Création possible d'une agence américaine pour protéger le consommateur

 |   |  117  mots
Le président américain Barack Obama devrait annoncer mercredi la création d'une agence permettant de lutter contre les abus liés aux produits financiers. Elle permettrait de pallier aux insuffisances des protections actuelles et éviter une autre crise d'une telle ampleur.

Les Etats-Unis veulent un outil protégeant des abus liés aux produits financiers. Une agence fédérale, permettant de protéger les consommateurs des abus relatifs au crédit, à l?épargne, aux produits et aux services financiers, va être créée, selon un responsable de l?administration Obama. Elle devra empêcher les abus, promouvoir l?information et développer des services financiers justes.

Cette agence fait partie des dispositions que l?équipe Obama doit dévoiler mercredi pour réglementer le système financier. Elle devrait être créée pour palier à l?impuissance des protections existantes, comme l?ont montrés les abus liés aux prêts hypothécaires à risques dans l?immobilier.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Création d?une agence américaine pour protéger le consommateur/investisseur : l?initiative est évidemment louable. Mais seules les modalités d?application concrètes permettront de faire la différence entre des v?ux pieux ? déjà entendus si souvent ? et un outil véritablement utile au service de la défense des épargnants individuels et exploitable par eux.


Les autorités européennes feraient bien de s?inspirer de cet exemple américain, elles qui viennent d?écarter sciemment toute possibilité pour les épargnants d?intervenir auprès du régulateur européen en cas de soupçons d?agissements illégaux des agences de notation de crédit, malgré l?occasion en or qui s?offrait à elles avec la préparation du projet de règlement des agences de notation de crédit adopté le 23 avril par le Parlement européen.


A l?heure ou les Etats s?apprêtent à émettre massivement des emprunts afin de combler leurs déficits exponentiels et ou la solvabilité de certains d?entre eux est ouvertement mise en cause, quiconque prétendra nettoyer les écuries d?Augias sans régler le problème lancinant de la notation « investment grade » des Etats souverains en situation de défaut de paiement non résolu bien que solvables, tels la Chine ou la Fédération de Russie, perdra toute crédibilité aux yeux du public des investisseurs et épargnants ? et aussi des électeurs.


En s?appuyant sur une volonté populaire quasi-universelle le monde politique européen a aujourd?hui la possibilité réelle de joindre le geste à la parole en s?affranchissant des puissants lobbies de la finance. Il semblerait qu?il soit en train de laisser passer cette chance sans la sans la saisir.


Aux électeurs de s'en souvenir.


HM


Visitez
www.afiper.org
www.empruntsrusses.winnerbb.org

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :