Pourquoi et comment le régime de l’auto-entreprise a été sauvé

 |   |  595  mots
Grâce au projet de loi du gouvernement, la hâche de guerre entre les artisans et les auto-entrepreneurs devrait être enterrée
Grâce au projet de loi du gouvernement, la hâche de guerre entre les artisans et les auto-entrepreneurs devrait être enterrée
Le contenu du projet de loi « Artisanat, Commerce, Très Petites Entreprises » satisfait pleinement les auto-entrepreneurs et…les artisans, historiquement très remontés contre le régime de l’auto-entreprise. Le texte sera voté le 5 juin en commission mixte paritaire au Sénat.

Encore quelques jours à attendre. Le 5 juin, au Sénat, le Parlement procédera en commission mixte paritaire au vote définitif du projet de loi " Artisanat, Commerce, Très Petites Entreprises " porté par Valérie Fourneyon, la Secrétaire d'État au Commerce, à l'Artisanat, à la Consommation et à l'Économie Sociale et Solidaire.

Parmi ses principales dispositions figurent la simplification et l'harmonisation des régimes de l'entreprise individuelle, sur le modèle du régime de l'auto-entreprise. Un régime unique de la micro-entreprise est créé, l'accès au régime de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) est facilité, conformément aux préconisations du rapport de Laurent Grandguillaume, le député socialiste de Côte-d'Or,.

Avec ce vote, surtout, le Parlement met fin au suspens qui pesait sur l'avenir du régime fiscal et social de l'auto-entreprise, dernière survivance du " travailler plus pour gagner plus " cher à Nicolas Sarkozy. Un avenir fragilisé par la décision de Sylvia Pinel, alors ministre de l'Artisanat de réformer un régime qui a déjà séduit près d'un million de Français, conformément à la promesse du candidat François Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012.

Quand le gouvernement veut limiter dans le temps et plafonner l'auto-entreprise

Après avoir soigneusement rangé dans un tiroir un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) et de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) qui préconisait de ne pas toucher à ce dispositif et après avoir publiquement contredit Jean-Marc Ayrault, alors à Matignon, favorable au statu quo, Sylvia Pinel avait notamment proposé de limiter dans le temps et de plafonner le régime de l'auto-entreprise, provoquant la fureur des « Poussins » et une légère désaffection des Français pour un régime qu'ils plébiscitaient jusqu'ici. Selon l'Insee, le nombre de créations d'auto-entreprises a reculé de 6,7% sur un an en avril.

Bien évidemment, les nombreux représentants des auto-entrepreneurs se réjouissent.

" Les fondements de l'auto-entrepreneuriat deviennent les principes cardinaux de la création d'activité en France.Au plan technique, le principe de l'universalité de l'accès au régime, de l'auto liquidation des charges sociales et fiscales et de la sécurisation de l'auto-entrepreneur et du consommateur sont les points forts à retenir de la démarche législative qui s'achève.La formation et l'accompagnement des auto-entrepreneurs, pour que le plus grand nombre d'entre eux grandissent, investissent et embauchent, sont également privilégiés dans la loi ", explique l'Union des auto-entrepreneurs.

Les artisans sont satisfaits

Comment cette sortie par le haut a-t-elle été possible ? Il a fallu amadouer les artisans, très remontés contre le régime de l'auto-entreprise en raison de la concurrence jugée déloyale qu'il provoque. Le texte reprend en grande partie les propositions de l'Assemblée permanente des chambres de métiers artisanales (APCMA) pour valoriser l'artisanat. Ainsi, la loi réserve la qualité d'artisan aux seuls détenteurs d'une qualification professionnelle pour le métier qu'ils exercent. Elle supprime la notion " d'artisan qualifié ", dont l'existence même crée une ambiguïté, et renforce les contrôles des qualifications et des assurances obligatoires via notamment l'obligation de vérifier les qualifications lors de l'inscription à la chambre des métiers. En outre, la loi habilite tous les corps de contrôle de l'État à vérifier que les entreprises artisanales disposent bien des assurances obligatoires. La loi rendra obligatoire la présentation d'une attestation d'assurance de responsabilité décennale à l'ouverture du chantier. Enfin, la spécificité de l'artisanat d'art est reconnue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2014 à 19:05 :
parce que sinon ca fait tt de suite 1 million de chomeurs en plus, alors que tt le monde sait que c'est par la que ca va se developper, vu la complexite du droit du travail ' a la francaise'
a écrit le 27/05/2014 à 13:52 :
mais il est incapable de communiquer dessus.
Réponse de le 28/05/2014 à 11:06 :
je soutiens à nouveau le statut de l'Auto-Entrepreneur qui génère également des benefices pour l'Etat -
a écrit le 27/05/2014 à 13:21 :
De plus y en a un grand raz le bol de ses artisans qui ralent depuis 2008 alors qu'il ne font que du black et prétendent que leur CA baisse oui le CA baisse car il déclare -50% facile avec leur argent liquide il payent pas de TVA sur la moitié du CA mais se la font deduire quand meme, qui n'a pas vu un artisan des statut classique nous demander d'etre payer en cash pour eviter toute les charge TVA charge social impot sur les bénéfice? Nous en auto on ne peut rien deduire moi en étant dans la vente de marchandises les charge augmentent et les revenus baisse à cause d'eux et du gouvernement, maintenant les artisans faut pas vous étonner on ne vas plus faire appel à vous fraudeurs.
Réponse de le 27/05/2014 à 13:38 :
Tiens c'est nouveau , les commerçants en AE ne ferait pas de "black" comme vous le dites..... MdR
a écrit le 27/05/2014 à 13:16 :
Pourquoi vouloir réformer quelque chose qui fonctionne déja qu'on a du subir les caprice de mme Pinel et de Mr Hollande avec leur hausse totalement injustifiés des charges fiscales sur le CA je rappel que nous ne récuperons pas la TVA ce qui a un coup pour nous.
En vente de marchandises c'est tres pénalisant de ne pas récuperer la TVA sur un prix d'achat de 100€ HT on paye x1,2= 120 /0.848 = 141,51 pour atteindre le prix d'équilibre mais ne tient pas compte des autre charge loyer du local ou emplacement sur les marché +l'électricité qui augmente de 20% tout les 5 ans et essence qui finira par atteindre 2€ le litre et le taux de cotisations qui ne fait qu'augmenter grace à dame Pinel .
+17% de progression de taxe entre 2012 et 2014 passant de 13% à 15,2% donc non c'est un mensonge de prétendre que sa n'a augmenté que de 2,2% ce qui aurait du faire 13,26% pour 2013 et 13,286% en 2014 c'est donc particulierement injuste je ne ne connais personne qui a subit des augmentation de cotisation pour un meme CA ne progressant pas de 17% de charge de plus. Faut pas s'étonner que les AE sanctionne dans les election municipal en mars dernier européenne le 25 mai puis présidentielle en avril et mai 2017
Réponse de le 27/05/2014 à 13:37 :
Le principe de l'AE est de lancer son entreprise. Rester dans ce statut toute votre vie est impensable. Ce n'est pas en attaquant les artisans que vous allez trouver réponse à votre situation personnelle.
Réponse de le 27/05/2014 à 14:31 :
Le problème est que les AE ne peuvent plus prétendre à une évolution car n'ayant plus accès à une formation d'artisants puisque le status est bloqué. NDLR si dessus

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :