J-3 pour le retour partiel de la retraite à 60 ans

 |   |  480  mots
Copyright Reuters
Le décret permettant aux personnes ayant commencé à travailler à 18 et 19 ans de partir à la retraite à 60 ans entre en application jeudi 1er novembre. 27.000 personnes ont déjà demandé à profiter de cette disposition, promesse du candidat Hollande.

L'une des promesses emblématiques du candidat François Hollande va entrer en application jeudi 1er novembre. De fait, certains salariés vont pouvoir partir à la retraite plus tôt que prévu, dès jeudi, avec l'entrée en vigueur du "décret Hollande", étendant le dispositif "carrières longues".

Concrètement, avec le décret arrêté au printemps dernier (et publié le 3 juillet au "JO"), quelques semaines après l'élection à la présidence de François Hollande, les salariés ayant commencé à travailler à 18 ou 19 ans ont ainsi obtenu le droit de partir à 60 ans, sans attendre l'âge légal qui doit atteindre progressivement 62 ans en vertu de la réforme de Nicolas Sarkozy de 2010.

Extension du dispositif "carrières longues"

Ils devront toutefois justifier de la totalité de la durée de cotisation requise, soit 41 ans ou 41,5 ans en fonction de leur année de naissance. Autre condition: avoir travaillé au moins cinq trimestres avant la fin de l'année civile des 19 ou 20 ans (quatre pour ceux nés en fin d'année). En fait, il s'agit d'une extension du dispositif "carrières longues" adopté en 2003 qui permettait déjà aux salariés ayant débuté leur carrière avant 18 ans de partir plus tôt. Le décret ajoute un bonus pour les mères et les chômeurs qui se voient octroyer deux trimestres "réputés cotisés", au titre de la maternité pour les unes, au titre des périodes chômées pour les autres. Une façon de compenser les inconvénients du dispositif "carrières longues" qui désavantageait les salariés à la carrière discontinue, souvent des femmes.

27.000 demandes déposées, 182.000 bénéficiaires potentiels

Selon la ministre de la Santé, Marisol Touraine, 27.000 demandes ont été déposées fin septembre, dont 80% ont reçu une réponse positive. Ces dossiers concernent pour l'essentiel des départs en novembre, décembre, janvier ou février, précise la caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav). Environ 110.000 personnes devraient profiter du décret en 2013, selon le gouvernement. A terme, en 2017, sur 690.000 départs prévus pour le régime général (salariés du privé), 182.000 devraient se faire à 60 ans, estime la Cnav. Pour financer la réforme, les cotisations salariales comme les cotisations à la charge de l'employeur seront, à terme (1er janvier 2016) chacune, augmentées de 0,25 point.

Reste un point délicat: le financement de cette mesure par les régimes de retraites complémentaires (Agirc et Arrco) gérés par les partenaires sociaux. Selon Philippe Pihet (FO), le coût du décret représentera pour eux 300 millions d'euros en année pleine en 2013, puis augmentera progressivement pour atteindre 1,2 milliard vers 2025, avant de diminuer. Syndicats de salariés et patronat doivent ouvrir le 22 novembre des négociations sur la situation financière compliquée de ces régimes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2012 à 14:16 :
182000 bénéficiaires potentiels ce sera toujours cela de moins au chômage !!!
a écrit le 29/10/2012 à 14:15 :
Qui va ^payer pour ceux qui parrtent? pas sur qu'ils soient remplacés...
Une harmonisation urgente des retraites publiques privés doit etre votée, il n'y a plus de pognon !!!! combien de pauvres en retraite d'ici 5 ans !!
a écrit le 29/10/2012 à 13:42 :
c'est un scandale, les politiques français, peu conrageux, ne s'intéressent pas au moyen et long terme
a écrit le 29/10/2012 à 13:01 :
combien ça coute ? une mesure imbécile de plus Vive Hollande
a écrit le 29/10/2012 à 11:55 :
Pourquoi mettre des photos de personnes très âgées quand on parle de personnes de 60 ans qui partiront à la retraite prochainement ? Cette confusion des genres pénalise vraiment les quinquagénaires surtout dans la recherche de travail.
Non une personne qui atteint 60 ans , n'a pas du tout le physique d'une personne de 80 ans !
a écrit le 29/10/2012 à 11:42 :
Les taxes que l'état prélève sur les citoyens ne sont pas versées au buget de la Sécurité Sociale et donc impactent directement les retraites soit un manque à gagner de 20 Miliards d'euros !

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/videos/37407
a écrit le 29/10/2012 à 11:27 :
Le chômage n'est pas l'unique raison du déficit des régimes des retraites complémentaires de l'AGIRC et l'Arco mais bien de la couardise et de la lâcheté des politiques de Droite et de Gauche

1,3 milliard d'euros pris à la CNAV pour financer les pensions des agents EDF-GDF !
Une fois encore, on pille les retraites du privé au profit des agents publics :
De quoi s?agit-il ?
En 2005, les pensions des agents EDF étaient mises à la charge de la Cnav. Compte tenu d?un rapport cotisants/retraités désastreux, EDF-GDF devait payer chaque année une compensation financière. « Opération neutre pour la Cnav ! » avait-on juré la main sur le c?ur.
Le problème, c?est que le compte n?y est pas : 5 ans après, il manque 1,3 milliard dans la caisse de retraite du privé. C?est ce que révèle la Cour des comptes dans son dernier rapport sur la sécurité sociale.
Ce pillage est d?autant plus scandaleux que l?intégration du régime EDF-GDF n?a en aucun cas remis en cause les avantages exorbitants des agents publics des industries électriques et gazières :
- Départ à 55 voire 50 ans pour les agents dits « actifs » (57 et 52 ans après la dernière réforme, mais pas avant? 2023)
- Des pensions représentant 75 % du dernier salaire, garanties à 100 %
- Des avantages « maison » en pagaille...
Le comble, c?est que ces avantages extravagants sont déjà payés par le contribuable à travers la CTA, taxe spécialement créée à cet effet, que nous retrouvons sur notre facture.

Collectif Sauvegarde Retraite au 53 rue vivienne, 75105 Paris Cedex 02.
a écrit le 29/10/2012 à 11:26 :
Remettre 2 millions de chômeurs au travail, tout à fait d'accord, mais car il y a un mais, que fait-on avec les seniors (à partir de 40-45 ans) qui ont été remercié ou pousser dehors à l'aide de la rupture conventionnelle que fort peu d'entreprises veulent embaucher.
Ensuite, autre point à méditer, passer de 35 heures travaillées à 50 payées 35 permettrait de remettre beaucoup de monde au travail à court terme.
Enfin, la retraite à 60 ans est une méga connerie qui pourrait être exposée à Sèvres en tant qu'étalon de la dite chose. Pourquoi ? Parce que nous vivons plus vieux, beaucoup plus vieux et que l'âge de la retraite avait été calculée en fonction d'une espérance de vie garantissant l'équilibre des caisses de retraite par le biais de décès, or cet équilibre est rompu aujourd'hui par la génération de 68 qui n'a pas voulu se multiplier (mais qui a fortement copulé) d'où un manque de cotisants, par la baisse du temps de travail qui a mis à mal notre compétivité. Mais les politiques, et, surtout les syndicalistes ne veulent surtout pas regarder ce problème en face.
a écrit le 29/10/2012 à 11:00 :
Le problème n'est pas l'extension du dispositif carrière longue aux salariés ayant commencé à travailler avant 20 ans il ne s'agit que de justice sociale les entreprises se frottent d'ailleurs les mains à l'idée de pouvoir faire partir
ces salariés avant 62 ans... Le coût et le déficit de tous les régimes sociaux reste avant tout lié à l'explosion du chômage et aux multiples exonérations de charges dont usent et abusent les entreprises !! Remettons 2 millions de chômeurs au travail à plein temps et il n'y a plus de déficit des régimes sociaux!!!!!
a écrit le 29/10/2012 à 10:08 :
bonjour l'addition...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :