Le soutien public à l'export bientôt simplifié ?

 |   |  293  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Ce mercredi sera dévoilé un rapport évaluant les dispositifs de soutien à l'internationalisation de l'économie française. Très attendu, le texte doit concrétisé l'effort de simplification et de cohérence souhaité par les chefs d'entreprises.

C'est un rapport qui tombe à point nommé. Mercredi, Alain Bentejac, le co-président d'Artelia, un cabinet d'ingénierie, et Jacques Desponts, un ancien dirigeant de BNP Paribas, présenteront le rapport de la mission sur « l'évaluation des dispositifs de soutien à l'internationalisation de l'économie française » réalisée dans le cadre du programme de modernisation de l'action publique conduit par Matignon. Ses conclusions sont très attendues si l'on en croit les récentes déclarations de Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur mais aussi les enquêtes de conjoncture.

Accélérer la simplification

A moins d'une immense surprise, ce rapport devrait plaider pour une véritable simplification des soutiens publics à l'export. Certes, celle-ci a déjà été en partie engagée par le gouvernement. Ubifrance et bpifrance financement (ex-Oseo) commencent à harmoniser leurs outils. Mais cette simplification doit accélérer. Selon le baromètre Opinion Way dévoilé ce mardi par CCI International, 29% des PME et des ETI exportatrices se sentent accompagnées par les pouvoirs publics, 36% s'estiment informés.

Publié en février, un sondage réalisé par l'IFOP pour les opérateurs spécialisés du commerce international (OSCI) indiquait que huit chefs d'entreprise sur dix se chargeaient eux-mêmes de la commercialisation de leurs produits à l'exportation. Jugé peu lisible et mal coordonné, le système français de soutien à l'export est considéré comme globalement inefficace pour 61% des entreprises interrogées.

Un rapport accablant de la Cour des comptes

Ce sentiment est en ligne avec celui de la Cour des Comptes. Dans un rapport daté de février 2011, les Sages de la rue Cambon indiquaient que seules 3% des exportations françaises étaient couvertes par un dispositif de soutien public sur la période 2005-2008.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2013 à 22:10 :
L'equipe de France des "trop nombreux" acteurs publiques a l'export doit etre simplifiee et limiter a la BPI France Export. Par exemple, adieu les CCI qui sont generalistes et franco francais et qui ne vont que presenter les aides mises en place par Oseo, Coface, Ubifrance. Un guichet unique direct dans chaque region francaise avec des conseillers terrains au plus pres des PME.
a écrit le 25/06/2013 à 19:08 :
Le niveau de l'Euro comme le niveau important de nos charges sont certes un handicap, mais cela ne joue que sur le prix. Il existe tout un tas d'autres facteurs qui ne plaident pas en notre faveur. Le dispositif existant en France est une vraie faiblesse expliquant notre retard par rapport aux Allemands bien sûr, mais aussi par rapport aux Italiens ou même aux Espagnols qui reprennent actuellement du poil de la bête. Quand on met à la tête de ce dispositif une ministre EELV ex-ministre de l'Ecologie qui ne connaît rien en Commerce Extérieur, c'est déjà un fort mauvais signe ! Au-delà de cet aspect, il faudrait avant tout que les acteurs de ce système se mettent à la place de petits entrepreneurs voulant exporter leurs produits & services. On se sent démunis. Il existe des aides différentes selon les régions, il existe des dispositifs dans les CCI, les Régions, Ubifrance... pourquoi pas un guichet unique ? Et pourquoi pas une organisation par filière, avec des têtes de pont capables d'entraîner dans leur sillage des ETI puis des PME ? Regardez ce qui se fait en Allemagne, aux Pays-Bas... Il faut (vraiment) tout revoir.
a écrit le 25/06/2013 à 18:06 :
Pour favoriser l'export, le meilleur outil est de baisser l'eurodeutschmark par rapport aux autres monnaies, le reste est sans intérêt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :