Le projet de budget rectificatif approuvé par une large majorité de députés

 |   |  189  mots
Christian Eckert a annoncé lundi soir reporter les votes à l'Assemblée nationale sur les articles et amendements au projet de budget rectificatif de la Sécurité sociale.
Christian Eckert a annoncé lundi soir reporter les votes à l'Assemblée nationale sur les articles et amendements au projet de budget rectificatif de la Sécurité sociale. (Crédits : reuters.com)
Les députés "frondeurs" du PS ont indiqué in extremis qu'ils voteraient le projet de loi de budget rectificatif pour 2014. Celui-ci est validé par 307 voix contre 232 à l'Assemblée nationale.

Il passe largement. Le projet de loi de budget rectificatif pour 2014 vient d'être voté ce mardi par 307 voix députés (232 ont voté "contre"). Quelques heures avant, des élus socialistes "frondeurs" qui s'y opposaient ont annoncé qu'ils comptaient appuyer l'exécutif sur ce point.  

Baisses d'impôts pour 4 millions de familles

Christian Paul, l'un de ces députés, a ainsi affirmé après une réunion à l'Assemblée: 

"Nous considérons que le PLFR peut être voté parce qu'il comporte des baisses d'impôt pour quatre millions de familles."

Un peu plus tôt dans la journée, le Premier ministre a fait appel à leur sens de la "responsabilité" pour tenter de lever le blocage qui a fait craindre une dissolution. 

Pression maintenue sur le budget de la Sécu

Toutefois, ils ne souhaitent pas voter "en l'état" le projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale (PLFRSS). Celui-ci gèle les prestations sociales pour financer les aides aux entreprises. 

Le vote sur ce texte a été repoussé par le gouvernement lundi soir. Les députés se prononceront le 8 juillet par un vote solennel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2014 à 11:46 :
A mon avis on est parti pour une dette de deux milles deux cents milliards d'Euros en 2017, et si cela ne se dégrade pas plus .
a écrit le 02/07/2014 à 7:15 :
PROBLEM e c'est un budget ideologique mais mauvais pour la france et pour WALLS qui
devient un herault bis
a écrit le 02/07/2014 à 7:08 :
Frondeurs ? Quels frondeurs ? Que des mots ! A l'image du gouvernement d’ailleurs ils amusent la galerie, toujours des annonces suivies d'aucun effet.
a écrit le 01/07/2014 à 21:38 :
Alors comme ça on carotte la croissance dans les choux? On est dans de beaux draps! On nous publie on est à l'os... mais alors l'austérité la faute à qui? Et pour l'euro la faute à qui? Trop d'impôts tuent l'impôt... faisons un arrêté municipal en 3 exemplaires avec tampon, pour arrêter l'impôt. On annonce une réforme des taxis, on baisse leur salaire, même des précaires qui travaillent de nuit? Et on ne réforme pas le 1000 pates avec les planqués dans les bureaux? Autant arrêter la feuille d'impôt! A quand le panier à salades? L'impôt voudrait se faire la malle, c'est vulgaire! On relance par les employés de CAF, formidable, au moins nos ingénieurs agronomes sortiront des emplois alimentaires et du rsa... on parle d'un potentiel de croissance... on oublie la faillite des retraites. La retraite à 50 ans au budget pour certains, à 70 ans pour les jeunes en cdd 3 mois... Vu le déficit, l'austérité n'a pas encore commencé, pourtant un a vu un premier ministre changer après une élection... On parle de crise économique, d'un consensus sur le logement, on annonce des baisses d'impôts... La Cour des Comptes nous annonce une baisse de la masse salariale pour les fonctionnaires... On entend dire on fait des fusées et pourtant y a des pauvres... on fait de l'industrie sans robots sans productivité, on doit avoir une tête énorme pour tout savoir, pourtant on a moins de croissance du pib que les autres, on est dans les cancres de l'humanisme, et même la dette on s'en moque... fort bien, mais alors comment on explique l'austérité? Sans offre nous sommes dans les affres, le déficit, le chômage, les déremboursements, le gel des retraites et des prestations sociales, la croissance, on en reparle? On parle d'une fronde, nous serions sous Louis 14 et Colbert avec un âne d'autruche et un âne de Bretagne? La croissance, même pas en rêve?

On fait un grand champ, encore moins de logements pour les tombés au chant d'honneur des ratés de la croissance, c'est comme une voiture qui démarre, il faut un mot teur. C'est comme libéral social, c'est un mot compte simple voire simplet, ailleurs on dit simple ton. On roule à la Gaston, Fantasio ramasse les pâquerettes... et les ronds points multipliés à l'envers! Plus y de ronds points, plus y a de croissance, on relance par le pétrole et la tipépé. Question de genre, masculin ou féminin, est-ce avec un pépé qu'on vend une bagnole, alias caisse. Prends ton combi et va-t-en! On fait de la croissance économe en emplois! On fait dans l'orchestre synphonique sans oreille on écoute bien, ou bien dans l'orchestre cacaphonique? Au moins dans orchestre y a or, on peut gratter un peu. Alors comme ça on hébergerait des massacreurs à Bruxelles, on n'est pas né dans un chou ça se voit tout de suite! On fait dans la politique de comptoir, on compte quoi, la recette du rabot? Avec un bon rabot, on pourrait dire aussi rat moche on fait une bonne croissance, car limer un quai ça prend du temps! A quand les ardélions tombés au champ d'honneur de l'excroissance? Nos chers députés, si on écrit en deux mots et en majuscules, ça finit comme culer... La France porterait l'Europe, on joue à la bordée en enfilade?
Réponse de le 02/07/2014 à 12:51 :
On a aucune chance de retrouver la croissance avec Hollande , ils ont tout fait pour que l'économie ne décolle pas . Rien a attendre avant fin 2017 !
a écrit le 01/07/2014 à 20:39 :
Alors comme ça on carotte la croissance dans les choux? On est dans de beaux draps! On nous publie on est à l'os... mais alors l'austérité la faute à qui? Et pour l'euro la faute à qui? Trop d'impôts tuent l'impôt... faisons un arrêté municipal en 3 exemplaires avec tampon, pour arrêter l'impôt. On annonce une réforme des taxis, on baisse leur salaire, même des précaires qui travaillent de nuit? Et on ne réforme pas le 1000 pates avec les planqués dans les bureaux? Autant arrêter la feuille d'impôt! A quand le panier à salades? L'impôt voudrait se faire la malle, c'est vulgaire! On relance par les employés de CAF, formidable, au moins nos ingénieurs agronomes sortiront des emplois alimentaires et du rsa... on parle d'un potentiel de croissance... on oublie la faillite des retraites. La retraite à 50 ans au budget pour certains, à 70 ans pour les jeunes en cdd 3 mois... Vu le déficit, l'austérité n'a pas encore commencé, pourtant un a vu un premier ministre changer après une élection... On parle de crise économique, d'un consensus sur le logement, on annonce des baisses d'impôts... La Cour des Comptes nous annonce une baisse de la masse salariale pour les fonctionnaires... On entend dire on fait des fusées et pourtant y a des pauvres... on fait de l'industrie sans robots sans productivité, on doit avoir une tête énorme pour tout savoir, pourtant on a moins de croissance du pib que les autres, on est dans les cancres de l'humanisme, et même la dette on s'en moque... fort bien, mais alors comment on explique l'austérité? Sans offre nous sommes dans les affres, le déficit, le chômage, les déremboursements, le gel des retraites et des prestations sociales, la croissance, on en reparle? On parle d'une fronde, nous serions sous Louis 14 et Colbert avec un âne d'autruche et un âne de Bretagne? La croissance, même pas en rêve?
a écrit le 01/07/2014 à 18:43 :
Ils partirent 100 frondeurs mais un seul député socialiste frondeur vota contre, ils sont vraiment courageux, la place est trop bonne
a écrit le 01/07/2014 à 18:23 :
Vu le déficit, l'austérité, c'est pour quand? C'est la fête des cantines gratuites! vive le royaume du pique assiette. On parle de l'assiette de l'impôt ou bien des ânes à dos d'homme?
a écrit le 01/07/2014 à 18:22 :
On appelle cela des Charlots.(meme si c'est dur pour M.Chaplin) Lamentable!!!!!!!
a écrit le 01/07/2014 à 18:21 :
Alors on socialise les pertes? On dit banksters, et pourquoi pas fonxters... Pour le logement pouvez vous commenter le consensus des économistes?
a écrit le 01/07/2014 à 17:17 :
Ces frondeurs sont des mannequins de paille, la balle de la dissolution a du les refroidir; aussi: tous dans la tranchée, le petit doigt sur la couture du pantalon!
a écrit le 01/07/2014 à 16:55 :
Bien sur qu'ils voteront! Une crise signifierait un risque de dissolution, et ils auraient fort peu de chances d'être réélus! La place est trop bonne, les avantages plus qu'intéressants et le travail pas trop prenant! Ils ne vont quand même pas risquer de perdre tout cela !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :