Trichet : il existe des "risques systémiques de liquidité et de solvabilité"

 |   |  968  mots
Le président de la Banque centrale européenne dresse un bilan de la crise au cours de laquelle le système financier dans son ensemble à mal fonctionné. Il rappelle les fondamentaux du pacte de stabilité européen que doivent respecter tous les gouvernements de l'Union.

"La période est marquée par des tensions très fortes, des risques systémiques de liquidité", affirme Jean-Claude Trichet, ce mardi 23 décembre, ajoutant que "début septembre, nous nous sommes trouvés en présence d'un risque systémique de solvabilité". Au cours de cette crise, "c'est le système [financier] tout entier qui a mal fonctionné", a-t-il ajouté. Absolument "tout doit être amélioré", Il demande de ne "protéger personne, aucune entité publique ou privée" et à "tout corriger". Dans deux déclarations, l'une à l'Institut Montaigne à Paris, l'institut de recherche proche de Claude Bébéar, l'autre dans une interview au Frankfurter Allgemeine Zeitung à publier vendredi, le président de la Banque centrale européenne dresse en quelque sorte un bilan provisoire de la crise actuelle et liste les pistes pour en sortir.

"Il faut se méfier" d'abord, dit Jean-Claude Trichet, du danger de vouloir "identifier des boucs émissaires", que ce soit les agences de crédit, les banques commerciales ou d'investissemnt ou les autorités qui n'auraient "pas été suffisamment vigilantes", souligne le président de la Banque centrale européenne (BCE). "Il nous faut prendre nos responsabilités et rendre l'économie de marché beaucoup plus résiliente", souligne-t-il.

Jean-Claude Trichet relève la "crise de méfiance" des marchés, échaudés par "l'onde de méfiance" de la mi-septembre. Ils ont sous-estimé les mesures prises par les banques centrales et gouvernements pour remédier à la crise financière. Il fait état cependant d'une lente amélioration sur le marché monétaire. "Il y a un mouvement de reprise de confiance qui va dans le bon sens," indique Jean-Claude Trichet  qui ajoute que la redescente des cours du pétrole avait un effet désinflationniste et expansionniste.

Il souligne le rôle salutaire de l'euro a permis de maintenir la stabilité dans les 15 pays de la zone euro durant la crise de l'année écoulée. "Nous avons une monnaie qui est aussi crédible et inspire autant confiance, les taux d'intérêt le prouvent, que le franc ou le mark autrefois," dit-il. Et il ajoute: "Imaginez ce qui se serait passé si au cours de l'année écoulée nous avions été avec 15 ou 16 monnaies différentes. Nous en avons fait l'expérience en 1992-1993 dans un environnement beaucoup moins exigeant". Et il insiste: "l'euro, l'instrument qui nous permet d'achever le marché unique, nous permet aussi de maintenir la stabilité."

Le patron de la BCE a également expliqué sa politique des derniers mois, rappelant que la banque centrale avait réduit son taux directeur de 175 points de base lors des trois derniers mois. La BCE a réduit son taux de financement de 50 points de base en octobre puis en novembre et encore de 75 pdb le 4 décembre, une baisse sans précédent, pour le ramener à 2,5%. Il a souligné que les baisses de taux opérées par la BCE étaient "sans équivalent depuis la Deuxième Guerre mondiale en rapidité et ampleur des décisions." Quant à la prochaine période, il a repris son antienne, soulignant que l'institution n'est "jamais préengagée" mais a une aiguille dans sa boussole qui est la stabilité des prix, "proche mais en-dessous de 2%". "Je répète proche de 2%", a-t-il insisté, une manière de souligner que la BCE ne voulait pas d'une inflation trop basse.

Jean-Claude Trichet a longuement salué la coopération des banques centrales et des gouvernements du monde entier face à la crise. Face aux "tensions très fortes et risques systémiques de liquidité", les banques centrales ont érigé des "lignes de défense" des deux côtés de l'Atlantique, souligne le patron de la BCE. Et face au risque systémique de solvabilité, les gouvernements ont agi en apportant garanties et capitaux aux banques. "Dans un monde difficile l'ensemble des responsables ont su prendre les problèmes à bras le corps", se félicite-t-il.

Dans ce contexte, évoidement, il plaide pour une poursuite de la politique conduite jusqu'à présent par la BCE. Les pays de la zone euro doivent réfléchir soigneusement aux niveaux de nouvelles dettes qu'ils contractent pour soutenir leurs économies, a prévenu lJean-Claude Trichet. "Je répète que tous les pays de la zone euro doivent faire un usage approprié de l'importante marge de manoeuvre que le Pacte (de Stabilité et de Croissance) donne actuellement à plusieurs pays en terme de politique budgétaire".

Les règles du Pacte - un budget à l'équilibre sur le moyen terme et un déficit public théoriquement inférieur à 3% du produit intérieur brut - sont "très importantes" pour la zone euro, a ajouté Jean-Claude Trichet, selon lequel "les pays qui ont une marge de manoeuvre modeste, ou pas de marge du tout, devraient respecter le Pacte tel qu'il est rédigé." Jean-Claude Trichet a également souligné que la BCE devait atteindre son objectif de stabilité sur les prix quelles que soient les circonstances, même en cas de crise. Les plans de relance devraient donc se conduire encore et toujours sous contrainte.

Jean-Claude Trichet souligne le large consensus à l'échelon international sur le besoin d'une plus grande transparence sur les marchés financiers. Il existe un "accord sur les grandes directions vers lesquelles il faut aller" et un "large consensus sur un niveau beaucoup plus élevé de transparence des institutions financières, des marchés et beaucoup plus de transparence des institutions financières", indique-t-il Comme un point d'orgue à ce salut à la coopération mondiale, le patron de la BCE jette: "l'Angleterre sait qu'elle est la bienvenue dans l'euro, ceci a toujours été dit par tous les gouvernements et la BCE, et comme vous le savez c'est une décision qui apprtient au peuple britannique lui-même"

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a un point sur lequel je voudrais attirer l'attention : devant un taux d'intéret à 0%, que vont faire les investisseurs ? Tout simplement, ils se couvriront en OR qui rapporte 0% ... A suivre
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En résumé : tout va bien dans le meilleur des mondes.
Il n'y a pas de responsables des politiques de piratage financier de l'économie réelle, il ne faut surtout pas réglementer la finance, les institutions financières ont été à la hauteur de leur mission, une plus grande transparence (provisoire) doit suffire à remettre en selle l'autorégulation quand les classes moyennes auront fini de payer pour les erreurs des financiers, la BCE doit continuer sa politique monétaire favorable aux seuls rentiers et à ne pas toucher à la politique des changes, l'inflation doit rester en dessous de 2 % par an quitte à rééchelonner les dettes sur 50 ans.
Phénomène classique de persistance dans l'erreur et de défaut d'adaptabilité des dinosaures de la finance.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
liquidité, pensons particulier et moyens de paiement ce qui nous sauve par rapport a 1929 est de l'ordre du bon sens , immaginons une france sans distributeur automatique vous obligeant a passer par un guicheT POUR QUELQUES BILLETS, imaginons une france sans carte de paiement vous obligeant a ne manipuler que dU CASH ou des pieces de monnnaie, imaginons une france sans chéquier, PANIQUE A BORD, la grande difference est dans le mode de circulation de la monnaie qui a prmis d'éviter des mouvements de panique sauf pour celui qui a retiré ses économies et qui se les ai fait voler..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
JE ne vois pas pourquoi les "prols" se mêlent de nos histoires d'argent. Cela ne les concerne pas, il n'en ont pas. S'ils veulent absolument rester pauvres, c'est leur problème, pas le nôtre !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce n'et pas avec les mêmes aux manettes que ça changera.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La crise actuelle est une crise de liquidités : à cet égard que l'on arrête de confondre liquidité monétaire - il n'y a pas de crise dans ce domaine car il y a plein d'argent - liquidité des actifs ou de marché - là la crise est sérieuse car nous sommes dans une situation de cessation de paiement généralisée : les actifs des banques ne sont pas suffisamment disponibles pour faire face à leur passif exigible. Bâle 2 ignore totalement cette problèmatique et ne se préocuppe que de la solvabilité des banques ; en France il faut actualiser et surtout appliquer les règlements 88-01 et 97-02 du Crbf et essayer de retransmettre ces principes à nos partenaires européens
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Syndicaliste a parfaitement résumé la situation: Persistance dans l'erreur. Sauf que, tout s'accélèrant, on ne pourra pas réechelonner sur 50 ans... une inflation importante l'emportera car ce sera le seul moyen de faire passer la pillule en laissant croire que les actifs comme les biens se revalorisent.. jusqu'à la prochaine bulle!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Ne pas chercher des boucs émissaires"...Bien évidemment, Trichet n'allait pas demander la tête de ses amis...Mais il devrait se méfier: si la crise s'intensifie et que seules les classes moyennes et ouvrières des pays européens dégustent alors je pense qu'il aura du souci à se faire. D'ailleurs Sarko l'a compris en reportant une réforme pour la 1ère fois depuis son élection. Les pays du Sud-européens risquent de devenir autant de poudrières si le système financier n'évolue pas vers un système régulé.
Quant à l'inflation, à force de trop vouloir la réguler nous nous dirigeons vers une délation pour l'année 2009 ce qui seraitplus grave qu'une inflation un peu supérieur à 2 pour cent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ce n'est pas un diagnostic des causes profondes de la crise , mais un constat des symptomes actuels : tout serait dû à une crise de confiance , heureusement qu'on nous le dit , on ne s'en serait pas rendu compte !!
et on se demande bien pourquoi?
La dérèglementation américaine et européenne
tout azimut ( notamment financière ) sur laquelle comptaient tous nos gouvernants néo liberaux a conduit
l'économie mondiale là où elle en est .
Avez vous entendu un dirigeant le reconnaitre ??

L'argent n'est pas une marchandise comme une autre , on ne peut pas laisser n'importe qui jouer avec .
Les taux ne peuvent pas être fixés par une poignée de technocrates ; quelles que soient leurs qualités incontestables par ailleurs : M JCT a décidé que l'inflation latente ou sous jacente devait être autour de 2% , pourquoi pas ? mais pourquoi pas 3 % ?? puisque c'est le taux accepté du déficit d'un pays par rapport au PIB ? qu'est ce que l'inflation sinon un excédent de monnaie par rapport au PIB ? et qu'est ce qu'un déficit d'un état sinon un excès de dépenses , donc de monnaie envoyé dans le circuit par rapport à ce qui est retiré du circuit ?
Et que penser du taux de 2.5 % au jj , pourquoi pas 1.5 % ?
pour garder des marges de manoeuvre sans doute , mais qui
le décide ?? Messieurs l'elite , c'est le moment de prouver
que vous n'etes pas à vos postes pour rien . bon courage on compte sur vous !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Admirable.
Il n'y a pas de responsables, sauf ceux qui se sont fait voler leur argent par des menteurs , des institutionnels, des banquiers au-dessus de tout soupçon. Faisons très attention, dans peu de temps, les français lambda seront accusés d'être frileux, absents des marchés, responsables de la sous-consommation et par là, de la récession ou pire de la déflation.

Les français sont-ils si sots?
Et bien non monsieur Trichet, vous, vos collègues, les politiques, vous êtes collectivement responsables de ce naufrage qui vous fait si peur. Nous, nous sommes les victimes de menteurs, d'incompétents pour ne pas dire de tricheurs et de voleurs.

Nous ne pouvons pas faire confiance à votre système fiduciaire parce qu'il a été dévoyé, parce qu'il profite à des escrocs en col blanc, ce qui les rend en partie invisibles.

signé : un honnête homme qui s'intéresse à la macroéconomie, aux marchés, à la libre entreprise, à la responsabilité..et qui a été abusé comme tous les citoyens européens et dont on se moque éperdument.

Serez-vous chassés par les peuples asservis. Rassurez-vous, beaucoup d'entre eux, vous croient et vous croiront. Vous et les vôtres êtes au-dessus de tout soupçon. Quant à moi, avec mon code civil, je voudrais être votre procureur.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quel avenir pour cette société des hommes et comment transformer cette machine qui encense des voleurs à 50 MILLIARDS d'?URO, et qui lache les chiens à contrôler du trafic de drogue sur des enfants vraiment innocents?Heureusement, le père Noël est en chemin qui nous fera oublier quelques moments que tout ce travail sera long et probablement périlleux. Qu'il m'inspire pour parler et agir ce soir avec considération et respect pour toutes les personnes qui oeuvrent à construire cet avenir que nous voulons prometteur et réjouissant. Bonne fête.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les banques ont captés par ruse des fonds auprès de leurs clients.
Ces fonds ont été placés dans des flux financiers toxiques, ca c'est ce que disent les politiques.
Il reste aux banquiers très indélicats, qui ont tous commis des fautes professionnelles, à déclarer les préjudices cusés par leurs actes inconséquents auprès de leurs compagnies d'assurance RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLES en vue d'indemniser d'urgence les clients floués.
Que les patrons et les cadres des banques ne fassent rien dans cette optique, justifierai que les pouvoirs publics engagent les poursuites contre ces dirigeants bancaires filous.
Les compagnies d'assurances regorgent d'argent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le peuple Britannique n'est pas prêt de rentrer dans le monde EURO QUI EST UNE PACHINE 0 BRIYER LES PEUPLES .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Outre M. Trichet, directeur du Trésor à l'époque des faits, Jacques de Larosière, gouverneur de la Banque de France de 1987 à 1993, et Jean-Pascal Beaufret, ancien chef de service à la direction du Trésor, ont également été mis en examen dans ce dossier. Ils sont soupçonnés d'avoir approuvé des comptes inexacts pour dissimuler ou minimiser les importantes pertes financières du Lyonnais. Tous trois ont souligné devant les juges qu'aucun élément en leur possession ne leur permettait de dire que ces comptes étaient faux, et que, de plus, ils n'avaient aucun intérêt à masquer la situation financière de la banque.
Avec AFP, LEMONDE.FR | 31.01.02 | 18h00 "
Je me demande à quel bouc émissaire il pense, à quelle transparence, à quelle confiance, il fait allusion.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Manque de transparence? Il faut rappeller que ce n'est pas la premiere crise du genre: en 1972 en Grande Bretagne il y avait des tycoons financiers comme Mme. Goldsmith, Slater, etc. qui ont saccage l' outil de production de la Grande Bretagne, en 1998 crise internationale des empreints d'etat, 2001 la crise de la bulle financiere ou les grandes banques ont mis des societes "technologiques" totalement surevaluees sur le marche. Les perdants: la classe moyenne qui pense bien placer ses reserves, son epargne. Les fauteurs: les agents et managers de la "haute" finance du vol . Une solution: la saisie des avoirs de cette bande. Il faut recapitaliser la societe avec les bonus des usuriers accumules ces dernieres annees.
Il faut une revolution.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Mon commentaire:

Ouf, heureusement qu'il existe les XPF virtuels et les francs et francs de colonies françaises du Pacifique dont 1 (franc) = 0,00 euro...

A part çà, tout le monde sait que "l'argent" n'existe pas.

Avec Honneur

Le président de "la Polynésie française",
Président des Françaises et des Français
René G. HOFFER
Tél (689) 77 71 70

renehoffer@yahoo.fr

http://www.myspace.com/renehofferprdelapfsic

http://www.euro-ombudsman.eu.int/decision/fr/032077.htm

http://www.euro-ombudsman.eu.int/decision/fr/020570.htm

http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=13600801

http://www.presidentdelapolynesiefrancaise-sic.org/
Aller à (go to) :
"Vidéo France 3 Alsace le 25/04/2006" (format Real Player; 5,15 Mo)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La baisse des taux directeurs est logique et aujourd'hui tout le monde est d'accord, même avec de l'argent gratuit l'entreprise n' est pas prête à investir sur des marchés dépressifs. les chefs d'entreprises attendent que les mesures de régulation de l'économie s'inscrivent dans la loi et le plus important que les marchés soient porteurs grâce à la garantie minimum de solvabilité des demandeurs d'emploi pour le retour de la confiance vérifiée dans un minimum de demande pérenne. Le plus gros effort à faire est celui de l'Amérique qui voudrait faire oublier la crise sans mesures de régulation ce qui éviterait de nous retrouver en Europe en présence d'un risque systémique de solvabilité dans 10 ans. Encourager l 'économie de marché à être systématiquement beaucoup plus résiliente " est toujours la facilité intellectuelle du nanti , il faut néanmoins confirmer le rôle salutaire de l'euro et regretter le manque de constitution européenne ce qui pourrait offrir au Français est au Européens un peu d'huile inflationniste à 2% régulée par la B C E qui souhaite et trouve qu'il ne doit pas y avoir une inflation trop basse. Jean- claude TRICHET répète que tous les pays de la zone euro doivent faire un usage approprié de l'importante marge de man?uvre que le Pacte (de Stabilité et de Croissance) donne actuellement à plusieurs pays en terme de politique budgétaire".
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Aprés le Crédit Lyonnais il continue à se prétendre compétent.Son analyse est fausse il ne risque pas de régler les PBs. Il prétendait s'attaquer à l'inflation mais pas à celle des salaires des patrons francais. Il hurlait contre les 35H pendant ce temps le libéralisme économique mettait à genoux et aux pieds des chinois les économies occidentales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :