En 2012, l'économie parallèle pesait 19% du PIB européen

 |   |  371  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon une étude réalisée par le groupe de cartes de crédit Visa, ce chiffre devrait diminuer en 2013, du fait de l'amélioration des conditions économiques mais aussi de la lutte contre la fraude.

Il se réduit, mais reste élevé. En 2012, en Europe, le poids de l?économie parallèle représentait 19,3% du PIB cumulé des pays de l?Union européenne, de la Norvège, de la Suisse, de la Turquie et de la Croatie. Ce sont donc 2 175 milliards d?euros qu?ont représenté le travail au noir et les transactions non déclarées dans cette zone en 2012.

Selon cette étude réalisée par le groupe de cartes de crédit Visa et menée par Friedrich Schneider, professeur d'économie à l'université de Linz (Autriche), en 2013, l'économie parallèle pourrait marquer un plus bas en 10 ans, à 18,5% du PIB des pays européens, grâce à l'amélioration des conditions économiques par rapport à la crise de 2008 d'une part mais aussi grâce aux mesures de lutte contre la fraude prises par les Etats.

10,8% du PIB en France

En France, les auteurs de l'étude, qui basent leurs calculs à la fois sur des données macroéconomiques et sur des projections statistiques, estiment que l'économie informelle équivalait à 10,8% du PIB en 2012, à 219 milliards d'euros. Ils prévoient une baisse pour 2013, à 9,9% du PIB. Les sommes générées par l'économie parallèle des cinq premières puissances européennes (Allemagne, France, Italie, Espagne, et Royaume-Uni) comptent pour les deux tiers du total européen, détaille l'étude.

30% du PIB en Europe de l?est

Mais rapporté à la taille de l'économie nationale, le phénomène pèse beaucoup plus dans les pays d'Europe de l'est. Ainsi, en Bulgarie, Croatie, Lituanie et Estonie, l'économie souterraine équivaut à pratiquement 30% du PIB, selon cette étude. Par secteur, la construction et le commerce enregistrent le plus de transactions non déclarées et de travail au noir, tous pays confondus. Pour les auteurs de l'étude, cela s'explique notamment par le fait que les paiements en liquide y sont plus répandus qu'ailleurs.

L'étude souligne par ailleurs que si l'économie parallèle cause un manque à gagner aux Etats, elle n'est pas uniquement négative car l'argent gagné est dépensé dans l'économie réelle, et qu'en période de crise, elle peut donner un moyen de subsistance aux personnes en difficulté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2013 à 11:25 :
Étonnant qu'on sortent des chiffres si élevés. Personnellement je n'ai jamais fait de noir et personne non plus dans mon entourage, même si je ne doute pas que ce soit possible et parfois la seule solution pour ne pas couler pour certains. Mais 1/5ème du PIB? Surtout quand on voit comment il est composé est effarant. Si on est capable d'estimer correctement (?) ces chiffres, comment se fait-il qu'on ne soit pas capable de régler le problème?
a écrit le 07/05/2013 à 9:01 :
et combien représentent les pertes dûe à l'ENA ?
a écrit le 07/05/2013 à 7:50 :
Il faut d'abord se poser la question de savoir pourquoi le marché noir est si florissant, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que c'est du gagnant gagnant, l'employé gagne autant que s'il était déclaré, car il s'épargne les impôts, les contributions sociales, car elles servent à engraisser la classe politique, les assistés sociaux qui vivent de prestations sociales, n'oublions pas que les rentiers français mangent 600 milliards d'euros payés par les travailleurs, en outre, le donneur d'ordre s'épargne 50% de la facture d'un travail. Ensuite, le développement de l'économie locale permet de générer de l'activité économique, plus vous élevez le salaire minimum plus vous diminuez l'activité économique, c'est de l'économie de base l'employeur diminue sa masse salariale car cela lui coûte trop cher. Ensuite, l'honnête homme devient le dindon de la farce ou le pigeon moderne d'un système socialisé à l'extrême qui favorise le chômage et les arrêts maladie, car il n'y a que peu de contrôle et comme les juges avec le tableau des cons, qui sont en lutte contre les riches du système donc pratiquent la lutte des classes, l'administration est jacobienne au bonnet phrygien, donc c'est peut être peu citoyen mais c'est la logique du système, car les socialistes confondent comme la droite être citoyen et être un pigeon ou une dinde.
Réponse de le 07/05/2013 à 11:29 :
+1000
a écrit le 06/05/2013 à 20:23 :
19,6% ? C'est la TVA ca non ? Taxe sur la Valeur d'Acoté ...
a écrit le 06/05/2013 à 19:30 :
Cette étude montrerait que l'économie informelle est en baisse en France. Si même cela baisse ... A priori, Visa, qui fait la promotion du paiment par carte, devrait plutôt noircir le tableau en montrant que la délinquance financière augmente. Même les bonnes nouvelles sont négatives ...
a écrit le 06/05/2013 à 18:13 :
CONTINUEZ LE MATRAQUAGE FISCAL et la situation va s'ameliorer !!!!!
a écrit le 06/05/2013 à 17:47 :
La France ce n'est pas l'Ukraine ou la Bulgarie. Comment voulez-vous faire de l'économie parallèle en France qui pourrait aider en temps de crise. Dès qu'on pose le moindre euro non justifié sur un compte en banque, le fisc ou la gendarmerie sont systématiquement mis au courant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :