Comment Hollande va baisser les charges des entreprises

 |   |  375  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le chef de l'Etat va baisser les charges, comme le préconise le rapport Gallois. Mais il ne retiendra pas le schéma proposé par l'ancien patron d'EADS. L'exécutif s'oriente vers un crédit d'impôt accordé aux entreprises qui investissent et maintiennent l'emploi. Une solution plus complexe qu'un simple allègement des charges sociales. Elle a pour mérite de baisser effectivement les coûts des entreprises tout en décalant à 2014 le manque à gagner pour les finances publiques

François Hollande ne baissera pas directement les charges sociales des employeurs, comme le préconise le rapport Gallois. Car il se refuse à augmenter les prélèvements sur les consommateurs dès l'an prochain, et ne veut pas entendre parler de la forte hausse de la CSG (+2 points) préconisée par Louis Gallois. Pour autant, l'exécutif a été convaincu par l'ancien patron d'EADS de diminuer le coût du travail. Mais cet allègement, indirect, prendra une autre voie : comme l'a révélé le point.fr, les entreprises bénéficieront d'un crédit d'impôt dès lors qu'elles investissent et maintiennent l'emploi. Autrement dit, leur impôt sur les bénéfices serait fortement diminué : au total, une fois le système monté en puissance, à hauteur d'une vingtaine de milliards, soit près de la moitié du rendement actuel de l'Impôt sur les bénéfices des sociétés. S'agissant des entreprises qui ne réalisent pas de profits, un système de crédit d'impôt signifie simplement que l'administration leur reversera un chèque correspondant.

Une usine à gaz... qui permet de gagner du temps

Quel est l'intérêt d'opter pour un tel système, qui s'apparente à une usine à gaz, alors que l'allègement des charges patronales aurait eu le mérite de la simplicité ? Le coût pour les finances publiques sera la même qu'une baisse des cotisations. Mais le schéma retenu, s'il se confirme, aura un gros avantage budgétaire : celui de décaler dans le temps le manque à gagner pour le budget de l'Etat. Les entreprises seraient assurées dès 2013 de voir leur impôt baisser, et seraient donc encourager à investir et embaucher, mais l'allègement ne serait effectif qu'en 2014. Ce qui permettrait de gagner une précieuse annéen du point de vue de l'Etat.
Et, du coup, les hausses de prélèvements sur les ménages envisagées en contrepartie -on parle de fiscalité écologique, et même d'un relèvement du taux normal de TVA, de 19,6% à 20%- n'entreraient en vigueur, aussi, qu'en 2014. Soit une année pour respirer...
En outre, ce schéma a pour mérite de laisser le temps de la réflexion...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2012 à 16:41 :
Les socialistes ont supprimé l'augmentation de la tva sociale et maintenant ils augmentent la TVA et cerise sur le gâteau augmente la CSG et les impôts locaux car 53% des Français ne paient pas l'IRPP mais avec la baisse des dotation aux collectivités locales les impôts locaux vont flamber. Mais heurusement les élus socialistes pourront continuer à cumuler les mandats et les indemnités. Ouf ! !
a écrit le 06/11/2012 à 14:09 :
Quel pataques pour rien ! C'est bien beau de moduler l'IS de la sorte, n'empêche que l'on ne touche toujours pas réellement au coût du travail. Le coût du travail c'est le coût du salaire et pas la dernière ligne du bilan... Je suis manager dans une PME et on ne pilote pas une entreprise à partir du taux d'IS, c'est du grand n'importe quoi ! Ces atermoiements n'empêcheront pas nos usines de fermer les unes après les autres et il sera toujours plus intéressant de délocaliser pour éviter de fermer.
Réponse de le 06/11/2012 à 16:13 :
il ne s'agit pas du taux d'IS.... Mais d'un remboursement à partir du montant de l'IS payé donc IS=0 en 2013 alors chèque en 2014. rien avoir avec le taux de l'IS. il faut mieux lire pour mieux comprendre. cela permet de ne pas tuer la consommation en 2013.
a écrit le 06/11/2012 à 13:44 :
Il aurait fallu faire la réduction de charges, directement. Cela aurait eu le mérite d'être visible, d'avoir un impact direct sur le coût du travail, notamment lors des comparaisons avec les autres pays. L'idée de TVA sociale de Sarkozy n'était pas mauvaise si elle avait été cantonnée aux secteurs soumis à la concurrence étrangère (industrie manufacturière et services soumis à la concurrence d'acteurs étrangers tels que les compagnies aériennes, les centres d'appel, etc). C'était la moins mauvaise solution. Avec Hollande on se retrouve avec un coût du travail identique mais un crédit d'impôt, et une usine à gaz supplémentaire pour la mise en oeuvre. Donc cela revient à faire baisser le coût d'IS. je ne suis pas sûr que c'est ce que les employeurs réclamaient. Il n'y avait pas de réel problème de taux d'imposition.
a écrit le 06/11/2012 à 9:58 :
Ouf, nous avons échappé aux cadeaux aux patrons. Donner 30 milliards aux entreprises sans aucune garantie que cet argent serait effectivement utilisé à l'innovation ou à l'emploi aurait été une insulte de plus faite aux salariés. Voir le scandale de la TVA réduite pour les restaurateurs. Là, j'accepte de payer plus d'impôts parce qu'il y a une vraie chance que mes impôts servent à quelque chose d'autre que d'engraisser un peu plus ceux qui n'en ont pas besoin.
a écrit le 06/11/2012 à 7:28 :
Quel est l'avis de la Cour des Comptes? Je préfèrerais que le Parlement vote un bilan et un compte d'exploitation prévisionnels, plus simples à suivre qu'un budget agrémenté de collectif.
Réponse de le 06/11/2012 à 9:09 :
il faudrait surtout que le budget français soit voté APRES avoir fait le point des recettes prévues,plutot que de prévoir de nouvelles recettes(impots/taxes,etc...)après avoir voté le budget;les spécificités françaises ont le vie longue... sinon on continue notre systeme"madoff":on distribue maintenant ce qu'on espère(??)gagner demain
c'est tout de meme curieux qu'on sache qu'une pyramide de ponzi est interdite en"finance internationale",mais bénéfique pour un état
a écrit le 06/11/2012 à 6:11 :
Plus que 4 ans 5 mois et quelques jours...
a écrit le 06/11/2012 à 6:05 :
Entendu ce matin sur RTL, une hausse de TVA de 19,6 à 20 pc est prévu pour 2014. Achetez les biens à renouveler avant la hausse (Voiture, télé, réfrigérateur, etc...) qui vous permettront de tenir jusqu'à la prochaine élection.
Réponse de le 06/11/2012 à 12:36 :
Ha bon, c'est bizarre, ce n'est pas ce gouvernement qui à annuler l'augmentation de la TVA pour la remettre en place. Quelle force de décision!
a écrit le 06/11/2012 à 5:41 :
C'est pas la peine d'ergotter sur l'emploi c'est un échec. Les familles de salariés sont décimées alors que les fonctionnaires font carrière. Ainsi 75% des jeunes ne veut plus aller dans les entreprises, c'est logique....
a écrit le 06/11/2012 à 3:34 :
voila qui prendrait bien en compte la fâcheuse tendance des entreprises françaises à ne pas investir suffisamment et continuellement. Le coût du travail baisse avec la productivité tandis que la qualité, l'image de l'offre croissent avec l'investissement. Cercle vertueux qui ne peut se jouer que sur la durée et qui remplace avantageusement la chasse aux avantages ponctuels qui ne font qu'améliorer le bas de bilan s'il permet à chacun de participer à un objectif clair et connu de tous ( si on s'en donne la peine).
C'est du win - win si rare en France.
Pas besoin de retourner aux reves de la belle époque mais de comprendre que dans un monde nouveau dont on ne peut s'isoler, la réussite vient de la projection en avant. Il n'y a pourtant pas loin de l'image du luxe que nous avons encore à celle de la qualité que nous pourrions gagner, juste de l'investissement en machine et en homme avec la volonté partagée de gagner ce pari plutôt que d'envoyer le partenaire au tapis. .
Réponse de le 06/11/2012 à 7:31 :
Si le gouvernement confirme son plan, crédit d'impôt donc baisse de l'IS, c'est plutôt bien, dommage qu'il faille attendre 2014. La réduction des charges patronales auraient eu un effet d'aubaine pour certaines entreprises, voyez les effets de la baisse de la TVA pour la restauration (peu d'impact sur l'emploi, pas de bénéfice pour le consommateur...).
a écrit le 06/11/2012 à 3:09 :
Le gouvernement actuel est face à un dilemme: s'il baisse les charges sociales cela nécessite un besoin de financement alors qu'il s'est engagé à respecter un déficit public de 3% pour 2013 et il doit trouver de nouvelles sources de financement qui peuvent entrainer une baisse de la consommation qui à son tour entraînerai une aggravation de la récession. D'un autre côté, une baisse directe des cotisations sociales aurait eu ceci de bénéfique en termes d'image pour la France réputée pour avoir une main d'oeuvre chère et aurait pu accélérer la création d'emplois. Là on choisit une voie moyenne pour concilier les impératifs budgétaires et l'objectif politique mais en termes de visibilité économique et politique, on rate le coche!
Réponse de le 06/11/2012 à 13:53 :
Tout à fait d'accord : la réforme n'apporte aucune visibilité économique, cela rend encore plus complexe et opaque la fiscalité des entreprises, déjà mise à mal par les réformes de ces dernières années. Il aurait fallu rappeler au gouvernement que les entreprises n'embauchent pas sur une promesse de baisse d'impôt (d'ailleurs l'instabilité fiscale qui caractérise notre pays remet en question le bénéfice attendu de cette "promesse"), les entreprises embaucheront en France lorsqu'on sera revenu à des niveaux normaux de compétitivité et coût du travail.
Réponse de le 11/01/2013 à 5:07 :
On va au plus simple sans trop réfléchir. Ponctionner ne veut pas dire relancer
a écrit le 06/11/2012 à 3:06 :
Il va encore faire les poches de la population, augmenter le chômage et la pauvreté, mentir et s'enrichir à faire fortune en précipitant les jeunes dans le servage. En quoi est-ce bénéfique pour notre société?
a écrit le 06/11/2012 à 2:55 :
Ce terme qu'on emploie usines à gaz, on pourrait mettre ça au clair? N'a-t-on pas des suicides en masse dans les entreprises françaises? La baisse des charges n'y changera rien car on dit que les entreprises qui exportent exportent. C'est un problème de déploiement: le fameux Mittelstand que nous n'avons pas, des entreprises moyennes, de forte technologie et exportatrices. Notre balance est bien déficitaire, nous sommes un panier perçé. L'histoire du déficite, ne la prenons pas à la légère, 117 milliards de salaires et pensions du public et en parallèle 56 milliards de déficit en Juin. Doublez la somme vous obtenez 112... une paille. Donc le niveau de vie des français, adios...
a écrit le 06/11/2012 à 2:00 :
C'est bizarre, car 30 milliards de charges, c'est une TVA à 25%... aurait-on des Nérons et des Caligula à la fois come politiques? Voyez comme l'Europe devient un lieu abiotique, enfin, pas partout.
a écrit le 06/11/2012 à 0:08 :
La vraie crise, vite, qu'on sorte de l'Europe, de l'?uro, qu'on reprenne nos billes, qu'on nationalise les banques, les assurances, qu'on revienne à de vrais services publics, au franc, qu'on exige une réciprocité dans les échanges et qu'on se dirige nettement vers la transition énergétique en laissant les gaz de schistes où ils sont. Tout autre chose préconisée par le Rapport Gallois, les 2 d'un autre âge... Le monde va changer, et ce n'est ni à l'Est, ni à l'Ouest qu'existent les bonnes solutions.
Réponse de le 06/11/2012 à 0:41 :
Tu peux toujours aller vivre en Chine, cela représente plus tes valeurs ! Il y a aussi l'ex union sovietique et Cuba poulet !
Réponse de le 06/11/2012 à 2:03 :
Vous incriminez la finance, n'est ce pas l'Etat qui a décrété qu'elles auraient seulement 8% de fonds propre et le reste en crédits? Une banque n'est sûre qu'à 100%...
Réponse de le 06/11/2012 à 3:18 :
Non, ce n'est pas l'etat et le chiffre en plus est faux.
a écrit le 06/11/2012 à 0:08 :
La vraie crise, vite, qu'on sorte de l'Europe, de l'?uro, qu'on reprenne nos billes, qu'on nationalise les banques, les assurances, qu'on revienne à de vrais services publics, au franc, qu'on exige une réciprocité dans les échanges et qu'on se dirige nettement vers la transition énergétique en laissant les gaz de schistes où ils sont. Tout autre chose préconisée par le Rapport Gallois, les 2 d'un autre âge... Le monde va changer, et ce n'est ni à l'Est, ni à l'Ouest qu'existent les bonnes solutions.
a écrit le 06/11/2012 à 0:02 :
"Tant que la politique sera l'affaire de professionnels, les intérêts personnels passeront toujours avant les intérêts communs" Livre idéaliste "les corps indécents". Ces gens sont incompétents pour la simple raison qu'ils n'ont jamais gagné un sou de leur vie mais toujours vécu grassement sur le dos des autres. La gestion d'un pays devrait être confiée à des personnes expérimentées, chefs d'entreprises, commerçants, créateurs etc. qui ont déjà fait leurs preuves.
a écrit le 05/11/2012 à 23:54 :
Monsieur Best,

Vous auriez du écrire: "Car il se refuse réduire les dépenses de l'état , à augmenter les prélèvements sur les consommateurs dès l'an prochain, et ne veut pas entendre parler de la forte hausse de la CSG (+2 points) préconisée par Louis Gallois." Le raport Gallois indique clairement que la réduction des dépenses de l' état est envisageable pour financer la réduction des charges sociales.
a écrit le 05/11/2012 à 23:53 :
il me semble que c'est déjà fait...

Le temps de la réflexion est passé, il faut se réveiller et accepter le fait que l'état providence vivant à crédits, qu'il croyait illimités (ainsi que tous les Français ou tout du moins une bonne partie des Français) est mort!

On ne peut pas toujours moins travailler, moins créer de richesse, et toujours en vouloir d'avantage, ça n'est pas compatible. Les Français, les derniers enfants gâtés de l'Europe! Le reveil va être très douloureux!
Réponse de le 06/11/2012 à 2:59 :
Quels éléments de preuve? C'est déjà un désastre mais c'est sûr le pire est devant nous.
a écrit le 05/11/2012 à 23:43 :
Donc, si je comprends bien, il est urgent d'attendre... d'être dans le mur!!!
Pour le gaz se schiste... nous resterons dans la crise, mais écolo... il y avait sûrement moyen d'avancer et de durcir les contrôle!
Vous verrez... quand ils nous auront bien mis dedans ils prélèveront sur les assurances vie et les livrets A... ce sera, encore une fois, les épargnants qui auront la note à payer!
Quand à réorganiser le mille feuilles de nos très chères structures administratives pour faire des économies... ils ne vont pa scier la branche sur laquelle ils sont si confortablement assis!
Réponse de le 06/11/2012 à 0:00 :
vous avez tout à fait raison. Les épargants particuliers seront les premiers à perdre... l'augmentation du plafond du livret n'a que ce but. Il faut savoir qu'une partie de l'épargne est investi dans les obligations d'états, qui ne seront pas honorées quand l'état fera faillites. Il y va de même d'une partie de chaque assurance vie, les fonds proposés par les banques comportant souvent une part d'obligations d'états... Mais chut, il ne faut pas le dire à tout le monde, il faut un maximum de pigeons!
a écrit le 05/11/2012 à 23:34 :
Les enjeux actuels méritent mieux que de sordides maquignonage de congrès type 4ème république. Hollande n'est vraiment pas à la dimension du job.
a écrit le 05/11/2012 à 23:32 :
Je crée une entreprise, j'investis 100 sous et recrute 2 pékins. Je ne gagne pas d'argent car je débute. Vais-je recevoir un chèque ? Si oui je l'encaisse et ferme mon bouzingue puis recrée une entreprise etc... ah zut non nous ne sommes pas en Corse, mais bon, les bonnes pratiques ça s'exporte aussi.
a écrit le 05/11/2012 à 23:04 :
Ce menteur professionnel va encore sodomiser les français à grand coup de taxes. Il n'y a que cela qu'il sait faire
a écrit le 05/11/2012 à 22:03 :
Encore une usine à gaz inventée par les enarques sui gouvernent le pays. Avec une crise sans précédent en vue.
a écrit le 05/11/2012 à 21:22 :
honnetement, je crois que les particuliers qui ont du talent et du courage n'osent rien entreprendre ni créer avec toutes les lois et les papiers à remplir,
je me rappelle que petit il y avait en france des fabriques, des ateliers, des petites usines partout, partout, de gants, de chapeaux, de sucres d'orge, de billes, de caramels, d'instruments de musiques, d'ustensiles de cuisine, de ciseaux, de bonnets, de cartes à jouer, de moulins à café, de cerf volants, ...ce ne sont plus que des objets vintage dont certains s'arrachent à prix d'or
maintenant qui irait créer une fabrique de quoi que ce soit, effrayé par toutes les lois à prendre en compte
Réponse de le 05/11/2012 à 21:46 :
... Et des lois mal pensées, qui changent en permanence. Je passe en moyenne 30% de mon temps à 1/ me renseigner sur les évolutions de la loi et 2/ à comprendre ou chercher à me faire confirmer ce que "veut dire" le Législateur... Tout en ayant l'épée de Damoclès de l'administration au-dessus de la tête car son interprétation vient toujours 1 ou 2 ans après, et n'est jamais simple à anticiper. L'article central du code de l'urbanisme a changé 37 fois ces 9 dernières années. M. Gallois rappelle que la "taxe professionnelle" a vu son régime changer 68 FOIS en 35 ans... Et tout est à l'avenant. On ne peut plus travailler avec des lois d'aussi mauvaise qualité. J'attends avec beaucoup d'impatience le rapport Jospin. Il faut limiter les mandats dans leur cumul 1/ de fonction et 2/ de durée. 1 seul mandat, dans tous les sens du terme. Voila qui secouerait beaucoup d'immobilismes et de conservatismes.
Réponse de le 05/11/2012 à 23:29 :
Un député est supposé fournir un travail législatif et donc faire des propositions de lois ou des amendements aux lois existantes. Il participe aux commissions où chacun y va de son grain de sel. C'est à l'aune de leur production que nos députés sont évalués, la gloire consistant à voir une loi ou un dispositif porter un jour votre nom. Assez peu d'efforts sont consacrés par nos législateurs à l'examen critique de l'existant. On rajoute donc des couches à des couches de textes rendant le tout compliqué et sujet à interprétation, et encore quand l'administration elle-même s'y retrouve. Mais cela permet d'entretenir une cohorte d'agents publics qui s'y consacrent. Et nous pauvres citoyens qui ne sommes pas censés ignorer la loi, nous vivons dans le danger permanent de l'enfreindre.
a écrit le 05/11/2012 à 21:16 :
C'est malin. C'est bien pensé et équilibré. Si ce gouvernement annonce 10 milliards d'euros d'économie de plus, ça va dans le bon sens. Le problème n'est pas vraiment le coût du travail, mais la ponction sur la valeur ajoutée, très supérieure en France par rapport à la moyenne européenne. Les solutions sont connues : maîtrise salariale, baisse des dépenses publiques. Et en face: investissement, innovation, recherche, gains de productivité. J'espère vraiment que cet abaissement des charges sera le plus large possible, car l'industrie a des salaires élevés et consomme beaucoup de services (bureaux d'études, conseils divers, etc.) qui requièrent une main d'oeuvre logiquement coûteuse.
C'est bien. Si cela se concrétise, pour ma part, je commencerai à reprendre un peu confiance.
a écrit le 05/11/2012 à 21:10 :
et oui, c'est ca comment vont pouvoir voter les parlementaires s'ils ne comprennent pas non plus, car c'est compliqué?
Bon c'est mon dernier commentaire, car je vais me consacrer à ma nouvelle passion la musique.
a écrit le 05/11/2012 à 21:02 :
avec un impot a 65 % qui va investir en france
a écrit le 05/11/2012 à 20:56 :
Tout est dit dan slrs trois lignes qui suivent...
"Pour remédier au «problème de compétitivité» de la France, les experts du FMI préconisent une baisse des charges financée par une hausse de la TVA, un assouplissement du marché du travail et la modération du smic."
(source Le Figaro)
a écrit le 05/11/2012 à 20:53 :
Je ne comprends RIEN à ces nouvelles mesures.
a écrit le 05/11/2012 à 20:50 :
En parlant passif, doit-on dire père ou bourreau de l'Europe, député d'où ou des putes d'où?
a écrit le 05/11/2012 à 20:44 :
Le temps que soient définis les critères qui permettront de bénéficier de ce crédit d'impôt, que soient listées les exceptions, évaluées les exemptions et enfin installées les diverses administrations nécessaires à la gestion de ce dispositif nous serons en 2014. Ne pas augmenter même modestement à la TVA relève du dogmatisme pur.
Réponse de le 05/11/2012 à 20:59 :
c'est vrai, maintenant les cadres dans les administrations de gestion travaillent plus dur que dans le privé, et vont craquer nerveusement
a écrit le 05/11/2012 à 20:43 :
les lois changent toutes les semaines, et sont de plus en plus compliquées, et mécconnues
je viens d'apprendre qu'après un diagnostic immobilier au plomb, votre dossier est transmis à la préfecture si vous avez des peintures écaillées? Le saviez vous?
a écrit le 05/11/2012 à 20:42 :
bon alors les auto-entrepreneurs vont subir une hausse de leurs charges,mais on leur fera un crédit d'impot !pareil,on supprime la taxe professionelle et on institue la taxe foncière des entreprises.franchement,qui peut y croire encore a part les journalistes?
a écrit le 05/11/2012 à 20:22 :
La cigalière va-t-elle danser?
a écrit le 05/11/2012 à 20:13 :
Il serait trop simple de baisser tout simplement les charges , mais non on préfère créer une énième usine à gaz histoire de noyer le poisson ... lamentable ..
a écrit le 05/11/2012 à 20:06 :
Comment Hollande va baisser les impôts et taxes des particuliers ?
Réponse de le 05/11/2012 à 20:18 :
Vous vivez sur des déficits depuis 4 décennies, ça s'accumule...
a écrit le 05/11/2012 à 19:56 :
Peut-être faudrait-il VRAIMENT être socialiste et commencer à taxer VRAIMENT les plus gros rentiers et plus grosses entreprises internationales. (soit, "communistes")... Mais la crise vous poussera à le faire, je vous "rassure". Quand vous devrez nationaliser des pans entiers, là, VOUS ferez VRAIMENT votre boulot de penser à votre pays.
a écrit le 05/11/2012 à 19:41 :
Pas de problème ! Pour baisser les charges des entreprises, il va augmenter les impôts qui pèsent déjà sur les classes moyennes, précisément celles dont "ParaNormal" assurait qu'elles ne seraient pas touchées. Mais surtout pas faire les économies si évidentes qu'elles sont dans la bibliothèque de rapports émises par quantité de commissions, le clientèlisme politique interdisant de mettre en péril les avantages acquis par les copains.
Réponse de le 05/11/2012 à 20:04 :
Pourquoi dites-vous cela, tout le monde sait que les allemands ont supprimé 3 millions de fonctionnaires, repris l'Est et ils ont 6% de chômeurs en voie vers le plein emploi. Pour l'instant les américains sont en baisse, mais ils ont le déficit à traiter, les allemands eux ne l'ont pas. Conclusion, un système équilibré fonctionne on dira moins mal que les autres. Nous on fait dans sado-masochisme.
a écrit le 05/11/2012 à 19:41 :
La réalité est nettement moins drôle, la France n'a PLUS LE DROIT de décider vous êtes tous d'une naiveté hallucinante, tout devra passer par Bruxelles, la France tout le monde s'en fiche cette vieille gloire est terminée. Quand est-ce que cela sera compris ???!!! Marie France Garaud le dit très très bien et avec une évidence totale. Hollande ne peu que faire mine il ne sert absolument à rien et on peu dire que ça se voit un peu quand même ! http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DWlGMTcnGK0
a écrit le 05/11/2012 à 19:26 :
Comment faire simple quand on peut faire compliquer, ou comment repousser a demain ce que l'on peut faire le jour même. Le gouvernement n'ose pas faire de reforme et baisser ses dépenses, il préfère mettre en place une usine a gaz.
Réponse de le 05/11/2012 à 20:07 :
compliqué
Réponse de le 05/11/2012 à 20:41 :
Flamby serait-il expert en procrastination ? Pourtant j'avais cru que le changement était pour maintenant...
Réponse de le 06/11/2012 à 7:27 :
le changement c'était passer d'un petit nerveux qui changeait tout tout le temps à un gros mou qui ne change jamais rien
a écrit le 05/11/2012 à 19:21 :
Aujourd'hui l'immigration ne suffit plus à faire baisser les salaires ; il faut donc un créer choc et diminuer la rémunération du travail par une baisse significative du salaire Brut.
Réponse de le 05/11/2012 à 20:09 :
il faut une règle de droit.
Réponse de le 05/11/2012 à 22:36 :
Bientot l'europeen travaillera pour un bol de riz, un quignon de pain et 2 coups de fouet ! Et vive le succes de l'Euro !
a écrit le 05/11/2012 à 19:20 :
je trouve cela intelligent car si on aurait fait 30 milliards de reduction du deficit plus 20 milliards de baisse de charge en meme temps, on aurait eu droit à une grosse recession
Réponse de le 05/11/2012 à 19:36 :
Bonjour et MERCI d'avoir eu le courage d'écrire du "positif" dans tout cela.
Réponse de le 05/11/2012 à 19:51 :
j
Réponse de le 05/11/2012 à 20:22 :
On aurait fait????? Merde alors pauvre France
a écrit le 05/11/2012 à 19:06 :
Très bonne chose, en effet, que cette idée du gouvernement. Lier la baisse des couts à l'emploi.
Réponse de le 05/11/2012 à 19:17 :
exactement
Réponse de le 05/11/2012 à 19:28 :
@nomane ...liée à l'emploi ..;et à l'investissement ?! sur quels critères d'investissements ? parce qu'en plus, si j'investis, dans un premier temps, je ne fais plus de bénéfices !!!
Réponse de le 05/11/2012 à 19:40 :
C'est encore n'importe quoi, ce qui importe c'est la productivité, pas la compétitivité, il faut donc lier la compétitivité à la productivité.

La compétitivité pour survivre au pays mercantilistes (type allemagne) et la productivité pour garder un niveau de vie correcte, donc une entreprise doit investir en machine et en numérique, mais pas forcément en emploi.

Pour information notre système de retraite est lier a la productivité, un emploi sans charge ne peut participer à l'effort des retraites.

Réponse de le 06/11/2012 à 0:33 :
Je me pose une question: les produits allemands -que je connais- sont chers mais aussi de très bonne qualité: Wiessman, Märklin, BMW, Miele...d'autres sans doute aussi car je ne suis pas spécialiste. Pourtant ils se vendent bien. Pourtant les ouvriers français ne sont pas plus mauvais que d'autres. Alors n'y-a-il pas aussi un problème de qualité? Ne parlons pas des encouragements à la recherche qui auront effet dans dix ans. Merci aux internautes qui voudront bien m'éclairer sur ce point.
Réponse de le 06/11/2012 à 1:56 :
En fait, on se compare au premier de la classe. Je m'explique, les allemands sont élevés avec une culture de la rigueur, du travail bien fait et de penser sur le long terme, donc c'est qualités que la grande majorité possédent, font que le moindre ouvrier fait un excellent travail.

Connaissant l'automobile d'occasion, les allemands entretiennent parfaitement leurs autos, une auto de 200000km est en excellent état, pas en France (ni ailleurs sauf les scandinaves et pays bas).
Cette culture, en fait des gens serieux avec des responsables politiques serieux, donc une excellente stratégie pour surmonter les problèmes, anticiper et le gout du consensus pour chercher à avancer.
Bien sur, cette grande rigueur entraine de nombreux défauts (le role de la femme, taux de natalité, créativité, prendre des risques, spontanéité, intolérance...).

Nous sommes des latins, avec nos défauts et nos qualités, à nous de nous démarquer dans les domaines que l'on maitrise comme la créativité, l'art de vivre, le luxe, le raffinement... et de tirer des leçons sur nos défauts (indiscipline, infantilisation, faire du vent, la superficialité de nos politiques et des médias...) pour s'approcher de la qualité allemande ainsi que de leur systeme économique (augmenter les pme, l'apprentissage, respecter et glorifier la technique ainsi que ceux travaillant de leur main, et faire monter en compétence les salariés par de la formation tout au long de sa carriere...).

En fait, les allemands sont des adultes, et nous avec de nombreux autres pays, nous sommes des adolescents encore inconscient qui pensons à court terme.




Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :