Sapin milite pour une taxation a minima des transactions financières

Alors que l'Allemagne défend une assiette large pour la future taxe sur les transactions financières, Michel Sapin défend une taxation minimaliste. Seules les actions seraient concernées. Un alignement pur et simple sur les positions du monde bancaire
Ivan Best
Michel Sapin et Emmanuel Macron. Au sujet du projet européen de taxation des transactions financières, Bercy s'est aligné sur la position des banques françaises
Michel Sapin et Emmanuel Macron. Au sujet du projet européen de taxation des transactions financières, Bercy s'est aligné sur la position des banques françaises (Crédits : reuters.com)

Les ministres changent, pas les positionnements: Pierre Moscovici défendait une taxation a minima des transactions financières en Europe -11 pays s'engagent en ce sens, dans le cadre d'une coopération renforcée, une première en matière fiscale -; Michel Sapin le suit. Dans un point de vue publié ce jour par Les Echos, le ministre des Finances et des comptes publics affirme qu'il faut, sur ce sujet, "cesser de tergiverser". Une prise de position qui tombe à quelques jours d'un conseil européen qui, vendredi,  abordera le sujet. "La France veut contribuer à un accord ambitieux et pragmatique" déclare le ministre des Finances.

Mais il ajoute aussitôt: "un accord qui permette de taxer efficacement les transactions sans faire fuir l'activité financière en dehors de nos pays. Faute de quoi, nous perdrions sur les deux tableaux : la taxe ne rapporterait rien et l'activité financière se délocaliserait. C'est tout l'enjeu des discussions que nous mènerons vendredi."
Autrement dit, si, a priori, on pourrait penser que la France s'engage pleinement à soutenir l'établissement de cette taxe, un engagement de François Hollande; en réalité, Michel Sapin entend jouer la prudence, évoquant le risque de faire fuir l'activité.

"Le ministre français des Finances défend une taxe à l'assiette très étroite, comme vidée de sa substance" souligne Alexandre Naulot, chargé de mission de l'ONG Oxfam.

 Taxation large pour les Allemands, très étroite pour les Français

 Alors qu'Angela Merkel défend une taxation large des transactions financières, incluant les produits dérivés échangés via les banques, Bercy cherche par tous les moyens à rétrécir le champ de cette taxe. Pas question d'inclure le produits dérivés, ni les obligations... resteraient simplement les actions. Et encore, seules-celles cotées en Bourse.

Bercy s'aligne sur les intérêts du monde bancaire

 D'où vient une telle divergence? "En Allemagne, l'instauration d'une véritable taxe a fait l'objet d'un accord politique, c'était une demande du SPD qui a été acceptée par Angela Merkel, et qui est donc défende aujourd'hui" souligne Alexandre Naulot. "En revanche, en France, Bercy s'est aligné sur les positions du monde bancaire. L'argumentaire du ministère ressemble à un copié-collé de celui d'Europlace, l'association de promotion de la place financière de Paris.

Ivan Best

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 40
à écrit le 05/11/2014 à 10:56
Signaler
Taxer les achats d'actions et en même temps demander et soit disant favoriser les achats d'actions seul produit qui prend un risque et que tous les fonds de retraites achètent! mais les millions d'ordres passer dans la journée annulés dans cette même...

à écrit le 05/11/2014 à 0:40
Signaler
Il faudrait au contraire taxer d'abord les produit les plus spéculatifs au lieu de taxer les PEA. De plus, ce devrait être à la sortie permettant de récompenser la fidélité. Mais, les banques ne conservent pas plus de 10 ans les prix d'achat des acti...

à écrit le 04/11/2014 à 18:37
Signaler
Et il est socialo ce mec ?

à écrit le 04/11/2014 à 18:20
Signaler
Vive la finance ? Une fois encore Sapin montre son vrai visage en voulant minimiser les taxes sur les transactions financières. Il préfère taxer les français de base.

à écrit le 04/11/2014 à 13:39
Signaler
Chic, une nouvelle taxe! Bercy devrait bénéficier du crédit impôt/ déchet he !

à écrit le 04/11/2014 à 11:47
Signaler
Si seules les actions sont taxées les épargnants investissant dans les PEA et similaires seront les perdants de l'affaire. les banques spéculatrices seront libres de risquer les fonds des clients sans contrepartie. Si cette proposition du ministre es...

à écrit le 04/11/2014 à 11:43
Signaler
"Je vais vous dire qui est mon amie. Mon amie, c'est la finance..." Pour les quelques-uns qui croyaient que le "socialisme" existait encore sur terre, là, au moins, ils sont fixés.

à écrit le 04/11/2014 à 10:32
Signaler
Bon c'était avant !!! et surtout pour les gogos.

à écrit le 04/11/2014 à 9:42
Signaler
Pour faire de la politique, il faut de l'argent, et pour cela, il faut rembourser nos dettes : quand on a pas de dette, on ne doit rien à personne et dans cette situation, on peut faire de la vraie politique. Comme les financiers nous tiennent par le...

à écrit le 04/11/2014 à 9:40
Signaler
La place de Paris fond comme neige au soleil: on veut réguler des activités qui ne se font plus en France, ni même en zone Euro.. Quel succès!

à écrit le 04/11/2014 à 8:43
Signaler
Les économies et l'optimisation des dépenses c'est pour quand ?

à écrit le 04/11/2014 à 8:23
Signaler
Cette taxe ne servira qu'à créer ENCORE des EMPLOIS dans l'ADMINISTRATION alors qu'elle nous étouffe, bous paralyse ; voyez les sociétés étrangères qui ne veulent plus investir en France (Aéroport de Toulouse) et ce n'est que le début. Ce pays a été...

à écrit le 04/11/2014 à 8:20
Signaler
Pour que ces types lancent une vraie reforme de l'état qui nous coute une fortune et les voir changer de costumes de cravates, voyager etc et tout cela avec notre argent qu'ils ne savent pas gérer me dégoute. Qu'ils fassent leur travail au lieu de ...

à écrit le 04/11/2014 à 7:47
Signaler
Politique et financier meme combat....

le 04/11/2014 à 11:45
Signaler
Clair : voyez les frères Koch aux US. Ce sont eux qui dirigent.

à écrit le 04/11/2014 à 7:36
Signaler
Au début c'est toujours a minima!!!!

à écrit le 04/11/2014 à 7:05
Signaler
Les taxes et impôts cela suffit les limites sont dépassées.

à écrit le 04/11/2014 à 7:04
Signaler
Il faut arréter de croire ce"charlot" pour taxer les citoyens il est bon mais les traders la c'est une autre paire de manches. Ils se disent socialiste..........Lamentable.

à écrit le 03/11/2014 à 22:23
Signaler
Le but d'une taxe sur les transactions financières est de taxer la spéculation par des professionnels, donc taxer les dérivés sur actions. Et que veut Sapin ? Il propose de taxer uniquement les actions, donc les particuliers !!! Bref au lieu de taxer...

le 04/11/2014 à 19:54
Signaler
Sapin a déclaré il y a peu, "mon ami c'est la finance". Il tient parole. Les ministres passent et c'est toujours le lobby bancaire qui décide la politique économique du gouvernement.Comme à l'époque de NS.

à écrit le 03/11/2014 à 21:03
Signaler
les sans noix parlent aux sans dents. Mon adversaire c'est la finance. Je répète, mon adversaire c'est la finance.

à écrit le 03/11/2014 à 20:53
Signaler
les socialistes ne sont plus crédibles sur rien sauf sur la hausse continue du chÖmage et des impôts.

le 03/11/2014 à 21:42
Signaler
troll

le 04/11/2014 à 0:14
Signaler
"Je travaille sur Londres et Luxembourg" Le Luxembourg n'est meme pas un pays. C'est une réserve d'argent sale pour les mafieux en col blanc.

le 04/11/2014 à 10:29
Signaler
un coffre fort pour les riches spéculateurs

à écrit le 03/11/2014 à 20:41
Signaler
Cela faisait combien de temps que l'on n'avait pas eu de nouvelle taxe ? 2 jours? 3 au maximum... L'imagination taxatoire est sans limite. Enfin, jusqu'à l'effondrement total du pays....!

à écrit le 03/11/2014 à 20:30
Signaler
Je travaille sur Londres et Luxembourg. En un mot : merci ! Continuez les gars, c'est magnifique.

le 03/11/2014 à 21:42
Signaler
Il est temps, bye

à écrit le 03/11/2014 à 20:10
Signaler
en resume, ils vont voter un impot sur les petits porteurs en evitant le trading haute frequence via ordinateurs qui n'ont pour seul but que de manipuler les cours! ca existe deja vu que la france colle deja un impot de 0.2% sur les transactions de...

le 03/11/2014 à 22:26
Signaler
Eh oui on taxe les particulier mais on n'a pas le courage et la force de taxer les traders et les banques. Quelle preuve d'incapacité et d'inefficacité. Lamentable. Comment peut-il encore se regarder dans la glace ??? Il veut plumer les particuliers ...

à écrit le 03/11/2014 à 19:35
Signaler
Mr Hollande avec ses promesses électorales nous a menti .il a volé sont quinquéna. Faut qu'il démissionne . les dégâts ont assez durée.

à écrit le 03/11/2014 à 19:35
Signaler
Il aurait été trés interressent de voir ce que l'Allemagne perdrait à une large assiette et en comparaison ce que la France perdrait .Les allemands qui connaissent trés bien leur interet n'auraient jamai étés aussi loin si c'était important financier...

le 03/11/2014 à 22:29
Signaler
Cameron qui sait défendre la City <?? La CIty, vous voulez parler des Royal Bank of Scotland, Lloyds, Northern ROck qui ont failli faire couler l'Angleterre, comme les banques Irlandaises ont démoli l'Irlande et l'ont poussé à demander l'aide du FMI ...

le 04/11/2014 à 11:15
Signaler
@??? !Les banques anglaises qui ont faillies faire couler l'Angleterre !Pas plus qu'ailleurs !De plus quand un secteur economique comme le secteur financier en Angleterre represente le 1/4 de l'économie on fait pas la fine bouche !Remarquons que ceux...

à écrit le 03/11/2014 à 19:24
Signaler
Toujours les mêmes qui veulent garder leurs avantages : les banquiers, les pharmaciens les notaires ... je vous laisse continuer la liste. les sacrifices c'est toujours pour les autres.

à écrit le 03/11/2014 à 19:17
Signaler
"Mon ennemi n'a pas de visage..." On connaît la suite !

le 03/11/2014 à 22:30
Signaler
Son ennemi, c'est le petit peuple, visiblement, et son ami, le trader qu'il protège des taxes imposées aux particuliers. Ca sent le sapin...

à écrit le 03/11/2014 à 18:41
Signaler
Qui a dit que les ministres étaient sous l’influence des lobbys... En voici un exemple flagrant.

le 03/11/2014 à 22:30
Signaler
Oui, bien-sûr.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.