En trente ans, la France a-t-elle beaucoup changé ?

 |   |  1733  mots
Paris, dans les années 80
Paris, dans les années 80 (Crédits : DR)
Une étude de l’Insee détaille les principales évolutions de la France dans le domaine économique et social. Principaux enseignements, la population a gagné 10 millions d'habitants, le pouvoir d'achat ne progresse plus, le marché du travail s'est assoupli et le nombre d'étudiants a doublé !

Qui a dit que l'immobilisme prévalait en France ? Que notre pays était incapable de s'adapter aux mutations économiques et sociales ? Une étude de l'Insee fait le point sur les nombreuses transformations qui ont modifié le visage économique et social de la France au cours des trente dernières années.

Dans le domaine économique.

Après une croissance moyenne de 5,3 % par an entre 1949 et 1974, le rythme de progression du produit intérieur brut (PIB) en volume a nettement baissé. De 1974 à 2007, la croissance ne s'élève qu'à 2,2 % par an en moyenne. Entre 2007 et 2012, années marquées par une récession d'ampleur sans précédent, la croissance annuelle moyenne du PIB est même proche de zéro (+ 0,1 %).

  • L'économie française s'est internationalisée

 Entre 1968 et 1984, la part des échanges extérieurs dans le PIB augmente de 14% à 24%. En 2012, elle atteint 29%.

  •  La structure de l'économie s'est modifiée

Depuis soixante ans, la chute de la part de l'agriculture dans la valeur ajoutée totale entamée dès l'après-guerre est marquante: encore de 18 % en 1949, elle est inférieure à 10 % dès le début de années 1960 et oscille aujourd'hui entre 1,5 % et 2 % selon les années. Par ailleurs s'amorce dès le début des années 1960 une baisse progressive de la part de l'industrie dans la valeur ajoutée, baisse qui s'amplifie à partir du milieu des années 1980. Elle a pour corollaire une croissance continue de la part des services principalement marchands, qui passe de 35 % au début des années 1950 à un peu plus de 50 % aujourd'hui.

Cette hausse du poids des services marchands est imputable pour plus de 40 % à des services consommés presque exclusivement par les entreprises (activités spécialisées, scientifiques et techniques ; activités de services administratifs et de soutien), ce qui illustre un fort mouvement d'externalisation des services par les entreprises, notamment industrielles. La part de la construction dans la valeur ajoutée totale, après avoir culminé entre 7 % et 8 % à la fin des années 1960, s'est stabilisée autour de 5 %. Enfin, les services principalement non marchands, qui relèvent pour l'essentiel de la sphère publique, représentent depuis le milieu des années 1980 environ 20 % de la valeur ajoutée totale, soit bien davantage qu'au début des années 1950 (12 %).

Dynamique au cours des années 1960, période au cours de laquelle il a progressé de 4,4% par an en moyenne, le pouvoir d'achat des ménages calculé par unité de consommation a ensuite fortement pâtit du ralentissement des gains de productivité horaire. Sa croissance fléchit ensuite pour s'élever à 1,2% en moyenne par an entre 1980 et 2007. Elle est proche de 0% en moyenne les années suivantes marquées par la récession de 2009.

Le taux de marge des SNF a connu de fortes fluctuations au cours des 60 dernières années, baissant fortement lors des épisodes de récession. " Aucun mouvement tendanciel ne se dégage toutefois ", constate l'Insee. Après une chute brutale au cours des années 1970 qui l'amène temporairement sous la barre des 25 %, il dépasse durablement 30 % après le contrechoc pétrolier de 1986. La récession de 2008-2009 entraîne cependant une baisse marquée du taux de marge. Il s'élevait à 28,3 % en 2012 puis à 28,1% en 2013.

Excédentaires ou proches de l'équilibre jusqu'en 1974, le solde des comptes publics est systématiquement négatif à partir de 1975. Il en résulte une forte croissance de la dette publique qui se traduit par un accroissement du poids des charges d'intérêt : aussi les finances publiques restent-elles déficitaires même lorsque le solde primaire redevient positif à la faveur d'une conjoncture économique plus favorable.

Dans le domaine de l'emploi

  • La population active a augmenté

En 2012, la France compte 6,2 millions d'actifs de plus qu'en 1975 ayant entre 15 et 64 ans. La population des personnes de 15 à 64 ans a progressé de 32,2 à 40 millions et leur taux d'activité est passé de 69 % à 71 %.

Le travail à temps partiel s'est fortement développé, surtout pour les femmes. Parmi celles qui travaillent, 30 % sont à temps partiel en 2012 contre 16 % en 1975. Près d'une femme à temps partiel sur trois souhaiterait travailler plus. Les contrats de travail temporaire sont de plus en plus nombreux, tout particulièrement chez les jeunes. Ainsi, en 2012, 52 % des salariés de 15 à 24 ans sont en CDD, en intérim ou en apprentissage. Ils étaient 18 % en 1982.

Le taux d'activité des femmes de 15 à 64 ans est passé de 53 % en 1975 à 67 % en 2012, alors que celui des hommes chutait de 84% à 75%. Les femmes représentent en 2012 presque la moitié des actifs contre 39 % en 1975.

  • Le chômage des jeunes a explosé

Entre 1975 et 2012, le chômage a connu dix ans de hausse puis des fluctuations entre 7,4 % et 10,7 %. Si les taux de chômage masculin et féminin se rapprochent, les différences par âge sont de plus en plus marquées. Le taux de chômage des 15-24 ans est ainsi passé de 6,8 % en 1975 à 23,9 % en 2012. Depuis 1982, ce taux n'est jamais retombé en dessous de 15 %.

  •  Les inégalités perdurent.

Parmi les personnes de 25 à 49 ans, le taux d'emploi de celles ayant un niveau Bac+2 est le plus élevé et augmente tendanciellement depuis trente ans. À l'inverse, celui des personnes sans diplôme ou avec le certificat d'études est le plus faible et baisse régulièrement sur longue période. Les inégalités face au chômage sont aussi manifestes. Ainsi, le taux de chômage des cadres en 2012 est le même qu'au milieu des années 1980, tandis qu'il a légèrement augmenté pour les professions intermédiaires. Les ouvriers qualifiés et les employés ont des taux de chômage plus élevés et plus

Face à la montée du chômage, les pouvoirs publics ont créé différents contrats aidés. La massive et régulière montée en charge du recours à ces contrats durant les années 1990 a conduit à plus de 800.000 bénéficiaires à la fin de cette décennie. Depuis, les contrats aidés ont fortement reflué (moins de 300.000 en 2012), tout particulièrement dans le secteur marchand.

En raison d'effets d'aubaine, le nombre de bénéficiaires de contrats aidés ne correspond pas au nombre d'emplois effectivement créés. Les créations d'emploi liées aux contrats aidés sont surtout portées par le secteur non marchand. Elles ont atteint un maximum d'environ 500 000 emplois créés en 2000 et sont autour de 200.000 en 2012.

Dans le domaine sociétal

L'espérance de vie à la naissance a progressé de 8,3 ans pour les femmes (84,9 ans en 2012) et de 6,5 ans pour les hommes (78,5 ans en 2012). L'avancée en âge des générations du baby-boom et de la baisse de la mortalité sont à l'origine du vieillissement de la population.

  • Les structures familiales évoluent

En 1982, seuls 3% des enfants mineurs vivaient avec un couple non marié ; c'est un mineur sur cinq aujourd'hui. 8% des enfants mineurs vivaient dans une famille monoparentale en 1982, contre 18% aujourd'hui. Le nombre de mariages célébrés est passé d'environ 350.000 en 1980 à moins de 250.000 en 2012.

 

Dans le domaine éducatif

  • Plus de bacheliers mais les disparités sociales demeurent

Dans les années 1980, 30 % d'une génération était titulaire du baccalauréat. Cette proportion atteint 65 % en 2010. Le développement de l'accès au baccalauréat s'appuie sur une diversification de l'offre avec la création du baccalauréat technologique en 1968 et du baccalauréat professionnel en 1985. Aujourd'hui, moins d'un bachelier sur deux est titulaire d'un baccalauréat général. L'écart de taux d'accès au baccalauréat selon la catégorie socioprofessionnelle du père s'est réduit au fil des générations, avec une très nette augmentation des bacheliers parmi les jeunes d'origine sociale défavorisée, mais il demeure important. Parmi les jeunes nés au milieu des années 1980, 55 % des enfants d'ouvriers ou d'employés ont eu le baccalauréat, contre 84 % des enfants de cadres ou de professions intermédiaires. Ces proportions étaient respectivement de 22 % et 63 % pour les générations nées 20 ans avant.

  • Un nombre d'étudiants qui a doublé

Conséquence de cette forte croissance du nombre de bacheliers, le nombre de jeunes qui étudient dans le supérieur a doublé en trente ans : il est passé de 1,2 million en 1980 à 2,3 millions au début des années 2010. Cette évolution s'est aussi accompagnée d'une diversification de l'offre de formation dans le supérieur. La part des étudiants en université est passée de 68 % en 1980 à 55 % en 2011, au profit des sections de technicien supérieur puis des écoles d'ingénieurs, de commerce, du paramédical et social.

Dans le domaine agricole

  • Moins d'exploitations

Les trente dernières années s'inscrivent dans la lignée des trente précédentes : le nombre d'exploitations s'est réduit fortement, dans le prolongement du mouvement de concentration des exploitations à l'œuvre depuis l'après-guerre. Ceci se traduit par une baisse importante du nombre d'exploitations (de 1,2 million en 1979 à 490.000 en 2010), et par un agrandissement de leur taille. Les exploitations moyennes et grandes (superficie agricole supérieure à 50 hectares) représentent 40 % du parc en 2010, alors qu'elles n'en représentaient qu'un peu plus de 10% en 1979.

  • Moins d'agriculteurs

Le nombre d'unités de travail agricole (UTA), une unité correspondant à l'équivalent d'une personne travaillant à temps plein pendant toute l'année, a diminué de 56 % entre 1980 et 2010. Parallèlement, la part des non-salariés a reculé au profit de celle des salariés. En 1980, les non-salariés représentaient 83 % de la main-d'œuvre totale ; en 2010, ils ne sont plus que 65 %. Depuis les années 1980, le salariat permanent et saisonnier s'est développé et tend à se substituer à la main-d'œuvre familiale.

  • Une rationalisation de la production

La baisse relative des prix agricole a incité les producteurs à adopter des modes de production plus efficaces, ce qui a permis d'accroître le volume de production jusqu'aux années 2000. La politique européenne, en soutenant certaines productions plus que d'autres, a modelé le paysage agricole. Les grandes cultures, plus rentables que l'élevage, ont eu tendance à prendre la place des prairies naturelles. L'élevage bovin a été profondément restructuré par ces réformes.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2014 à 5:10 :
Moi j'en vois plusieurs négatives :
- dettes publiques trop grosses, merci les BANQUES ET ASSURANCES
- chomage trop élevé, merci les PATRONS FRANCAIS qui sont allés en CHINE.
- attaques 11 septembre, on sait pas qui, mais ça arrange les USA pour attaquer l'afghanistan et l'irak.
- néo colonialisme en AFRIQUE
- explosion du prix des logements
.....
Réponse de le 30/01/2014 à 11:40 :
" chomage trop élevé, merci les PATRONS FRANCAIS qui sont allés en CHINE". Remarque partisane et ridicule. Merci les patrons qui sont restés et qui fournissent des emplois, merci mes patrons qui sont partis pour que leur société ne crèvent pas de l'impôt français. A ce sujet, je vous recommande d'ouvrir un dictionnaire et de regarder la définition d'une entreprise, et vous apprendrez que le but d'une entreprise est de créer de la richesse mais pas des emplois. Créez votre boite et vous comprendrez vite que votre principale préoccupation sera de vous développer, mais pas d'embaucher. L'emploi est un plus, mais pas une finalité pour une entreprise, il faut arrêter avec ce mythe socialiste qu'une société doit créer de l'emploi CE N'EST PAS SON ROLE (pas plus que l'Etat, d'ailleurs).
Réponse de le 30/01/2014 à 11:59 :
les patrons sont là pour se remplir les poches Mais oui,mais oui.......... rien que pour vous les autres peuvent creu ver
a écrit le 30/01/2014 à 2:07 :
C'est une caricature ou vous faites exprès de gommer les sujets qui fâchent?
Réponse de le 30/01/2014 à 5:05 :
Un français d'origine "blanche", ça vous dérange pas, mais un français d'origine "noire ou basanée" , si ? Vous preferez l'hypocrisie.
Réponse de le 30/01/2014 à 12:43 :
Euh... pas sûr d'avoir tout compris, mais en tout cas parmi les sujets qui fâchent il en est un paquet qui ne sont pas mentionnés et n'ont aucun rapport avec l'origine des français. Et tout à fait entre nous, employer "basané" comme vous le faites me choque. Seriez-vous de ces provocateurs de bas étage qu'on appelle communément des trolls?
a écrit le 29/01/2014 à 19:36 :
Il y a 30 ans, la France n'était pas une dictature socialo franc maquereaux. Une autre question ?
Réponse de le 29/01/2014 à 21:07 :
Les responsables de la gérontocratie actuelle (économie de rente immobilière) y travaillaient. Maintenant, ils se battent logiquement pour éviter de payer des taxes sur leurs enrichissements sans cause et laisser la dette aux enfants des autres et aux entreprises...
Réponse de le 29/01/2014 à 21:58 :
Etant donné que l'électricité, le chemin de fer, les cigarettes, etc étaient en monopole public d'une part, et que l'ensemble des prix de TOUS les produits étaient décidés dans les cabinets ministériels (même les rasoirs, les stylos, TOUT !), cela montre que vous feriez mieux de vous retenir avant d'écrire des énormités...
Réponse de le 30/01/2014 à 6:43 :
Alextpe : vous confondez bureaucratie et dictature. Rendormez-vous ...
a écrit le 29/01/2014 à 19:25 :
On peut faire le même constat pour quasiment tous les pays développés. Une forte croissance (anormale en fait) entre 1945 et 1985 liée à une explosion de la productivité sur fond d'énergie et de matières premières pas chères. Et depuis 1985 une succession de crises financières, boursières qui n'en finissent pas de saper les fondements d'une société déboussolée qui ne sait plus comment faire avec une énergie chère, des matières premières en voie de raréfaction, et une croissance retombée à son niveau historique. Ça n'a rien de typiquement français.
Réponse de le 29/01/2014 à 21:59 :
On est pas dans les plus mal lotis, mais dans classement on baisse lentement mais surement et je ne parle pas des JO.
a écrit le 29/01/2014 à 18:37 :
Laissez moi partir...Laissez-moi quitter la France...Je suis prêt à aller n'importe où , et à faire n'importe quoi...laissez-moi devenir balayeur à Jérusalem ou en Roumanie...pitié , je veux quitter ce pays...Je demande l'asile POLITIK !!!
a écrit le 29/01/2014 à 17:48 :
Il y a 30 ans la France était la 3ème puissance militaire, économique et diplomatique !
a écrit le 29/01/2014 à 16:20 :
IL y a trente ans les français aimaient leur pays, maintenant ils ne font que de le critiquer.
c'est un bon sujet aussi, non?
Réponse de le 29/01/2014 à 16:28 :
Ils sont vieux maintenant!
a écrit le 29/01/2014 à 15:49 :
Notre problème c'est le trop grand nombre de vieux. Ils pèsent beaucoup trop lourd électoralement, financièrement et influent beaucoup trop sur nos valeurs morales et culturelles. Ils entretiennent le mythe d'une France parfaite avant (avant quoi, je sais pas..), notre réputation de peuple arrogant appartenant à La Grande Nation et sont d'un conservatisme mortifère. Ils ne veulent pas qu'on supprime leur commune ou leur département, payer les mêmes impôts que les autres, que l'on construise près de chez eux, qu'on fasse du bruit dans un bar ou une salle de concert, qu'on touche à toutes les différentes rentes dont ils bénéficient, charger toujours plus les actifs etc..Il n'y a pas à chercher bien loin pourquoi nombre de nos jeunes quittent, au moins temporairement, notre pays. Ils veulent respirer quoiqu'ils leur en coûtent de partir de notre pourtant très belle France. Ils doivent se réveiller vite car la fracture générationnelle est de plus en plus grande et ça pourrait mal finir car elle est entrain de supplanter dans ma génération le traditionnel (faux) clivage gauche/droite. Jusqu'à quand devrons nous payer autant, avec une probabilité assez certaine de rien avoir au bout, pour des gens qui freinent toute évolution du pays? Moi j'en ai déjà marre. Pour les personnages de Germinal qui ont bossé 45 heures (et patati et patata), je suis entrepreneur et je les fait aussi. Je râlerai pas si c'était un peu plus pour ma pomme et celle de mes enfants, plutôt que pour que vous puissiez passés l'hiver à Marrakech.
Réponse de le 29/01/2014 à 16:29 :
dans 30 ans ,les jeunes diront la meme chose de toi ,tu auras travaille toute ta vie 12 h par jours ,des fois 7 sur 7 ,mais tu seras un vieux con capitaliste et egoiste ....!
Réponse de le 29/01/2014 à 17:13 :
@Nico: Votre commentaire est une caricature. Fort heureusement, tous les "vieux" ne sont pas comme vous les décrivez, mais en plus, je connais nombre de jeunes qui raisonnent comme des "vieux". Pour ma part, bientôt soixantenaire, toujours en activité et pour une dizaine d'année j'espère, mais plus en France, trop d'employeurs ( en fait, presque tous...) catégorisant les "vieux" (plus de 50 ans) comme des incapables ou des cas sociaux. Non, j'ai trouvé mon bonheur ... en Suisse! Et c'est en tenant le langage que vous tenez que vous devenez... vieux!
Réponse de le 29/01/2014 à 18:12 :
Dans ma ville les entrepreneurs vivent essentiellement grâce aux vieux comme vous dites . Ces personnes âgés ne sont pas très regardantes sur les devis exorbitants proposés.
Quant aux jeunes tentés par un départ pensez vous qu'ailleurs on les attend avec des salaires exceptionnels.
Si vous faites 45 h par semaine pour presque rien changez d'activité .
Réponse de le 29/01/2014 à 19:28 :
C'est pas faux ce que vous dites. Bien que tous les vieux ne soient pas logés à la même enseigne. Je suis également entrepreneur, mais ce que j'entends de ceux qui reviennent de vacances à l'étranger me perturbe. Les français font la "gueule"alors que dans des pays comme l'Amérique latine, l'Asie, les personnes sont souriantes et plus optimistes... Peut être qu'il y a plus de jeunes !!!
Réponse de le 01/04/2016 à 19:02 :
c'est sur que les arabes à profusion en France pèsent moins lourd que les vieux et sont vraiment très utiles à la France.....
a écrit le 29/01/2014 à 15:20 :
La france n'a plus de monnaie plus de frontieres plus d'industries meme sa culture et en danger .Les elites europeistes nous ferons payer la revolutions de 1789 notre pays sera depece et vendu
a écrit le 29/01/2014 à 15:10 :
L'elite qui a eu peur du mouvement contestataire de la jeunesse qui refusait la consommation et le capitalisme a creer une crise factice qui dure encore ,il a suffit d'obliger les etats a emprunter aux banques prives en 1973 ,manipulation du cour de l'or et du dollar et depuis ils nous tiennent dans leurs mains
a écrit le 29/01/2014 à 14:57 :
1 a 2 % de la population devient chaque année plus riche et 98 à 99 % de la population devient chaque année plus pauvre comme dans tous les pays du monde.
a écrit le 29/01/2014 à 14:21 :
Une photo plus conforme à ce qu'était la France il y a 30 ans!
a écrit le 29/01/2014 à 14:16 :
il ne faut que quelque mois après mai 2012 pour qu'en 2013, la France disparaîsse des écrans radar des investisseurs internationaux. Le Cnuced dans son rapport préliminaire sur l’évolution des flux d’investissements dans le monde pour 2013 est venue le confirmer. La France n’a accueilli que 5,7 milliards de dollars d’investissements direct étrangers (IDE). Un recul de 77 % qui s’ajoute à celui constaté en 2012, car la France avait déjà enregistré une baisse de 35 % l’année dernière , à 25 milliards de dollars. Par contre, les flux sont en hausse pour l’Union européenne, +392 % pour l'Allemagne en 2013. Le rétro-pédalage dans la panique généralisée ne fait pas que peur aux français...
a écrit le 29/01/2014 à 13:41 :
Il suffit de se promener dans les rues pour se rendre compte combien la France a changé et combien la France va changer encore plus." La disparition de notre belle culture française ne fait plus guère de doute. Simple question de temps " (Dixit livre "les corps indécents") On n'arrête pas le progrès.
Réponse de le 29/01/2014 à 14:16 :
Oui, on connait la chanson :" En mon temps, quand j'étais plus jeune, blablabla,..". La culture évolue en s'inspirant d'autres cultures. Restez donc accroché à vos peurs..
Réponse de le 29/01/2014 à 21:56 :
Mouais la ghettoïsation à l'américaine non merci et pourtant on fonce tête baissée. Et peut-être nous les plus anciens on a voyagé et on a vécu pour pouvoir comparer.
a écrit le 29/01/2014 à 13:27 :
Nous somme un pays en pleine dégringolade morale , économique et politique . La preuve :
Les nouveaux investissements directs étrangers (IDE) en France ont chuté de 77 % en 2013, pour tomber à 5,7 milliards de dollars, soit 4,1 milliards d'euros, selon les données publiées mardi 28 janvier par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced).
a écrit le 29/01/2014 à 13:22 :
En trente ans, la France a vu son tissu industriel se réduire comme peau de chagrin : c'est le résultat de la pression exagérée sur les prix et les délais de paiement imposée par les acheteurs des grands groupes, les constructeurs automobiles et la grande distribution notamment, sur leurs petits fournisseurs. Tout çà pour le plus grand bien des fonds de pension américains et autres, puisque ce sont eux qui détiennent l'essentiel du Cac 40. Dingue, non ?
a écrit le 29/01/2014 à 12:42 :
la gene des 20 ans apres guerre on releve le pays par le travail dur, leurs enfants baby boum ont fait vivre le pays a credit, leurs enfants un peux palmes vont plonger le pays, leurs enfants a partir de 7 ans sont des delinquants
Réponse de le 29/01/2014 à 14:12 :
Analyse vraiment simpliste et pessimiste.
Réponse de le 29/01/2014 à 14:51 :
vous êtes un parfait exemple de ce qui plombe aujourd hui la France: le vieux conservatisme renfermé. Il faut baisser les retraites d'urgence!
a écrit le 29/01/2014 à 12:42 :
pour les malvoyants qui jugent que la photo plus ancienne...sauf erreur de ma part la Peugeot 305 et 505 ainsi que la Ford Fiesta ne sont pas des vehicules d'apres guerre!
Réponse de le 29/01/2014 à 14:25 :
@ JBM 1980
Nous parlions de la 1° Photo où l'on voyait une ménagère dans sa cuisine avec du mobilier et du matériel ménager des années 50/60...
Réponse de le 29/01/2014 à 15:17 :
il y avait une autre photo !
a écrit le 29/01/2014 à 12:28 :
Dans notre nouveau monde on ne se marie plus beaucoup, au pire on se pacse (!!!!) , on divorce, on se sépare...On vit de plus en plus en monoparental ou célibataire, on ne se supporte plus entre homme femme. A qui la faute ?
1) L'éducation qui conduit les jeunes à vivre entre copains, copines jusqu'à des 25 ans. Récemment en faisant des recherches généalogiques, j'ai constaté que les anciens se mariaient globalement entre 19 et 24 ans et avaient leurs enfants rapidement après. A ces ages là on se découvre et on s'adapte plus facilement l'un l'autre. Après 25 / 30 ans l'on a son caractère affirmé et cela devient beaucoup plus difficile....
2) L'émancipation (exgérée?) des féministes actuelles qui ne supporte plus les hommes... et là c'est un problème de société.
Personnellement je préférais la drague de l'Italien et la galanterie Française !!!!!
Réponse de le 29/01/2014 à 15:19 :
c 'est sur ça fait rêver votre monde d'avant hier. Vous pouvez émigrer au moyen orient par exemple, vous serez plus heureux dans ces sociétés sclérosées.
Réponse de le 29/01/2014 à 21:12 :
"j'ai constaté que les anciens se mariaient globalement entre 19 et 24 ans et avaient leurs enfants rapidement après" : Aujourd'hui, à défaut d'avoir 50 000 à 100 000 euros tombant du ciel, ils préparent un apport jusqu'à 35 ans avant de faire naître des gamins dans des cages à poule.
Pendant ce temps, les "anciens" se plaignent de payer à nouveau des impôts locaux en vivant seul dans plus de 90 mètres carrés, des pensions de retraite supérieures aux salaires des actifs ou en gagnant au lotto des PV immobilières (voter des subventions sur les prix à aider).
a écrit le 29/01/2014 à 12:28 :
Dans notre nouveau monde on ne se marie plus beaucoup, au pire on se pacse (!!!!) , on divorce, on se sépare...On vit de plus en plus en monoparental ou célibataire, on ne se supporte plus entre homme femme. A qui la faute ?
1) L'éducation qui conduit les jeunes à vivre entre copains, copines jusqu'à des 25 ans. Récemment en faisant des recherches généalogiques, j'ai constaté que les anciens se mariaient globalement entre 19 et 24 ans et avaient leurs enfants rapidement après. A ces ages là on se découvre et on s'adapte plus facilement l'un l'autre. Après 25 / 30 ans l'on a son caractère affirmé et cela devient beaucoup plus difficile....
2) L'émancipation (exgérée?) des féministes actuelles qui ne supporte plus les hommes... et là c'est un problème de société.
Personnellement je préférais la drague de l'Italien et la galanterie Française !!!!!
a écrit le 29/01/2014 à 12:20 :
Démoralisent les francais
a écrit le 29/01/2014 à 12:18 :
Par rapport à ses voisins la France a décliné notamment au niveau des infrastructures et du parc immobilier. Le centralisme est de plus en plus visible et les Collectivités dépensent à tout va sans quasiment aucun contrôle.Le pays part à la dérive avec la perte de tous ses repères.
Réponse de le 29/01/2014 à 14:41 :
La France à décliné au niveau des infrastructures !!!!! Vous plaisantez j'espère. Sortez donc de France.....
a écrit le 29/01/2014 à 12:15 :
La France ..n'a pas changé en trente ans ...les socialistes ont réussi... par défaut... a s'emparé du pouvoir....!
Réponse de le 29/01/2014 à 13:25 :
C'est quoi le rapport avec les socialistes ??????
Réponse de le 29/01/2014 à 16:32 :
à s ´ emparer !!! bourrique !!
Réponse de le 29/01/2014 à 17:53 :
Le mariage des gays, la théorie du genre, les érections publiques des 1er d'entre-eux, inversement proportionnelles à la courbe du chômage, les usines qui ferment etc... Stop ou encore !
a écrit le 29/01/2014 à 12:14 :
On va obliger les hommes à faire la vaisselle et à accoucher, c'est ça l'égalité homme femme. Quand au sexisme, les féministes actuelles deviennent souvent bien pire que les hommes dans leur comportement matcho. Mais le balancier reviendra ... dans une génération ! dans 20 ans... (Regardez les femmes fument de plus en plus alors que les hommes de moins en moins ! , les femmes portent des pantalons et les hommes vont bientôt mettre des jupes ! )
a écrit le 29/01/2014 à 11:28 :
Je ne suis pas d'accord avec la phrase "Le marché du travail s'est nettement assoupli".
Un accroissement du nombre de contrats temporaires ne veut pas dire que le marché de l'emploi s'est assoupli, c'est faux archi faux. Le marché de l'emploi est on ne peut plus rigide aujourd'hui ! Il suffit de créer une entreprise et embaucher quelqu'un en CDI pour s'en rendre compte. Encore une fois, les gens parlent de ce qu'ils ne connaissent pas.
Réponse de le 29/01/2014 à 12:02 :
C'est pire ! on bavasse et se conforme au toujours plus vite pour être conforme, sans réflexion . L'on a perdu notre jujotte.
a écrit le 29/01/2014 à 11:19 :
Du bon et du moins bon

10 millions de plus grâce à notre "taux de fécondité" particulièrement élevé.
Faut pas trop chercher pourquoi il y a une crise du logement (une ville comme Rennes à construire tous les 10 ans).

La désindustrialisation est partielle : externalisation des services

Taux de marge de 28 % des sociétés non financières et on nous dit qu'il faut baisser les charges sur les entreprises ? Alors qu'aujourd'hui dans le coût des produits le travail ne représente plus que 25 % ? Hollande plus Sarkozyste que Sarkozy on dirait
Réponse de le 29/01/2014 à 12:52 :
Incroyable la connaissance démographique du français moyen: Votre "taux de fécondité" actuel et sur les 30 dernières années est insuffisant pour faire croître la population. C'est le veillissement du baby-boom (très fécond) et le gain en espérance de vie des vieux qui fait que la France veillit. Uniquement la population des vieux augmente.
Réponse de le 29/01/2014 à 14:42 :
Trois causes à notre démographie: Oui, il y a l'inertie de la pyramide des âges (baby-boomers), ainsi que l'augmentation de l'espérance de vie (d'où la difficulté à financer les retraites), mais aussi le solde migratoire. Quant à la fécondité, elle est en -dessous du taux de renouvellement des générations (2,1) depuis longtemps (1965 je crois), et elle baisse doucement depuis 3 ans.
Réponse de le 29/01/2014 à 16:15 :
N'étant pas français moyen mais "gaulois assumé", j'utilisais une périphrase politiquement correcte pour parler de l'immigration de masse. Donc Archi-faux, il n'y a pas que la population des vieux qui augmente ...
a écrit le 29/01/2014 à 11:05 :
Eloquent article qui parle de la France en omettant les Français. Les transferts ou adaptations n'ont été que des mécanismes instrumentalisant les populations, au mépris des valeurs humanistes ou de vie en société. La fameuse externalisation envahissante n'a été qu'une défausse de la conscience professionnelle, la déontologie ou l'éthique a été sous la hiérarchie de la conformité aux normes et règlements. Le milieu national des Français s'est dégradé.
a écrit le 29/01/2014 à 10:43 :
Que dites vous de cela ?

Merci à ceux qui ont voté HOLLANDE ! Ils ne peuvent que s'en prendre qu'à eux mêmes !

A DIFFUSER SANS MODERATION
C'était trop beau pour que cela dure, on va encore payer.

Tous à vos porte-monnaies !!!

François Hollande rétablit la vignette automobile !

Il faut croire que les caisses de l'Etat sont vraiment vides. Jean Marc Morandi, le ministre du Budget, vient d'obtenir l'aval de François Hollande pour rétablir la vignette automobile ! Un impôt pourtant supprimé en 2001 par... Laurent Fabius, ministre de l'Economie de Lionel Jospin. Comme si les automobilistes n'étaient pas assez ponctionnés ! La décision ne devait être rendue publique qu'après les élections, afin de ne pas fragiliser les listes du PS, mais c'était compter sans les réseaux dont dispose encore l'UMP au sein de administration fiscale. D'où cette fuite, qui redistribue les cartes, puisque c'est l'UMP qui va dénoncer la pression fiscale, et le Parti socialiste qui va devoir la justifier!

La nouvelle vignette automobile entrera donc en vigueur rétroactivement au 1er janvier 2014, et le texte devrait être promulgué par décret au cours de la dernière semaine de juin, juste avant les départs en vacances, période assez peu propice aux manifestations. La seule bonne nouvelle est que la proposition de supprimer les départements a été définitivement enterrée par l'Elysée: la nouvelle vignette, qui sera disponible chez les débitants de tabac le 1er septembre, est départementalisée en fonction du lieu de résidence du propriétaire du véhicule, et chaque conseil général pourra décider du monument qui figurera sur le pare-brise. Mais c'est tout: les recettes fiscales, elles, iront à l'Etat. et l'automobiliste continuera d'être une vache à lait, d'autant que les tarifs n'auront aucune mesure avec ceux que l'on connaissait. Pire, cette vignette sera assujettie à la TVA, elle même taxée !
Réponse de le 29/01/2014 à 11:38 :
Vous reprenez le même hoax toutes les années ? et vous croisez les doigts ?
Réponse de le 29/01/2014 à 11:51 :
c'est nous qui payons leur erreur;
Réponse de le 29/01/2014 à 14:22 :
Il manque 200 milliards/annuellement à la France. Que ça soit Hollande, Sarko, le centre ou les extrêmes l'addition est la même. Et les pigeons de payeurs je vous laisse imaginer qui. Car pour se qui est de réduire la gabegie étatique (57% du PIB) il va falloir attendre longtemps avant que ces messieurs s'auto-contrôle.
a écrit le 29/01/2014 à 10:39 :
En 30 ans , la France s'est faite remonter par TOUT LE MONDE. Et ce n'est pas fini.
a écrit le 29/01/2014 à 10:22 :
La photo, elle, a deux fois trente ans!
L'étude est juste. Ce qui va se passer? Personne n'en sait rien. Nous sommes toujours en crise, la croissance est une nébuleuse inatteignable.Les prochaines crises sont en gestation, matières premières (dont le pétrole), agricoles, futures bulles financières, immobilières, aléas climatiques, soubresauts de la planète etc...Le monde continuera de tourner et ses habitants s'adapteront.
a écrit le 29/01/2014 à 9:37 :
Après le baby boom... le papy boom ok... retour au réalité pour bientôt, car l'immortalité n'existe pas heureusement donc logique bientôt le dead boom. Et là on verra l'état de la France dans toute sa splendeur vu qu'ils ont eu le temps de faucher la jeune génération.
a écrit le 29/01/2014 à 9:33 :
les français sont devenus un peuple de vieux
a écrit le 29/01/2014 à 8:33 :
Donc plus de chomage, de SDF, de pauvres, d'immigrés, d'endettement.
a écrit le 29/01/2014 à 8:30 :
La foto a 70 ans !
a écrit le 29/01/2014 à 7:58 :
La photo date de 60 ans !
Réponse de le 29/01/2014 à 16:35 :
il n y a pas defoulards ,c est donc avant 1975 .....!
Réponse de le 29/01/2014 à 21:04 :
Avec ce qui ressemble fort à des R9 et une 205?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :