Catalogue de mesures pour renforcer l'axe franco-allemand

 |   |  670  mots
L'Allemagne et la France ont affirmé ce jeudi leur détermination à faire exister politiquement l'Europe, au moment où son influence dans le monde paraît plus que jamais battue en brèche par le duo sino-américain.

Le douzième conseil des ministres franco-allemand, réuni au palais de l'Elysée, à Paris ce jeudi, a adopté une feuille de route pour les dix prochaines années sous la forme d'un catalogue de 80 mesures visant à renforcer la coopération entre les deux pays. Une coopération au service de l'Union européenne, a cependant tenu à préciser Nicolas Sarkozy, lors d'une brève conférence de presse commune.

"Nous voulons et nous allons assumer les responsabilités et le potentiel que représentent l'axe franco-allemand ", a expliqué le président français. "Ce leadership allemand et français n'est dirigé contre personne", a-t-il ajouté. "Simplement nous voulons une Europe qui existe politiquement fortement et pour que l'Europe existe politiquement fortement, l'Allemagne et la France doivent travailler ensemble."

La chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français ont annoncé qu'ils présenteraient au Conseil européen informel du 11 février des propositions sur le gouvernement économique de l'UE et les conséquences à tirer du sommet raté de Copenhague sur le climat, en décembre dernier. Ces propositions, sur lesquelles ils n'ont pas donné de détails, porteront aussi sur la préparation de la présidence française du G8 et du G20 en 2011.

Selon la déclaration adoptée par le conseil des ministres franco-allemand , la France et l'Allemagne demanderont par ailleurs à l'UE d'élaborer des "propositions concrètes" pour adapter les modes de calcul de la croissance sur la base des conclusions de la commission Stigliz-Sen. Cette commission, qui a rendu son rapport en septembre dernier, propose de compléter le critère de croissance du produit intérieur brut (PIB) par des éléments comme le bien-être des individus et le développement durable.

Parmi les 80 engagements pris dans le cadre de l'"agenda franco-allemand 2020", les deux pays promettent aussi de mettre en oeuvre des stratégies coordonnées de sortie de crise "dès que la reprise économique sera fermement installée". Et la France et l'Allemagne réaffirment leur engagement à assurer la solidité de leurs finances publiques dans le cadre du pacte européen de stabilité et de croissance. "D'ici le milieu de la décennie, des budgets équilibrés devront être à notre portée", ont affirmé les deux capitales.

Quelques autres mesures envisagées

- Energie, climat et biodiversité : un centre d'essai de véhicules électriques à Strasbourg et Stuttgart, la diversification des sources et de l'acheminement de l'énergie pour sécuriser l'Europe, projet de centre de compensation pour le gaz en cas de pénurie d'un côté ou de l'autre du Rhin, mise en place cette année d'un office franco-allemand des énergies renouvelables.

- Croissance, innovation, recherche, éducation et enseignement supérieur : construction conjointe d'un satellite de détection du méthane - gaz à effet de serre - lancée en 2013-2014, étude pour un futur lanceur spatial européen pour remplacer Ariane V, doublement d'ici 2020 des cursus bilingues à l'université, création d'un statut du stagiaire franco-allemand, au moins 200 écoles maternelles bilingues franco-allemandes d'ici 2020, manuel scolaire commun sur l'Europe et l'histoire de la construction européenne.

- Politique étrangère, défense, sécurité : soutien de la France à "l'aspiration légitime" de l'Allemagne à un siège permanent au conseil de sécurité de l'ONU, "développer" la capacité d'engagement opérationnelle de la brigade franco-allemande, création d'une unité fluviale commune sur le Rhin, candidature pour une présidence conjointe de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

- Rapprochement de "nos citoyens" : régime matrimonial commun, parlement bi-national des jeunes, développement d'un volontariat civique franco-allemand, coopération étroite sur les programmes de numérisation "à grande échelle" d'oeuvres du patrimoine.

- Cadre institutionnel : possibilité pour un ministre allemand de participer à un conseil des ministres français et vice-versa en fonction du sujet présenté, dix ambassades communes à l'horizon 2020, projet de réunions conjointes de l'Assemblée nationale et du Bundestag à Versailles et Berlin ainsi que des propositions de loi communes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2010 à 17:52 :
c pour quand la fusion franco-allemande, merde alors ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :