La réforme territoriale peut-elle stimuler la croissance ?

 |   |  598  mots
Voici la nouvelle carte déssinée par les députés
Voici la nouvelle carte déssinée par les députés (Crédits : reuters.com)
Après avoir rappelé que cette réforme répond d'abord à un besoin de clarification des compétences des différents échelons territoriaux et nationaux, France Stratégie estime qu'elle peut également modifier les dynamiques territoriales. A condition que soient bien articulés les univers de la recherche, de la formation et des entreprises.

La réforme territoriale a plusieurs objectifs. D'une part, comme le rappelle France Stratégie, l'ancien Commissariat général à la stratégie et à la prospective dans sa dernière note, elle doit permettre de clarifier les compétences des différents échelons territoriaux et nationaux. Mais elle doit également permettre de remettre la France sur les bons rails dans le domaine économique et hâter ainsi une sortie de crise qui n'a que trop tardé.

Quatorze métropoles réalisent la moitié du PIB français

" Un des enjeux est aussi d'adapter la carte administrative et politique à la nouvelle géographie de la croissance que l'économie de la connaissance modifie sensiblement en concentrant les facteurs de la croissance dans les métropoles. Cette concentration tient au rôle central que joue l'innovation, qui se nourrit des interactions formelles et, de plus en plus, informelles entre les univers de la recherche, de la formation et les entreprises. Ces interactions sont favorisées, voire conditionnées, par la concentration des acteurs de ces univers dans les métropoles, qui deviennent ainsi les principaux moteurs de la croissance ", explique France Stratégie.

Quatorze métropoles et grandes agglomérations réalisent la moitié du PIB français (51 %), rassemblent 43 % de l'emploi et déposent 70 % des demandes de brevets bien qu'elles ne ne comprennent que 39 % de la population. Leur dynamisme économique est élevé : alors que le PIB français a progressé de 1,1 % par an de 2000 à 2010, celui de ces métropoles a augmenté de 1,6 % par an sur cette même période. Quelles sont ces métropoles ? Il s'agit de Paris, Lyon, Toulouse, Strasbourg, Bordeaux, Nantes, Lille, Montpellier, Rennes, Grenoble, Toulon, Marseille, Nice, Rouen.

Renforcer les compétences du conseil régional

Concrètement, que propose France Stratégie ? Le think tank du gouvernement dans le domaine de la prospective recommande notamment de renforcer les compétences du conseil régional dans l'ensemble des domaines qui contribuent au développement.

" Leurs politiques donneront corps à la perspective globale tracée par les schémas prescriptifs dont la région sera le maître d'ouvrage, en particulier du schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation, afin de construire des écosystèmes territoriaux cohérents et efficaces ", expliquent les auteurs de la note.

Favoriser les écosystèmes d'innovations et l'exploitation des ressources propres des territoires

Est également suggéré de développer les écosystèmes d'innovation des métropoles et des grandes agglomérations. " Les écosystèmes d'innovation qui se développent au sein des métropoles réunissent des composantes scientifiques, industrielles et de formation. Leur efficacité dépend du niveau et de la complémentarité de ces composantes. Or, ils présentent, dans les villes françaises, des degrés de cohérence variés. Il y a lieu de renforcer celles de leurs composantes qui le nécessitent afin que leurs ressources scientifiques, de formation et industrielles soient en phase entre elles, ainsi qu'avec les fonctions tertiaires supérieures qui les entourent et contribuent à leur efficacité ", poursuit France Stratégie qui recommande également de maîtriser la croissance urbanistique de la métropole pour minimiser les externalités négatives issues de la concentration des activités humaines d'un point de vue environnemental mais aussi d'accroître et d'exploiter les ressources propres aux territoires. 

Comment ? En valorisant les ressources existantes (industries, services, agriculture, forêt, etc.), mais aussi les ressources potentielles en phase avec les modes de vie des sociétés développées (tourisme, culture, loisirs), à l'instar de stratégies territoriales telles que le Louvre-Lens, Pompidou-Metz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2014 à 14:53 :
aucune reforme possible le millefeuille est trop bon .....pour nous et nos amis
a écrit le 23/07/2014 à 18:29 :
Non, car les pachydermes des partis vont vouloir des gâteaux.
a écrit le 23/07/2014 à 10:05 :
Et dans les désormais inutiles chateaux princiens que sont les hotels de région feront nous de l'élevage de volaille ? ce qui semble sur c'est que nous serons une fois de plus des pigeons à plumer !
a écrit le 23/07/2014 à 10:01 :
Dans cette magouille où sont nos tonneaux des danaïdes ( DOM - TOM -POM et autres départements d'O.M
a écrit le 23/07/2014 à 8:53 :
notre don Quichotte national est un grand brasseur de vent.Il ne sait plus quoi inventer pour essayer de redorer son blason.Le résultat de son redécoupage à la sauvette sera aussi bon que celui de ses emplois fictifs, payés par les contribuables.
a écrit le 23/07/2014 à 7:15 :
La réponse est "N O N" .
Réponse de le 23/07/2014 à 11:25 :
Le truc, c'est que personne ne vous a posé la question ...
a écrit le 22/07/2014 à 19:37 :
on en est déjà à faire des projections de rentabilité et de développement

mais avant il faut tout mettre en place...
a écrit le 22/07/2014 à 17:06 :
je ne suis pas contre cette idée de régions.... mais le découpage semble avoir été fait par le "polit-buro" !
a écrit le 22/07/2014 à 16:48 :
La reprise est là. Elle a toujours été là.
Suivant d'où on se place, la croissance s'est cassée en mai 2012. Pour d'autres, depuis mai 2012, on caracole.
Et avec la batterie d'indicateurs et d'études d'experts, on affirme sans rire que la courbe du chômage sera inversé à la fin 2013.
Pessimisme, déclin, désindustrialisation...sont à bannir. Ils ne doivent pas être utilisés sous aucun prétexte. Ce fera probablement l'objet d'un article de la croissance et le pouvoir d'achat (lol) de Montebourg.
Quant à la réforme territoriale, elle ne va faire que des heureux et comptera pour 3 points de PIB jusqu'au centenaire de la mort de Mitterand.
a écrit le 22/07/2014 à 16:32 :
que de mots vides... slogans creux....
"exploitations des ressources propres des territoires"... la belle affaire! Les racines sont taboues, les savoirs ancestraux des recueils mesquins et rétrogrades, partout s'imposent des économies d'échelle imposées par les normes importées par le biais de l'un ou l'autre traités. On pousse à la fermeture des PME détentrices de savoir-faire, mais on subventionne la filiale de grand groupe étranger pour l'énorme effort d'investissement qu'il va faire...
Et nos chères élites viennent nous pondre pareils poncifs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :