensent qu'elle va s'améliorer. Autre mauvaise nouvelle, parmi les entreprises qui songent recruter d'ici à la fin de l'année, seuls 35% prévoient d'embaucher des jeunes diplômés, soit la proportion la plus faible depuis le premier trimestre 2010.

Seule la fonction commerciale tire son épingle du jeu

Dans ce marasme, quelques fonctions surnagent cependant. Ainsi, parmi les entreprises qui envisagent de recruter au moins un cadre, près de la moitié (46%) songent embaucher dans la fonction commerciale, l'une des seules à tirer son épingle du jeu. Ceci est particulièrement vrai pour les secteurs banque-assurance et commerce-transports. Un tiers des entreprises envisagent aussi l'embauche d'un cadre de la fonction études-recherche & développement, notamment dans l'industrie et l'ingénierie. A noter que seuls 22% des entreprises songent à recruter un cadre de la fonction informatique, normalement très porteuse. Signe que, pour les cadres aussi, la crise est bien là.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2012 à 17:01 :
Après le cadre corvéable et le cadre jetable, voici le cadre low-cost. Il s'habille en solde chez Lidl, croit qu'il gagne 70 000 euros et se prend la tête avec la guichetière sncf.
a écrit le 24/10/2012 à 14:48 :
Ce que cet article oublie volontairement ou pas, est que cette violente décrue a commencé en 2008 au travers d'une baisse drastique des salaires des nouveaux embauchés. Aujourd'hui, on constate une baisse de 30 à 50 % des salaires par rapport à un même niveau de responsabilités ou compétences. Néanmoins, ceci n'est pas nouveau, même si la raison cachée est de ramener le coût du travail au niveau de la Chine par des salaires en baisse et une production de plus en plus automatisée.
a écrit le 24/10/2012 à 13:00 :
50% des français vont se retrouver au Smic. Une autre bonne partie au chômage. La société régressive est en marche. Qui pourrait penser que les espagnols accepteraient sans broncher plus de 30% de chômeurs ? Nous accepterons de devenir des esclaves modernes. De ce point de vue les camps de concentration à travers le monde auront été un test ; ceux qui sont pris ne se révoltent pas, ceux qui ne le sont pas ne disent rien. Que disont nous sur la Corée du Nord qui est un camp de concentration à l'échelle d'un pays ? Rien. Les "grands" penseurs et surtout gros écrivains d'équipe regardent comme toujours dans le rétroviseur. C'est l'année Diderot, on ne vous l'avait pas dit ?
a écrit le 24/10/2012 à 11:54 :
Ce n'est jamais que la suite logique d'une politique qui remonte maintenant à plusieurs années et dont le but est la baisse de la masse salariale par tous moyens. C'est ainsi que nous avons assisté par exemple à la mise en place de techniques et d'automatismes permettant aux simples ouvriers de faire un travail sans avoir les compétences requises mais à moindre coût, .... et peu importe la qualité. Les premiers visés ont été les séniors, et ce sont maintenant les cadres qui vont faire les frais de cette politique.
Réponse de le 24/10/2012 à 13:13 :
ou la suite logique d'un alignement des rémunérations vers le bas et la disparition des entreprises sur le sol français................merci à nos idéologues politiques qui n'ont pas su créer des frontieres autour de l'Europe, qui n'ont pas voulu unifier les fiscalités etc!
Et pourtant je suis un europénne convaincue
a écrit le 24/10/2012 à 11:23 :
Comment vont faire ceux qui ont pris des crédits immo au taquet ? ! ? ! ? welcome the real world..game over
a écrit le 24/10/2012 à 11:21 :
"Violente décrue", c'est un peu exagéré, gardez ce titre pour les prochaines publications... Nous ne sommes qu'au début.
a écrit le 24/10/2012 à 9:40 :
C'est bizarre, je pensais qu'avec le phare de la pensée aux manettes, les choses allaient s'améliorer.
C'est encore un coup des mauvais français, les riches et les rentiers.
J'attends dans quelques mois les réactions des polonais furieux que le plombier français aille chez eux travailler au noir.
a écrit le 24/10/2012 à 8:49 :
Les signaux virent au rouge ... c est la faute à Sarko !
Réponse de le 24/10/2012 à 14:48 :
c'est clair que le long travail de sape entrepris par sarko est une des premières causes de nos problèmes .. bon c'est pas de sa faute, il est juste incompétent :-))
a écrit le 24/10/2012 à 8:28 :
venant du milieu hospitalier je peux vous dire que l'on peut supprimer des cadres personne ne s'en apercevra . ils passent leur temps en réunion sans rien decider .par contre remettre un peu de personnel de base dans les services le patient apprécierait
Réponse de le 25/10/2012 à 6:56 :
généraliser n'a rien d'un argument. Si vous venez du milieu hospitalier vous devez savoir faire la difference entre cadre A+ et cadre A-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :