Réformes : les organisations patronales lancent un cri d'alarme à François Hollande

Le fait est rare, huit dirigeants d'organisations patronales ont signé un appel aux président de la République pour que le pacte de responsabilité entre vite dans les faits. Ils demandent aussi que certaines autres mesures (compte pénibilité) soient "retravaillées".
Pierre Gattaz (Medef) et 7 autres dirigeants d'organisations patronales demandent à François Hollande d'accélérer sur les réformes.
Pierre Gattaz (Medef) et 7 autres dirigeants d'organisations patronales demandent à François Hollande d'accélérer sur les réformes. (Crédits : reuters.com)

Le fait est assez rare. Huit organisations patronales lancent dans le "Journal du dimanche" de ce 29 juin  un "cri d'alarme" à l'exécutif, appelant à la mise en oeuvre rapide du Pacte de responsabilité dans un climat tendu au niveau politique et social.

"Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, notre appel solennel est avant tout un cri d'alarme de citoyens français inquiets pour l'avenir de leur pays", écrivent les dirigeants du Medef, de la CGPME, de l'UPA (artisanat), de la FNSEA (agriculteurs), de l'UNAPL (professions libérales), de l'AFEP (grandes entreprises), de Croissance + (entreprises à forte croissance) et d'ASMEP-ETI (entreprises de taille intermédiaire).

Après des "discours qui ont redonné espoir aux entrepreneurs et aux entreprises", "nous constatons que les actes ne suivent pas les discours", estiment-t-ils, appelant à "trois actes concrets".

Trois demandes précises

Premièrement, les organisations patronales demandent à "inclure de manière explicite et rapidement" dans la loi les promesses du Pacte de responsabilité sur une baisse des charges et de la fiscalité.  Ce qui est d'ailleurs en passe d'être fait avec l'examen actuellement au Parlement des budgets rectificatifs pur 2014 (y compris la Sécurité sociale).

Au passage, elles demandent que soient "retravaillés" les textes sur la pénibilité et "ajustées" les dispositions sur les contrats à temps partiel, dont la durée minimale doit passer à 24 heures par semaine le 1er juillet.

Elles demandent ensuite un "moratoire" sur tout texte susceptible de durcir la règlementation ou d'augmenter les contrôles sur les entreprises. Enfin, les huit signataires exigent des "réformes structurelles" sans "tabous" ni "dogmes", pour baisser la dépense publique.

Un appel publié dans un contexte tendu.

Au plan politique, le gouvernement est confronté à une fronde de députés socialistes. Ceux-ci ont déposé de nombreux amendements sur les textes budgétaires actuellement discutés à l'Assemblée, qui concrétisent les promesses du Pacte de responsabilité ainsi que les 54 milliards d'économies annoncés par l'exécutif entre 2014 et 2017.

Au plan social, la tension monte aussi avant la "conférence sociale" des 7 et 8 juillet, que le patronat menace de boycotter. Il prendra sa décision le 1er juillet. Le numéro un de la CFDT Laurent Berger a répondu que dans cette éventualité il faudrait "mettre fin au Pacte de responsabilité".

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 70
à écrit le 01/07/2014 à 22:24
Signaler
Il n'a pas l'air malheureux sur la photo ...

à écrit le 30/06/2014 à 21:12
Signaler
Qu'est ce qu'on en a à faire des caprices de ce fils à papa !

à écrit le 30/06/2014 à 19:51
Signaler
Pourtant il semble pas que l'entreprise de monsieur Gattaz soit surchargé d’impôts... Autrement comment a t'il fait pour dégager suffisamment de fonds pour sa petite augmentation?

à écrit le 30/06/2014 à 12:15
Signaler
La solution? "Nous Citoyens" au pouvoir! Le seul parti dans lequel quasiment toutes les couches sociales et tous les âges sont représentés. Chose suffisamment rare, voire exceptionnelle, pour être citée.

à écrit le 30/06/2014 à 10:31
Signaler
C'est quoi le truc en vérité ? C'est toujours la même histoire ... Trop de charges, trop de fiscalité etc ... La blague ! Avant tout question de stratégie, d'adaptation ! Rien d'autre !

à écrit le 30/06/2014 à 9:42
Signaler
Décodé, ce message pourrait vouloir dire:" il est urgent de nous enrichir un peu plus ».

à écrit le 30/06/2014 à 9:33
Signaler
Au lieu de pleurer va bosser un peu ça te changera.

à écrit le 30/06/2014 à 8:37
Signaler
que les entrepreneurs s'occupent de leurs entreprises sans aide de l'etat (qui n'a pas d'argent) que l'on reforme le fonctionnement de l'etat a vec du sang neuf moins de deputes et de senateurs limites d'age maxi moins de 70 ans moins de ministres e...

le 30/06/2014 à 10:03
Signaler
@60 Tout à fait d'accord !

le 30/06/2014 à 12:57
Signaler
Vous oubliez quelque chose. Ce n'est pas des aides que les patrons demandent. c'est de payer moins d'aide (impots, taxe, ...) à l'état. C'est l'inverse. Faut que les gens comprennent que l'on ne parle pas des entreprises du CAC qui font de l'optimisa...

le 30/06/2014 à 13:13
Signaler
Personne ne demande d'aide de l'Etat, mais moins de batons dans les roues (simplification, allegements de charges qui sont aujourd'hui objectivement ecrasantes au regard des autres pays de l'UE et de l'OCDE)...

le 30/06/2014 à 19:13
Signaler
@@ 60 Certes, mais tout le monde est taxé d'une façon ou d'une autre - c'est le système ...

le 30/06/2014 à 20:25
Signaler
@ 60 Payer moins fait partie des aides ... Non ?

à écrit le 30/06/2014 à 7:52
Signaler
Aux innocents les mains pleines. La sulfateuse à promesses de l'Elysée a la cylindrée de sa mobylette..Ne jamais oublier que c'est un énarque (ENA=A.N.E)...et encore ce petit animal fort sympathique et endurant pourrait être choqué par cette comparai...

à écrit le 30/06/2014 à 7:43
Signaler
Pas de charge, ni d’impôts, Pas de contraintes avec les employés et ouvriers Pas de contraintes avec l'environnement Des subventions publiques pour s'installer voila c'est tout ?

à écrit le 30/06/2014 à 6:48
Signaler
C'est entendu. Les patrons sont des voyous, des exploiteurs, et ils profitent de subventions publiques. Conclusion : un patron qui délocalise, c'est tant mieux. Non ?

le 30/06/2014 à 12:59
Signaler
Vous avez tout compris. Et c'est malheureusement le cas. Beaucoup partent. Et souvent c'est pour pouvoir vivre de leur travail et non être un esclave de l'état.

à écrit le 30/06/2014 à 6:29
Signaler
la honte, j'attends de leur part une attitude d'entrepreneur entreprenant. Je construis actuellement une usine en France et je démontre qu'il est possible de gagner de l'argent sans aide de l'état et avec les salaires français. De bons produits avec ...

le 30/06/2014 à 6:49
Signaler
Rendez-vous dans cinq ans, pour valider la démonstration.

le 30/06/2014 à 8:52
Signaler
Depuis une dizaine d'années il faut vraiment être "bisounours" ou limité du cervelet pour rester chef d'entreprise en France. Mieux vaut être un rentier (salaire garanti à vie) du service public ou des collectivités locales. Au pire, mieux vaut êt...

à écrit le 30/06/2014 à 6:01
Signaler
stop au racket des citoyens!il y a déja eu :le crédit impot recherche,le choc de simplification,le pacte de reponsabilité etc...que peut donc faire de plus le gouvernement pour un patronat aussi rapace?si encore ils avaient des résultats,mais nous av...

le 30/06/2014 à 8:10
Signaler
pour moi le seul capable de diriger est le jeune retraité...... le camarade ...b THIBAULT et sa clique avec la rue

à écrit le 30/06/2014 à 4:17
Signaler
" la France est le dernier pays communiste, mais lui a réussit " Dans l OCDE on ne connait pas d autres pays ou les entreprises doivent faire face a une complexité administrative aussi delirante entretenue par une armée rouge de fonctionnaires tatil...

à écrit le 30/06/2014 à 0:17
Signaler
... il faut dire qu'il est mal placé pour comprendre qu'il y ait des problèmes en France. Pour lui et son équipe, la France lui réussit ; ils sont richissimes et continuent de s'enrichir. C'est que les impots, ça rapporte. Et lui, il ne fait que d' e...

à écrit le 29/06/2014 à 23:15
Signaler
Qu'il ne compte pas sur moi je n'achète pas français. Qu'ils se démerdèrent.

à écrit le 29/06/2014 à 21:15
Signaler
les patrons ,rien de changé depuis de funes dans rabbi Jacob; c'était il y a 40 ans !!

à écrit le 29/06/2014 à 20:27
Signaler
pénébilité et autres sont de la prio B. La prio A est le chomage de base, qui doit se réduire sinon tout va sauter à la gueule des politiques et de ceux qui se trouveront sur le chemin des masses énervées.

à écrit le 29/06/2014 à 20:22
Signaler
Il est vital et normal que les politiques écoutent les créateurs de richesse français car ce sont eux qui créent de l'emploi et qui payent leurs salaires grassouillets ...

le 30/06/2014 à 8:52
Signaler
Ce sont aussi les entreprises qui licencient et qui coutent fort cher à l'état (donc au citoyen). Les fameux "créateurs de richesse" qui in fine délocalisent leurs entreprise, laissent des chômeurs à la charge de la collectivité, font de l'évasion ...

à écrit le 29/06/2014 à 19:19
Signaler
imposition des roues carrées !

à écrit le 29/06/2014 à 18:45
Signaler
J'oubliais: 1968, le conflit des générations; certains s'en rappellent encore!

le 29/06/2014 à 19:42
Signaler
CA SUFFIT, L'ENERGIE EST DEJA SURTAXE !!!

à écrit le 29/06/2014 à 18:44
Signaler
Pourquoi parler d'économie à ce gouvernement ils ne comprennent rien Mais les patrons devraient arrêter de pleurer

à écrit le 29/06/2014 à 18:41
Signaler
1814,la chute de l'Empire; 1870, Sedan; 1914, la grande guerre dont nous supportant encore les effets démographiques; 2014, la chute du socialisme marxiste. Qui ptendra la place?

le 29/06/2014 à 20:54
Signaler
Mais qu'est ce que vous racontez....

à écrit le 29/06/2014 à 18:34
Signaler
Les français seraient inspirés de réfléchir aux énormes largesses d'un état providence qui n'en a plus les moyens depuis longtemps et qui distribue sans contrôles des sommes exorbitantes : APL, RSA, CMU, 23 mois d'allocations chômage, primes diverses...

le 29/06/2014 à 19:58
Signaler
Vous oubliez les 70 milliards d'aides directes et indirectes aux entreprises...

le 29/06/2014 à 21:06
Signaler
+ UN ! et l'A M E !

à écrit le 29/06/2014 à 18:34
Signaler
Le MEDEF regrette que les grandes entreprises na soient plus subventionner, par le pseudo partenariat publique privé, par exemple. Quant aux PME et leurs difficultés, ce MEDEF sans moque.

à écrit le 29/06/2014 à 18:30
Signaler
Les économistes sont maintenant conscients de la nécessité de réformer notre système économique. Cette réforme consiste à prendre en compte le role de l'énergie dans le développement de l'économie: le travail, le capital et l'énergie.

le 29/06/2014 à 19:43
Signaler
CA SUFFIT, L'ENERGIE EST DEJA SURTAXE !!!

le 29/06/2014 à 20:00
Signaler
CA SUFFIT, L'ENERGIE EST DEJA SURTAXE !!!

à écrit le 29/06/2014 à 18:26
Signaler
Tout proche, 3 suicides de chefs d'entreprise en 5 mois dans ma petite commune normande de 1000 habitants. Règlements judiciaires. Entreprises sauvées par l'assurance vie du rersponsable. Soyez sérieux messieurs les députés, il y a urgence.

le 29/06/2014 à 18:49
Signaler
@boule Pourquoi les députés deviendraient-ils tout à coup sérieux? Ils ont été élus sur un programme anti-entreprises par les partisans des services publics De plus ils émargent autour de 20 000 euros par mois. La vie n'est-elle pas belle? Dep...

le 29/06/2014 à 23:17
Signaler
Vous êtes sûr que les suicides sont dus au travail, je verrais plutôt des affaires de fesses.

à écrit le 29/06/2014 à 17:36
Signaler
La seule solution consiste à financer les retraites par une taxe sur l'énergie. C'est aux Français de l'accepter, sinon c'est la fin de notre système économique.

le 29/06/2014 à 19:43
Signaler
CA SUFFIT, L'ENERGIE EST DEJA SURTAXE !!!

le 29/06/2014 à 20:11
Signaler
CA SUFFIT, L'ENERGIE EST DEJA SURTAXE !!!

à écrit le 29/06/2014 à 17:05
Signaler
C'est toujours les mêmes qui payent les taxes et les impôts, les salariés et les pme alors que les grandes entreprises ont toutes des filiales dans les paradis fiscaux, pratiquent l'optimisation fiscale, ne payent donc quasiment rien en France, mais ...

à écrit le 29/06/2014 à 16:45
Signaler
Qu'ils arrêtent de pleurer car ils vont avoir pleins d'allègements de charges!!!! Trop gourmands ces escrocs

le 29/06/2014 à 16:58
Signaler
+ 1

le 29/06/2014 à 19:03
Signaler
@ La buse et son sbire Jean De quoi parlez-vous ? Combien d'entreprises et d'emplois avez-vous créé !?

le 29/06/2014 à 21:08
Signaler
70 MILLIARDS d'aides directes ou indirectes AUX ENTREPRISES !!!!

le 29/06/2014 à 23:19
Signaler
Tu n'as créé que du vent, pleureuse.

à écrit le 29/06/2014 à 16:05
Signaler
Et les organisations patronales ont dit : Oh François, voici notre terrible cri d'alarme du mois de juin : Ohééé !!!

à écrit le 29/06/2014 à 16:01
Signaler
Avant tout que le gouvernement énumère les 50 milliards de réduction de la dépense publique, se doit être le préalable a la rencontre, sinon pas de discussion

à écrit le 29/06/2014 à 14:52
Signaler
Il faudrait que les français comprennent d'abord que c'est à eux seuls comme personnes physiques qu'incombe le financement des services publics et de la solidarité nationale. Nous ne pouvons plus utiliser commodément comme par le passé les entreprise...

le 29/06/2014 à 17:51
Signaler
Oui, c'est aux Français d'accepter la solution, et cela passe nécessairement par une hausse du prix de l'énergie.

le 29/06/2014 à 19:41
Signaler
CA SUFFIT, L'ENERGIE EST DEJA SURTAXE !!!

à écrit le 29/06/2014 à 14:12
Signaler
Et bien que ces organisations patronales votent 'FN' la prochaine fois. S'ils continuent à voter UMPS qu'ils ne viennent pas se plaindre après.

le 29/06/2014 à 14:55
Signaler
Vous avez entendu le FN promettre un allègement des charges et impôts pesant sur les entreprises ?

le 29/06/2014 à 16:40
Signaler
vous vous fatiguez à expliquer aux FNistes des choses qu'ils ne comprennent pas du tout. Eux c'est un espace assez (très) limité.

le 29/06/2014 à 21:09
Signaler
pffffff! ils ne sont pas les seuls, à ce que l'on peut voir !!

à écrit le 29/06/2014 à 13:53
Signaler
Le bal des pleureuses. Patrons et syndicats de salariés se rejoignent sur un point : le gémissement perpétuel. Que l'état surveille, au lieu de coordonner. Son rôle est là. On a plus le temps pour des "pactes", "accords" ou des "mesures d'emplois aid...

le 29/06/2014 à 14:17
Signaler
Sauf que les augmentations de taxes continuent de pleuvoir sur les entreprises françaises dernière en date: hausse de 500% des taxes de séjour pour le secteur hôtelier, (après qu'il ait subi une hausse de près de 100% de TVA en 2ans -passage de 5,5 à...

le 29/06/2014 à 23:22
Signaler
Encore une pleureuse ce qui compte pour vous c'est l'épaisseur de votre portefeuille, l'intérêt général vous en avez rien à foutre. Que l'on vous taxe un Max.

à écrit le 29/06/2014 à 12:57
Signaler
le bal des tartuffes commence , en fait on le voit déjà dans le tourisme ou une taxe augmente , donc le pacte va se financer sur le dos des autres .. ceux qu'on déshabillera pour les habiller , c'était logique .. les marges de manoeuvres sont presque...

le 29/06/2014 à 14:27
Signaler
Mis à part vos 2 siècles de retard, j'attire votre attention sur le fait que, comme vos le dites, "le pacte va se financer"... car pour l'instant, il n'existe pas (paroles, paroles....) mais les hausses de taxes, de contraintes, de charges et de norm...

le 29/06/2014 à 17:02
Signaler
oui, mais sous ce prétexte , il ne faudrait pas non plus oublier de payer les salariés, et pas qu'avec des cacahuètes, car des patrons VOYOUS, ça EXISTE AUSSI !!

le 30/06/2014 à 9:32
Signaler
Si vous connaissez un patron qui n'est pas voyou, dites le, moi je n'en connais pas.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.