Dubaï : Caroline Tasse, une business woman qui voit l'innovation en 3D

 |   |  563  mots
Le credo de Caroline Tasse : l'innovation technologique a besoin d'accompagnement. Il faut donc pouvoir aider les gens à implémanter les technologies, notamment celles proposées par Vectuel.
Le credo de Caroline Tasse : l'innovation technologique a besoin d'accompagnement. Il faut donc pouvoir aider les gens à implémanter les technologies, notamment celles proposées par Vectuel. (Crédits : DR)
La Tribune dresse chaque jour pour cette fin d'année le portrait d'un ou d'une Français(e) qui rencontre le succès à l'étranger. Aujourd’hui, Caroline Tasse, qui a choisi de s'envoler pour les Émirats où elle accompagne les agences gouvernementales dans leurs projets.

L'innovation, c'est un peu le leitmotiv de Caroline Tasse. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle a baptisé "Al Itbicar, innovation beyond technologie", la société qu'elle a créée à Dubaï en 2012. "Al Itbicar, ça veut dire innovation en arabe", précise la jeune trentenaire qui a toujours eu une attirance prononcée pour le Moyen Orient:

"Pour des raisons culturelles mais aussi pour la mentalité business locale".

C'est d'ailleurs pour cela que cette Française s'est très tôt spécialisée dans les affaires des marchés arabes. Ainsi, son Master 2 spécialisé en stratégie et gestion des affaires internationales en poche, elle est embauchée chez Vectuel, PME française qui l'envoie ensuite développer sa filiale dans le Golfe.

Il faut dire que la région ne manque pas de dynamisme ni de potentiel économique. Pour Caroline Tasse, c'est sûr, c'est "le bon endroit pour se lancer". "Ici tout le monde crée sa boîte, c'est génial !", s'enthousiasme-t-elle. Avant de préciser:

"Monter sa structure administrative, ça va vite:  on peut ouvrir une société en quelques jours pour 5 ou 6.000 euros, 1.500 euros pour un visa, un compte bancaire et c'est parti!"

"La création de business, c'est ma passion"

C'est comme cela que la jeune femme s'est lancée. Après trois ans de développement des technologies Vectuel - qui propose des solutions 3D - dans le Golfe, Caroline Tasse a une idée: l'innovation technologique a besoin d'accompagnement. Il faut donc pouvoir aider les gens à s'approprier les technologies, notamment celles proposées par Vectuel.

Or, "dans le pays, la 3D urbaine est très novatrice", explique-t-elle. "Il faut y développer cette culture 3D et mettre l'accent sur la montée en compétences locales. Ils ne connaissaient pas ici. C'est nouveau pour eux. D'où la nécessité d'intégrer les technologies pour les utiliser au quotidien afin d'apporter de la valeur ajoutée aux agences gouvernementales sur le long terme".

Ainsi, elle partage aujourd'hui son temps entre son poste de directrice de filiale chez Vectuel et sa société. Enfin, étant salariée, le jour, elle travaille chez Vectuel et elle consacre toutes ses soirées et ses week-ends à son aventure entrepreneuriale.

Malgré cela, cette workaholic trouve tout de même le moyen de conserver quelques-uns de ses "passe-temps", tels que les pilates, la salsa, et le cheval. Et comme si elle avait encore du temps à tuer, Caroline Tasse vient de commencer un "executive MBA", pour enrichir "sa compétence business locale" et apprendre à développer des sociétés. Que voulez-vous, "la création de business, c'est ma passion", s'amuse-t-elle. 

 

Lire également dans notre série :

Londres: Nathalie Dauriac-Stoebe, banquière d'élite et vigneronne de luxe

Alexandre Stefanesco, la Russie pour passion, le recrutement pour mission

New Delhi: Clara Kanner, l'entrepreneuse hôtelière

USA : David Fattal, le modeste inventeur d'un écran 3D pour smartphone (et sans lunettes)

Turquie: Fabrice Delaneau, l'entrepreneur nomade qui aime créer du réseau

Singapour : Masha Ley cultive son amour du vin et des Batignolles

Bangkok : Frédérick Besson, l'homme aux parfums

New Delhi : Alexandre Souter, entre recommerce et "Bootstrapp"

Afrique du Sud : Arnaud Blanchet mise sur un marché d'avenir... les towsnhips

Brésil : Alexandrine Brami, la normalienne qui cultive les start-up

Tel Aviv : Joel Bloch, créateur de startups dans la Silicon wadi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2014 à 20:37 :
c'est très bien pour cette dame si elle est heureuse si elle a ateint son rêve très bien je pense qu'elle aurai pus faire de grandes choses dans son pays la france
a écrit le 22/01/2014 à 15:59 :
Bravo tout simplement.
a écrit le 20/01/2014 à 2:53 :
Mouais... et y'a de la place pour un homme et des enfants dans cette vie ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :