Autoroutes : Bruxelles valide le plan de relance de 3,2 milliards d'euros par les concessionnaires

 |   |  278  mots
Les sociétés d'autoroutes verront leur concession prolongée en contrepartie d'importants investissements.
Les sociétés d'autoroutes verront leur concession prolongée en contrepartie d'importants investissements. (Crédits : reuters.com)
Les sociétés d'autoroutes s'engagent à investir 3,2 milliards d'euros dans la maintenance et la mise aux normes environnementales du réseau autoroutier français. Cette annonce intervient au moment où le gouvernement veut taxer leurs profits...

La Commission européenne devrait avaliser prochainement 3,2 milliards d'euros sur les 3,6 milliards au total du plan de relance autoroutier, qui prévoit que les sociétés concessionnaires engagent des travaux en échange d'un allongement de la durée de leurs concessions, selon le quotidien Les Echos.

Selon les informations des Echos, "la Commission européenne devrait avaliser dans les prochains jours 3,2 milliards d'euros sur les 3,6 milliards (répartis sur 26 opérations) que prévoyait ce programme mis au point l'été dernier".

Climat glacial

Si elle est actée, cette décision va tomber dans un climat glacial entre les autoroutiers et le gouvernement, avec l'abandon de l'écotaxe, et les velléités réaffirmées de la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, d'y remédier au niveau budgétaire en taxant les profits des concessionnaires.

Ce plan, en discussion entre l'État et les sociétés concessionnaires d'autoroutes depuis plus de deux ans, prévoit des travaux de sécurisation, parkings relais pour les routiers, parkings d'autopartage, lien entre autoroutes et réseau secondaire.

15.000 emplois créés

Le but est d'adapter les infrastructures aux évolutions du trafic et donc à le fluidifier, à améliorer la sécurité des usagers ou encore à réaliser des travaux de mise aux normes environnementales. Le montant total de 3,6 milliards d'euros est à la charge exclusive des concessionnaires autoroutiers.

Les sociétés d'autoroutes obtiendraient en contrepartie un prolongement de leurs concessions (entre quatre mois à six ans, selon les sociétés). Mais, selon le quotidien, il s'agit "aussi et surtout, côté pouvoirs publics, de créer 15.000 emplois en relançant l'activité dans le secteur des travaux publics".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2014 à 22:41 :
Souhaitons que l'A45 Lyon / St-Etienne soit de la partie.
a écrit le 14/10/2014 à 14:08 :
Bruxelles centralise les décisions sur son nom avec l'argent des autres, la France est sous tutelle!
a écrit le 14/10/2014 à 12:29 :
de concession supplémentaire...
Inutile de crier au scandale au vu des profits des sociétés d'autoroutes et de prolonger d'autant la durée des concessions.
Un bon comptable doit pouvoir ramener cela au raisonnable.
a écrit le 14/10/2014 à 10:44 :
entretenir et rénover les autoroutes c'est bien et cela doit être prévu dans les contrats de concession; moduler les tarifs pratiqués en fonction de la disponibilité du réseau c'est mieux ! pourquoi payer tarif plein quand il n'y a plus qu'une ou deux voies disponibles sur 3? quand la vitesse est diminuée? quand on ne ferme pas l'accès à l'autoroute alors qu'il est manifeste que toute voiture qui s'engage va rester bloquée? quand le flux de poids lourds n'est pas limité sur certaines portions?
a écrit le 14/10/2014 à 8:57 :
Incroyable, il faut une pression fiscale pour que les sociétés d'autoroute les mettent aux normes... il y a comme un problème, non ? la bonne attitude serait plutôt : non seulement vous allez sécuriser ces autoroutes, vous allez payer une amende pour ne pas l'avoir fait plus tôt, et vous allez vous engager à créer des emplois pérennes bien payés... sinon, votre concession vole en éclat. Voila comment on même une vraie politique de l'emploi et de d'aménagement du territoire avec des boites à qui l’État a offert les bijoux de famille.
Réponse de le 14/10/2014 à 10:29 :
n'importe quoi !
vous savez ce qu'est un contrat ? s'il a été mal négocié par les représentants de l'état , il ne peut pas le reprocher à l'autre partie.
une norme par définition ne peut pas entre rétroactive. renseignez vous
Réponse de le 14/10/2014 à 10:31 :
Et on se réveille quand on cherche de l argent quel amateurisme de l etat
Bon on sait qu'ils sont tres nul d'où les 2000 milliards de dettes
Réponse de le 14/10/2014 à 12:07 :
c'est sur que l’État n'a jamais su négocier correctement au bénéfice de l’intérêt commun, ni à long terme, sinon nous ne serions pas dans cette situation. Mais comme les concessions arrivent bientôt à terme....il y a moyen de mettre la pression, même si les contrats ne sont encore échus
a écrit le 14/10/2014 à 8:45 :
Il aurait surtout fallu ne pas privatiser les autoroutes.
a écrit le 14/10/2014 à 8:32 :
Si on met 3 milliards pour moderniser les autoroutes en France, alors combien faudrait-il en mettre dans les autres pays qui sont complètement à la ramasse? Les autoroutes en France sont largement au niveau en l'état. Et le tarif du péage doit permettre le financement de l'entretien. Pour rouler à 130, c'est largement suffisant. Incroyable!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :