Londres : Nathalie Dauriac-Stoebe, banquière d’élite et vigneronne de luxe

 |   |  578  mots
Nathalie Dauriac-Stoebe a fondé Signia Wealth, spécialisée dans la gestion de fortune à Londres à l'âge de 31 ans.
Nathalie Dauriac-Stoebe a fondé Signia Wealth, spécialisée dans la gestion de fortune à Londres à l'âge de 31 ans. (Crédits : DR)
En cette fin d'année, La Tribune publie chaque jour le portrait d'un ou d'une Français(e) qui connaît le succès à l'étranger. Aujourd’hui, Nathalie Dauriac-Stoebe. Originaire de Saint-Emilion, cette gestionnaire de fortune installée à Londres partage sa vie entre les milliards de ses riches clients, ses vignes et sa famille.

Elle organise des dîners avec Bill Clinton, le vice-Premier ministre britannique Nick Clegg ou le tennisman Boris Becker pour remercier les membres de son conseil d'administration. Ses bons clients, elle les invite à déguster Cheval-Blanc ou Angélus directement à la propriété dans des châteaux qu'elle connaît bien pour avoir grandit à Saint-Emilion… Un train de vie qui donne à  Nathalie Dauriac-Stoebe des airs de banquière jetsetteuse.  Mais banquière avant tout.

A 35 ans, elle dirige Signia Wealth, une société de gestion de fortunes privées qu'elle a fondée, et commence à se faire un nom outre-Manche. Pour preuve, le magazine britannique Management Today l'a distinguée parmi les "trentenaires qui comptent". Entre un rendez-vous pour signer un contrat et un avion en partance pour l'Afrique du Sud, cette jeune maman qui attend son deuxième enfant explique les raisons de son succès :

"On a beaucoup travaillé. C'est du 24 heures sur 24. (…) On a embauché des gens très compétents et on réalise de bonnes performances, c'est ça qui permet de se différencier."

Dans la banque de la reine

Les résultats sont là. Après seulement quatre ans d'existence, la toute jeune banque privée gère déjà plus de 2 milliards de livres d'actifs appartenant à 120 clients - surtout des entrepreneurs - dont la moitié se trouvent à l'étranger.

Son entreprise fait partie des "étoiles montantes" qui tentent de se faire une place parmi les prestigieux établissements de la City. Ces derniers, Nathalie Dauriac-Stoebe les connaît plutôt bien. Après avoir travaillé chez Lazard dans la branche des fusions-acquisitions jusqu'à ses 26 ans, elle a passé cinq ans chez Coutts, l'une des plus anciennes banques d'Angleterre, qui a pour caractéristique de gérer la fortune de la reine et d'une large partie de l'aristocratie britannique.

Des vignobles en cadeau

Parce qu'elle "ne supporte pas la vue du sang", cette ancienne élève de Cambridge ne se voyait pas suivre le chemin professionnel de son père, Christian Dauriac, médecin et directeur d'un laboratoire médical à qui elle dit vouer "une passion."

En revanche, elle l'a suivi sur un autre terrain: celui du vin. Sa famille est propriétaire de plusieurs domaines, les châteaux Destieux, Montlisse - qui produit un Grand Cru de Saint Emilion- et La Clémence (Pomerol).  "Papa a décidé qu'au lieu de nous donner de l'argent, il nous achèterait des vignobles", raconte-t-elle. Aujourd'hui, elle produit le sien, notamment en Afrique du Sud. Et le sert à des hommes d'affaires, des sportifs ou des présidents lors de ses "dîners sympas".

 

Lire également dans notre série:

Dubaï : Thierry Antinori, le "big boss" des ventes d'Emirates

Londres: Nathalie Dauriac-Stoebe, banquière d'élite et vigneronne de luxe

Alexandre Stefanesco, la Russie pour passion, le recrutement pour mission

Dubaï: Caroline Tasse, une business woman qui voit l'innovation en 3D

New Delhi: Clara Kanner, l'entrepreneuse hôtelière

USA : David Fattal, le modeste inventeur d'un écran 3D pour smartphone (et sans lunettes)

Turquie: Fabrice Delaneau, l'entrepreneur nomade qui aime créer du réseau

Singapour : Masha Ley cultive son amour du vin et des Batignolles

Bangkok : Frédérick Besson, l'homme aux parfums

New Delhi : Alexandre Souter, entre recommerce et "Bootstrapp"

Afrique du Sud : Arnaud Blanchet mise sur un marché d'avenir... les towsnhips

Brésil : Alexandrine Brami, la normalienne qui cultive les start-up

Tel Aviv : Joel Bloch, créateur de startups dans la Silicon wadi

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2013 à 11:35 :
Quel est l'intérêt? Le siècle derrnier a vu suffisamment de gens placer - certes avec talent - l'argent sale des autres. Qu'ils en profitent mais c'est décadent et ça ne peut pas être source d'inspiration.... Aussi, on se fiche pas mal de voir le visage crispé et brossé dans le sens du poil de cette dame.
a écrit le 23/12/2013 à 21:59 :
Pouet être est-ce juste une potiche, digne pour la succession de Lagarde dans 35 ans.
a écrit le 23/12/2013 à 20:51 :
Bizarre, Rupert Robinson (tres connu et respecte a la City), a ete directeur Wealth Management de Signia pendant moins d'un an, il a quitte l'entreprise en Novembre 2013 apres y etre entre debut 2013 ....
a écrit le 23/12/2013 à 20:10 :
Il y en a qui ont tout dans la vie la beauté la richesse et pas besoin d'adhérer au NPA et au parti socialiste
a écrit le 23/12/2013 à 18:57 :
NDS est passe de quelques années du rang de petite main..au rang effectivement de CEO ...elle a certes des relations, mais elle a surtout su saisir une chance unique que lui a offert un client important qui lui a apporte capitaux, fonds et relations...Ce n'est pas très bien tourne ni très intelligent de dire ...Papa nous offre des vignobles...Cela prouve son positionnement au sein de la société...mais elle l'a quand meme cree !
Réponse de le 23/12/2013 à 19:17 :
Qui est son mari au fait ? Un illustre inconnu ? Ce Mr Stoebe qui est dirigeant d'un grands fonds d'investissement et qui lui a apporte son reseau professionnel, peut etre, non ?
a écrit le 23/12/2013 à 18:52 :
Après petite enquête , l'image de cette banque est assez dégradée notamment en Suisse et en Allemagne . Il semble que pas mal d'oligarques russes qui trafiquent dans les armes et les coups tordus aient élus domicile chez la belle......
a écrit le 23/12/2013 à 17:42 :
banquière elle ? dans quel film ? pourtant je regarde tous les Dorcel...
Réponse de le 23/12/2013 à 23:23 :
Je suis un homme, que cela sois clair et pas du tout pudibond. Mais votre commentaire est une honte, même comme une plaisanterie. Comme d'habitude, la Tribune laisse tout passer, racisme, mysoginie, etc. Je ne connais pas cette femme, mais j'ai vu au moins une femme souffrir énormément d'être à la fois compétente et jolie, même très jolie. Elle était réellement compétente mais l'opinion d'hommes tels que vous, qui ne voyaient d'elle que son physique, la remettait en cause tous les jours. Savez-vous qu'il n'y aucun lien entre les capacités professionnelles et le physique ? Bref, votre commentaire ne relève pas seulement de la basse misogynie bien grasse et bien vulgaire, il est aussi complètement à côté de la plaque.
Réponse de le 24/12/2013 à 1:21 :
Non, la Tribune ne laisse pas tout passer, y compris des commentaires parfaitement corrects et constructifs, mais probablement trop complexes pour l'impétrant censeur du moment.
Par contre, des commentaires comme celui que vous critiquez à juste titre semblent passer, comme s'il était de bon ton de démontrer que les hommes dont de minables phallocrates, ce que la très grande majorité n'est pas.
En ce qui me concerne, l'aspect, le sexe que sais-je, toute considération hors du sujet abordé est simplement impertinent.
Réponse de le 24/12/2013 à 2:08 :
Allons Al, joue pas les coincés maintenant que tu viens de nous apprendre que tu regardes aussi les Dorcel :-) et mêmes les affreux jojos doivent se remettre en cause tous les jours, c'est la vie !!!
a écrit le 23/12/2013 à 15:42 :
On savait que les médecins n'étaient pas à plaindre, mais de là à pouvoir s'offrir des domaines prestigieux !!! Tant mieux pour elle, mais c'est quand même pas l'histoire d'une réussite comme serait celle d'un fils d'ouvriers sans argent qui arrive à ce niveau. Comme quoi, il vaut encore et toujours mieux naître avec une cuillère en or dans la bouche :-)
Réponse de le 23/12/2013 à 17:43 :
mieux vaut naître avec une cuillère en or dans la bouche plutôt qu'une cuillère en bois dans le c....
Réponse de le 23/12/2013 à 20:26 :
@sylo: pas certain, de nos jours, il semble que de plus en plus de monde aimerait ta solution ... et en plus, c'est maintenant tout à fait légal :-)
a écrit le 23/12/2013 à 14:47 :
Vous feriez mieux de prendre en exemple des gens partis de 0, et non pas des heritiers
a écrit le 23/12/2013 à 13:41 :
Merci mon papa
Réponse de le 23/12/2013 à 17:44 :
On peut être né de parents fortunés et être bon en affaires. Le parcours professionnel de cette femme est bien plus brillant et exemplaire que celui du fils Fabius, le fils d'un édile de cette gôche toujours prompte à donner des leçons et à distribuer les bons points. Quand je lis ce genre d'article, j'applaudis.
Réponse de le 23/12/2013 à 18:23 :
Qui est son mari au fait ? ce Mr Stoebe qui est dirigeant d'un grands fonds d'investissement et qui lui a apporte son reseau professionnel, voila la realite. Ca aide pour commencer. Donc merci Papa et merci le Mari. Self made woman, bien sur ... La marmotte continue de mettre le chocolat dans le papier alu
a écrit le 23/12/2013 à 13:31 :
Elle s'est empressée de vendre les cuillères en argent et les couches en soie qui ont marqué sa naissance. Bref une femme d'affaires partie de rien !
Réponse de le 23/12/2013 à 14:41 :
et alors elle doit s excuser d etre née riche? donner tout son argent ? Elle bosse elle n est pas oisive elle a construit sur ce qu on lui a donné c est mieux et plus valorisaant que de de taper dans une baballe en se croyant interessant ou faire de la télé réalité pour donner un sens à son existence non?
a écrit le 23/12/2013 à 13:25 :
Outre son entregent, on aimerait savoir quelles sont ses vrais compétences ! Parce que si on s'en sert comme modèle, il ne faut pas que sa réussite ne soit due qu'à des avantages de classe, issus de sa naissance !
Réponse de le 23/12/2013 à 17:40 :
Le commentaire typique de l'anarcho-trostkyste encore à la fac à 35 ans.
Réponse de le 23/12/2013 à 17:47 :
réponse typique du capitalo-vaniteux...
Réponse de le 24/12/2013 à 9:24 :
Je suis heureux de constater que votre lobotomisation vous a laisse tres combatif
a écrit le 23/12/2013 à 12:45 :
Ça laisse rêveur tout ça. Heureusement qu'il y a des français qui réussissent pour que ce genre d'article puisse paraître ! On aurait aimé en savoir plus sur les activités dans le vin et sur les particularités de cette société de gestion de fortune.
Réponse de le 23/12/2013 à 17:47 :
C'est sur que les Pr. Carpentier et Fabiani sont moins sexy, par contre ils m'inspirent plus le respect et l'admiration que cette aimable personne dont l'apport à l'humanité est voisin du néant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :