Les mesures de l'Etat insuffisantes pour inverser la courbe du chômage

 |   |  942  mots
C'est lors de sa visite au Salon de l'agriculture dimanche que François Hollande a admis que son objectif maintes fois répété d'inverser la courbe du chômage à la fin de cette année ne pourra pas être atteint. Copyright Reuters
C'est lors de sa visite au Salon de l'agriculture dimanche que François Hollande a admis que son objectif maintes fois répété d'inverser la courbe du chômage à la fin de cette année ne pourra pas être atteint. Copyright Reuters
Contrats de génération, contrats d'avenir, réforme du marché du travail, crédit d'impôt compétitivité emploi... Le gouvernement s'est doté de toute une palette de mesures pour tenter de tenir son objectif d'inverser la courbe du chômage à la fin de l'année. Mais, malgré ce volontarisme, François Hollande a reconnu dimanche que l'objectif qu'il s'était fixé ne serait pas atteint, en raison de la persistance d'une croissance atone et des perspectives moroses pour l'emploi.

Inverser la courbe du chômage pour la fin 2013. C'était l'objectif maintes fois fixé par François Hollande. S'il y parvennait, le chef de l'Etat savait qu'il aurait joui d'une forte crédibilité auprès de Français dont la principale préoccupation reste la crainte du chômage... Mais, dimanche, en visite au Salon de l'agriculture, François Hollande a admis que l'arsenal mis en en place par le gouvernement ne suffira pas, en raison d'une croissance économique qui en 2013 devrait rester atone, et la nécessité de réduire un déficit public dont l'objectif des 3% du PIB ne sera pas atteint cette année, comme prévu. De fait, l'augmentation depuis vingt mois du nombre des demandeurs d'emploi va se pousuivre, malgré le léger répit enregistré en décembre 2012. Pour autant, les mesures gouvernementales devraient au moins ralentir cette progression.

Une palette complète d'armes "anti chômage"

En effet, pour tenter de contourner tous ces obstacles, le gouvernement s'est progressivement doté d'une palette complète d'armes « anti chômage », obéissant, pour la plupart, à une très classique logique contracyclique. Le contrat de génération a été définitivement adopté par le Parlement le 14 février. Le ministre du Travail, Michel Sapin, en attend 500.000 d'ici la fin du quinquennat pour un coût estimé à environ 1 milliard d'euros. Il s'agit pour les entreprises de moins de 300 salariés d'une aide (de 4.000 euros par an) en cas d'embauche en CDI d'un jeune de moins de 26 ans, assortie du maintien dans son emploi jusqu'à la retraite d'un senior de 57 ans. Il va être intéressant de suivre la montée en puissance de ce contrat. Va t-il inciter des PME, rendues frileuses par la crise, à recruter? Le second outil, le contrat d'avenir, s'adresse à un autre public : les jeunes les plus défavorisés. Il doit permettre aux jeunes de moins de 26 ans les plus éloignés du marché du travail d'être recrutés dans une structure appartenant au secteur non marchand. L'Etat prendra en charge 75% de la rémunération durant trois ans. Michel Sapin espère 100.000 contrats de ce type cette année, puis 50.000 en 2014.

Le contrat d'avenir va progressivement monter en puissance

Pour l'instant, seuls 5.000 contrats d'avenir ont été signés même si la progression est régulière. Cette lente montée en puissance s'explique par le souhait du gouvernement de ne pas se tromper de cible : ce sont les jeunes les moins favorisés qui sont visés, pas les autres. « Il est certain que les associations préféreraient des Bac+2 mais la mesure ne s'adresse pas eux », aime à répéter Michel Sapin. Les Maisons de l'emploi et les mission locales sont donc à l'?uvre pour détecter les jeunes les plus éloignés du marché du travail et les Régions sont en train de déployer leur ingénierie sociale pour bâtir des parcours de formation pour que ces jeunes puissent, éventuellement, devenir employables dans trois ans dans le secteur marchand. Toutes ces démarches prennent du temps.

Un message lancé à d'éventuels investisseurs étrangers

L'accord du 11 janvier réformant le marché du travail constitue un troisième outil. Même s'il ne sera pas immédiatement utilisable, il est censé, en revanche, créer un nouvel état d'esprit. Le texte de l'accord est transcrit dans un projet de loi qui sera adopté en conseil des ministres le 6 mars avant d'arriver devant le Parlement. Il devrait être définitivement voté avant l'été. En sécurisant les procédures de licenciements, en renchérissant un certain nombre de contrats précaires, en « flexibilisant » le marché du travail, le texte est censé rasséréner des employeurs anxieux à l'idée d'embaucher. C'est surtout un message lancé à d'éventuels investisseurs étrangers susceptibles de s'implanter en France.
Last but not least, le gouvernement attend beaucoup du Crédit d'investissement compétitivité emploi (CICE) qui va permettre à toutes les entreprises de bénéficier d'un allégement du coût du travail (sur les salaires n'excédants pas 2,5 Smic) de 3% cette année et de 6% dès l'année prochaine.

L'Insee table sur un taux de chômage de 10,5% à la fin juin

Bref toute une panoplie de moyens qui démontrent le volontarisme dont fait preuve le gouvernement. Mais avec un croissance prévu à 0,2% sur l'année par le gouvernement le pari de l'inversion de la courbe du chômage relève de la mission impossible. Or, les économistes s'accordent pour considérer que la France recommence à créer des emplois avec 1% de croissance et que le chômage baisse à compter de 1,5% ! L'Insee prévoit que le secteur marchand devrait encore perdre 75.000 emplois au premier semestre. Et, cerise sur le gâteau, 120.000 nouveaux entrants sur le marché du travail vont arriver cette année du fait de la bonne tenue de la démographie française. Et encore, ce nombre des entrants est en légère baisse par rapport aux année passées : les générations qui arrivent étant moins nombreuses que les générations, issues du baby boom, qui partent à la retraite.

La réelle embellie, si embellie il doit y avoir, attendra sans doute 2014

Autre problème, et non des moindres, les entreprises confrontées à un crise qui durent pourraient ajuster leurs effectifs à la situation, ce qu'elles n'ont pas totalement fait jusqu'ici. Résultat, l'Insee table sur un taux de chômage qui pourrait monter au niveau quasi record de 10,5% à la fin juin, pas loin des 10,8% de 1994 et 1998.
Dans ces conditions, la réelle embellie, si embellie il doit y avoir, attendra au moins 2014.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2013 à 18:48 :
tous ces mecs du gouvernement qui n'ont aucune expérience de la chose , qui sortent tous de l'ENA et qui n'ont jamais tenu les rênes d'une entreprise , qui n'ont pour seule experience d'avoir été député du plus petit et du plus endetté des départements français , la correze ! comment peuvent ils regler des problemes qui les depassent completement ! à part faire des bons (mauvais) mots et des bonnes blagues ! Et pour les contrats d'avenir , les boites vont pas embaucher des illettres sans diplome et sans formation , alors que c'est exacrement l'inverse dont elles ont besoin
a écrit le 27/02/2013 à 18:42 :
tout le monde savait que ces mesures anti chômage serait sans effet : nouveau bonus pour les voitures electriques qui ne representent que 1% du volume , contrat d'avenir: deja essayé sans succes ! contrat de generation , un couac ! les entreprises embauchent quand elles ont du boulot!pas pour toucher une prime ! sachant qu'il est impossible de licencier ! donc au mieux on embauche un interimaire ! pas plus ! pour produire plus il faut vendre plus :: et pour cela avoir des produits compétitifs sur les marchés en expansion ! il y en a encore : regardez le carton de VW
a écrit le 26/02/2013 à 20:05 :
emplois d'avenir ?, mais qui va recruter dans une entreprise quelqu'un qui est passé par l'école administrative, là où il n'y a ni management, ni gestion, aucune logique économique, que le réflexe du recrutement, de la dépense... qui va vouloir des ces déprogrammés du travail ?
a écrit le 26/02/2013 à 18:43 :
emplois d'avenir ?, mais qui va recruter dans une entreprise quelqu'un qui est passé par l'école administrative, là où il n'y a ni management, ni gestion, aucune logique économique, que le réflexe du recrutement, de la dépense... qui va vouloir des ces déprogrammés du travail ?
a écrit le 26/02/2013 à 18:41 :
surendetté, dans le rouge pour les fins de mois, chômage record mais la plus grosse dépense improductive d'europe, une mine d'économies pour financer la reprise, et que fait le gouvernement : il augmente la dpéense et le dette, le cancer de l'économie...avec une telle anti-gestion, la courbe n'est pas prête de s'inverser, c'est chômage et précarité garantis...
a écrit le 26/02/2013 à 17:29 :
Les mesures prises par nos ikllusionnistes qui nous dirigent n'ont fait qu'accentuer le chomage et les mesures à venir seront encore pires
a écrit le 26/02/2013 à 12:09 :
@ scullie : en voilà une réponse à ma question au moins je sais quoi m'en tenir, merci
a écrit le 26/02/2013 à 6:59 :
Créer le chômage , casser les entrepreneurs , faire dépendre l'Etat des banquiers , ne serait-ce pas une atteinte aux intèrêts vitaux de la Nation ?
Réponse de le 26/02/2013 à 20:15 :
bof
a écrit le 25/02/2013 à 22:50 :
@@ mulder, donc si j'ai bien lu vôtre article, Hollande n'a pas été élu par le peuple français mais par l'oligarchie européenne pour mieux faire passer la pilule aux fonctionnaire, là il faut m'expliquer c'est l'europe et ses dirigeants qui désigne le président pour chaque pays et non le peuple, pourriez-vous m'expliquez ?
Réponse de le 26/02/2013 à 7:15 :
Non
a écrit le 25/02/2013 à 21:34 :
J'ai l'idée miracle :

Les gens qui ont plus d'un mois et demi de chomdû, on les bannis de pôle emploi... Comme ça il y a moins de chômeurs qui pointent et ainsi la courbe s'inverse a grande vitesse !

... non mais tant qu'à faire, on va arriver à ca de toutes façons, pis on nous dira que c'est de notre faute, qu'il faut qu'on participe à l'effort de guerre. Ainsi nous allons être taxés et surtaxés. Je suis indépendant et je souffre ! Paye même des taxes pour avoir le droit de travailler sur mon PC dans mon apart'.

:'(
a écrit le 25/02/2013 à 21:17 :
Continuez à taper sur les dirigeants des TPE. On embauchera moins et le chômage continuera à augmenter.
Ce n'est pas la banque des copains (BPI) qui aidera nos entreprises ( en dessous de 50 salariés bien entendu) à bénéficier de découverts bancaires, le temps de passer la tempête ...
a écrit le 25/02/2013 à 20:10 :
Nous sommes mal ?? ça sent la 3e guerre mondiale ? Exatement ce qui c' est passé en 1936 ? Après paf.....!!!
a écrit le 25/02/2013 à 19:33 :
Heureusement, les stations de ski font le plein. Y a donc encore de la marge pour taxer les plus aisés d'entre nous...
Réponse de le 26/02/2013 à 1:14 :
@RAPETOU...exact, plutôt que de travailler plus pour payer plus d'impôts, me suis payé des vacances à la neige avec mes enfants et petit-enfants. Mon crédo: travailler moins pour payer moins..... laisser du travail aux autres, je partage!
Réponse de le 26/02/2013 à 13:55 :
J'ai économisé franc par franc, puis euro par euro en me privant de beaucoup de choses, pour avoir un peu de beurre au moment de ma retraite, mais finalement ce n'est pas très moral car en paraissant maintenant que je suis retraité plus nanti que d'autres, j'attire les jalousies et surtout les critiques alors toto, vous avez raison, je vais dépenser plus pour finir mes jours en dépendant des autres. Et pour éviter que les stations de ski françaises soient pleine, j'irai ailleurs!
a écrit le 25/02/2013 à 19:30 :
Les mesures de l'Etat insuffisantes pour inverser la courbe du chômage : Qui en doutait depuis le 02 mai 2012 ?
a écrit le 25/02/2013 à 17:41 :
Encore des mesures gouvernementales seraient-elles suffisantes pour faire bosser tout salarié gratuitement pour les entreprises, les entreprises subissent, de toute façon, le double étau de la récession mondiale ET des banques qui ne prêtent plus qu'au compte-goutte ET à des taux délirants. Soyons lucides, nous, autant que les politiques. Car nous sommes coincés conjointement.
a écrit le 25/02/2013 à 17:36 :
Il y a de quoi douter !
http://www.magtuttifrutti.com/article-economie-consommation-politique-etc-quand-le-doute-s-installe-115676674.html
a écrit le 25/02/2013 à 16:58 :
pourtant on pensait tous que l'augmentation des charges sociales aurait aidé les entreprises!le gouvernement se serait il trompé?
a écrit le 25/02/2013 à 16:56 :
Après le déficit a 3 % irréaliste c'est maintenant l'inversion de la courbe du chaumage impossible a réaliser. Ça y est ils commencent a prendre conscience des réalités économique .Sont ils incompétent ou menteur depuis le début. Sans doute les deux c'est quoi la suite ? ils ne peuvent pas réduire les dépenses de l'état on va donc augmenter les recettes avec des nouveaux impôts sachant qu'on augmente pas ceux qui existent.
a écrit le 25/02/2013 à 16:46 :
Méfiez vous ! il est capable de créer 3 millions d'emplois d'avenir pour tenir son engagement.
Réponse de le 27/06/2015 à 14:14 :
Economiquement, les concurrents de la Grèce sont la Turquie, la Tunisie, l'Égypte etc et non pas l'UE avec laquelle elle n'a que quelques affinités historiques et culturelles
a écrit le 25/02/2013 à 16:36 :
« Il est certain que les associations préféreraient des Bac+2 mais la mesure ne s'adresse pas eux »,
Il est tout aussi certain que pour trouver les 6 milliards d'euros supplémentaires confirmés par Jérome Cahuzac, .il ne faudra pas compter sur une réduction drastique des subventions accordées auxdites associations.
a écrit le 25/02/2013 à 16:33 :
« Il est certain que les associations préféreraient des Bac+2 mais la mesure ne s'adresse pas eux »
Il est tout aussi certain qu'il ne faudra pas compter sur des économies et des baisses de subventions aux associations...
a écrit le 25/02/2013 à 16:22 :
Il n'y aura pas d'embellie tant que la France aura un gouvernement de type socialiste avec des ministres dont le seul souci est de fustiger les chefs d'entreprise et de leur piquer le plus de fric possible!Qu'on se le dise car trés bientot ce sera le tour des classes moyennes et des
artisans et commercants de cracher "au bassinet"comme le disaient nos grands péres !
Ils n'avaient pas tort nos grands péres,ils ont compris trés vite avec la SFIO et Guy Mollet.
Réponse de le 25/02/2013 à 17:52 :
Pour y remédier, certains parient déjà sur une fin de quinquennat tellement catastrophique que Flanby devra dissoudre l'assemblée, et présider une cohabitation qui remettra la France à flot juste à temps pour lui permettre d'être réélu en 2017...Il est tellement fin politique que ce serait pas si idiot comme stragtégie. Malheureusement cela suppose que nous (les pauvres citoyens) soyions dans une situation encore plus dure qu'aujourd'hui! Ce n'est qu'un scenario. Pour ma part je préfèrerais que les socialo fassent le sale boulot avant...on peut toujours rêver!!
a écrit le 25/02/2013 à 16:00 :
Faire boire des ânes (faire en sorte que les entreprises privées embauchent) qui n'ont pas soif est toujours difficile surtout pour celui qui charge leurs bâts et leur donne des coups de trique. C'était vrai des temps bibliques (Babalam qui battait l'anesse...) et c'est toujours exact en Hollandie....
a écrit le 25/02/2013 à 15:40 :
Pourquoi salut-il les vaches ? elles n'ont pas le droit de vote.
a écrit le 25/02/2013 à 15:10 :
Pour qu'un patron embauche,il faudrait que son entreprise fasse soit des bénéfices, que son avenir économique soit dégagé sur plusieurs années,que son modèle économique soit
viable, ne parlons pas de la frilosité de nos banques et des lois sociales en constants changements,des lourdeurs administratives .Je souhaite bien du courage aux futurs entrepeneurs qui désirent surtout embaucher.
Réponse de le 25/02/2013 à 16:26 :
Pour votre info, les banques ne peuvent plus prêter car elles sentent bien ce qui va se passer. Ainsi, un crédit entreprise se négocie maintenant à plus de 10%... Et vu la crise mondiale, le reste n'est que pur baratin.
a écrit le 25/02/2013 à 14:34 :
ils lancent effectivement des messages, mais pas ceux qu'ils croient... le message envoye a l'international, c'est celui que titan a envoye a montebourg... pour le reste il n'y a plus que 4000 business angels, ett chaque francais intelligent va reduire la voilure de son entreprise, conformement aux souhaits des lois de finance rectificatives.... le reste de leurs mesures ( obliger les grosses boites a prendre des jeunes) , ca va juste creer des effets d'eviction sur les jeunes qui etaient eux motives...
a écrit le 25/02/2013 à 14:32 :
mais ils glandent"!! jusqu'à quand ? jusqu'à ce qu'il faille couper de partout, salaires , retraites, etc, coupes drastiques et qui mettront les gens à la rue, faute de n'avoir fait à temps les réformes en supprimant largement le millefeuille de l'état(voir Grèce!), et toutes les aides données à droite à gauche.....ça dépasse l'entendement des politiques pareils!
a écrit le 25/02/2013 à 14:24 :
94 et 98 ... sacrés souvenirs. A cette époque, il y avait UNE annonce d'emploi par semaine pour les cadres sur la France. Résultat, tu devais aller bosser à 800 Kms. Bonne suite de crise à tous.
a écrit le 25/02/2013 à 14:17 :
On ne remettra pas le pays sur ses rails tant qu'on n'aura pas coupé dans L'ASSISTANAT. L'effet sera double :
1) On réalisera une économie substantielle qui permettra de rééquilibrer les comptes.
2) La recherche véritable d'emploi sera réactivée.
a écrit le 25/02/2013 à 14:14 :
pour inverser la courbe il afut avavnt tout une confinace dans l'Etat politique ce qui n'est pas d'actualité. Il faut que l'Etat mette en place des mesures d'économie il faut qui cible les potentiels de croissance ce n'est ni PSA ni Arcelor qui sont dans ce wagon, il faut qu'il cesse de se tromper de cible comme la défiscalisation des heures sur pour les entreprises de moins de 20 salariés et cela à l'aveugle ce qui fait que le notaire, l'avocat, le dentiste et autres activités sans concurrence internationales soient mieux loties que la PME de plus de 20 salariés qui exporte. Qu'il arr^te ce jeu imbécile d'augmenter les impôts des entreprises puis de redonner al même somme dans un soit disant contrat de compétivité.Enfin il faut la confiance pour donner aux consomamteurs qui le peu d'ouvrir son bas de laine ce qui n'est pas le cas. Conclusion la baisse du chômage se fera par une croissance du reste du monde le politique n'y sera pour rien.Enfin il faut sortir de cette logique imbécile de croire que nos deux écoles ENA et IEP ont des compétences de formation pour nos élus NON ces deux ecoles qui dirigent la France depuis des decennies ont un bilan désastreux 40 ans de déclin.
a écrit le 25/02/2013 à 14:08 :
Gestion socialo
a écrit le 25/02/2013 à 13:57 :
L'état ne créera pas d'emplois. Par contre son rôle est, ou devrait être, de faciliter aux entreprises leur création, développement, financement,..., de manière à fabriquer et vendre des produits demandés par les marchés. Cela passe par une simplification drastique des bureaucratie, réglementations, fiscalité spoliatrice,..., de tous les freins à la vie économique. Mais un gouvernement de technocrates, composé de gens qui n'ont jamais travaillé dans une entreprise privée, et se contentent de vivre sur l'argent gagné par les autres, est incapable de comprendre ce bon sens.
a écrit le 25/02/2013 à 13:44 :
Maurice Taylor (Titan) a tout dit. Au lieu d'en tenir compte cela été la levée de boucliers. Il doit bien rigoler le Texan.
a écrit le 25/02/2013 à 13:41 :
Il devait pas nous sauver des problèmes ce gouvernement ? Mince alors, encore un politique menteur !
Réponse de le 25/02/2013 à 14:38 :
J'adore le fait de critiquer un état MAIS de tout attendre de lui... Les patrons font exactement ça. Been ... y'a pas qu'eux, à priori...
a écrit le 25/02/2013 à 13:40 :
http://blogs.mediapart.fr/edition/pole-emploi-mon-amour/article/250213/petite-histoire-d-un-decret
a écrit le 25/02/2013 à 13:35 :
Voyons un peu.....pour faire baisser le chomage de masse que nous connaissons depuis plus de 30 ans, il faut des patrons qui embauchent, des usines qui se créent, des entreprises qui exportent.....et des consommateurs qui consomment.... il semblerait que nos dirigeants n'aient toujours rien compris alors, non?
Réponse de le 25/02/2013 à 14:46 :
Ben si ! Il y a les fonctionnaires qui sont calinés, cajolés, courtisés !
Réponse de le 25/02/2013 à 15:38 :
@eurofederal...et en passant ne pas avoir les mains liees par une poignee de politicards technocrates europeens, ne pas subir le joug de bruxelles....retrouver notre souverainete!!!
Réponse de le 25/02/2013 à 16:08 :
il faut gâter sa clientèle ils sont tous en vacances en ce moment les administrations sont vdes
a écrit le 25/02/2013 à 13:09 :
ce qui manque c'est l'envie d'investir dans un pays où les libertés entreprenariales sont fortement contestées tant par les pouvoirs publics , les syndicats, que par une majorité de la population . Pour débloquer rapidement la situation le plus simple et le plus efficace serait de lever le seuil du carcan réglementaire et syndical de 50 à 100 employés .Pourquoi n'essaie -t-on pas cela ?
a écrit le 25/02/2013 à 13:06 :
Ah bon je croyais à tort que fin 2013 tout nos problèmes serait résolu à 50 % et là dans cette article ce gouvernement avoue qu'il à surestimé ses objectifs de croissance d'économe de chômage on ne tire ps des plans sur la comète tout en sachant que ces mesures ne soit pas envisagable = c'est comme un maçon qui construit un toit de maison avant les murs de soutien pourquoi donc HOLLANDE à été élu.
Réponse de le 25/02/2013 à 18:03 :
Il n'a pas été élu ; il a été désigné par l'oligarchie européenne comme étant le mieux placer pour "faire passer la pilule auprès des fonctionnaires" ; dans quelques mois, il ne restera plus que les fonctionnaires pour payer les impôts.
Réponse de le 25/02/2013 à 19:28 :
@ @ mulder donc selon vous Hollande à été élu car il interprétait le mieux pour faire passer la pilule auprès des fonctionnaires, mais dans le privé il à été élu pourquoi il représentait le changement de politique désastreuse de 5 ans de politique sous Sarkozy un vrai changement mais il y à mis moins d'une année pour se mettre à dos tout les français même les fonctionnaires qui eue ont satisfaction à chaque mouvement et si il n'a pas été élu, cela veut dire que c'est un pantin pour oligarchie européenne, il lui reste plus qu'à rendre son tablier de président de la république que les français l'ont éluent à 51 % de vote positif, donc c'est les représentants de tout les pays de l'europe qui ont placée Hollande à la tête de la France et si c'était madame Marine Le Pen qui aurait été élu là la noblesse européenne aurait fait une sacrée tête car malgré tout les défauts de cette femme et de son partie il ou elle représentent une partie non négligante du peuple français (pardon pour les fautes que j'ai faite dans ce commentaire car moi et l'orthographe on est faché)
a écrit le 25/02/2013 à 13:06 :
Tant que l'état pèsera 57% dans l'économie, il n'y a aucun espoir. Nous sommes dans une économie nationalisée sans plan et sans projet d'avenir excepté quelques projets européens.
Pour que la créativité indépendante de l'état, la vraie, s'exprime, il est nécessaire de ramener ce taux à au plus 40%. Pour celà, l'état devrait figer la croissance de ses recettes et l'économie être tirée par l'Europe à un taux de croissance de 3% pendant 12 ans.
a écrit le 25/02/2013 à 12:32 :
L'état n'a encore rien fait de concrêt contre le chômage, ni le déficit du budget.
Réponse de le 25/02/2013 à 14:44 :
Quand on ne fait rien, il ne faut pas s'étonner que le résultat soit nul... Sacré flanby ! Il se réveille quand ?
a écrit le 25/02/2013 à 12:27 :
Franchement, mieux vaut lire ça que d'être aveugle, mais quand même... Le jour où un gouvernement sera capable de lutter contre le chômage, ça se saura. Leurs contrats bidons ne sont pas neufs, ça fait des lustres que ça existe sous des noms différents et leur seul but est de manipuler temporairement les statistiques. Les gens qui alternent contrats aidés et périodes de chômage, on connait. Ce n'est pas parce qu'on les fait sortir un temps des stats que le problème est réglé.
a écrit le 25/02/2013 à 12:26 :
Tout cela ne sert a rien si ce n'est de creer des emplois fictifs non productif et temporaire pour faire baisser THEORIQUEMENT le chomage. Il est necessaire de passer sur un contrat unique et surtout de baisser le cout du travail et la charge administrative necessaire a toute creation d'emplois.
a écrit le 25/02/2013 à 12:10 :
on attend l'embelie depuis 2010... hélas l'histoire risque de se repeter, la crise de 1929 différent parce que nous n'avions pas l'organisation sociale qui freine les effets a économiquement céssée après guerre;... donc l'effet des mesures mise en place du pipeau contrat d'avenir 500 000 jeunes par an sur le marché de l'emploi..20 % qui ne savent pas lire ni écrire et qui ne veulent pas travailler, le crédit compétitifité va aider les entreprises qui payent mal leurs salariés, on ne fait pas boire un ane qui n'a pas soif... des dépenses inutiles et improdicitves,; ca sert a quoi, avez vous vu l'état de nos routes départementales, les rues dans Paris...et on continue d'acheter des voitures de fonction... la production automobile en décroissance, l'immobilier à la traine, la construction 50 000 logements en moins...les retraités ponctionnés et cela ne fait que commencer, on parle des actualisation des retraites au 01 04 date normale rien n'est prévu rien n'est mis en place,;du cheval dans du boeuf pour faire baisser le prix desproduits..l'eau le gaz l'electricité qui augmentent l'essence les transports publics;... ca va mal trés mal et onne fait pas d'économie..supprimer les départements pas question les 1 800 agences diverses d'état... jamais
a écrit le 25/02/2013 à 11:48 :
Pour stopper voire inverser la tendance actuelle, il faudrait une croissance au moins à 3%. Vue les mesures engagées en terme d'austérité et le respect de la règle d'or budgétaire, nous sommes loin, loin, très loin d'y arriver un jour.
a écrit le 25/02/2013 à 11:36 :
que c est insuffisant,les mesures traditionnelle du socialisme francais n ont jamais fonctionné .La France ne pourra durablement créer des emplois qu avec un cout du travail structurellement moins haut, une reglementation du travail incitative et une formation des jeunes adaptée au monde du travail
Réponse de le 25/02/2013 à 12:52 :
trop de réforme de bon sens dans votre proposition et un énorme écueil : "formation des jeunes adaptée au monde du travail". Il faudrait que l?Éducation Nationale fasse un révolution pour comprendre qu'ils sont censés formé des futurs salariés et non pas des perroquets idiots.
Réponse de le 25/02/2013 à 13:35 :
Bonjour, je suis formatrice en entreprise et vous suggère de faire appel à mes services pour doper vos équipes de collaborateurs.
L'état providence ne peut pas tout faire; on n'apprend pas tout à l'école...n'attendez pas pour investir, monsieur, dans votre entreprise! Nous faisons avec vous des programmes de formation sur mesure. La solution existe , investissez!
Bien cordialement
Réponse de le 25/02/2013 à 13:47 :
Voilà certes l'un des points où le bât blesse... la formation... En effet, notre système est basé sur l'élitisme, loin du pragmatisme nécessaire pour aider nos jeunes à entrer dans le monde du travail. Tant que notre sacro sainte éducation nationale s'obstinera à former des bacheliers au lieu de former des futurs salariés, nous ne sortirons pas de ce problème.

Mais comme cette institution est à la fois ingouvernable et archaïque dans son fonctionnement, qu'elle est donc incapable de se remettre en cause et de se réformer, nos jeunes n'ont pas fini de galèrer pour entre dans le monde du travail!

Et si je m'en suis sorti, c'est en suivant une formation professionnelle dispensée par les CCI... No comment...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :