Après Israël, le Hamas annonce un cessez-le-feu à Gaza

 |   |  420  mots
Après le cessez-le-feu décrété unilatéralement par Israël à Gaza et entré en vigueur ce dimanche, le numéro deux du bureau politique du Hamas, Moussa Abou Marzouk, a annoncé à son tour un cessez-le-feu. Dans le même temps, un sommet international de dirigeants arabes et européens a débuté à Charm-el Cheikh, sur la mer Rouge.

Après Israël, le Hamas déclare un cessez-le-feu à Gaza. Un dirigeant du Hamas basé à Damas, Moussa Abou Marzouk, l'a annoncé ce dimanche. Dans une allocution diffusée par la télévision syrienne, le numéro deux du bureau politique du Hamas a également demandé à Israël de retirer ses forces du territoire palestinien d'ici une semaine et d'ouvrir "tous les points de passage pour laisser entrer les aides humanitaires et les produits de (première) nécessité".

Dans le même temps, un sommet international de dirigeants arabes et européens réuni pour mettre fin aux violences dans la bande de Gaza a commencé à Charm-el Cheikh, en Egypte, sur la mer Rouge. Cette rencontre, co-présidée par les présidents égyptien Hosni Moubarak et français Nicolas Sarkozy, réunit les dirigeants d'Allemagne, de Grande-Bretagne, d'Italie, d'Espagne, de République tchèque (présidence de l'Union européenne), de Turquie et de Jordanie, ainsi que le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Selon une source diplomatique française, ce sommet a également pour but de "pousser les étapes du plan de paix égyptien". Dévoilé lors de la précédente tournée du chef de l'Etat français dans la région les 5 et 6 janvier, ce plan prévoit, après le cessez-le-feu, un retrait israélien de Gaza, la réouverture des points de passage, la sécurisation de la frontière entre l'Egypte et Gaza et la réconciliation interpalestinienne.

Gordon Brown, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se sont par ailleurs déclarés prêts à participer à la lutte contre la contrebande d'armes vers la bande de Gaza, demande-clef d'Israël. La marine britannique patrouillera en mer Rouge et dans le golfe d'Aden et "contribuera à l'entraînement des forces de sécurité palestiniennes et égyptiennes", a proposé le Premier ministre britannique.

Nicolas Sarkozy a déclaré à l'issue du sommet:  "Nous pensons qu'il faut (...) profiter de cette crise pour remettre sur la table l'idée d'une grande conférence qui permettrait de poser les bases d'une paix durable".

Après le mini-sommet de Charm el-Cheikh, Nicolas Sarkozy et les cinq dirigeants européens présents en Egypte doivent se rendre à Jérusalem pour un dîner de travail avec le Premier ministre israélien Ehud Olmert.

Depuis son lancement, le 27 décembre, l'opération "Plomb durcie" lancée, selon Jérusalem, pour mettre fin aux tirs de roquettes du mouvement islamiste Hamas, a coûté la vie à au moins 1.245 Palestiniens.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :