Même les directeurs financiers français n'investiraient pas... en France

 |   |  469  mots
96% des directeurs financiers français jugent la fiscalité et le coût du travail comme les principaux freins à l'investissement en France. Copyright Reuters
96% des directeurs financiers français jugent la fiscalité et le coût du travail comme les principaux freins à l'investissement en France. Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
3% seulement d'entre eux estiment le pays attractif en matière d'investissement, selon un sondage de Deloitte. Les directeurs financiers français dénoncent le poids de la fiscalité et le coût du travail.

Il n'y a pas que les entreprises et les fonds étrangers qui n'ont plus envie d'investir en France. Interrogés par le cabinet Deloitte sur la zone géographique où il sera le plus intéressant d'investir, au cours des six prochains mois, 43% des directeurs financiers français citent l'Asie. Avec 3% seulement d'opinions favorables, la France arrive en toute dernière position, derrière l'Afrique (13%)! Près d'un quart des directeurs financiers des 500 plus grandes entreprises françaises sondés par Deloitte estime même qu'il n'y aura pas pire pays que la France pour investir, au cours du prochain semestre.

Ce que les «DAF» (directeurs administratifs et financiers) français reprochent à l'Hexagone? En premier lieu sa fiscalité et son coût du travail, cités par 96% des responsables financiers comme un frein à l'investissement en France, par rapport aux autres pays de la zone euro. «Ce qui est impressionnant, c'est le caractère massif des réponses», juge Katia Ruet, directeur chez Deloitte.

La fiscalité et la rigidité du droit du travail en tête de leurs préoccupations

Résultat, ce que les directeurs financiers souhaitent des pouvoirs publics, c'est bien moins de défendre le «Made in France», si cher au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, que de réduire le poids de la fiscalité et des charges sociales, et d'assouplir le droit du travail. Ces deux derniers points arrivent en tête de leurs exigences, avec des proportions respectives de 81% et de 67%, très loin devant la promotion du «Made in France» (10%). Des chiffres qui devraient faire réfléchir le gouvernement, à l'heure où il se murmure que le rapport Gallois sur un «choc de compétitivité», promis pour le 5 novembre, pourrait être enterré.

Les prêts bancaires jugés peu attractifs

Les directeurs financiers français n'en ont pas seulement après les pouvoirs publics. Les banques sont, elles aussi, dans leur collimateur, au moment où 53% d'entre eux s'inquiètent de la raréfaction de la liquidité. Plus d'un tiers (36%) des DAF de France jugent que les prêts bancaires seront la source de financement la moins attractive, au cours des six prochains mois. Et ce, en raison de la future réglementation dite de Bâle III, qui, en obligeant les banques à détenir davantage de fonds propres en face de leurs engagements, les conduira à accorder moins de crédits, ou bien à des taux plus élevés. Les directeurs financiers entendent donc faire la part belle aux obligations (dans 26% des cas) et aux placements privés auprès d'investisseurs institutionnels (17%) pour se financer, dans les prochains mois.

Dans ce contexte, pas étonnant que les directeurs financiers aient le blues. Ils sont 40% à se dire moins optimistes qu'il y a six mois au sujet de la conjoncture économique française, et 16% à s'avouer… beaucoup moins optimistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2013 à 14:26 :
les directeurs financiers c'est pas une référence, ils contribuent à bien couler les entreprises en ne réfléchissant qu'en termes de capital financier, et en ne sachant même plus ce que signifie "ressources humaines", d'ailleurs on parle de gérer les ressources humaines !!!! que les directeurs financiers se barrent (sans les grosses indemnités auxquelles ils pensent moralement avoir le droit) et inventons d'autres façons de penser l'entreprise en restant tout à fait réalistes (mais avec des bases plus réalistes justement !)
a écrit le 25/10/2012 à 19:43 :
@ all ou presque:

On entend à tour de bras "c'est la faute des socialo" etc... la France est en ruine etc... On se demande encore comment on a de la lumière chez soi et du pain à manger à lire tous les coms.

Déjà même si Hollande et consorts sont pas des Gérards Majax, les licenciements d'aujourd'hui ils étaient décidés bien avant les présidentielles pour la plupart et juste reculés pour pas que Sarko se fasse fesser les miches. Après faut pas croire que dans un contexte d'une économie mondialisée et d'une crise qui l'est tout autant 3 mois de Hollande suffisent à faire s'écrouler un pays. C'est prêter trop de pouvoir au gouvernement.

C'est la merde partout dans le monde, et c'est bien pire dans certains pays que dans le notre (Grèce, Espagne & co pour ne citer qu'eux).

j'ai l'impression que c'est une spécialité française de cracher dans la soupe. Ok y'a plein de fonctionnaires qui coutent cher...mais qui dépensent aussi. En virer la moitié ca fait faire des économies à l'Etat mais ça fera aussi plus de chomeurs et donc moins de cotisants, moins d'IR et autres impots... C'est un peu déshabiller Paul pour habiller Jacques.

Quand au couplet du cout du travail...c'est sur c'est vachement moins cher au Cambodge....là bas ils n'ont rien ou presque en salaire, aucun système de prise en charge médicale, et un niveau de vie au tiers du notre...bah ouais forcément ça donne plus envie d'y investir que chez nous.

Quand enfin j'en entends dire "moi une fois mon diplome obtenu j'me casse y'a pas d'avenir ici" (que j'ai pu lire sur un autre article hier)...ouais c'est bien...mais qui c'est qui l'a payée ta scolarité ? Combien t'as couté à l'état et tes parents jeune ??? Encore une fois on oublie bien vite qu'on a été élevé dans un petit cocon aux frais de la princesse..la moindre des choses est de contribuer à renflouer le pays qui nous a permis d'arriver à ce niveau d'études sans sauter sur une mine ou perdre la moitié de ses frêres et soeurs !!!

Alors ok c'est le bazar, ok il y a peut être trop de taxes et impots en tout genre, mais on vit quand même dans un des pays les plus développés du monde et qui a un système de solidarité parmi les plus forts au monde aussi (Sécu, scolarité, etc....)

On peut tout sucrer et se la jouer mode US-UK avec une année de collège à 5000? et le passage aux urgences ou l'opération à 15000e pour ta pomme...ouais on peut, et là y'aura moins de taxes c'est sur, mais plus de misère, d'inégalités, de pauvres (déjà qu'il y en a pas mal...) et j'en passe.

En conclusion, on est quand même pas si mal ici et si les gens étaient moins pessimistes on s'en sortirait peut être mieux aussi. Et dénigrer le gouvernement actuel ne sert à rien tant il n'est pas responsable de la situation actuelle (comme ne l'est pas non plus totalement Sarko auparavant). faut sortir son nez hors de nos frontières, today les choses se jouent au niveau international, pas juste entre nous dans notre hexagone et les interrelations sont tellement nombreuses et complexes qu'il est difficile d'agir chez soi en ayant l'assurance d'obtenir les résultats escomptés !
Réponse de le 25/10/2012 à 22:28 :
Très bon commentaire !
Réponse de le 26/10/2012 à 18:41 :
poser vous la vrai question: pourquoi veulent 'ils partir et vous aurez les réponses à votre exposé;
bien cordialement
a écrit le 25/10/2012 à 15:06 :
Le banques pretaient les yeux fermés pour s endetter sur de l'immo sans apportsur 30 ans, et rejetaient les dossiers des vrais entrepreneurs et des vrais créateurs de richesse...aujourd'hui leur bilan est plombé par ces actifs et pour longtemps...et ces boites créatrices d emplois et de valeur ajoutée vont ailleurs pour se développer et y trouver des capitaux....les rentiers ont ruiné la france, et coulé les vrais entrepreneurs !!! clap clap clap...game over
a écrit le 25/10/2012 à 15:00 :
voilà, pour avoir privilégié la fiscalité de la rente au détriment de celle du travail et de l entreprise on a d'une part : rendu des actifs incapables de consommer et plantés par des crédits immo au taquet sur une longue durée (à cause de votre cupidité) et d'autre part : des entreprises asphixiées fiscalement qui ne veulent plus investir et n'arrivent pas à écouler leur biens dans l'hexagone....quand on exige depuis des décénies ses 2% de revalorisation de retraite dans un pays ou le nombre d'actif est en chute comparé à l'explosion des séniors...quand on profite à max des défisc pour accaparer tout le patrimoine immo;..quand on sur--endette un pays tout en laissant les dettes aux autres...ben on se retrouve à sur-endetté l'état ou à massacrer les forces créatrices d'emploi et de vrais valeur ajoutée...alors voilà les rentiers....peut etre que vous etes en nombre électoralement, mais ceux qui créent de la richesse se barrent et ceux qui créeront celle de demain ne le feront pas en france...certe vous aurez certainement encore votre csg à taux réduit, vos transports à cout réduit, votre dépendance ne sera toujours pas à votre charge et vous pourrez continuer à profiter des thalassos payées par la sécu...mais en amont, il n'y aura plus personne pour remplir le tonneau des danaides duquel vous vous abreuvez...et ce ne sont pas les miséreux restés en France qui financeront votre train de vie de sénateur....quand dans un pays un retraité gagne plus qu'un actif; c'est que la gérontocratie se gave sur le dos de ses enfants, petits enfants et générations futures...profitez bien de ces derniers jour du monde d'avant...le véritable pouvoir est entre les mains de celui qui pousse le fauteuil, pas dans celles du gripsous assis dedans.les jeunes talents partent et ils ont bien raison.....les boites se barrent , comment le leur reprocher !!!
a écrit le 25/10/2012 à 11:19 :
Bon, on fait quoi ?
Réponse de le 26/10/2012 à 18:43 :
On peut s'en aller avec eux;
Bien cordialement
a écrit le 25/10/2012 à 11:01 :
Pas de surprise, l'UMP et le PS sont contre l'entreprise, l'un comme l'autre, ils ont rejetté la réforme de l'administration et engagé une politique de prélèvements massive dont le corollaire est l'effondrement que nous connaissons. Depuis 2000 près d'un million d'emplois d'industries en moins, ne rêvons pas, les plans sociaux, c'est la fin de l'industrie. Les politiques n'ont jamais fait que des rapports... des papiers en somme.
a écrit le 25/10/2012 à 9:44 :
quelle bonne surprise, une enquete d'opinions qui sort sa 1er edition. Deloitte est bien inspiré de nous faire un pareil barometre. qeul dommage qu'il n'ait pas eut cette idée pendant les 10 ans de l'ump. on aurait certainement vu la tres haute progression des opinions des directeurs financiers , panel de l'enquete.
Et quel dommage que l'on ne donne pas le detail de leur opinion sur les autres grands concurrents européeens et occidentaux . Mais la Tribune en bon serviteur de son pays , nous fait le focus comme il faut .... sur la seule france .... car seule la france est en cause , bien sur !!! Au fait ceux qui investissent en france (qui ne sont pas les firecteur financiers de france) continuent a venir apparemment . mais plus certainement il ya l'etude Deloitte et s'en qu'en ressortent les journaliste médias !!!
Réponse de le 23/04/2013 à 14:22 :
super bien vu ... l
a écrit le 25/10/2012 à 8:35 :
Essayer de faire comprendre l'économie à un socialiste ou a un énarque, autant essayer de faire boire un âne qui n'a pas soif.
Réponse de le 25/10/2012 à 11:31 :
Et pourtant certains alcooliques sont des anes qui boivent alors qu'ils n'ont pas soif
a écrit le 25/10/2012 à 7:42 :
encore d'horribles capitalistes qui ne pensent qu'a s'enrichir ?????? curieux pas un mot de cette enquete dans le PAF . La situation est ( tres) grave mais pas desesperee ; pour preuve il reste quand meme 3 % de DAF optimistes ( ou irresponsables )
a écrit le 25/10/2012 à 0:33 :
97% des DAF des 500 plus grandes entreprises françaises n'investiront pas en France ! Donc, seulement 15 d'entre eux prévoient d'investir en France ! Pour mémoire, les 500 plus grandes entreprises sont toutes celles ayant au moins 2000 salariés. Leurs CA cumulés représentent plus de 2000 milliards. Est-il possible d'envoyer un message d'alerte plus fort et clair ? Combien de temps encore l'autisme des politiciens va-t-il durer pour notre malheur ? Combien de temps va-t-on s'obstiner avec le socialisme destructeur ?
a écrit le 24/10/2012 à 23:43 :
Vous connaissez l'adage: donnez le Sahara à des socialistes, dans quatre ans ils achèteront du sable....
Réponse de le 26/10/2012 à 18:44 :
rectification, il vous prendront votre argent pour acheter du sable.
bien cordialement
a écrit le 24/10/2012 à 22:33 :
Dans la situation actuelle, je n'investirai certainement pas un euro en France. On peut s'accomoder de charges de personnel et fiscales élevées en travaillant de manière intelligente (recherche, innovations, productivité etc...). Mais en France, le principal problème est le vocabulaire utilisé par le gouvernement, l'attitude des politiques, le stalinisme des syndicats, la justice qui permet que des cadres soient pris en otage en toute impunité, une législation du travail anti-entreprises, une administration toute-puissante, j'en passe et des meilleures.... A cela s'ajoute qu'un pays qui fait appliquer des Lois de manière rétroactive et donc ne respecte pas ses engagements donnés dans le passé à des investisseurs (qui s'engagent sur le moyen-long terme) ne mérite pas qu'on s'y intéresse.
a écrit le 24/10/2012 à 20:54 :
Pour ma part, je ne laisserais pas la gestion de mon potager à un socialiste, je ne suis pas sur que je pourrais manger des patates!.
Réponse de le 24/10/2012 à 22:30 :
+ 1
Réponse de le 25/10/2012 à 9:13 :
Un chef d?État africain a un jour déclaré : Mes étudiants, je les envoie en URSS, ils reviennent capitalistes, je les envoie en France, ils reviennent communistes!
a écrit le 24/10/2012 à 19:42 :
Les français de l'étranger se refusent de rapatrier leurs économies en France. Ca gêne terriblement les banques françaises installées sur place car ces français ouvrent des comptes dans des banques étrangères!
a écrit le 24/10/2012 à 19:22 :
C'est tout à fait normal que les DAF réagissent ainsi. Ils sont formatés pour leur seul objectif de rentabilité maximale. Alors, un conseil à ces Messieurs-Dames : quittez l'hexagone, nous ne vous regretterons pas. Car vouloir le beurre et l'argent en temps de crise, ça n'existe qu'au paradis fiscal.
Réponse de le 25/10/2012 à 0:32 :
Et qui va faire travailler ? Comment allez vous gagner de quoi vous nourrir ? Et comment l'Etat va lever des impots ? Au lieu de dire n'importe quoi, réfléchissez un peu car ce n'est pas avec vos betises que la France va tourner rond ...
Réponse de le 25/10/2012 à 0:37 :
97% des des direceturs financiers français qui n'investiraient pas en france, ça ne vous interpelle pas ? (pas plus que le gouvernement, semble-t-il) Ils n'ont qu'à partir, dites-vous ?? Mais alors, soyez logique et ne vous plaignez pas des délocalisations !!! ..ni de la hausse continue et durable du chômage que vos inepties économiques induises !! J'espère pour votre foyer que vous ne gérer pas votre budget comme le gouvernement gère celui de notre pays, car, sinon, le surendettement vous guette !!
Réponse de le 25/10/2012 à 0:44 :
Virons les tous : quand on aura 100% de chômeurs, on sera bien tranquille !!!
Réponse de le 25/10/2012 à 8:26 :
Tu fais partie de cette cohorte de gens qui croient qu'en virant les chefs tout ira mieux !
a écrit le 24/10/2012 à 18:58 :
La France devient un pays à bas salaires.
Réponse de le 25/10/2012 à 1:20 :
FAUX : la France est au contraire un pays à très haut salaire (charges sociales inclus !) .. c'est d'ailleurs bien pour cela que plus personne n'a de travail !!
a écrit le 24/10/2012 à 18:47 :
Cela fait 6 mois que les socialistes sont au gouvernement. Le tissus économique et industriel est en ruine, je pense que les industriels et les investisseurs français sont frileux et responsables de l'état de notre société.
Réponse de le 25/10/2012 à 0:43 :
Ils ne sont pas responsables de la politique économique : il n'ont pas été élus pour cela !! Par contre, ils ont été embauchés pour analyser les faits (sans dire : ce rapport, je le classe sans suite parce qu'il ne correspond pas à ce que j'espérais !!!), rien que les faits, et en tirer les conclusions pour les investisseurs qui les emploient : doivent-ils investir plutôt en France ou plutôt ailleurs ? Doivent-ils embaucher plutôt en France ou plutôt ailleurs !! .. et la politique attractive du gouvernement en la matière ne plaide pas en faveur de notre pays ... maintenant soit on regarde la réalité en face, soit le "navire lancé à pleine vitesse" de moscovici va se jeter droit sur les rochers à l'image du concordia ! .. souvenez-vous juste d'une évidence rurale que vous semblez avoir oubliée : On n'attire pas les abeilles avec du vinaigre !
a écrit le 24/10/2012 à 18:37 :
il ya 2 semaines,toute la presse économique et politique a criée que Paris c'est la 1ère ville au
monde pour les investisseurs de tout bord,avant NY-Tokyo-etc.Les produits du luxe cartonnent
dans les 4 coins de la terre,les grands crus,les champagnes,etc.etc.
Mais alors les DAF français sont des farceurs ou c'est la susdite presse qui nous arnaque?
Souvent à lire vos articles/réportages,je suis pris par des doutes et je pense que vous nous
prenez pour des cons.Question: la France c'est un Pays à risque,oui ou no ?
Avec une croissance zero,déficit dantesque,balance commerciale en ibernation,quoi faire?
a écrit le 24/10/2012 à 18:34 :
Mais si les fonctionnaires ont toute confiance, comme les maires, les fonctionnaires départementaux, les fonctionnaires des régions, les fonctionnaires de l'état central, les fonctionnaires de la nation, les fonctionnaires de l'outre mer, les fonctionnaires de Bruxelles, cela fait tellement de monde qu'il ne devrait pas y avoir de rechercheur et euses d'emplois !
a écrit le 24/10/2012 à 18:32 :
Il faut coller cette information sur la porte de l'Elysée.
Réponse de le 25/10/2012 à 7:42 :
qui s'en contrefout !!! du moment que le salaire de hollande est versé, tout va bien !!!!!!!
a écrit le 24/10/2012 à 17:40 :
et ce qu'ils coûtent à l'entreprise?..parceque c'est un peu facile de vitupérer sur le coût du travail des autres..... sans remettre le sien en cause.....
Réponse de le 24/10/2012 à 18:14 :
Et meme si ceux-ci etaient payes au SMIC, cela change quoi...est-ce que leur jugement aurait plus de valeur?????
Réponse de le 24/10/2012 à 20:00 :
s'ils étaient moins grassement payés, leur jugement serait donc mécaniquement plus rentable, puisque moins onéreux pour la boîte qui les paye... CQFD. C'est bien beau de parlant tout le temps du "coût du travail" comme si c'était le nouveau "cancer" de la France. Et si on parlait aussi du coût du capital ? Du coût du managemenent (le salaire de Carlos Goshn seul représente 1000 Smic, on pourrait en sauver des emplois non ?) Arrêtez de toujours suivre le vent dominant, think un peu différent de temps en temps !
Réponse de le 25/10/2012 à 2:03 :
c'est bien Francais cela, coupons les tetes qui depassent pour sauver les autres, mais les autres seraient-ils pour autant sauve???
Réponse de le 25/10/2012 à 7:52 :
je vous signale qu'un directeur financier est licenciable dans l'instant ce qui n'est pas votre cas, par ailleurs, un directeur financier a la responsabilité des finances de l'entreprise, il est donc bien placé pour conseiller le patron dans les investissement de l'entreprise.
par ailleurs, il est fort peu probable qu'un directeur financier au smic ne soit très performant !
alors me direz-vous, si les autres étaient payés au-dessus du smic, ils seraient plus performants ?
le salaire est fortement fonction des performances de chacun mais aussi de l'entreprise : une entreprise performante est aussi une entreprise qui n'a embauché que fonction de ses besoins très limités, mais également des gens très bien formés, et en France le directeur financier est nettement mieux formé que le technicien.
La formation en France est tellement nulle que l'on comprend que les salaires soient bas !!!
et son salaire est fonction, bien évidemment, de la masse salariale qu'il a, a gérer : si il y a 20 000 personnes ou 200 000 personnes, il n'aura pas le même salaire !
a écrit le 24/10/2012 à 17:36 :
Effarant ... à croire que nos gouvernants fonctionnaires ne lisent jamais le web ....
a écrit le 24/10/2012 à 17:35 :
Allez haut les coeurs, un petit coup de Jean Pierre Pernaut et ça repart ...
a écrit le 24/10/2012 à 17:30 :
Rien ne peut faire réfléchir des politiciens idéologues. C'est quand le peuple sera dans la rue qu'ils comprendront peut-être et encore. Ils sont tellement fascinés par les lambris dorés des locaux qu'ils occupent qu'ils ne pensent pas un seul instant que la route qu'ils suive est la mauvaise.
a écrit le 24/10/2012 à 17:28 :
Ah oui, c 'est vrai le coût du travail est élevé, il faut peut-être revoir la rémunération des DAF
Réponse de le 24/10/2012 à 18:59 :
Non, il faut tailler très fortement dans les dépenses publiques et revoir le coût du travail. Mais, pour cela , il nous faudrait un président compétent(c'est le contraire) et courageux - ce n'est pas le cas.
Réponse de le 24/10/2012 à 21:23 :
Très bien vu, Anofab. Mais si un cadre se remet trop en question, il vaut mieux qu'il change de pays. Ce qui ne serait pas un mal dans le sens où la France est le seul pays à offrir tant d'avantages. Comme d'hab, tout le monde veut les avantages sans les inconvénients...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :