Les Français, trop accros aux antibiotiques pour l'OCDE

 |   |  158  mots
L'OCDE relève une nette corrélation entre le volume d'antibiotiques prescrits localement et la prévalence de souches bactériennes résistantes.
L'OCDE relève une nette corrélation entre le volume d'antibiotiques prescrits localement et la prévalence de souches bactériennes résistantes". (Crédits : reuters.com)
La prescription d'antibiotiques en France était supérieure de 41% à la moyenne européenne en 2012, selon un rapport de l'institution publié mercredi. Un chiffre préoccupant selon l'OCDE.

Le célèbre slogan "les antibiotiques, c'est pas automatique" serait restée lettre-morte. En effet, la France était en 2012 le quatrième plus gros prescripteur d'antibiotiques dans l'Europe des 27, souligne l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)  dans son rapport intitulé "Panorama de la santé: Europe 2014", publié mercredi 3 décembre.

La Grèce, plus gourmande que la France

L'OCDE s'inquiète d'une prescription d'antibiotiques "préoccupante" en France, soulignant l'existence d'"une nette corrélation entre le volume d'antibiotiques prescrits localement et la prévalence de souches bactériennes résistantes".

Avec 28,7 doses quotidiennes d'antibiotiques prescrites pour 1000 habitants, la France dépasse de 41% la moyenne européenne. Mais elle reste moins gourmande que la Grèce (35,1 doses par jour), Chypre (32) et la Belgique (29). En revanche, en Allemagne les chiffres sont bien plus faibles (14,1 doses), comme au Royaume-Uni (18,8). Le champion européen de la faible consommation d'antibiotiques est le Pays-Bas avec 11,4 doses quotidiennes pour 1.000 habitants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2014 à 14:19 :
Il faut dire que quand c'est gratuit 40% de conso en plus c'est normal. Mettez le service payant et on sera dans le rang. La sécu c'est les restos du coeur bis.
a écrit le 04/12/2014 à 10:29 :
Ils aiment ça...et comme ils en redemandent les médecins leur en prescrivent....ou bien c'est peut-être et sans doute l'inverse ??? ne croyez-vous pas ??? il doit y avoir des intérêts la dessous...
a écrit le 04/12/2014 à 9:20 :
Des pays comme la Hongrie utilise systématiquement des tests de dépistage à partir de ma salive, qui permettent de savoir quand une angine est virale ou bactérienne. Ces tests sont fiables à 90%. Juste incroyable que la France soit à la traine sur ça (c'est en phase test en Bourgogne seulement). Rien qu'avec ça ou réduirait sûrement la prise d'antibios
a écrit le 04/12/2014 à 9:15 :
tout à fait d'accord avec vous. Quand je vois le nombre de fois que mon fils s'est vu prescrire des antibiotiques c'est juste incroyable. J'ai entendu dire que dans certains pays les médecins on la possibilité de faire un test rapide pour voir s'il s'agit d'un virus ou d'une bactérie. Combien de fois des antibios sont prescrit et ne sont pas adaptés. C'est toute une culture médicale qu'il faut changer dans ce pays!
a écrit le 04/12/2014 à 7:28 :
La prescription relève de la responsabilité du médecin : est il possible de mettre en doute leurs compétences?

Comme l'autre jour, au jt tf1, ce médecin qui abandonnait ses patients, parce que la secu lui demandait des comptes sur son refus de laisser le pharmacien choisir les génériques.
Ce toubib qui abusait sérieusement devrait être radié de tout remboursement pour ses clients.
a écrit le 04/12/2014 à 2:45 :
On ferait mieux de leur prescrire des huiles essentielles et des plantes; c'est moins cher, plus efficace, moins nocif pour la santé, mais surtout nettement moins rentable pour les grands labos pharmaceutiques.
a écrit le 03/12/2014 à 22:58 :
Tant que les labos paieront les médecins, ça continuera.
a écrit le 03/12/2014 à 21:08 :
"Le célèbre slogan "les antibiotiques, c'est pas automatique" serait restée lettre-morte." pourquoi restéE ? Le slogan est resté lettre morte.
J'ai entendu dire que ce slogan a eu de l'effet mais une fois disparu, les ventes ont augmenté à nouveau. Bizarre. Peut-être que les médecins sont mal formés ? C'est bien eux qui les prescrivent, ça ne se mange pas comme des bonbons quand on a un mal de gorge naissant.
a écrit le 03/12/2014 à 18:08 :
Nos parents peut être car pour eux ces médicaments étaient nouveaux et fonctionnaient parfaitement; mais notre génération sûrement pas... Déjà pour en avoir c'est difficile même quand ils sont plus que recommandé... Et on ne peut pas en avoir sans prescription médical!
Encore un blog précurseur à un non remboursement?
Réponse de le 03/12/2014 à 22:57 :
"Et on ne peut pas en avoir sans prescription médicale !" Heureusement vu l'antibiorésistance qui se développe en en prenant de trop, à tort et de travers. Imaginez que les antibiotiques soient disponibles dans les grandes surfaces près des caisses et des bonbons. Déjà comment savoir quand on en a besoin (médicalement) ?
Réponse de le 04/12/2014 à 20:30 :
@ Photo73: Oui c'est pourquoi je ne comprend l’intérêt d'un article comme celui ci. Je ne vois pas comment on peut en consommer plus alors que tous le monde sait aujourd'hui qu'un excès d'utilisation les rendent inutiles. Que nos vieux l'aient fait sans le savoir oui; mais notre génération... J'ai des doutes. Ça ressemble plus aux prémisse d'un prochain "les antibio ne seront plus remboursé par la sécu pour votre bien"; histoire de faire encore des économies sur nos santés.
a écrit le 03/12/2014 à 18:01 :
Que l'on commence par limiter les antibiotiques dans les élevages. On bouffe de l'antibiotique tous les jours.
a écrit le 03/12/2014 à 17:57 :
La sécu déresponsabilise. Le système communiste est toujours pervers.
a écrit le 03/12/2014 à 17:30 :
L'excès de prescription des antibiotiques, comme l'excès de consommation de médicament, est directement relié à une attitude de "consommateurs de soins médicaux" des patients, à une attitude de "commerçants" des médecins généralistes; instaurées depuis 40 ans par le conventionnement, l'assistance crée par la SS, par aussi la minimisation des effets des antibiotiques. Jusqu'à nous faire croire que les infections étaient vaincues...La destruction de notre biotope, extérieur et intérieur, révèle tous les jours un peu plus les conséquences pathogènes; dont l'obésité est une des plus connue.
Réponse de le 03/12/2014 à 23:01 :
Les gens pensent parfois qu'avec le progrès médical, il y a une dragée pour le mal au bout du petit doigt, une autre pour le réveil tardif, et pour un peu tout. LA solution à tout se trouve chez le médecin. Et vu que la Sécu rembourse, ... Mais c'est moins vrai.
(dans ma pharmacie, y a un peu de paracétamol générique, pas allé voir un médecin depuis dix ans. Pas indispensable (une bonne pomme éloigne le médecin, en visant juste))
a écrit le 03/12/2014 à 17:18 :
C'est pas aux medecins qu'il faut dire ça?
Réponse de le 03/12/2014 à 21:09 :
Non, il faut le dire aux gens pour qu'ils en informent leur médecin le moment venu : "Non, docteur, c'est pas indispensable".
Réponse de le 03/12/2014 à 22:11 :
Tout a fait d'accord car on peut avoir ces médocs sans ordonnance
a écrit le 03/12/2014 à 17:16 :
Les français consomment trop... tout court

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :