Washington ne bridera pas les rémunérations des banquiers

 |   |  293  mots
Le Trésor américain a renoncé à limiter les salaires dans les banques. Il s'est contenté d'une série de principes pour promouvoir une politique de rémunération plus "transparente et responsable".

Timothy Geithner fait marche arrière. Le secrétaire au Trésor américain a en effet annoncé ce mercredi qu'il renonçait à brider les salaires dans les banques par un texte de loi, comme il l'avait initialement annoncé cet hiver. "Nous n'allons pas dicter des règles", a-t-il ainsi déclaré lors d'un point presse à Washington en compagnie de la nouvelle présidente de la Securities & Exchange Commission (SEC), Mary Schapiro. "Nous ne présentons pas de formule précise sur la manière dont les sociétés devraient établir leur politique de rémunération".

Le Trésor s'est contenté de présenter une série de principes dans le but de promouvoir une politique de rémunération plus "transparente et responsable" dans les sociétés financières. Les salaires devront ainsi "récompenser la performance de manière adéquate", "prendre en compte" le risque à long terme, ou encore être conforme à une "gestion du risque saine". Le Trésor estime également qu'il serait bon de réexaminer la question des parachutes dorés et des primes de retraites élevées accordées à certains dirigeants.

La Maison Blanche a annoncé de son côté la création d'un poste de "superviseur spécial" qui pourra faire abandonner des plans de rémunérations qu'il jugerait "excessif ou inappropriés" au sein des entreprises ayant reçu une "assistance exceptionnelle" de l'Etat. Selon le New York Times, son emprise s'étendrait sur les sept entreprises ayant été renflouées plus de deux fois par l'Etat: les constructeurs automobiles Chrysler et General Motors, la société de services financiers GMAC, les organismes de refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac et les banques Citigroup et Bank of America.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qui devra payer à la prochaine crise? sommes nous pour toujours les dindons de la farce?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voilà qui est très raisonnable.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Non, surtout pas brider le salaire des banquiers, car il faudra bien continuer comme avant la crise et qui mieux que les spécialistes de montages financiers sophistiqués d'avant, pourront nous replonger dans le caca après ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Eh oui FL les mêmes plus obama et ses ministres qui en fin de mandat réintégreront ces grandes banques,
La boucle est bouclée ,ils sont quand même bien malins.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quelle surprise !!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
voila qui est raisonnable.il n'y'a que notre cher president pour avoir plongé dans cette idée saugrenue,qui en fin de compte ne sera pas realisé.
on est en 2009 et les vieilles recettes socialistes,c'est fini car elles n'ont pas faient leurs preuves ,au contraire !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :