Plan d'économies : le gouvernement peine à convaincre tous les députés PS

La fronde au sein de la majorité est loin de se calmer. Après la présentation du programme de stabilité, certains députés PS affirment même qu'ils ne le voteraient pas le 29 avril prochain.

3 mn

Une partie des députés PS menacent de ne pas voter mardi prochain le programme de stabilité présenté par le gouvernement Valls. Reuters
Une partie des députés PS menacent de ne pas voter mardi prochain le programme de stabilité présenté par le gouvernement Valls. Reuters (Crédits : reuters.com)

"Je n'ai pas été convaincu du tout par la leçon d'économie du gouvernement". Patrice Prat, député du Gard, est loin d'être le seul à tenir ce discours à la sortie de la réunion mercredi, avec le ministre des Finances Michel Sapin et le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert. 

Des divergences qui durent

La semaine dernière déjà, des députés de la majorité avaient adressé une lettre à Manuel Valls, pour le faire revenir sur "son plan d'austérité". Mardi, une douzaine d'entre eux ont également présenté au Premier ministre Manuel Valls un plan d'économies alternatif, pour épargner les plus démunis. "On ne peut pas raboter à l'infini" prévenaient-ils. Mené par Karine Berger et Valérie Rabault, ce programme voulait rassembler la majorité dans l'optique du vote du 29 avril.

Mais rien n'y fait. Les député PS ne semblent pas ce soir être prêts à s'entendre avec le gouvernement. Yann Galut rapportait même que la réunion d'aujourd'hui avait été "chaude".

"On n'a pas été élus pour cela"

Le député de Saône-et-Loire Thomas Thevenoud a ouvert le feu des critiques, suivi par la député de Paris Sandrine Mazetier ou la Bretonne Chantal Guittet qui a dit "ne pas avoir été élue pour cela". "C'était le bureau des pleurs", a ironisé Christophe Caresche, qui lui soutient le plan du gouvernement.

Plus tôt dans la journée, alors que Michel Sapin et Christian Eckert étaient auditionnés par la commission des Finances, quelques députés avaient déjà dit qu'ils n'approuveraient pas le plan. Pascal Cherki sera l'un d'eux :

"On fait campagne en Europe contre le totem des 3% et en même temps notre propre gouvernement se comporte comme le bon élève austéritaire en Europe, c'est incohérent", tonne-t-il.

Le risque de la tache d'huile 

Si la position de ce membre de l'aile gauche du PS n'est pas surprenante (il faisait partie des onze - sur 291 - à s'être abstenus lors du vote de confiance), elle pourrait s'étendre à d'autres députés en dépit des mises en garde du président de groupe, Bruno Le Roux, contre "les tentatives d'échappées individuelles".

Laurent Baumel, qui avait déjà voté avec réticence la confiance au gouvernement Valls, répète ainsi :

"Cette fois je ne vote pas. Il n'y a pas d'inflexion sérieuse de la politique budgétaire. La déroute des municipales n'a servi à rien."

Le porte-parole du groupe PS veut rester confiant

Certes, à l'occasion de la réunion mardi avec la délégation de députés en faveur d'un "plan alternatif", Manuel Valls s'est dit ouvert sur les petites retraites et a accepté l'idée d'une clause de revoyure annuelle tenant compte de la croissance pour le point d'indice.

Reste à savoir combien de députés au final s'abstiendront si le gouvernement ne fait pas de geste d'ici le 29. D'autant que le groupe EELV-Les Verts avait déjà agité la menace la semaine dernière de ne pas voter le plan "en l'état". En fin de journée, le porte-parole du groupe Thierry Mandon se voulait cependant confiant sur le vote mardi. 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 26/04/2014 à 4:03
Signaler
Voila du progrès social et pour les jeunes, l'Europe débloque des aides, mais après les études, y a rien... on laisse les gens livrés à eux même... alors le but c'est le chômage?

à écrit le 26/04/2014 à 3:22
Signaler
On économise fort bien, au détriment des gens... Mais, quid de l'intérêt supérieur de la France, alors qu'on nous publie le rachat d'une grande entreprise, et pourquoi pas les pme qui ont fermé, et le bon système que voila, alors qu'on publie les fon...

à écrit le 26/04/2014 à 3:16
Signaler
Au lieu de parler baisse de prestations, ne pourrait-t-on parler emploi au lieu de chômage... avec une bonne moitié de jeunes au chômage après les études. Il manquerait pas une case?

à écrit le 26/04/2014 à 2:59
Signaler
On économise sur le social par l'austérité sans relancer la croissance! A quand l'emploi gratuit? Combien aurons-nous de chômage en fin d'ânées? On entend dire l'Europe on ne s'en occupe plus, c'est une zone de non croissance... alors avec l'affaire ...

à écrit le 26/04/2014 à 1:30
Signaler
On économise sur le social sans croissance? Alors vive le sud, vive le chômage et vive l'austérité! A quand une association des jeunes diplômés français dans cet enfer qu'on nous fait? On joue à froufrou sans industrie?

à écrit le 26/04/2014 à 1:13
Signaler
On nous publie les grandes entreprises ont toutes des plans de départ de la France siège ou activités... pouvez-vous commenter. La CAC couic, on joue à pouic pouic? Par ailleurs on parle avec de grands maux, alors nous sommes en France Faible, pays d...

à écrit le 25/04/2014 à 11:27
Signaler
Les riches sont toujours là et on tire sur la population en augmentant le chômage et en baissant les prestations sociales... à quand l'esclavage? Abstentionnistes de France et de Navarre, premier mouvement d'ici et d'ailleurs, ralliez-vous! MARECHAL ...

à écrit le 24/04/2014 à 23:37
Signaler
on paye les élus pour gérer au mieux, organiser de façon rationnelle, ils ne font que dépenser, recruter, saupoudrer, jamais de toilettage du labyrinthe administratif, jamais de réduction de dépenses inutiles...ils sont en gréve permanent de gestion ...

à écrit le 24/04/2014 à 21:53
Signaler
C'est plus fort qu'eux, il y a encore des socialistes au PS qui ne sont pas sociaux démocrates, mais collectivistes et marxisants. Que voulez-vous faire avec de pareils traîne-patins, qui croient que c'est l'Etat qui crée des richesses, que l'argent ...

à écrit le 24/04/2014 à 17:42
Signaler
Certains députés socialistes veulent nous faire croire qu'ils ne voteront pas? Ils ont déjà fait le coup pour le votre d'investiture, mais ils se sont soumis. Est ce qu'ils sont capable d'aller jusqu'à la dissolution de l'Assemblée Nationale NON le...

à écrit le 24/04/2014 à 13:42
Signaler
"Nous n'avons pas été élus pour cela": cela résume bien la situation. Mais au fait, pourquoi ont'ils été élus? Pour nous enfoncer encore un peu plus? J'ai écouté Gilbert Collard sur C+ à CPolitique, et il a dit une chose avec laquelle je suis d'accor...

à écrit le 24/04/2014 à 12:40
Signaler
pauvre pays une elue maire du calaisis vient de passer de 4000 a 12000euroq mensuel sa renumeration

à écrit le 24/04/2014 à 12:36
Signaler
Les députés socialistes refusant ce pacte ne prendront aucun risque. Si le gouvernement n'arrive pas à adopter le texte, ce sera la dissolution. Ils tentent jusqu'au bout de grapiller des promesses avant le vote. Ils sont hors des réalités économique...

à écrit le 24/04/2014 à 12:09
Signaler
Le courage ? Les députés socialistes qui voteront non ; la honte , les députés UMP qui voteront pour . Au fait , que compte -faire le général Hollande alors que la guerre civile s'installe aux frontières orientales de l'Europe ? La paix et la prospér...

à écrit le 24/04/2014 à 11:45
Signaler
Sa Majesté coûte très chère et les vilains ne la supportent plus.

à écrit le 24/04/2014 à 11:43
Signaler
Les socialistes n'ont pas de paroles . Encore une preuve , au niveau de l'europe socialistes et umpistes votent ensemble les mêmes textes . Ils sont pires que leur prédécesseurs . Donc je revois mon bulletin de vote pour les européennes ; il y en a u...

à écrit le 24/04/2014 à 10:33
Signaler
Amusant certains députés socialistes s aperçoivent que leur parti n est pas socialiste .Et certains députés UMP s aperçoivent que le parti socialiste va dans la bonne direction .

le 24/04/2014 à 11:42
Signaler
C'est évident. Depuis longtemps déjà, les gouvernants de la France ont vendu les souverainetés de l'Etat pour un plan de lentilles du foirail européen. Le duo UMPS passe son temps à se piéger ; l'UMP tente d'acculer les socialo à faire le sale boulo...

à écrit le 24/04/2014 à 10:00
Signaler
On entend plus beaucoup parler des taxes sur les hauts revenus, de surveiller la finance et de s'attaquer au paradis fiscaux. On reviens plutôt aux économies sur les classes moyennes sans doutes nécessaires par contre le reste est tombé aux oubliette...

à écrit le 24/04/2014 à 9:42
Signaler
cela ne peut etre compris ils ne font pas d'economies ils rabotent les prestations sociales EXEMPLE DES RETRAITES ILs NE TOUCHEnt pas aux privileges retraite des élus ils ne touchent pas aux privileges des regimes speciaux ils ne touche pas a...

à écrit le 24/04/2014 à 8:25
Signaler
Les deputes ne pensent qu à une chose leurs interets...etre reelu à tout prix depuis 30 ans le reste...l avenir...on s en fout...pourvu que ca dure (leur business)

à écrit le 24/04/2014 à 8:04
Signaler
P.S = politique sociale rejetée

à écrit le 24/04/2014 à 5:17
Signaler
Le plan Vals n est pas parfait parce qu insuffisant en réforme structurelle rapide pour libérer les énergies brimées par les carcans juridiques et administratifs' Et quoiqu'un en dise les députés récalcitrants du PS, la réussite de ce plan VALS est ...

à écrit le 24/04/2014 à 3:53
Signaler
Moi je voudrais bien les virees l'aile rouge du PS. Ils nous ont pondu les 35h, Taxes sur les grandes fortunes, la taxe a 75%. Ces mesures ont erodes la competitivitee de nos entreprises, fait fuirent les capitaux et ceux qui souhaitaient investir ...

à écrit le 24/04/2014 à 3:14
Signaler
Pour faire des économies commençons par diviser par deux (au moins) le nombre d'élus (plus de 600.000 !!!!) qui se gavent sur le dos de ceux qui travaillent. C'est unique au monde une telle armada !

à écrit le 24/04/2014 à 2:10
Signaler
On préfère tirer sur la société et les prestations sociales que faire des emplois et de la croissance? Fait-on dans l'âne çon, dans l'âne long ou bien dans l'âne à dos d'homme? L'Europe du progrès et du bonheur, c'est ça? Est-ce que c'est ça le bonhe...

à écrit le 23/04/2014 à 22:16
Signaler
S'il n'y a pas une majorité pour un acte essentiel de la législature, il ne restera à Hollande QUE la dissolution de l'assemblée nationale... bon Ben, 2017 viendra peut être plus vite que prévu !!?! ... allez...chiche ???!

le 24/04/2014 à 7:57
Signaler
Mais aucune nouvelle majorité est en mesure d'exprimer une solution valable. Ce serait encore pire que maintenant.

le 24/04/2014 à 11:49
Signaler
Tout à fait juste. Mais l'habitude est de faire valser la majorité entre deux danseurs, qui se savonnent la piste. Peut-on faire pire, puisqu'on fait toujours pareil ? C'est le foirail de Bruxelles,"anglo-saxonisé"qui détient la souveraineté absolue,...

à écrit le 23/04/2014 à 22:10
Signaler
Qu'il ait la confiance ou pas des députés, on s'en tape, on sait tous qu'Hollande et ses copains n'ont pas la confiance des Français, la seule qui ait un intérêt vrai.

à écrit le 23/04/2014 à 22:09
Signaler
Nommer Valls n'était déjà pas crédible, alors le reste, hein...

à écrit le 23/04/2014 à 22:08
Signaler
Ne pas oublier que Hollande a dans le gouvernement des ennemis des primaires PS d'hier, et que les députés font partie de différents mouvements. En sous-main, ça doit y aller les peaux de bananes ! ! ! Ce gouvernement n'est pas crédible.

à écrit le 23/04/2014 à 20:58
Signaler
Et vous avez encore rien vu. Attendez la branlée aux élections europeenes ...

le 24/04/2014 à 11:52
Signaler
La branlée ne pourrait être que générale, contre socialos et anti-socialos, puis qu'ils font la même chose, sauf détails secondaires.

à écrit le 23/04/2014 à 20:26
Signaler
Il devrait même peiné à convaincre tous les députés PS s'ils étaient encore "socialistes"... ... Malheureusement les intérêts de la place l'emporte sur les opinions... et les promesses électorales !....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.