São Paulo : Alexandrine Brami, la normalienne qui cultive les start-up

 |   |  662  mots
Alexandrine Brami, 36 ans, est arrivée à Sao Paulo pour y faire une thèse, elle en repartira (peut-être) comme chef d'entreprise.
Alexandrine Brami, 36 ans, est arrivée à Sao Paulo pour y faire une thèse, elle en repartira (peut-être) comme chef d'entreprise. (Crédits : DR)
En ce début d'année, La Tribune publie chaque jour le portrait d'un ou d'une Français(e) qui connaît le succès à l'étranger. Aujourd’hui, Alexandrine Brami. Cette ancienne élève de l’ENS Cachan et Sciences Po qui se rêvait chercheuse au CNRS a déjà créé, à 36 ans, trois entreprises à São Paulo.

Surtout, ne la qualifiez pas "d'expat'". Alexandrine Brami se définit comme une "Française du Brésil", plus précisément de São Paulo. C'est là qu'elle s'est installée en 2002, là qu'elle se voit encore vivre dix ans.

Pourtant, à l'origine, elle n'était venue que pour une courte mission. Enseignante-chercheure en Sciences politiques, sachant à peine parler portugais, elle devait y boucler une thèse sur la fiscalité au Brésil. Seulement, au gré de ses rencontres avec des dirigeants brésiliens, cette normalienne formée à l'ENS Cachan et Sciences Po "attrape le virus de l'entreprenariat" dans un pays dont elle ressent "l'énergie folle" et décide de rester.

Une carrière toute tracée

Elle abandonne sa thèse, sa "carrière toute tracée en France, son projet d'entrer au CNRS avant trente ans" et crée sa première entreprise au Brésil : une prépa privée pour grandes écoles et universités, l'IFESP. Son école forme l'élite de São Paulo et donne notamment des cours de Français à ceux de ses membres qui souhaitent étudier dans le pays de Molière. Cette "tropicalisation" d'un concept français, l'IPESUP, a déjà formé 9.000 étudiants et réalisé l'an dernier 1,4 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Pour accroître sa visibilité, Alexandrine Brami a ensuite créé un média en ligne "MyLittleBrasil", destiné à la communauté des "Français du Brésil", 25.000 personnes en tout en 2013 selon une estimation de la Maison des Français de l'étranger. Très impliquée, elle multiplie par ailleurs les interventions auprès de l'équivalent local du Medef, ou de la chambre de commerce française. Elle a par exemple accueilli François Hollande lors de sa visite au Brésil en décembre.

A l'égard de la France, elle affiche sa reconnaissance :

"J'ai l'envie et le projet d'être une ambassadrice de nos valeurs et de nos méthodes. Je ne viens pas d'un milieu particulièrement aisé. C'est l'école républicaine qui m'a donné accès aux meilleurs lycées et grandes écoles. Je sais ce que je dois à la France. J'ai une dette envers elle."

Se "barrer" au Brésil

Une dette qui justifie à ses yeux son rôle de "pont" sur l'Atlantique, désormais matérialisé par son nouveau projet. Début 2013, elle a monté Digital Factory Brasil, un "excubateur"  pour start-up spécialisées dans le numérique. Le lieu s'adresse surtout aux projets "bi-culturels" ou à ceux de Français souhaitant s'installer dans le pays. Le polémiste Félix Marquardt l'a retenu comme point de chute possible pour ces jeunes Français à qui il conseille de se "barrer" dans un guide (chez Librio) après l'avoir fait à longueur de tribunes dans la presse. Avec un ton plus nuancé, la normalienne opine :

"Quand on est jeune, il faut aller voir ailleurs pour prendre de la distance avec sa réalité."

Elle ajoute : "un entrepreneur qui réussit au Brésil peut réussir partout", tant les obstacles administratifs sont nombreux et la réglementation changeante. Réussir ailleurs? A l'avenir, la chef d'entreprise s'imagine bien tenter sa chance mais pas en France, plutôt à New York ou Moscou. 

 

Lire également dans notre série :

 

Londres: Nathalie Dauriac-Stoebe, banquière d'élite et vigneronne de luxe

Alexandre Stefanesco, la Russie pour passion, le recrutement pour mission

Dubaï: Caroline Tasse, une business woman qui voit l'innovation en 3D

New Delhi: Clara Kanner, l'entrepreneuse hôtelière

USA : David Fattal, le modeste inventeur d'un écran 3D pour smartphone (et sans lunettes)

Turquie: Fabrice Delaneau, l'entrepreneur nomade qui aime créer du réseau

Singapour : Masha Ley cultive son amour du vin et des Batignolles

Bangkok : Frédérick Besson, l'homme aux parfums

New Delhi : Alexandre Souter, entre recommerce et "Bootstrapp"

Afrique du Sud : Arnaud Blanchet mise sur un marché d'avenir... les towsnhips

Tel Aviv : Joel Bloch, créateur de startups dans la Silicon wadi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2014 à 20:24 :
Ben, au moins ça permet de mettre en évidence, pour le cas où certains en douteraient, que l'on peut être une très jolie femme et pas seulement cela.
a écrit le 07/01/2014 à 19:02 :
c'est clair qu'entre le CNRS en france ou l'entrepreunariat au Brezil Madame à bien choisi. Dommage que notre pays n'offre pas autant d'opportunités tant on croule sous les taxes impots et lois à la ...
a écrit le 07/01/2014 à 14:01 :
Bjr, est ce qu'il y'a une page svp où l'on peut voir tous les profils publiés de cette Série: "ces Français(es) qui réussissent à l'étranger " ? Merci d'avance
a écrit le 07/01/2014 à 12:09 :
Quelle raison pousse la tribune a mettre systématiquement en lumière de jolies jeunes filles ?
Réponse de le 07/01/2014 à 18:40 :
Je me suis fait la même remarque. Et je dois dire que celle-ci est très très très jolie !
a écrit le 07/01/2014 à 7:47 :
Tout cela est très bien, mais est-ce vraiment innovant ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :