"Je ne serai pas le chef d'un gouvernement qui n'avance pas'' (Valls)

 |   |  284  mots
Manuel Valls ne souhaite pas une dissolution mais ne sera pas le chef d'un gouvernement qui n'avance pas (Photo : Reuters)
Manuel Valls "ne souhaite pas une dissolution" mais ne sera "pas le chef d'un gouvernement qui n'avance pas" (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
En plein débat autour de la dissolution de l'Assemblée Nationale, le Premier Ministre a affirmé la volonté du gouvernement d'entreprendre des réformes.

Malek Boutih (PS) n'a "pas peur de la dissolution''. Le Premier ministre s'est montré moins catégorique. Manuel Valls a en effet affirmé ce mardi devant les députés:

"Je ne souhaite pas la dissolution mais je ne serai pas le chef d'un gouvernement qui n'avance pas. "

Alors que la réforme territoriale et le vote sur le projet de loi de finances rectificative divisent la majorité, le Premier Ministre a tenté de réaffirmer la position du gouvernement en brandissant le risque d'un blocage. 

 

Manuel Valls joue la carte de l'unité

Le chef du gouvernement redoute un ''risque d'enlisement'' et a lancé un "appel à la responsabilité" pour que les députés socialistes mènent, de manière commune, les réformes souhaitées par le gouvernement. 

"On avance ensemble ou alors on donne aux Français la confirmation du sentiment d'impuissance et d'indifférence qu'ils portent sur nous"

L'unité du groupe socialiste semble, aujourd'hui, nécessaire pour rassurer les français et stabiliser la majorité socialiste qui apparaît de plus en plus fragile. 

Le risque d'une dissolution

Le président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone, quant à lui, a clairement affiché sa réticence à renvoyer les électeurs aux urnes :

"Je me méfie de ceux qui n'ont pas peur d'une dissolution car elle serait terrible pour le pays" a-t-il déclaré selon une source évoquée par l'AFP. 

Dans les rangs de l'opposition, UMP et UDI, constatant le blocage de certains députés PS à propos du budget rectificatif de la Sécurité sociale, estiment que la majorité ne tient plus. Le "Premier ministre a perdu sa majorité" a ainsi affirmé Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2014 à 6:45 :
Et qui n'avance pas recul, mais ça on le voit tous les jours.
a écrit le 01/07/2014 à 23:32 :
Il a demissioné c'est une bonne nouvelle.
a écrit le 01/07/2014 à 19:42 :
Ca y est il donne sa démission ?
a écrit le 01/07/2014 à 19:16 :
...parce que lui, va le faire avancer?.....Ah!ah!ah! qu'est ce qu'on rigole!!
a écrit le 01/07/2014 à 18:38 :
C'est pourtant ce qui ce passe rien n'avance;
La dette a augmentée de 45 milliards en 3 mois!!!
a écrit le 01/07/2014 à 18:30 :
C'est aux Français qu'il revient de"tirer la nappe" pour solder les épisodes des jumeaux SarkozyHollande et VallsRaffarinFillon
tant pis pour la vaisselle cassée, de toute façon les Français mangent de moins en moins à leur faim.
Réponse de le 01/07/2014 à 19:26 :
pour mettre la Grosse? non mais sérieux?
a écrit le 01/07/2014 à 18:22 :
La dissolution serait surtout terrible pour les députés socialistes!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :