La diplomatie économique chère à Laurent Fabius tarde à produire ses effets

 |   |  982  mots
Depuis le mois d'avril, Laurent Fabius a la responsabilité de la diplomatie économique
Depuis le mois d'avril, Laurent Fabius a la responsabilité de la diplomatie économique (Crédits : DR)
En août, le déficit commercial a augmenté de 300 millions d'euros à 5,8 milliards d'euros, frôlant le record de l'année. Les effets de la diplomatie économique si chère à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, se font toujours attendre. La machine allemande à exporter a donné des petits signes de faiblesse en août.

Tout ça pour ça ? En avril, profitant du remaniement et du passage de témoin entre Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls à Matignon, Arnaud Montebourg, devenu ministre de l'Économie et Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, s'étaient brutalement affrontés pour le contrôle du secrétariat au commerce extérieur.

Le second a gagné, déstabilisant au premier et créant un malaise au sein de la nouvelle équipe dirigée par le tout nouveau Premier ministre. Résultat, avec ce coup de force, la diplomatie économique est devenue une des très nombreuses priorités du quai d'Orsay, au même titre que la coopération éducative, la France à l'Onu et le climat.

Pourtant, en dépit des espoirs placés par Laurent Fabius dans ce rapprochement du secrétariat d'Etat au Commerce extérieur et du réseau des ambassades, le triste ordre des choses n'est pas bouleversé : la courbe du déficit commercial ne s'inverse toujours pas. En août, le déficit commercial s'est élevé à 5,8 milliards d'euros, contre 5,7 milliards d'euros en juillet, proche du sommet  annuel observé en janvier, mois au cours duquel la balance commerciale avait affiché un déficit de 5,9 milliards d'euros.

La balance commerciale est dans le rouge depuis 2003

Jusqu'ici vaillants, certains secteurs donnent désormais des signes de faiblesse. Les Douanes ont notamment constaté une "forte contraction pour l'un des rares soldes excédentaires, celui des produits chimiques, en raison d'une hausse des importations combinée à une baisse des exportations". Sans surprise, le déficit s'est creusé dans le secteur des machines industrielles. L'automobile, les produits métallurgiques et métalliques, les secteurs de la joaillerie, des jouets et des meubles sont également dans le rouge.

En données cumulées depuis le début de l'année, la France accuse désormais un déficit commercial de 40,3 milliards d'euros. A ce rythme, le déficit commercial devrait dépasser les 53 milliards d'euros visés par le gouvernement et se rapprocher des 60 milliards enregistrés l'année dernière. Pour mémoire, le dernier excédent mensuel de la France remonte à mai 2004. Il s'était élevé à 176 millions d'euros. Pour retrouver un excédent en année pleine, il faut remonter à 2002.

La baisse de l'euro et le reflux des cours du brut tombent à pic

Heureusement, Laurent Fabius et son équipe peuvent compter sur la conjonction de deux éléments conjoncturels favorables au redressement de balance commerciale : la dépréciation le l'euro face au dollar qui stimule la compétitivité-prix du made in France hors de la zone euro, ainsi que la baisse des cours d'un certain nombre de matières premières et notamment du pétrole.

Grâce à ce repli des cours du baril du brut, l'augmentation mécanique de la facture énergétique liée à la baisse de l'euro face au dollar, l'or noir étant libellé en dollars, sera plus limitée que prévu.

Qu'est ce que la diplomatie économique ?

Ce revers statistique que Laurent Fabius et ses secrétaires d'État au Commerce extérieur successifs - Fleur Pellerin, Thomas Thévenoud et Matthias Fekl - subissent mois après mois est-il injuste ? Pour l'instant, il faut bien avouer que les actions menées par la diplomatie économique ne sont pas spectaculaires. " Un volet économique a été développé dans chaque plan d'action des ambassadeurs, définissant une stratégie et des objectifs précis en fonction des réalités locales ", explique le Quai d'Orsay.

Les consulats sont également mis à contribution :

" Ils mettent d'ores et déjà leur connaissance du milieu politique et économique local au service des entreprises qui les sollicitent. Cette contribution à l'action économique de l'ambassade et de son service économique doit être poursuivie et renforcée "

Une équipe de représentants spéciaux

Le ministre a bien nommé son équipe de " représentants spéciaux pour la diplomatie économique " en décembre 2013 - avant de ravir officiellement le Commerce extérieur à Bercy - mais les effets d'entraînement de cette décision se font attendre. Ces personnalités ont pour mission de développer des relations économiques bilatérales avec des partenaires-clé avec lesquels ils entretiennent des relations privilégiées. C'est par exemple le cas de Martine Aubry, nommée représentante pour la Chine, de Jean-Pierre Chevènement pour la Russie, de Jean-Pierre Raffarin pour l'Algérie ou encore d'Alain Richard, le sénateur PS du Val d'Oise et ancien ministre de la Défense pour les Balkans. Soulignons l'organisation d'une rencontre quai d'Orsay-Entreprises en avril.

Quant à ses déplacements " à dimension économique ", comme on les qualifie au Quai d'Orsay, ils sont peu nombreux. Petite anecdote, la carte du monde interactive illustrant les déplacements passés et futurs de Laurent Fabius et de ses secrétaires d'Etat est actuellement bloquée. Aucun déplacement n'est prévu au cours des prochaines semaines ! Comme si la diplomatie économique n'existait plus. Ou n'avait jamais existé.

Enfin, quand le ministère des Affaires étrangères vante les mérites de l'équipe de France de l'export, il ne dit pas un mot sur la nécessaire simplification de l'aide publique dans ce domaine, simplification réclamée par la Cour des Comptes.

La comparaison avec l'Allemagne est un tout petit peu moins en notre défaveur

Selon une étude d'Euler Hermes publiée lundi, 37% des 120.000 exportatrices entreprises seulement ont déjà eu recours aux aides publiques. Autrement dit, deux tiers d'entre elles n'y ont pas recours en partie en raison de sa complexité. Les dispositifs seraient trop complexes pour 26% des entreprises et pas assez connus pour 22% d'entre elles.

Petite consolation pour Laurent Fabius, il n'aura pas cette fois-ci à subir les commentaires moqueurs de ceux qui mettent en avant le succès du made in Germany à l'export. En août, les exportations allemandes ont en effet affiché leur plus fort recul depuis janvier 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2014 à 12:39 :
Dans une interview d'il y a quelques semaines, le ministre des Affaires Etrangères russe Sergueï Lavrov, en parlant de Laurent Fabius, a dit que son collègue français a reconnu publiquement que sous le règne de Kadhafi, Paris a fourni des armes à l’opposition au mépris de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies qui l’interdisait. Ces gens se sont ensuite déplacés au Mali, et les Français ont dû y envoyer un contingent armé pour les combattre. Alors quand il avait demandé à Fabius s’il ne trouve pas ce comportement étrange, il a ri et a répondu: « C’est la vie ». Lavrov lui a répondu que si ceci est une forme de politique, qu'il ne l’appréciait pas. Voilà de quoi est fait l'étoffe de la diplomatie française depuis quelques années.
Réponse de le 13/10/2014 à 13:33 :
Le cynisme de la diplomatie occidentale n'est pas nouveau, il suffit de voir les accords deux poids deux mesures qui existaient entre les pays colonisateurs et les pays colonisés. C'est dommage que des siècles de soi-disant "progrès" ayant passés notre diplomatie se retrouve aujourd'hui dans la même politique de cynisme et d'hypocrise par rapport aux pays du soi-disant Tiers Monde.
a écrit le 13/10/2014 à 11:07 :
Quand Fabius jouait les jusqu'au boutiste sur l'Iran en demandant encore plus de sanctions, les anglosaxons et Allemands y dépêchaient des attaché commerciaux.Moralité, nous perdrons tout ces contrats juteux ? Idem pour la Russie pour laquelle nous avons joué contre l'interet de notre pays en soutenant le coup d'état de kiev orchestré par les US. et c'est sans parlé des sanctions dictées par les US et qui frappent de plein fouet notre économie, nos agriculteurs, alors que l'immense marché Russe nous tendait les bras. Ce suicide économique allant à l'encontre des interets de notre pays ne me rassure pas..au moment où notre avenir économique se joue dans les négociations sur le traité transatlantique....
a écrit le 13/10/2014 à 11:03 :
A part avoir déversé des armes dans tous le moyen orient, à qui voulait bien faire chuter Assad..armes qui sont dans les mains des islamistes comme tout le monde le sait....de quels résultats peuvent bien s'honorer nos amis socialistes ?
a écrit le 13/10/2014 à 11:02 :
Les Syriens remercient certainement la France pour ses livraisons d'armes aux fantomatiques amis de la Syrie et autres virtuelles oppositions syrienne pilotées apr les emirs sunnites comme l'ASL...armes qui sont désormais toutes entre les mains des islamistes et djihadistes depuis que tout les éléments de l'ASL se sont ralliés en 2014 à Al Nosra. D'ailleurs, que disait Fabius au sujet d'Al Nosra dans "le Monde" en 2012...Et dans quelles mains sont donc toutes les ventes d'armes que nous avons fait aux pays du Golfe ses 3 dernières années?...voilà les questions auxquelles j'aimerais avoir des réponses.
a écrit le 12/10/2014 à 17:57 :
C'est toujours pareil : alors que la politique est censée s'inscrire dans le temps long, on demande des résultats en moins d'un an... ce n'est pas comme ça que ça fonctionne!
a écrit le 12/10/2014 à 13:20 :
En effet, les résultats de la politique ...française! ne sont pas pour aujourd'hui ni même pour demain...-sic- Du fait de son appartenance à l'UE et à l'OTAN, la France est devenue une simple colonie américaine, incapable de défendre ses intérêts diplomatiques, géopolitiques, culturels, sociaux et économiques les plus fondamentaux. Les dirigeants français, qui se rendent constamment coupables de haute trahison en acquiesçant à cette servitude, acceptent par la même occasion de détruire l'agriculture et l'industrie françaises, pour le plus grand profit des intérêts états-uniens; La politique des « sanctions » imposées par Washington répond à la tactique du billard à 3 bandes. Ces « sanctions » ne visent ni l'Iran, ni la Russie, elles visent les pays européens. Elles ont pour objectif l'affaiblissement stratégique de l'industrie et de l'agriculture européennes et notamment française, pour mieux les avaler dans le prochain Grand Marché transatlantique..
Ce TAFTA actionné dans le dos des peuples et de leurs représentants est décidément à suivre, avec intérêt.
a écrit le 12/10/2014 à 11:22 :
Comme si les résultats étaient pour la semaine prochaine... En attendant, on peut soutenir l'activité en achetant français : Linvosges, Petrole Hahn, L'Oréal, Elgydium (dentifrice), Celio, Archos (tablette+tél), L'arbre vert (lessive, vaisselle), Vigor (sol), qwant.com (moteur de recherche), mon panier des familles (distributeur de produits locaux), le slip français... Et évitons d'acheter allemand (henkel, nivéa, le chat machine, etc.).
Réponse de le 12/10/2014 à 15:15 :
pourquoi acheter francais? vous voulez vous faire traiter de ' front national' par ceux qui etaient dans l'opposition entre 2002 et 2012? non, non, achetez ' tout sauf francais', ca vous donnera une caution morale aupres du peuple bienpensant ( qui a senti le vent tourner) ;-))))... moi c'est ce que je conseille aux francais ;-))
Réponse de le 13/10/2014 à 14:49 :
D'après votre insistence sur ce même thème je suis presque sûr que vous travaillez à la rédaction. Bien vu ?
a écrit le 12/10/2014 à 11:09 :
Depuis son lancement LA TRIBUNE avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d'abonné à compter du 1er novembre 2014.
Réponse de le 12/10/2014 à 11:22 :
donc, seuls les abonnés auront la possibilité de détourner l'esprit constructif et respectueux de cet espace d'échanges. Et il faudra payer pour çà ?
Réponse de le 12/10/2014 à 13:23 :
Ne comptez donc pas davantage sur moi puisque vous ne savez pas laisser ouvert un "espace d'échanges" sans préoccupations bassement mercantiles, je ne serai jamais votre client !!
a écrit le 12/10/2014 à 10:58 :
S'il est mauvais, il faut utiliser un sac plastique et jetez le tout à l'océan.
a écrit le 11/10/2014 à 23:17 :
Comme pour le reste on change rien usine a gaz d énarques avec usine a gaz gouvernementale
Vivement qu'il dégage
Réponse de le 12/10/2014 à 8:53 :
Pourquoi les autres sont mieux?
a écrit le 11/10/2014 à 18:40 :
Oui bah rien d' extraordinaire ....tous les pays a vocations exportatrices sont en retrait , donc je vois mal notre médef sur le devant de la scène .
a écrit le 11/10/2014 à 17:57 :
etre diplomate sur le papier, c'est bien!!!!!!!! les entreprises a l'international regardent l'affaire des contis, de mittal de taylor, la loi florange les 35 heures payees 39, la cgt, les contraintes au dela de 49 salaries , l'obligation de demander quitus au syndicat avant de vendre une boite, les insultes et sequestrations ' justes' dans certaines entreprises des patrons voyous et des sales actionnaires negriers....... etc..... oui, apres, parler, ca coute pas cher!
a écrit le 11/10/2014 à 17:24 :
si si vous verrez .... dés qu'il sera réveillé ! ;)
a écrit le 11/10/2014 à 16:59 :
Et pourtant c'est le seul membre sérieux et compétent de ce gouvernement. Mais à l'impossible nul n'est tenu.
Réponse de le 11/10/2014 à 17:07 :
Cela vous étonne, moi pas. Si ce monsieur fut vraiment compétent, cela se saurait mais, hélas, ce ne fut jamais le cas et aujourd'hui encore, voilà les résultats
Réponse de le 11/10/2014 à 17:08 :
La compétence vient avec les résultats.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :